Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Oiseaux
    note moyenne
    4,1
    17398 notes dont 704 critiques
    répartition des 704 critiques par note
    209 critiques
    252 critiques
    84 critiques
    114 critiques
    33 critiques
    12 critiques
    Votre avis sur Les Oiseaux ?

    704 critiques spectateurs

    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 910 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juin 2013
    Les Oiseaux est un des classiques d’Hitchcock, un de ces incontournables qu’il faut avoir vu au moins une fois. L’interprétation est globalement de qualité. Elle est portée par Tippi Hedren, qui livre une prestation convaincante. Elle n’est pas exceptionnelle, mais évite les excès de cabotinage, et arrive à faire preuve d’une belle présence. A ses coté Rod Taylor est un peu en retrait. Si la scène d’introduction du film est un excellent morceau, ensuite il perd en mystère et devient assez fadasse jusqu’à la fin, quelques moments surnageant. En revanche il n’y a rien à redire du coté de Jessica Tandy, et surtout de Suzanne Pleshette. Elle est surement l’actrice au jeu le plus moderne, et du coup il est vrai que c’est son personnage qui a le moins vieilli. Au-delà de cela elle a une solide présence à l’écran, en dépit d’un rôle un peu secondaire. Veronica Cartwright joue pas mal non plus un rôle d’enfant, mais le doublage français est une horreur, ce qui gâchera un peu le plaisir en version française. Pour le reste il y a quelques personnages réussis (notamment dans le bar). Je regrette néanmoins qu’à plusieurs reprises les personnages aient des réactions peu convaincantes. Mous du genou, parfois ils peuvent être agaçants. Le scénario est solide. C’est le meilleur point du film, comme souvent d’ailleurs chez Hitchcock. Partant d’un point de départ banal, il parvient à installer avec beaucoup d’intelligence une gradation soignée et à faire monter la sauce de manière originale par rapport aux films d’attaques animales traditionnelles. Le rythme est un peu lent peut-être, surtout dans la première partie, mais jamais on ne ressent un sérieux coup de mou, et la qualité des dialogues, la solidité du suspens parviennent largement à tenir le spectateur entre deux scènes plus dynamiques. C’est donc une belle réussite, avec un vrai travail sur la petite société de ce village, de sorte qu’il y a une vie et que l’on s’intéresse au sort des habitants. A noter une fin abrupt, ce qui à mon sens était le meilleur choix possible. Sur la forme, c’est assez efficace, mais pas complètement convaincant. Certes la mise en scène est plaisante. Les cadrages, les plans, le choix des angles signifiants sont propres, intelligents, classiques souvent, audacieux parfois. Certes la photographie est belle. Lumineuse tantôt, grise quant il le faut (sur la fin entre autre), elle joue aussi très bien sur les ombres, les clairs-obscurs. Elle est appuyée par des décors de qualité. En dépit de cela Les Oiseaux manque d’une certaine atmosphère. Le film a du mal à respirer, on a du mal à se sentir réellement en bord de mer, on a parfois l’impression que les personnages évoluent sous une cloche, et que le monde extérieur a disparu. C’est assez ennuyeux. Coté oiseaux, c’est réussi. Certains passages ne font plus du tout illusions certes (l’attaque des enfants à la sortie de l’école), mais d’autres sont d’une réelle efficacité (les oiseaux entrant par la cheminée par exemple, où le final, redoutable). Franchement pour un film qui fête ses 50 ans, c’est tout à fait appréciable, même s’il est clair qu’il faudra faire preuve d’une certaine indulgence. Déçu par contre par les effets sanglants (bien grand mot quand même ici). Ceux-ci font le minimum syndical, et ce n’est pas terrible. A noter aussi une absence de bande son. C’est un parti pris artistique, je ne le juge donc pas, mais peut-être que si Hitchcock avait eu recours à de la musique, cela aurait pu compenser le déficit d’ambiance visuelle. Pour conclure, Les Oiseaux restent un métrage tout à fait convaincant. Je ne pense pas qu’il s’agisse là d’un chef d’œuvre. Les acteurs ne sont pas non plus exceptionnels, les personnages ne sont pas toujours crédibles dans leurs attitudes, il y a un déficit d’ambiance et d’atmosphère. Ca reste très solide, mais attention, il est évident qu’il faut avoir conscience de l’âge du film, et surtout que ce n’est pas un film d’horreur.
    _Royal_
    _Royal_

