Mon compte
    Mad Max: Fury Road
    Note moyenne
    4,2
    39394 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Mad Max: Fury Road ?

    2 101 critiques spectateurs

    5
    575 critiques
    4
    778 critiques
    3
    290 critiques
    2
    192 critiques
    1
    131 critiques
    0
    135 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    283 abonnés 576 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 21 mai 2015
    Présenté hors compétition à la 68ème édition du festival de Cannes, "Mad Max : Fury Road" a rapidement déchainé les passions. Trente ans après la sortie du troisième opus "Mad Max : Beyond Thunderdom" qui avait pas mal déçu, George Miller revient à sa saga, celle qui l'a fait connaitre. Un projet qu'il monta sur plus d'une dizaine d'années, le film étant tour à tour réécrit, repoussé et le tournage interrompu. Les fans étaient à l'agonie, l'attente se faisait interminable et les bandes annonces sur-vitaminées n'aidaient pas. Enfin, en mai 2015, c'est la délivrance, le film sort et tout le monde peut admirer le spectacle post-apocalyptique qui avait mis tant de temps à se faire. Si on devait rapprocher ce nouvel opus à l'un des précédents, ce serait clairement le deuxième. En effet, dans celui-ci aussi il est question de réserves d'essence et il y a une course poursuite dans le désert. Difficile de passer à côté de cette géante course-poursuite explosive que nous a concoctée le réalisateur de "Happy Feet" pour son retour. Elle remplit quasiment l'intégralité du film, sur les deux heures que dure le récit, elle représente environ 1H45. C'est à la fois la plus grande qualité du film, et son plus gros défaut. Et pour cause, le scénario en est réduit à ça. Certes, cela se passe dans un futur post-apocalyptique dangereux et violent, où l'Homme tente tant bien que mal de survivre. Et oui, ce futur est remarquablement bien représenté, parvenant carrément à être effrayant par plusieurs aspects. Cela en fait un blockbuster différent des autres mais cela n'en fait pas un blockbuster bien écrit. Si ce film a tant de succès, ce n'est donc pas pour son histoire dense et ses personnages complexes. D'ailleurs, on ne connaitra rien de la plupart d'entre eux. Mais là n'est pas l'essentiel car pour ce film, le cinéaste australien a tout mise sur l'action et le grandiose. Et à ce niveau, le résultat envoie du très lourd ! George Miller a affirmé vouloir tourner le maximum de ses scènes à l'ancienne, sans les fonds verts et effets numériques auxquels on est habitué. C'est-à-dire que chaque explosion et chaque carambolage a vraiment eu lieu sur le tournage. C'était un pari risqué mais le rendu est tellement exceptionnel que l'on se demande pourquoi chaque film ne fait pas pareil. Cette course-poursuite dans le désert est maîtrisée de bout en bout, c'est violent, spectaculaire, complètement dingue et follement jouissif. On est servit, rassasié, épuisé, et pourtant on en demande encore tant c'était bon ! "Mad Max : Fury Road" est un blockbuster dantesque pour l'action et le divertissement explosif qu'il propose, et son scénario n'est qu'un simple prétexte pour nous offrir tout cela.
    Shelby77
    Shelby77

    139 abonnés 1 532 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 6 juillet 2016
    Critique de "Fury Road".
    Génial !!! Ici le scénario le scénario a peu d'importance. Deux heures d'action, baston, fusillade et courses poursuites dans les sables rouge du désert. Très beaux décors avec un univers réaliste autour. Tom Hardy et Charlize Theron forme un duo électrique. Les autres personnages gèrent aussi. Le film , du point de vue esthétique nous met une belle claque. La photographie est maîtrisé avec brio. 5/5
    kal-el 02
    kal-el 02

