Mon compte
    L'Empire des sens
    note moyenne
    3,2
    3226 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur L'Empire des sens ?

    107 critiques spectateurs

    5
    21 critiques
    4
    26 critiques
    3
    15 critiques
    2
    11 critiques
    1
    29 critiques
    0
    5 critiques
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 17 mai 2009
    " L'empire des sens", classique de Nagisa Oshima, s'inspire d'un fait divers sordide. L'histoire d'une passion charnelle qui tourne à l'obsession et fait sombrer une femme dans la folie la plus macabre. Le spectateur, sans jamais se sentir voyeur, prend part à cette odyssee furieuse. Le plaisir est le seul gouvernail de ce bateau à la derive, et les scènes explicites font oublier au spectateur la maigreur ou quasi absence de scénario .
    Pénétrations et fellations non simulées, insertions d'objets ( mémorable scène de l'oeuf), sado-masochisme, Geishas chantant pendant les ébats du couple polisson (et y participant parfois), gros plans vaginaux que n'aurait pas renies Gustave Courbet. Le réalisateur japonais ne se refuse rien. "L empire des sens" est-il un film porno ? Peut-être. Mais le premier film porno esthétique assurément! Oshima filme des scenes tantôt suggestives et fascinantes, dans la plus pure tradition du Shunga où les corps vêtus ne laissent apparaitre que les parties intimes, accroissant ainsi la tension érotique; tantôt des scènes explicites, brutales et voyeuristes. La nudité ne semble pas nourrir les fantasmes du Japon de l'époque et c'est moins l'accumulation et l'audace des scènes sexuelles qui surprend le spectateur que l'hypersexualité nouvelle de son insatiable héroïne, et dont elle est la première à souffrir...
    Objet de fascination et de répulsion , ce film est a l'image du sexe : il a la beauté de sa laideur, l'intérêt de sa vacuité , l'ineptie de sa facilité. Il atteint une forme de pureté visuelle absolue qui le rend indatable. Le coup de maître d'Oshima est de ne jamais rendre son sujet vulgaire. La psychologie des personnages transpire dans chaque scene, et la chair, vecteur d'unité, source de plaisir et de grands tourments, devient le seul langage désespéré de ce couple en perdition.
    ttini
    ttini

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 16 critiques

    4,0
    Publiée le 19 mai 2011
    Ni pornographique, ni érotique, ni vulgaire, film inclassable et unique dans l'histoire du cinéma. Je passe la mise en scène soignée, cadrages de qualité, la belle photographie et le bon jeu des acteurs. Nos corps sont mis à nu dans le prolongement de notre intellect. Film freudien en puissance. Notation impossible. On se reconnait dans un ou plusieurs personnage car nous avons tous connu le plaisir charnel ou son désir au moins une fois. L'amour n'est pas loin mais il est à peine suggéré dans le film. Il reste brut, voulu par le metteur en scène. C'est un film sur l'infiniment intime et le ressenti sensoriel très bien décrit, chose difficile à faire au cinéma, plus aisé en littérature.
    Pilaga
    Pilaga

