Mon compte
    Voici 8 remakes américains de films français... réussis !
    Par Vincent Garnier & Jean-Maxime Renault — 25 janv. 2016 à 19:00

    Alors qu'une adaptation américaine du film français césarisé "Un Prophète" de Jacques Audiard est en projet, retour sur ces remakes US qui ne nous ont pas fait rougir de honte... Et ils sont rares !

    L'Armée des Douze Singes, remake de La Jetée

    Pour beaucoup, L'armée des douze singes est tout simplement un chef d'oeuvre de la SF, en raison de son esthétisme futuriste, de sa construction narrative audacieuse sur la base de voyages dans le temps, de certains thèmes qui rappelaient par moment Brazil, et de son casting très solide. Si bien qu'on a tendance à totalement oublier qu'il est l'adaptation d'un court-métrage expérimental de Chris Marker ! Terry Gilliam a su le sublimer.

    Chloé, remake de Nathalie

    Là où Anne Fontaine, elle-même en adaptant un film de Christian Jacques de 1957, a choisi de se fixer sur la psychologie de ses héroïnes, le canadien Atom Egoyan a préféré privilégier le thriller avec un résultat plus réussi encore, en exploitant au maximum tout le potentiel de l'histoire originale. Les deux duos d'actrices ne déméritent pas, mais Julianne Moore et Amanda Seyfried l'emportent de peu.

    True Lies, remake de La Totale !

    Claude Zidi Vs. James Cameron. Si le premier a joué à 100% la carte de la comédie comme il sait si bien le faire, le second a choisi d'axer son film vers plus d'action et un héros un poil plus torturé, joué par un Schwarzy en grande forme. Avec forcément des moyens plus conséquents, le film américain offre un divertissement plus solide... et plus explosif ! L'original garde néanmoins un certain charme.

    Sommersby, remake du Retour de Martin Guerre

    Sans faire mieux que l'original, le film avec Jodie Foster et Richard Gere brille par son interprétation, l'émotion qui s'en dégage, et transpose astucieusement l'histoire à l'Amérique sécessionniste. Un peu trop classique, certes, pâle peut-être, mais néanmoins une adaptation intéressante et parfaitement recommandable.

    Sorcerer, remake du Salaire de la peur

    C'est auréolé des triomphes planétaires de French Connection et de L'Exorciste que William Friedkin s'attaque à ce remake du classique d'Henri-Georges Clouzot, ou plutôt à la relecture du roman de Georges Arnaud. Aussi dantesque que le tournage de Fitzcarraldo d'Herzog, celui de Sorcerer plongea l'équipe dans un état d'épuisement physique et mental qui fait de ce film une odyssée hardcore unique en son genre.

    Désirs humains, remake de La Bête humaine

    Une même trame (celle du roman de Zola) et une rage commune. Le chef-d'oeuvre de Renoir tend vers le tragique sublime, tandis que le film de Fritz Lang explore les tréfonds de l'âme humaine sans jamais céder au romantisme. Difficile de départager l'original et le remake.

    La Rue rouge, remake de La Chienne

    Près de 10 ans avant Désirs humains, Fritz Lang signe déjà un remake d'un film de Renoir, La Rue rouge. Comme dans le film d'origine (La Chienne), il est question de laideur (celle d'Edward G. Robinson), de femme fatale (Joan Bennett). Mais là où le cinéaste français se repose presque uniquement sur le talent immense de sa vedette (hallucinant Michel Simon), Lang met toute sa rigueur au service d'une mécanique implaccable. Rien n'est laissé au hasard, tous les cadres sont signifiants, tous les comédiens sont stupéfiants.

    Les Trois prochains jours, remake de Pour elle

    Film méconnu de l'oscarisé Paul Haggis, Les Trois prochains jours (dont l'affiche et le titre français rappellent furieusement Les Trois jours du Condor) revisite de fond en comble le polar sec de Fred Cavayé. Haggis prend son temps (2h13 Vs 1h36) et développe les intrigues parallèles que le film français n'avaient fait qu'esquisser.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hart Wolfram
      running man c'était pas tiré d'un roman de >Stephen King ?
    • Hart Wolfram
      il y a eu aussi un remake de l'emmerdeur, qui n'a pas du tout marché à ce que je sais
    Voir les commentaires
    Back to Top