Mon compte
    The Batman : la surprise du film expliquée par le réalisateur Matt Reeves
    2 mars 2022 à 18:30
    Maximilien Pierrette
    Batman ou Flash. Le nouveau reboot de Spider-Man. Des X-Men marginalisés. L’évolution du personnage de Captain America. L’architecture complexe du Marvel Cinematic Universe. Les tentatives indé. Les super-héros du grand et du petit écran n’ont aucun secret pour lui. Ou presque.

    A défaut de scène post-générique, "The Batman" nous offre un moment qui risque de faire parler les fans. Et son réalisateur Matt Reeves le décrypte longuement pour nous - ATTENTION SPOILERS

    ATTENTION - L'article ci-dessous contient des spoilers sur "The Batman", dans la mesure où il revient sur l'une de ses surprises, avec des propos du réalisateur à l'appui. Veuillez donc passer votre chemin si vous ne l'avez pas encore vu, pour mieux revenir ensuite.

    The Batman
    The Batman
    Sortie : 2 mars 2022 | 2h 57min
    De Matt Reeves
    Avec Robert Pattinson, Zoë Kravitz, Paul Dano, Jeffrey Wright, John Turturro
    Presse
    3,9
    Spectateurs
    4,1
    louer ou acheter

    Si beaucoup de films de super-héros cachent un bonus au milieu ou à la fin de leur générique, The Batman déroge à la règle, avec un simple "?" en forme de pied-de-nez qui renvoie à l'Homme Mystère à l'issue des crédits. Mais le film de Matt Reeves possède toutefois ce qui se rapproche d'une scène post-générique, et elle se situe juste avant l'épilogue.

    IL SE PASSE QUOI ?

    Emprisonné à Arkham, l'Homme Mystère (Paul Dano) a vu son plan échouer depuis la fenêtre de sa cellule. Alors qu'il se morfond, un autre prisonnier se fait entendre et tente de le consoler en lui laissant entendre qu'il sera un ami pour lui, et qu'il pourrait l'aider à faire un retour fracassant sur le devant de la scène comme Gotham en raffole.

    Avant de conclure le dialogue avec un rire qui ne trompe pas plus que son emploi du mot "clown" un peu plus tôt : dans l'univers mis en place par Matt Reeves, le Joker semble déjà exister, et il est derrière les barreaux lorsque nous faisons sa connaissance. Quelques plans nous permettent même d'apercevoir son visage particulièrement marqué (ou lacéré ?), mais pas forcément de reconnaître son interprète, qui n'est autre que Barry Keoghan.

    The Walt Disney Pictures
    Barry Keoghan, de Marvel à DC en l'espace de quelques mois ?

    Révélé par Mise à mort du cerf sacré aux côtés de Colin Farrell, qui incarne ici le Pingouin, le jeune Irlandais avait été annoncé au casting, mais sous le nom de Stanley Merkel. Un officier de police et collègue de James Gordon (Jeffrey Wright), qui connaît un sort funeste dans le comic book "Amère victoire" (suite de "Un long Halloween", qui a en partie inspiré The Batman), puisque victime du Tueur au Pendu.

    Quelques mois avant la sortie, alors que l'acteur s'illustrait chez Marvel avec Les Éternels, une rumeur a commencé à circuler sur la Toile : le nom de Stanley Merkel cachait en réalité un célèbre adversaire de l'Homme Chauve-Souris. Et l'absence de Barry Keoghan dans les photos et vidéos dévoilées n'a pas aidé à dissiper le doute.

    Alors qu'il avait crié sur les toits (et Twitter) son envie de jouer Robin, grâce à des vidéos dans lesquelles il montrait ses aptitudes physiques, Barry Keoghan incarne donc la némésis de l'Homme Chauve-Souris, même s'il est pour l'instant crédité en tant que "Prisonnier invisible d'Arkham".

    ÇA SIGNIFIE QUOI ?