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 600 critiques

    3,5
    Publiée le 16 septembre 2011
    Il n'y avait bien sûr que Hitchcock pour nous pondre un film d'horreur avec des mouettes et des pigeons, qui arrivent même à faire peur, contre toute attente. C'est chouette !
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5046 abonnés Lire ses 10 367 critiques

    5,0
    Publiée le 29 octobre 2009
    Fondè sur un roman cèlèbre de Daphnè Du Maurier, c'est l'un des films les plus travaillès et les plus psychologiquement denses d'Hitchcock! "The Birds" dèbute sur le ton de la comèdie, dans le dècor de la boutique d'un marchand d'oiseaux de San Francisco, par une altercation entre une jeune fille riche et capricieuse (Tippi Hedren dont la beautè blonde, glacèe, hautaine et quelque peu diabolique convenait bien à l'idèe que Hitchcock se fait de la femme type) et un jeune homme (Rod Taylor), qu'elle retrouvera peu après dans le village mythique de Bahia Bodega, où elle se rendait! Alors qu'elle traverse la baie en canot, elle se voit inexplicablement attaquèe par une mouette! Ce n'est qu'un prèsage, qui annonce le dèveloppement ultèrieur du drame! Le climat dramatique du film ne cesse de croître en intensitè, mais graduè par des actions secondaires en apparence, comme l'èchec de l'amour de la maîtresse d'ècole (Suzanne Pleshette) pour le protagoniste, et tous les conflits "oedipiens" chez Hitchcock! Tout est subordonnè à l'action principale: la progression implacable des attaques des oiseaux! Les instants les plus saisissants y sont à peine soulignès par des effets de camèra ou de montage, encore que chaque plan paraissent soigneusement èlaborè! Par exemple, Hedren attend la sortie de Pleshette de l'ècole: un contre plan montre derrière elle, des centaines d'oiseaux posès, silencieux et presque immobiles sur les fils tèlègraphiques; peu après, le cortège des ècoliers est violemment attaquè par les volatiles dans une sèquence impressionnante! Quant à la fin de "The Birds", elle nous introduit dans la pure terreur! Les longs moments de calme alternent avec de furieux assauts à coups de becs! Grâce à une campagne publicitaire très bien orchestrèe et une bande annonce remarquablement rèalisèe, ce chef d'oeuvre absolu est considèrè à juste titre comme l'un des films les plus terrifiant du 7ème art parce qu'extrêmement rèaliste, rèsultat de prouesses techniques minutieuses.
    titusdu59
    titusdu59

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 696 critiques

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2009
    "Les oiseaux" est le film d'Hichcock le plus impressionnant du point de vue effest spéciaux. Le maître du suspense adapte le roman de Daphné du Maurier du même nom et nous montre une image apocalyptique de la Terre. Comme "Psychose" et "La Mort aux Trousses", ce film n'a vraiment pas vieilli, et c'est du à la précision inouïe du réalisateur...
    Chuck89
    Chuck89

