Notez des films
Mon AlloCiné
    Amarcord
    note moyenne
    3,9
    834 notes dont 63 critiques
    répartition des 63 critiques par note
    25 critiques
    15 critiques
    7 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Amarcord ?

    63 critiques spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 1 416 critiques

    3,5
    Publiée le 5 novembre 2013
    Le fascisme, la religion, la politique, mais aussi l'enfance, tels sont les sujets évoqués par Federico Fellini, à travers des personnages tous aussi surprenants les uns que les autres. Ce film est également un bref portrait d'un village italien (reflet du pays) des années 30, abordé sous deux principaux angles. D'abord, une vision générale du village et de ses habitants est proposée, à la dimension essentiellement comique. Absolument tout est matière à rire. L'audace et l'humour de Fellini scotchent véritablement le spectateur, émerveillé devant ce cinéma qui ne ressemble à aucun autre. Ensuite, on voit une seconde partie plus intime, mais aussi moins rythmée et moins imaginative que la première. La faute à l'apparition d'un ton plus mélancolique qui a son charme, mais à la force émotionnelle limitée. L'impression dominante reste celle d'avoir voyagé pendant près de deux heures dans un monde à part, et d'en ressortir avec un mélange de joie et d'étonnement. "Amarcord", c'est surtout un monde de souvenirs, retranscrits par une mise en scène hors du commun.
    Schwann
    Schwann

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 261 critiques

    4,0
    Publiée le 4 juin 2013
    Un très bon Fellini, qui est laissé à la dérive par moments (ce n'est pas forcément déplaisant) et permet d'entrapercevoir Huit et demi. L'art d'un cinéma onirique, éloquent, riche, émouvant, dans toute sa puissance, mettant en scène avec humour ce village adhérent au parti (fasciste) "à 99%". Fellini ne se départ pas de sa justesse de point de vue, tout en sachant orchestrer des scènes irrésistibles.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1533 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    2,5
    Publiée le 4 avril 2014
    Federico Fellini signe son film le plus autobiographique et le plus politique aussi avec "Amarcord"(1973). Dans une évocation lyrique,cocasse,révoltante ;le cinéaste évoque ses souvenirs de jeunesse dans les années 30 ,dans la petite ville côtière de Rimini. La succession de vignettes s'imprègne facilement dans notre inconscient,comme l'arrivée grotesque des fascistes avec une tête géante de Mussolini,comme la vision artificielle d'un paquebot,le Grand Rex,voguant vers d'autres cieux. Fellini s'attarde aussi sur ceux que l'on surnomme les vitelloni(et à qui il consacra un film antérieur),ces ados désœuvrés ne pensant qu'à faire des bêtises et découvrir la vie sexuelle. L'obsession de Fellini pour les femmes fortes et bien pourvues est plus présente que jamais. Avec l'apport de la musique de Nino Rota,on baigne sans mal en pleine nostalgie,où l'arrivée de la guerre n'est qu'une menace diffuse. Malgré toutes les qualités citées,le film est bien trop lent et souffre considérablement de ne pas avoir de scénario structuré. On passe du coq à l'âne,d'un ton a un autre,d'une époque à une autre,sans distinction apparente. Le film a fait date,mais ne me comptera pas dans ses adeptes.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 583 critiques