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 30 critiques

    4,0
    Publiée le 6 janvier 2009
    L'empire des sens ou la rencontre de l'érotisme avec le cinéma, le vrai.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 14 janvier 2008
    Osé mais chiant, les interminables orgasmes rythmés par la monotone musique japonaise, qui sont les uniques péripéties du film, c'est d'un ennui mortel, jusqu'à la fin gore... Le prétendu "message" du film n'est qu'un prétexte intello, c'est un porno mou avec des engins moins impressionnants (à la japonaise) et des cris d'extase plus modérés.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 10 juillet 2007
    ce film est tout simplemen un chef d' oeuvre du cinema asiatique, magnifique et très poetique en soi ce film revele la passion auto-destrutrice entre une geisha et son patron, des images extremement cru mes malgré tout nessesaire.
    Oshima nous realise ici un drame d' un realisme horrifiant ( enfin surtout la fin ) tirré d' un fait divers japonais de 1936 ce film et a voir absolument.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 15 octobre 2007
    Après avoir vu le second volet du dyptique, l´empire de la passion et son faux remake la véritable histoire d´Abe Sada de Noboru Tanaka; Je vois enfin L´empire des sens. alors est-ce que l´empire des sens contre-attaque?
    ...
    On en parle comme, non pas seulement un vulgaire film pornographique(car les scènes d´amour ne sont pas simulées et filmées assez crument) mais d´un très grand film, d´une oeuvre clef dans le panorama cinémathographique nippon, même si la plupart des investissement viennent de France. Du film le plus abouti sur le thème de la sexualité au Japon et mondial selon certains (dixit Gaspard irréversible Noé qui considère le final comme trop glauque).

    La trame scénaristique n´est pas très complexe, se basant sur un fait divers, le réalisateur (homosexuel, besoin est-il de le rappeler?) s´est bien sûr permis de broder autour d´autres éléments, une histoire d´amour entre un teneur de maison close et un geisha qui doit travailler pour embourser les dettes de son mari, l´évolution de leur relation, leur sexualité compulsive, l´intrusion d´autres élements comme la douleur pour sublimer la jouissance, le sadomasochisme, des demandes intrusions extérieures, leur totale absence de pudeur et fidélité, Sada guardant son statut et le début de la folie, la jalousie,...

    On pense bien sûr à la thématique de Freud sur les deux pulsions sexuelles et mortuaires (qui lui ont été en grande partie inspiré par les deux monarques aux pouvoirs à Vienne, à l´époque qui se sont donné la mort après un acte sexuel).

    Le métrage révèle une face extrème de l´archipel, il se veut bien sûr transgressif et politiquement incorrect, Nagisa Oshima s´inspire aussi de la démarche d´autres réalisateurs pornographiques bien plus underground que lui.

    Ethiquement le films dépasse beaucoup de limites, la scène avec les enfants et Sada, et celle avec la vielle femme m´ont choqués tout comme le final jusqu´au boutiste, hardcore. Il n´y a rien d´étonnant, donc à ce que les cens
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 7 avril 2015
    C'était assez dur à regarder quand même. J'ai peiné à trouver de l'intérêt à ce film qui m'a juste paru redondant. Peut-être suis-je trop jeune. Seule la scène finale m'a ému, peut-être simplement parce que je ne connaissais pas l'histoire d'Abe Sada.
    clarisse Y.
    clarisse Y.

    Suivre son activité Lire ses 54 critiques

    2,5
    Publiée le 16 juillet 2017
    Partagee. Provocateur pour l'epoque et belle esthetique de certaines scenes, Mais la repetition machinale des scenes de sexe finissent par ennuyer un peu. Ne rentrera pas dans ma liste de film culte.
    Maxime R
    Maxime R