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 97 critiques

    5,0
    Publiée le 23 juillet 2011
    Aiiiie ! Ce film est un pur chef d'oeuvre, du Hitchcock on en veut on en redemande !! Une fin de film surprenante je ne m'attendais pas à cela. Ce film ne fait pas vraiment peur mais il donne des frissons. J'ai passé un très bon moment et je le conseille, pour tout public et quoi qu'en soit vos préférences.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 431 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mai 2017
    J'ai dû attendre une seconde vision pour enfin apprécier The Birds d'Hitchcock et cette troisième ne fait que confirme ce sentiment-là, le maître du suspense est encore dans son âge d'or lorsqu'il adapte, pour la troisième fois après Rebecca et Jamaica Inn, Daphne du Maurier. Alors qu'il tournait à un rythme très élevé depuis le début de sa carrière, il attend pour la première fois trois ans entre Psycho et celui-ci, l'âge commençant à se faire ressentir et il évoqua avoir eu du mal à trouver un nouveau sujet. À l'image de Vertigo, il continue d'explorer de nouvelles facettes dans son cinéma, s'éloignant de ses thèmes de prédilection pour ici nous faire suivre une jeune belle femme qui va peu à peu rencontrer un avocat tout en subissant d'étranges attaques d'oiseaux. La force du film se trouve avant tout dans son atmosphère où Hitchcock met en place une ambiance d'abord intrigante avant d'entrer dans la fascination, l'ambiguïté puis l'angoisse. Il nous immerge peu à peu dans son film, mettant doucement en place les divers éléments et péripéties pour mieux nous donner l'impression d'être aux côtés des protagonistes, de ressentir les mêmes sensations et de se poser les mêmes questions. La construction du récit est en tout point remarquable et le maître du suspense fait peu à peu monter la tension pour atteindre son paroxysme dans la dernière partie du film. Il prend ici comme élément principal les oiseaux, des animaux semblant inoffensifs qu'il va utiliser pour créer un climat de peur et d'angoisse. Peu à peu il place l'ambiguïté au centre du récit, posant plus de questions qu'il n'y a de réponses et permettant de maintenir l'ambiance tout le long de l'oeuvre. Ce mystère tient aussi aux personnages, d'abord cette jeune femme blonde puis ceux qu'elle va rencontrer et les liens qu'elle va créer avec eux, tous intéressants et bénéficiant d'une très bonne qualité d'écriture. Hitchcock sonde l'âme humaine et ses angoisses les plus profondes, créant avec les oiseaux une peur qui va dépasser les personnages et dont les motivations sont inconnues. Des angoisses et une ambiance que Bernard Herrmann va encore sublimer via une bande-originale adéquate et participant pleinement à la fascination que l'on peut ressentir pour l'oeuvre. Comme souvent à cette période de sa carrière, sa réalisation est remarquable, chaque plan est savamment pensé, n'oubliant aucun détail et sachant au mieux exploiter le cadre de l'histoire. Un cadre fascinant qu'il met bien en valeur avec une belle photographie couleur, propice à ces attaques inattendues de par sa nature paisible. La reconstitution est excellente, tout comme les divers effets à l'image de certains oiseaux mécaniques. Plusieurs séquences sont en tous points remarquables et montrent un Hitchcock au sommet, à l'image de diverses attaques ou de l'introduction, où il n'oublie pas non plus quelques touches parfois un peu plus légères, essentiellement dans la première partie du film. Devant la caméra Tippi Hedren est aussi convaincante qu'elle est belle, c'est dire, tandis qu'elle retranscrit toute l'incompréhension des spectateurs ainsi que la psychologie de son personnage. Quarante-huitième oeuvre du maître du suspense et force est de constater qu'il est toujours au sommet tout en sachant se renouveler. Ici, il nous immerge au cœur d'une petite ville paisible pour mieux étudier nos peurs, proposant une oeuvre aussi obsédante que fascinante et angoissante. Chapeau sir.
    NormanBates3
    NormanBates3