    96 abonnés 843 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 15 mai 2015
    Ayant vu ce film en 3D je trouve ce film super sympa surtout le coté effet speciaux et côté action mais pour le scenario peux faire mieux . Le casting tom hardy qui remplace mel gibson pour le role de max , charlize theron hyper bad-ass dans le role de l'imperatrisse furiosa et nicholas hoult qui n'est pas le point fort du film loin de la mad max fury road est un bon blockbuster mais pas a la hauteur de avengers age of ultron . celui qui doit donner la fessée tant attendue à une moisson de franchises mécanisées. Pourtant avant d'en profiter il faudra s'acclimater. Le délire punk motorisé de Miller atteint des sommets et frise le ridicule. Puis on finit par être pris dans ce souffle épique, de séquences d'action mythiques et on devient vite accro. Du grand art. Pour en savoir plus, eh ben allez voir ce film super jouissif .
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 mai 2015
    Si il y a bien un mot qui me vient en sortant de la salle, c'est "époustouflant" ! C'est sûrement la première fois que je me dis : "le scénario n'est pas exceptionnel, mais j'en ai rien à battre tellement c'était spectaculaire".. Le scénario, c'est sûr, n'est pas des plus profonds et laisse plus place à l'action et les scènes de toute beauté visuelle qu'à des dialogues très travaillés et des aspects profonds de la personnalité des personnages.. On peut en effet peut-être reprocher à ce film de ne pas réellement être centré sur Max, on aurait pu appeler ce film "Furiosa" ça aurait été la même chose.. D'ailleurs, parfois Max devient presque un personnage secondaire et nous laisse l'impression que la véritable star de ce film est Charlize Theron plutôt que Tom Hardy.. Mais ça à la limite, ce n'est pas le plus important, on peut faire abstraction de ce "mauvais" point.. Donc voilà, seul véritable reproche à faire à ce film : peut-être un peu trop d'action, ce qui ne laisse pas le temps à l'histoire d'être totalement aboutie.. Qui plus est, une histoire peut-être parfois un poil complexe (pas grand chose, mais c'est juste qu'à quelques moments on se pose la question "quoi ?!", ça manque un peu de clarté) mais l'ensemble reste très compréhensible et agréable à suivre. Tom Hardy m'avait épaté notamment dans "Des hommes sans loi", ici malheureusement le rôle n'est certainement pas assez "profond" pour qu'il exprime pleinement son talent et donc fait un peu figure de "personnage à la Schwarzenegger" : un gros dur qui n'a pas forcément beaucoup d'émotions, donc pas très difficile à jouer.. Ce qui n'est pas forcément un défaut, c'est juste que du coup la prestation des acteurs n'est pas exceptionnelle (car elle n'a pas besoin de l'être), bien que les transformations de Charlize Theron et Nicholas Hoult soient assez épatantes.. Alors, avec tous ces petits reproches, on se dit que ma note aurait dû être plus mauvaise.. Mais comme je l'ai dit, même si je n'ai vraiment pas l'habitude de dire ça et de juger un film de cette manière, ici c'était tellement époustouflant que je me fiche complètement de tout ça : on nous en met plein la vue, tellement que ça en devient quasiment le seul point important ! Les courses poursuites sont fantastiques, les scènes de "combat" sont intenses, le tout est extrêmement bien filmé et la réalisation est splendide.. Chaque plan est tellement riche qu'il nous faudrait plusieurs visionnages pour bien voir chaque détail de ces plans.. Chacun de ces plans nous en met plein les yeux ! Qu'est-ce que ça a du être difficile à tourner tout ça ! Pour vraiment que ce film atteigne l'excellence, il aurait fallu juste qu'il y ait un tout petit peu moins d'action et donc approfondir un peu le scénario.. Mais sinon c'est vraiment bon, et en bonus la 3D est très bonne (c'est vraiment rare.. Alors quand c'est le cas, ça mérite d'être souligné !).
    Ah oui, juste une précision : je parle de ce film sans avoir vu les précédents.. je suis donc "neutre", et ce n'est pas plus mal.. Je note bien ce film en lui-même et non pas la saga
    maximemaxf
    maximemaxf

    324 abonnés 260 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 18 mai 2015
    Si vous avez grandi pendant les années 1970 durant votre adolescence, je pense que vous connaissez très probablement "Mad Max", un film de science-fiction futuriste qui a fortement inspiré d’autres œuvres comme le célèbre manga "Ken le survivant" qui s’inspire de cet univers, ou d’autres œuvres de fiction qui s’inspire plus ou moins de ce classique. Alors pour être honnête, je n’ai vu les films "Mad Max" que récemment, et seulement les deux premiers parce que le 3 n’est pas apprécié et est qualifié de nanard donc je n’ai pas pris le temps de le voir.