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2011
    Du grand Fellini, sans hésitation un de ses meilleurs films ! "Amarcord" est un film possédant une dimension autobiographique très intéressante, le film racontant la vie d'une petite ville Italienne a travers les yeux de Titta, un adolescent représentant Fellini lui-même étant jeune. Un œuvre déjantée, décalée et audacieuse, débordante de génie, montrant des séquences passionnantes, débordantes d'un humour bien gras absolument Fellinien ! Un film plein d'humour et de nostalgie mettant en scènes des personnages grotesques, caricaturaux, et presque cartoonesques. Sublime !
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 18 septembre 2018
    Avec Amarcord, Fellini se paie un voyage au pays de son enfance. Le titre est sans équivoque puisqu’il signifie en bon français : Je me souviens et le bel l’adolescent qui incarne Fellini à l’éveil du printemps est le seul personnage qui semble tout à fait normal. Tous les autres qui entourent ont quelque chose de grotesque comme si leurs traits grossissaient à travers la mémoire du réalisateur La grande force de l’univers cinématographique du maître italien est de conjuguer caricature et vérité et avec Amarcord, il donne la preuve qu’il est en plein contrôle de sa signature. Le père, la mère, le grand-père sont savoureux, Magali Noël en Gradisca qui rêve d’un amour Hollywoodien et qui finit par marier un carabinier bien ordinaire est parfaite. Certains personnages épisodiques offrent des numéros clowns particulièrement tordants, je pense notamment au professeur de diction, à l’oncle un brin fêlé et bien sûr à la plantureuse vendeuse de tabac. On en arrive à se demander où est-ce qu’ils réussissent à pêcher tous ces acteurs aux allures aussi inimaginables. Le film est une suite de souvenirs plus ou moins développés où le burlesque côtoie le drame. Il n’y a donc pas vraiment de construction dramatique ou de développement de l’action menant à un dénouement. La faiblesse d’une telle structure apparaît lorsque des tableaux moins punchés se succèdent. Amarcord n’évite pas tout à fait le piège, mais dans l’ensemble, la magie fellinienne agit et certaines images font en sorte que nous aussi on se souvient.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    5,0
    Publiée le 29 mars 2011
    Un Conte Fellinéen aussi magnifique que créatif...
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5235 abonnés Lire ses 10 433 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2014
    Rendons un salut respectueux au sublime "Amarcord" de Federico Fellini, chronique nostalgique d'un passè vu à travers les yeux d'un adolescent à l'aube de sa vie sentimentale et politique où le cinèaste èvoque avec prècision l'èveil de la sexualitè du jeune homme qu'il fut, d'abord auprès d'une prestigieuse courtisane, absolument inaccessible, ensuite auprès d'une èpicière dont la poitrine tenait du miracle! Une oeuvre qui dèpasse la comèdie - nonobstant les gags et situations cocasses grâce auxquels Fellini mêle le doux à l'amer depuis "Le notti di Cabiria". Mais rappeler que l'univers fellinien rèunit fantaisie, humour, tendresse et amertume en une recette dont cet auteur avait le secret ne suffit bien sûr pas à rendre compte de ce qui fait de chacune de ses oeuvres un chef d'oeuvre! il suffit de voir "Amarcord" pour constater que l'èpoque des music-halls de province appartient dans ce pays qu'est l'Italie à une tradition pas si èloignèe que ça! Le temps des souvenirs pour le cinèaste de "La dolce vita" et "Otto e mezzo", au bord de l'Adriatique, les films de Gary Cooper, le passage du paquebot...vous donnera le frisson comme jamais! Sans oublier la partition inoubliable de Nino Rota! Un immense moment de cinèma en somme...
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 716 critiques