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 92 critiques

    5,0
    Publiée le 30 août 2007
    3 ans se sont écoulés entre la sortie de ce film et celle de celui qui est considérer par beaucoup de personne (dont je ne fait pas parti) comme son chef d'oeuvre: Psychose. Il semble qu'il ait en effet eut quelques difficulté a trouver le sujet qui allez suivre ce sommet de pur cinéma qu'est Psychose, comment égaler cette réussite artistique et commercial. Surtout qu'enfin sous l'influence de la critique française Hitchcock commence a connaitre une vrai reconnaissance artistique. Après avoir un temps envisager de tourner Marnie c'est sur une nouvelle de Daphné du Maurier que son choix s'arrêtera, l'histoire est celle d'une petites communauté qui se retrouve victime d'attaque d'oiseaux le tout raconter dans une ambiance apocalyptique (a ce qu'il parait). Du texte initial Hitchcock et son scénariste Evan Hunter reprenne le motif des attaques d'oiseaux et pour le reste c'est une histoire inédite qu'ils construisent. Comme souvent chez le maitre la narration est divisé en deux temps. Premièrement on nous donne a voir le début d'une idylle un peu étrange car si elle lorgne dans sa construction vers la screwball comédie mais Hitchcock par sa mise en scéne la conduit vers une chronique intimiste et psychologique a européenne. La deuxième partie elle concerne bien sur les attaques d'oiseaux qui vont allez en s'intensifiant jusqu'à la fin du métrage. Mais ici la séparation entre les deux chapitre est bien moins net qu'elle pouvait l'être dans Vertigo ou dans Psychose. Dans la première partie les oiseaux sont présent de façon visuel et sonore et Hitchcock donne quelques miette d'attaque au spectateur (un oiseaux se jette contre une porte, un autre blesse légèrement Tippi Hedren), de même dans la deuxième partie la "toile d'araignée" des relations psychologiques entre les personnages n'est pas abandonné. Par ailleurs même si le sujet semble moins s'y prêter (ici a priori pas de personnages a la psyché tourmenté comme dans Psychose ou dans Vertigo) la caméra d'Hitchcock explore par la rigueur de ses cadrages et de son montage les pensées de ses personnages (c'est d'ailleurs là l'un des plus grand talents d'Hitchcock qui arrive le plus souvent de manièr assez simple, comme si c'était naturel, a afficher sur la toile de l'écran ce qui se passe dans la tête de ses personnages) et c'est finalement ce qui est assez dérangeant dans Les oiseaux, puisque finalement comme dans Fenêtre sur cours, ou ne sommes pas sur de la réalité du meurtre celui ci pouvant être un fantasme de James Stewart pour échapper a l'ennui ou le tient sa condition de convalescent, nous ne pouvons pas être sur que Les oiseaux ne sont pas une expression des pulsions agressive (ou sexuelle) que nourrissent les uns envers les autres les personnages du film, ils expriment aussi l'ambivalence du spectateur qui redoute les attaques mais qui d'un autre côté les désire, il veut voir ses fantasmes projeté sur l'écran. D'ailleurs a ce titre la dernière attaque d'oiseaux du film est extrêmement ambigu tant Hitchcock semble la filmé comme un viol, alors fantasme du spectateur? du réalisateur? de Mitch Brenner? de Tippi Hedren elle même? probablement tout a la fois, en tout cas c'est probablement son film le plus cruel, le plus dérangeant parce qu'il pousse très loin le voyeurisme, parce qu'il assume ici assez clairement l'aspect expérimental de son œuvre, latent dans les autres films, en refusant la musique et en la remplaçant par des cris d'oiseaux. Le silence et et ces cris contribue a l'ambiance lourde et oppressante de ce film.
    Mathias Le Quiliec
    Mathias Le Quiliec

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 378 critiques

    3,5
    Publiée le 6 septembre 2013
    L'ensemble est bon, la réalisation comporte quelque belles scènes (je ne parle pas des scènes d'attaques d'oiseaux malheureusement !), le gros point faible du film. Pas facile de faire mieux que son propre Psychose ou une mort aux trousses. Un petit suspens sympa de la part du maître par contre une fin bien en dessous de tout. A voir tout de même pour soulager sa cinéphilie.
    the_fan_of_inception
    the_fan_of_inception

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 582 critiques

    5,0
    Publiée le 11 août 2009
    LE MEILLEUR HITCHCOCK. Si les 30 premières minutes sont assez agassantes, la suite est incroyable. On se pose des tonnes de questions: Pourquoi attaquent-ils ??? Le suspense deumeure jusqu'a la fin qui m'a déçu...
    bibialien
    bibialien

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 794 critiques

    3,0
    Publiée le 10 juin 2013
    N’oublions pas que ce film date de 1963 et que pour l’époque, il est plutôt bien construit et avant-gardiste ! Ce bon vieil Hitchcock que j’aimais tant était même précurseur du gore ! Certes ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux mais quand même, à voir et à revoir
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 1 041 critiques

    2,5
    Publiée le 10 juin 2013
    Je sais que c'est un classique, mais je trouve que le film n'a pas très bien vieilli. Quelques scènes ou les ficelles sont un peu grosses m'ont aussi un peu irrité. Quand au dialogues.....Faut vraiment se remettre a l'époque. Aprés point trop sévère non plus, ça reste tout de meme interressant et le scénario est trés bon.
    Movie_Fan
    Movie_Fan

