Mon compte
    Kaamelott : comment sont nées les trois célèbres notes du générique ?
    23 juil. 2022 à 19:00
    Thomas Imbert
    Thomas Imbert
    -Chef de rubrique - Infotainment
    De la Terre du Milieu aux confins de la galaxie Star Wars en passant par les jungles de Jurassic Park, il ne refuse jamais un petit voyage vers les plus grandes sagas du cinéma. Enfant des années 90, créateur des émissions Give Me Five et Big Fan Theory, il écrit pour AlloCiné depuis 2010.

    Chaque épisode de "Kaamelott" s'ouvre avec les trois mêmes notes de cor. Mais comment Alexandre Astier a-t-il eu cette idée ? Le créateur de la série nous a récemment expliqué l'origine de ce célèbre appeau musical.

    C'est avec le son de ces trois notes de cor, comme soufflées par un héraut médiéval aux portes d'un château, que débutent tous les épisodes de la série Kaamelott. Mais comment Alexandre Astier, en 2005, a-t-il eu l'idée d'employer ce thème musical pour accompagner les aventures de ses chevaliers de la Table Ronde ?

    Kaamelott
    Kaamelott
    Sortie : 3 janvier 2005 | 7 min
    Série : Kaamelott
    Avec Alexandre Astier, Alexandre Astier, Lionnel Astier, Lionnel Astier, Anne Girouard
    Spectateurs
    4,1
    Voir sur Salto

    Alors que nous avons pu nous entretenir avec lui en juin dernier dans le cadre du Festival de Cinéma et de Musique de Film de La Baule, le créateur de Kaamelott nous a raconté comment il avait conçu ce générique :

    "C'est un appel", nous a ainsi déclaré Alexandre Astier, avant de nous exposer le contexte télévisuel de l'époque, et la difficulté de faire exister un programme aussi original et atypique que Kaamelott au beau milieu du PAF :

    "Dans cette espèce de guerre que se menaient les émissions à l'époque, où il y en avait un million en même temps, avec de la météo, ou la fin des infos, ça m'a intéressé, premièrement, d'appeler les gens à leur télé. (...) C'est une manière de dire 'C'est maintenant !', assez fort dans le poste."

    Selon Astier, l'objectif de ces trois notes de cor était donc non seulement d'appeler les téléspectateurs devant leur téléviseur, mais aussi de créer une rupture totale de ton avec les programmes précédents :

    "Je pense que ce signal-là était fait pour plonger les gens dans un autre monde. De façon très courte, parce que j'avais 4 minutes en tout, mais il y avait un côté comme ça : 'Maintenant c'est à nous de parler ! On va parler comme chez nous, ça ne ressemble pas à avant, c'est pas un truc de plus.' On va faire une petite parenthèse de Kaamelott à la télévision, et ça commence comme ça, avec un truc très marqué."

    SND

    Trois sons très nets, très facilement reconnaissables, et très éclatants, un peu à l'image des trois coups qui servent à obtenir le silence dans un théâtre, lorsque la pièce s'apprête à débuter. Une comparaison qu'Alexandre Astier semble d'ailleurs approuver :

    "Oui, je pense que les trois coups de théâtre - même s'il y en a plus que ça au théâtre - servent un peu à dire aux gens : 'Arrêtez de parler entre vous, rangez vos machins, éteignez vos téléphones, c'est à nous de causer.' Je pense que c'est complètement cette fonction-là, oui."

    (Re)découvrez notre interview d'Alexandre Astier pour "Kaamelott - Premier Volet"...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top