    5,0
    Publiée le 8 juin 2007
    Tout simplement : un des plus grands films jamais réalisés, le meilleur de Fellini, et doté d'une musique sensationnelle de Nino Rota. Mer-veil-leux !
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    5,0
    Publiée le 7 décembre 2012
    Après un premier essai (Roma) à demi-convaincant, Fellini nous donne un premier chef-d’œuvre dans le genre de narration libre qu’il décide d’aborder à partir des années soixante-dix. Je ne connais peut-être pas de film qui mérite davantage le qualificatif de « poésie pure » que cet Amarcord, (« Je me souviens »), tendre et nostalgique sans être mièvre, plastiquement irréprochable, qui joue sur les souvenirs et la mémoire de l’auteur en les transfigurant de la plus belle manière qui soit par l’image cinématographique. La construction de ce récit déstructuré se met en place peu à peu par des petites tranches de vie réelle qui viennent faire irruption par l’intermédiaire de la toile à l’intérieur de notre perception des choses et des gens et s’y inscrire à tout jamais en la transformant. Les fantasmes sexuels felliniens sont exposés dans toute leur simplicité et leur banalité absolue, de même que ses opinions politiques puisqu’une bonne partie du film repose sur la dénonciation du fascisme. La campagne italienne de l’enfance de Fellini est magnifiée par des séquences inoubliables que l’on ne peut pas citer individuellement car il faudrait alors les citer pratiquement toutes. Les personnages sont attachants et drôles, la caméra est subtile et inventive et la musique de Nino Rota n’a peut-être jamais autant représenté les images de Fellini que dans ce film. Authentique génie du cinéma – à mon avis un des trois ou quatre plus grands de l’histoire – Fellini nous livre ici une leçon magistrale de son art en remplissant sa mission première, celle de rendre compte de l’humanité avec un amour sans cesse renouvelé mais toujours aussi enthousiaste et émouvant. Un film à regarder avec le cœur autant qu’avec les yeux.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 697 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,5
    Publiée le 22 avril 2012
    Plus qu’une vaste fable poétique, ce que le maestro Fellini a mis ici en scène est un amas de vieux souvenirs tout droit issus de son enfance dans l’Italie des années 30. Toutes ces scènes rendues inoubliables par leurs images insolites, à son humour enfantin et à leurs personnages hauts en couleurs, le tout s’accompagnant d’une musique envoutante, donnent une image magnifiée vue par le regard d’un jeune adolescent au sein d’une famille déjantée. Mais, dans cet univers dont l’imagerie relèverait presque du surréalisme, ce sont bel et bien les partisans du régime en place qui ont l’air le plus ridicules. Le tout a certes bien vieilli mais reste la source d’une magie onirique et d’une superbe vision tragicomique de l’Italie fasciste.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    5,0
    Publiée le 4 novembre 2012
    Comment ne pas aimer Fellini dans ce torrent d'images drôles et poétiques, dans un récit visuel proche du souvenir un peu pêle-mêle? Kusturica doit sûrement beaucoup à ce génie de l'image et de la comédie humaine, Fellini est un grand réalisateur et un grand artiste que j'admire énormément.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 579 critiques