    Suivre son activité Lire ses 50 critiques

    2,5
    Publiée le 3 janvier 2021
    Une pièce de théâtre japonaise se divisent en 6 parties ; si l'on appliquait une grille à ce film voici ce que cela donnerait ; Sexe, Sexe, Sexe, Sexe, Sexe et Sexe. Saupoudrée de romance et d'intrigues conjugales. Osez me contredire.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un miracle. Dans un univers complètement pourri par le kitch, Oshima réalise une perle, LE film ultime en matière d'érotisme.
    La photographie est absolument magnifique, le parti pris de se réduire à la SEULE matière érotique, une réussite totale.
    Après L'Empire des sens, c'est à se demander si le film érotique est encore possible.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 11 octobre 2006
    L'érotisme à son stade extrême. Des images souvent bouleversantes, souvent choquantes, mais pour le moins envoûtantes. Un film unique sur la passion amoureuse.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 13 octobre 2013
    Il s'agit de là de noter l'oeuvre plus que le thème bien que les deux soit indissociable. Là ou Lars Von trier c'était arrêter avec Anti-christ et le scandale qui lui est lier Oshima n'a pas hésité à aller plus loin 30 ans auparavant on peut imaginer le scandale lié à cette oeuvre à caractère érotiquo-pornographique mais tout de même esthétique. Car comme Anti-christ l'exploration du désir, du plaisir charnelle sous toutes ses formes est pour les deux réalisateur liés à une certaines formes de folies.
    Il s'agit également de replacer le contexte du film, les années 1970 sont des années charnières dans l'histoire du renouveau japonais car dans une société empreinte d'un américanisme dynamisant l'économie du pays "L"empire des Sens" représente le pilier fondateurs de la contre culture nippone. D'ailleurs cette contre culture visant à "libérer" les mœurs ne se limite pas qu'au Japon, en France "Emmanuelle" bien que subversif rencontre un succès populaire phénoménale.
    Enfin cette année 76 resteras sans doute l'année la plus dérangeante car on peut ajouter à "l'empire des sens" le "Salo" de Passolini.
    Une oeuvre qui est tout de même à voir, pour se forger sa propre opinion.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 24 mars 2009
    Ca me fait marrer des gens qui mettent une ou zéro étoile parce que c'est trop érotique, et qui quand on va voir leur profil, mettent quatre étoiles à des films d'horreur où on voit une nana par exemple se faire couper en petits morceaux!
    Des puritains cubénits conservateurs que seule la vue du sang fait jubiler ! Eh, les grenouilles de bénitier, faites l'amour, pas la guerre.
    Vive le sexe libre ! Et ce chef d'oeuvre nous apporte de si sensuels frissons, qu'on a vite envie d'aller sous la couette passer aux travaux pratiques.
    -yhi-
    -yhi-

    Suivre son activité Lire ses 68 critiques

    3,0
    Publiée le 8 décembre 2012
    Un film plutôt intriguant, est-ce un drame érotique ou un film pornographique ? Les avis sont partagés.
    Bien qu'ayant provoqué un scandale dans son pays d'origine, le japon; en France, le CSA ne classe pas le film "X" et Allociné le classe dans la catégorie "drame" avant "érotique". Cependant, l'empire des sens, premier volet du diptyque qu'il constitue avec l'empire de la passion (que je n'ai pas vu) comporte clairement des scènes de sexe explicites (et que ça d'ailleurs).
    On peut effectivement y voir l'histoire d'un amour extrême entre deux personnes mais qui ne passerait que par des expériences sexuelles de plus en plus violentes jusqu'à un final dérangeant. Au final, donc, une impression assez mitigée car on ne sait pas trop où le film se situe.
    Pygmalionne
    Pygmalionne

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    5,0
    Publiée le 11 octobre 2008
    une pure merveille. Ce film explore sans détour la passion amoureuse poussé aux limites de la folie, et de la relation entre plaisir et douleur. L'ambiance y est très fine, la musique très belle. La belle Sada est de plus en plus belle au fil de l'oeuvre, jusqu'à devenir magnifique sur la dernière image qui en choqueront plus d'un. Le film n'est jamais ennuyeux, on sombre en même temps que les deux amants dans une spirale de plaisir, d'érotisme et de folie jusqu'à cette fin, difficile, mais tellement belle dans son symbole.
    En ce qui concerne le caractère dit pornographique du film , je le nie. Si les images sont en effet directes et explicites ( plus que dans certains films érotiques ) on n'a jamais de plans vulgaires et anatomiques à n'en plus finir. C'est avant tout un film sentimental, avec un scénario consctruit et intelligent, donc, point de scènes de sexe inutiles où purement anatomiques à l'image de la scène porno actuelle, bien ecoeurante si on la compare à l'empire des sens.
    Un joyau du cinéma asiatique donc, mais réservé à un public tout de même averti.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top