    En ce qui me concerne : j’ai pas détesté le premier Mad Max mais il est largement surestimé par rapport à ce qu’on en dit, des idées sont installés ainsi que des bases, mais l’histoire est au final très simple et m’a paru être une grosse introduction pour le personnage de Max Rockatansky, sans compter que l’univers dans lequel évoluait le premier film n’était pas si bien installé que ça finalement. En revanche, le second film m’a bien plus transporté car l’univers était bien plus clair et net, ça prenait une vraie dimension et la réalisation de George Miller était beaucoup plus travaillée, sans oublier un flamboyant Mel Gibson dans son rôle de solitaire errant sans but et hanté par son passé.

    Il faut aussi savoir que ce film a été un énorme bordel à faire et que le projet était en cours depuis des années déjà et que le tournage n’a commencé qu’il y a quelques années en Namibie. Le casting a aussi été assez problématique jusqu’à trouver un successeur à Mel Gibson jusqu’à tomber sur Tom Hardy, qui s’est déjà bien illustré en tant qu’acteur dans le rôle de Bane dans la saga Batman de Nolan ainsi que dans le superbe Warrior.

    Alors autant le dire, j’étais motivé pour voir ce nouvel opus malgré l’absence d’un de mes acteurs préférés parce que, voir Tom Hardy dans le rôle de Max, c’était tout sauf une mauvaise initiative. Et ce n’était pas la seule raison, les réactions du public étaient incroyablement enthousiastes, que ça soit de la part des fans, de plusieurs amis cinéphiles ou même des critiques qui l’ont superbement accueilli avec plus de 95% d’avis positif sur rotten tomatoes. En plus, avec la technologie dont pouvait avoir recours George Miller pour son film, il avait de quoi faire une suite voire un reboot énorme, surtout que le film semble être considéré comme tel.

    Et ça tombe bien : c’était une incroyable jouissance cinématographique ! Non seulement c’était une grosse tuerie, mais je peux facilement l’ajouter dans mes films préférés de cette année 2015. Je lui trouve quand même une ou deux ombres à lui faire, mais dans l’ensemble c’était un pure bonheur blockbusteresque bien différente de beaucoup d’autres films du style.

    L’univers apocalyptique ainsi que la réalisation de George Miller prenne ici une dimension beaucoup plus large, encore une fois. Entre les deux premiers films, Miller avait déjà énormément amélioré son travail en termes de réalisation, ici il va beaucoup plus loin en termes de montage et de mise en scène. Que ça soit les plans larges du dessus, devant ou à l’arrière sur les groupuscules de véhicules des War boys, sur le transport de Max et Furiosa à l’avant comme à l’arrière, le montage des scènes de combats, l’équipe du film disait qu’il avait tourné le film comme si il n’y avait jamais eu de pose et quand on voit le résultat, on comprend rapidement ou ils veulent en venir. Les moteurs vibrent comme des tigres, explosent comme des bombes à retardement, fonce comme des éclairs à travers le désert.

    C’est rythmée, c’est nerveux et impulsif, et la photographie avec les couleurs crépusculaires donne un rendu splendide sur cette terre désertique et sans vie, sans compter spoiler: la scène de la tempête de sable
    qui a été mis en avant dans les bandes-annonces et se révèle aussi convaincant qu’on l’espérait. Une autre idée très astucieuse, spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là.


    Il ne faut pas oublier que les designs sont également très créatifs : que ça soit pour les voitures, spoiler: les instruments utilisé au combat comme ces sortes de bâtons extensible lors du grand final
    , le maquillage des War Boy, et un méchant qui pète la classe. La Dystopie de ce film va même dans le dérangeant avec certaines scènes qui en deviennent perturbante et marquante spoiler: comme celle des grosses femmes utilisées comme des donneuses de lait, ou encore la folie pure et dure des gangs qui est tétanisant à voir,
    surtout si on retient le fait que dans ce monde, spoiler: les femmes ne sont pas du tout considéré comme humaine mais comme des instruments, ce qui est davantage démontré ici avec le petit groupe que l’on suit aux côtés de Max et Furiosa.
    Y’a pas à dire, ça fait du bien et en terme d’ambiance, ça se différencie énormément de la quasi-intégralité des films à gros budgets de ces derniers temps.

    Au niveau de la musique, c’était Junkie XL qui était aux commandes. Autant le dire, j’étais pas fan de son travail dans "Divergente" qui m’avait pas emporté. Mais là, je dois dire que le musicien hollandais y a mis bien plus de volonté que précédemment. C’est fort, c’est très efficace et on retient surtout la musique du climax spoiler: avec le montage qui est effectué avec cette bande-son,
    ça joue énormément sur les percussions ainsi que les sons électroniques spoiler: et la guitare électrique également
    et au final ça rend l’univers du film plus immersif qu’il ne l’est déjà. Très bon travail sur ce point là, bien qu'il n'y ait pas de thème principal particulier ou de reprise des anciens Mad Max.

