Mon compte
    Après (très) cher cinéma, la déclaration d'amour aux salles obscures d'Eric Neuhoff
    Par Brigitte Baronnet — 8 mai 2022 à 09:30

    Trois ans après publié "(très) cher cinéma", prix Renaudot de l'essai, le critique Eric Neuhoff signe "Petit éloge amoureux des cinémas", récit à la première personne, emprunt de nostalgie, et déclaration d'amour à la salle obscure d'antan.

    D.R.

    Critique cinéma bien connu des auditeurs de l'émission de radio dominicale "Le Masque et la plume" sur France Inter, Eric Neuhoff publie un nouveau livre consacré au cinéma.

    Après un pamphlet sur le cinéma français sorti en 2019 ((très) cher cinéma français, édité chez Albin-Michel), dans lequel il égratignait l'industrie et plusieurs cinéastes, Eric Neuhoff opte cette fois-ci pour la lettre d'amour à la salle de cinéma d'antan, avec "Petit éloge amoureux des cinémas", aux éditions Privat.

    Dans un récit truffé d'anecdotes personnelles, revenant à ses premiers émois de la salle de cinéma (et pas que), le critique évoque -non sans nostalgie- une époque qu'il considère révolue, y compris dans l'exercice de son métier de critique. Comme dans "(très) cher cinéma français", il en ressort une forte impression de "c'était mieux avant".

    "C'est l'histoire de ma vie. Nous sommes arrivés trop vieux dans un monde trop neuf. Avant, les critiques de cinéma étaient traités comme des rois. Les attachés de presse leur déroulaient le tapis rouge. Les courbettes leur donnaient des scolioses. Tout le monde était aux petits soins avec les journalistes. Les tirages des quotidiens étaient glorieux (...) Avec de tels dossards, les chroniqueurs roulaient des mécaniques. Ils n'étaient pas n'importe qui.", regrette le journaliste et critique, qui exerce aujourd'hui dans les colonnes du Figaro.

    Le cinéma français est-il mort ? Cédric Klapisch, Julie Gayet et 8 cinéastes répondent à Eric Neuhoff

    Plus largement, sur l'industrie du cinéma, il écrit, avec la pointe d'ironie dont il est coutumier: "Les cinémas luttent comme ils peuvent. Nous avons vieilli ensemble, pauvres soldats d'une armée décimée. La bataille est en train d'être perdue. Les subventions pleuvent. L'argent magique n'existe pas. Nous observons, penauds, impuissants, l'art qui s'efface des écrans. (...) Il périt sous nos yeux et nous avons à peine un geste pour le sauver. Les César se suicident en direct. On réédite Autant en emporte le vent avec le genre d'avertissements qu'on lit sur les paquets de cigarettes. Pas besoin de mise en garde pour constater que les films français sont à consommer avec modération. Leur abus serait fatal. L'époque est grise".

    Eric Neuhoff commente beaucoup par ailleurs son expérience de la salle de cinéma. Le livre comprend également des chroniques "Dernières séances" d'Eric Neuhoff, consacrées à quelques unes de ses idoles, de Monica Vitti à Peter Bogdanovich, en passant par Eric Rohmer. 

    "Petit éloge amoureux des cinémas", éditions Privat, 17,90 €, disponible en librairie depuis le 5 mai 2022

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top