    4,0
    Publiée le 11 décembre 2012
    Amarcord: Je me souviens. Fellini dans ce film se souvient et mêle ses souvenirs aux fantasmes typiques du cinéaste dans cette oeuvre baroque, bourrée de vie et de sensibilité. D'un hiver à un autre, on assiste à une véritable fresque sur une Italie campagnarde en proie à la montée du fascisme. Pour autant le film n'est pas exclusivement politique bien que ce contexte servant de toile de fond soit quand même bien mis en avant à l'écran. Mais Amarcord c'est d'abord l'exposition de tranches de vie. Celle-ci apparaît ici exubérante, Fellini nous livre un film coloré et libre mettant en scène un quotidien loufoque et véritablement exaltant. La structure narrative du film est particulière, à la frontière entre le film à sketchs et le film choral. On y suit particulièrement Titta, qui pourrait être Fellini, un adolescent fantasque rôdant dans les rues de ce petit village animé avec ses amis tout en fantasmant sur tout ce qui caractérise la gent féminine et notamment La "Gradisca", véritable pin-up des champs et objet de toutes les convoitises par tous les hommes du village. La première partie est la plus légère, avec énormément d'humour, de poésie et de tendresse. La galerie de personnages proposée est assez énorme, le symbole-même de l'exubérance. Toute la séquence à l'école est un sommet de comédie, tout comme la fameuse scène du dîner qui brille par la vision acide que dégage Fellini. Par la suite le ton devient nettement plus sérieux avec la peinture du fascisme proposée par la cinéaste. Certaines scènes deviennent plus rudes, comme celle du clocher ou encore de l'interrogatoire. Progressivement, le film devient plus dur tout en conservant sa ligne de conduite initiale. Amarcord se révèle être une oeuvre vraiment dense et très profonde. Cette ode à la vie mêle divers sentiments dans un contexte froid et impitoyable. De plus techniquement le film est juste sublime. La photographie est un vrai régal, les couleurs sont tout simplement parfaites. Le tout est appuyé par une magnifique mise en scène typique de Fellini avec ses plan-séquences inspirés faisant la part belle à cette société baroque. Et puis Nino Rota nous gratifie une nouvelle fois d'une BO exceptionnelle. C'est un film que j'ai déjà envie de revoir tant celui-ci fut un véritable plaisir du début à la fin. Amarcord c'est ni plus ni moins que la vie, qu'une exposition de la vie avec toute la part de beauté qui la caractérise tout en ne dissimulant pas son impitoyable cruauté. Une oeuvre majeure du cinéaste italien qui comporte son lot de scènes mythiques.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 354 abonnés Lire ses 3 449 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juillet 2010
    Cette chronique nostalgique de Fellini sur un village italien à l'aube du fascisme peut déstabiliser dans la mesure où il n'y a pas vraiment de scénario (et cela se fait fortement sentir par moment). Cependant, on sent que le réalisateur souhaite avec "Amarcord" faire partager au spectateur d'agréables souvenirs d'enfance, notamment via de très belles scènes, des passages improbables voire délirants et des personnages attachants. Une comédie dramatique qui aurait donc pu avoir un meilleur impact sur son fond, mais qui reste très agréable à visionner.
    SebD31
    SebD31

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 553 critiques

    5,0
    Publiée le 12 août 2009
    Un film haut en couleur, entre rires et larmes, une véritable merveille du cinéma italien !
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 9 décembre 2010
    Federico Fellini est décidément un cinéaste qui se démarque des autres. Son oeuvre entière peut être considérée comme extraterrestre à cause de ses fantasmes qui ne ressemblent à aucun autre. "Amarcord" est une grande fresque sur l'Italie des années 1930 à l'époque où dominait politiquement le fascisme. Mais le film est très très loin d'apporter un message politique, Fellini se contentant de raconter l'histoire de plusieurs personnages et de révéler des moeurs qui finalement ne sont pas tellement éloignées des nôtres. Le réalisateur montre des fascistes sadiques qui n'hésitent pas à tuer mais qui forment de jeunes hommes à y adhérer sans que ceux-ci ne subissent un lavage de cerveau. En effet, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les Italiens de cette période n'étaient pas malheureux. Ils aimaient s'amuser, organiser des courses automobiles, célèbrer des mariages, les enfants se divertissaient tranquillement en commettant des bêtises, les handicapés mentaux étaient déjà traités de la même manière, les femmes belles étaient courtisées et se complaisaient parmi les hautes autorités de l'Etat. Fellini montre également les moeurs scolaires et affiche les comportements des enfants d'alors comme ceux d'aujourd'hui c'est-à-dire provocateurs, insolents, grossiers bref la jeunesse d'hier était déjà assez décadente. Le film démontre aussi que les comportements au sein des familles n'a guère changé, les parents se disputaient déjà pour un rien, les enfants prenaient des raclées, la différence qui s'affiche entre cette époque et celle d'aujourd'hui est le respect et la fraternité dans la famille quelles que soient les circonstances, heureuses ou dramatiques. Le réalisateur ne déroge pas à sa règle de provocateur et filme en gros plan des croupes de filles cachées par des robes et les seins d'une femme qui tente d'initier un jeune puceau. Au final, Federico Fellini rédige et signe une oeuvre joyeuse et qui figure certainement parmi ses essentiels. Un film original et qui peut se vanter de sa modernité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top