    Mais quand on parle de Mad Max, on espère évidemment pouvoir parler des acteurs et un minimum des personnages. Et à vrai dire, c’est là que j’aimerais faire une remarque personnel : surtout au sujet de Tom Hardy. Pas sur son jeu d’acteur parce que sincèrement, il s’en sort parfaitement bien, il est très investi et campe très bien le personnage de Max bien que je garde une légère préférence pour Mel Gibson. Et son personnage garde ce qu’on aimait dans le précédent, c’est un solitaire et un ancien justicier tourmenté par son passé. Seulement, et là ce n’est pas un défaut en soi mais après l’introduction du film et l’arrivée de Furiosa, j’ai vite compris un truc dont les bandes-annonces ne m’avait pas mis la puce à l’oreille : spoiler: Max n’est pas le personnage central du film, il est juste spectateur de la folie humaine qui s’est emparé du monde.


    Et pour ceux qui aimeraient me dire que l’idée que le héros du film n’est pas centrale comme dans le Batman de Tim Burton, j’ajouterais pour contredire à cela que dans le cas de Batman, ce héros là est aussi populaire que Superman dont c’était excusable, et il restait central même si c’était la journaliste qui était au centre des intérêts, spoiler: contrairement à Max ici qui est littéralement un personnage plus secondaire que prévu alors qu’il est le héros à la base et qu'il n'aura pas vraiment de développement
    . Bon attention, je ne râle pas intégralement contre ça, donner de l’importance aux autres personnages n’est pas du tout un mal et si on a vu les précédents films on sait qui il est, mais à ce stade, j’ai trouvé que Tom Hardy/Max était limite éclipsé et ça m’a un peu gêné, mais bon ça c’est mon impression, peut être que j’aurais un autre avis en le revoyant d’ici là.

    Parce qu’à part ça, je suis juste sous le charme quand je vois Charlize Theron interprétait une Bad-Ass qui pue la classe à tout va. Son look est à tomber à genoux et elle impose le respect en tant que féministe de première classe dans ce film, et au final ça sera surtout elle qui tiendra le rôle principal dans cette traversée du désert. Et même si elle fait pas mal d’ombre à Tom Hardy, le duo qu’elle forme dans la peau de Furiosa avec Max en jette et on les apprécie très rapidement. Et puis même si le film est très orienté action, il prend le temps de développer le personnage un temps soit peu et ce n’est pas plus mal pour la rendre plus mémorable. Et en tout cas je l’ai trouvé largement plus investie dans son rôle et convaincante que dans "Dark Places".

    Le groupe de jeunes femmes qui accompagnent notre duo est composé de Splendie Angharad, Capable, Toast the Knowing, Cheedo The Fragile et The Dag, jouées dans l’ordre par Rosie Huntington-Whiteley, Riley Keough, Zoë Kravitz, Courtney Eaton et Abbey Lee Kershaw. Les actrices font bien leur boulot sans pour autant atteindre le niveau de Hardy ou Theron, et leurs personnages sert le scénario et l’intrigue qui y est installé en plus d’apporter un tournant important dans les thématiques de cet univers post-apocalyptique, mais j’y reviendrais.

    L’antagoniste du film, à savoir Immortan Joe a un look assez stylé et terrorisant il faut dire et son interprète Hugh Keays-Byrne, qui avait déjà joué dans le premier Mad Max, s’en sort comme il faut. C’est le chef du clan des War Boys et un Big Boss spoiler: qui n’hésite pas à prôner la divinité nordique et viking du Valhalla pour envoyer ses hommes à la mort quand il veut arriver à ses fins, dans le cas présent : récupérer ses épouses, ou plutôt ses trésors comme il aime les appeler.
    C’est drôle de revoir l’acteur qui jouait l’antagoniste principal du premier film pour interpréter un autre taré de service qu'on adore détester.

    Nicholas Hoult, alias Nux le War Boy spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 0
    et donc aussi timbré que le reste de la crique, s’est révélé plus réussi et mieux écrit que je l’aurais espéré. Déjà parce que son look totalement déjanté est classe, mais aussi spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 1
    en fait il me fait brièvement penser aux dresseurs de serpent dans Mad Max 2 mais en plus dingo quand on le rencontre, spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 2
    Et l’acteur s’en sort également très bien.