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 431 critiques

    3,5
    Publiée le 10 septembre 2012
    N'étant pas amateur du genre, j'ai trouvé ce métrage divertissant et sympathique.
    heavy choupi
    heavy choupi

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 50 critiques

    4,0
    Publiée le 17 septembre 2013
    En gros "les oiseaux" est le meilleur film de hitchcock! Il est meilleur que psychose tout simplement car les deux sont sur la terreur mais les oiseaux est bien meilleur dans ce domaine que ce soit par rapport au fait que rien n'est expliqué ou pour ses plans magnifiquement tournée . Pourtant l'idée du fait que les oiseaux attaquent des gens avec leurs bec aurait put être un gros navet... Mais c'est bien sa réalisation de notre maître à tous hitchcock qui sauve le film! C'est après la première attaque des oiseaux que le spectateur peut se sentir stressé (je pense a la scène à coté de l'école ou les oiseaux arrivent progressivement) ! Ce qui est aussi extrêmement opressant dans ce film c'est le cri strident des oiseaux avant une attaque. La meilleur et la plus impressionnante scène du film est la scène ou les deux héros doivent aller chercher la petite fille et passent à coté de ces grandes lignées d'oiseaux , le public se sent stressé car il ne peut pas se mettre dans la peau d'un oiseau et donc comprendre ce qu'il a dans la tête( s'il va attaquer ou pas) Hitchcock s'amuse avec nos nerfs, c'est la ou on peut comprendre finalement l'excellente idée des oiseaux et son utilisation plus que parfaite. La scène ou les héros se barricadent dans la maison est aussi excellente car elle donne un coté apocalyptique SPOILER: mais plus tard Melanie Daniels monte les escaliers , ouvre une porte et se rend compte que les oiseaux ont réussi a pénetrer dans la maison et là c'est la désolation. La scène finale est aussi excellent avec son nombre d'oiseaux impressionant qui montre encore une foois ce coté apocalyptique. Bref avec hitchcock on recoit une toute autre idée des oiseaux et on ne les voit plus de la même manière , on sort une image tout de suite plus glauque! Là est la puissance de hitchcock!!
    Sim182
    Sim182

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 321 critiques

    4,0
    Publiée le 13 décembre 2009
    Le film le plus accessible d'Hitchcock et un des meilleurs. Surtout au niveau de l'ambiance, oppressante dès le générique de début. Le début, sobre, coloré, dépeint des personnages fantasques mais peine à trouver un rythme, beaucoup de scènes ne servent à rien, le film est donc assez troublant. Puis , dès l'arrivée sur l'île le film prend vie. Hitchcock réussit l'exploit de nous surprendre llors de la première attque qui arrivé à un moment insoupçonnable alors que l'on attend cette attque depuis le début! Les personnages sont très complexes, très travaillés. Il a un sens des dialogues inoui et très maitrisés, jamais appuyés, jamais lourdingues. Le film prend de l'ampleur. Caractéristiques d'Hitchcok, cette capacité à placer tous les enjeux de son film en une scène. Paradoxalement, ce sont les scènes d'attaque des oiseaux qui sont les plus ratées. En effets, les oiseaux ne sont vraiment effrayants qu'avec l'idée qu'on se fait d'eux, et dès qu'ils passent à l'acte, on est déçus. On peut même parfois retenir un sourire géné devant les effets spéciaux un peu grotesques. Autre bémol: l'histoire d'amour, tjrs le point faible d'Hitchcok dans tous ses films. Par contre, l'un des plus gdes scènes de l'histoire du cinémase trouve dans le moment du banc sur l'école primaire, avec les corbaux en arrière plan, là Hitchcok fait de la pure mise en scène et la tension attaient des sommets. Sinon, le film reste passionnant, jamais explicatif avec aucune démonstration explicative et psychanalytique. Très sobre, prenant, un brin répétitif mais grâce à la mise en scène efficace le film est très effrayant, notamment le huit clos final, avce la scène du grenier, asphyxiante!
    Chucky.
    Chucky.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 385 critiques

    4,5
    Publiée le 6 octobre 2012
    Un grand classique que cinéma d'horreur, une assez bonne histoire, les acteurs sont bons, mais les effets spéciaux ont assez mal vieillie
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top