    Si The Batman se suffit à lui-même, Matt Reeves parvient à élargir l'univers qu'il a mis en place grâce à ce petit échange entre Paul Dano et Barry Keoghan, qui n'est pas sans rappeler la fin de Batman Begins, lorsqu'une carte à jouer annonçait la présence du Joker dans ce qui allait devenir The Dark Knight. Est-ce l'idée du réalisateur de ce reboot porté par Robert Pattinson ? A-t-il déjà de la suite dans les idées ? Plutôt que de théoriser dans le vide, nous lui avons posé la question, et il y a très longuement répondu.

    "Est-ce le film nous présente le principal antagoniste du prochain film ? Non, ce n'était pas l'intention", affirme Matt Reeves à notre micro. "Je ne sais d'ailleurs pas qui sera le méchant de la suite. Le personnage devait initialement apparaître plus tôt, dans une autre scène, mais tout est question de contexte : je ne voulais pas faire une origin story de Batman, car j'avais le sentiment que cela avait été fait, et très bien, dans plusieurs autres films."

    "À la place, je voulais le montrer dans ses jeunes années de justicier. Comme un 'Batman : Année Deux' [en référence au comic book 'Année Un' de Frank Miller et David Mazzuchelli, qui revient sur la transformation de Bruce Wayne en Batman, ndlr]. Et en me plongeant dans les comic books, j'ai découvert que beaucoup de ses ennemis sont apparus en réaction à la présence de cet individu masqué appelé Batman à Gotham, et j'ai réalisé que c'est là que résidait leur origin story."

    Je ne sais pas encore qui sera le méchant de la suite

    "Ce personnage à Arkham renvoie au Joker avant qu'il ne soit le Joker. Il n'a pas encore décidé de revendiquer ce concept. Mais je voulais en faire quelqu'un que Batman a rencontré pendant sa première année, et qu'il a fait enfermer car c'était un tueur. Et parce que Batman était perturbé par le fait que l'Homme Mystère lui écrive, il devait se rendre à Arkham pour tenter d'établir son profil, voir s'il réussisait entrer dans son état d'esprit pour comprendre les raisons de ces lettres."

    "Quand il se rend dans l'asile, le Joker qui est enfermé - mais qui n'est pas le Joker car il n'y en a pas - parvient à lire en Batman : 'Pourquoi tu te demandes pour quelles raisons il t'écrit ? Vous êtes exactement les mêmes, tous deux des justiciers masqués.' Il établit une comparaison entre les deux, et Batman est tellement enervé par cette idée qu'il la rejette."

    "La scène était initialement dans le film, et Barry Keoghan était super, tout comme Robert Pattinson. Mais vu comme le film est vaste, j'ai fini par réaliser qu'elle n'avait pas besoin d'être là. J'ai quand même gardé sa seconde scène. Car elle marquait la fin de l'arc de l'Homme Mystère, mais également parce qu'elle montrait que d'autres ennuis se préparaient."

    Warner Bros. Pictures
    Autour de quel adversaire Batman et Catwoman vont-ils se retrouver ?

    "Lorsque Selina dit à Bruce, dans l'épilogue, que la ville ne changera jamais, retirer la scène [avec le futur Joker] modifiait l'enjeu. Car vous n'aviez pas la sensation que quelque chose se préparait déjà. Même si le but n'était pas de dire : 'Voilà ce vers quoi le prochain film ira !' L'idée était plus de donner un contexte à ce monde, et montrer que même si la mainmise de la corruption a été brisée à un certain degré, les ennuis ne vont pas arrêter de se préparer."

    "Et cela explique notamment pourquoi Bruce ne part pas avec Selina. Pourquoi il ne peut pas. Il est contraint de faire ce qu'il fait, et c'est pour ça que j'ai gardé cette scène. Bref, tout ceci pour dire : c'est bien le personnage auquel vous pensez, mais cela ne veut pas nécessairement dire qu'il sera le méchant du prochain film."

    Les paris sont donc ouverts pour savoir qui sera l'antagoniste d'une suite. Et de quelle manière son futur Joker s'y manifestera. Et si Matt Reeves osait le laisser enfermé jusqu'à la fin de l'arc porté par Robert Pattinson, en ne le faisant intervenir dans les récits que par petites touches ?

    Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Paris le 21 février 2022

    "The Batman" vu par Matt Reeves :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top