Mon compte
    Oussekine sur Disney+ : on a vu le premier épisode de cette série renversante qui va marquer 2022
    26 mars 2022 à 08:30
    Thomas Desroches
    Thomas Desroches
    -Journaliste
    Les yeux rivés sur l’écran et la tête dans les magazines, Thomas Desroches se nourrit de films en tout genre dès son plus jeune âge. Il aime le cinéma engagé, extrême, horrifique, les documentaires et partage sa passion sur le podcast d'AlloCiné.

    Projetée en clôture de la 12e édition du festival Séries Mania, la série "Oussekine" créée par Antoine Chevrollier retrace la mort de l'étudiant Malik Oussekine et le combat de sa famille. Avant sa sortie sur Disney+, on a vu le premier épisode.

    C’est une tragédie qui a marqué toute une génération. Le 6 décembre 1986, à Paris, le corps de Malik Oussekine est retrouvé dans une cage d’escaliers. Quelques heures plus tôt, le jeune homme de 22 ans est pourchassé par un groupe de voltigeurs - des policiers à moto armés de matraques. Apeuré, il se réfugie dans le hall d’un immeuble, avant d’être roué de coups par deux agents. Une fois sur place, les secours tentent de le réanimer, en vain. Il décède d’un arrêt cardiaque à l’hôpital Cochin.

    Oussekine
    Oussekine
    Sortie : 11 mai 2022 | 60 min
    Série : Oussekine
    Avec Sayyid El Alami, Hiam Abbass, Malek Lamraoui, Tewfik Jallab, Naidra Ayadi
    Presse
    4,5
    Spectateurs
    3,9
    Voir sur Disney+

    C’était il y a 36 ans. Aujourd’hui, le nom Oussekine est celui d’une série proposée par Disney+. Hanté par cette histoire, le créateur Antoine Chevrollier (Le Bureau des légendes) retrace le combat d’une famille pour la vérité et l’honneur de leur fils. Plus qu’un hommage, c’est un devoir de mémoire pour toutes celles et ceux qui, trop jeunes, n’ont pas connu cette affaire.

    Le premier des quatre épisodes, projeté en clôture de la 12e édition du festival Séries Mania, à Lille, est un véritable choc. La séquence d’ouverture reconstitue les derniers instants de la vie de l’étudiant. On y découvre un jeune homme ordinaire (Sayyid El Alami) qui quitte son studio parisien pour se rendre à un concert de jazz. Sur le retour, des passants courent à contresens. Le son des matraques résonne dans les rues et annonce le drame fatal.

    Disney+
    Tewfik Jallab, Malek Lamraoui, Kad Merad et Hiam Abbass dans "Oussekine".

    Après l'assassinat vient l'attente. Celle des membres de la famille Oussekine qui, sans nouvelles au lendemain, doivent s’en tenir aux rumeurs ou à un nom écorché à la radio. Insoutenable, cette incertitude pèse également sur le téléspectateur qui vit cet épisode au plus près des personnages, de l’appartement familial aux quatre murs d’une morgue. Le créateur, scénariste et réalisateur Antoine Chevrollier fait le choix d’aborder cette affaire sous le prisme de l’intime. 

    Jeunesse révoltée 

    La série n’en demeure pas moins politique à travers, entre autres, l’engagement et le cri de colère des étudiants - qui luttent en parallèle contre le projet de loi Devaquet. Tous rassemblés dans un amphithéâtre, ils scandent le nom de la victime, avant de participer à une minute de silence. La séquence, portée par une excellente mise en scène, est d'une grande intensité. Le projet met aussi en lumière le mode opératoire des autorités pour transformer un simple étudiant en coupable idéal, lui prêtant une appartenance à un groupe de terroristes libanais.

    Disney+
    Tewfik Jallab dans la peau du grand frère de Malik Oussekine, Mohamed.

    Écrite à huit mains - Antoine Chevrollier a travaillé avec Cédric IdoFaïza Guène et Julien Lilti -, l’intrigue est divisée en trois temporalités. La première s’intéresse à la nuit du drame, la deuxième suit la lutte de la famille et la troisième revient sur les origines du clan Oussekine. L’une des séquences de flashback montre notamment le massacre du 17 octobre 1961, jour durant lequel des Algériens ont été noyés dans la Seine.

    La série brille grâce à sa distribution. Naidra AyadiMalek Lamraoui, Tewfik Jallab et Mouna Soualem sont poignants dans les rôles des frères et sœurs, tout comme Hiam Abbass qui joue le rôle de la mère, l’un des personnages les plus forts. L’autre atout de taille : sa pertinence. Bien que l’intrigue se passe dans les années quatre-vingt - la reconstitution de l’époque Mitterrand est une vraie réussite -, le propos de la série est toujours d’actualité. C’est l’une des nombreuses forces d’Oussekine.

    Oussekine, disponible prochainement sur Disney+.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top