    Pour le reste des comédiens, que ça soit Nathan Jones, Megan Gale, Josh Helman ou encore Jennifer Hagan, pas grand mal à dire non plus. Le casting est excellent, même si mon principal regret vient du manque de présence scénaristique du héros à mon sens.

    Mais à vrai dire, est-ce que le scénario peut rattraper cela en sachant que l’action englobe l’intrigue de ce film 70% du temps ? Et bien, franchement ouais, largement ! Mais dans ce cas, renommez le film Mad Furiosa : Fury Road et ça sera parfait. Si si, je vous jure, même si visuellement parlant elle et Max ont à peu près le même temps d’apparition à l’écran, on ne voit bien plus Furiosa que Max sauf quand il doit intervenir, enfin bon j'vais pas m'attarder là-dessus.

    Parce que, à part ça, on sent clairement une chose ici qui signe une énorme contradiction avec les précédents volets de la saga : ce film est féministe, et pas qu’un peu. Si vous avez vu le second film, vous aurez remarqué qu’en général, les femmes sont traités comme de vulgaire objet de satisfaction sexuelle ou comme des instruments pour le compte des voyous. Ici, c’est plus explicite et démontré spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 3


    Il est aussi intéressant qu’ici, certaines bases ont subi des modifications, loin d’être inintéressante et qui semble même plus efficace que l’essence dans les précédents volets : spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 4
    et qu’on se le dise une bonne fois pour toute, tôt ou tard ça pourrait peut être nous arriver spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 5
    Ce qui rend l’univers post-apocalyptique du film encore plus terrifiant qu’il ne l’est déjà, voire même réaliste quand on y réfléchit longuement.

    D’ailleurs, plus intéressant encore et qui démontre bien le chaos et la folie dans lequel ce monde est plongé : spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 6
    Et c’est jamais amené de manière forcé, c’est concret. C’est rare de voir dans un blockbuster un univers aussi chaotique et assumé que celui-là, autant le dire, ça change énormément de tout ce qu’on a pu voir jusqu’à présent.

    D’ailleurs je ne suis pas prêt d’oublier la scène de la tempête de sable, rien que le gros plan horizontale entre l’entrée de l’ouragan et les véhicules est grandiose pour le plaisir des yeux, et la course-poursuite finale qui réussie l’exploit d’être largement supérieur à celui du deux, le rythme, le montage, l’imagerie, la gestion des actions, la folie, bref, du grand bonheur.

    Sans compter que ce quatrième opus a aussi placé des clins d’œil sympathiques aux précédents films de la saga, spoiler: c’est le mélange de la BO de Junkie XL avec le War Boy à guitare électrique lors du climax, faut croire que le gars s’éclatait comme un dingo à jouer avec sa guitare/lance-flamme à ces moments là. 7
    , les fans pourront s’amuser à les retrouver, surtout s’ils ont également vu le troisième opus de cette saga.

    Au final, malgré la mise en retrait du personnage principal, je ne vais pas mentir : j’ai sans mal passé un des meilleurs moment de cinéma de cette année, et ce film mérite sans aucun doute d’être considéré comme l’un des plus grands blockbusters de ces dernières années. George Miller s’est sans cesse amélioré dans la mise en scène et le montage de film en film (je ne compte pas le troisième opus), l’univers est toujours de plus en plus passionnant et enrichissant, l’action est superbe, la musique très entraînante, Tom Hardy fera un bon nouveau Max Rockatansky si les suites voient le jour et surtout l’ambiance est une emprunte propre au film. Dans l’ensemble, découvrir la saga Mad Max m’aura aura été une expérience vraiment passionnante, et j’attends impatiemment de voir comment la saga va évoluer à l’avenir. Si vous ne les avez pas encore vu, courrez-y, c'est vraiment une saga qui vaut le coup d'oeil.
    Javi Fu
    Javi Fu

    19 abonnés 106 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 20 mai 2015
    Il y avait une grosse attente et beaucoup d'envie, de voir ce FILM qui est Mad Max : Fury Road.
    Que ce soit par l'avalanche de critiques positives qu'il a reçue de partout (Cannes, presse Américaine, Européenne..), soit parce qu'il a la Meilleure Bande Annonce de ces dernières années ou parce que les fans de la saga originale on désiré de ce rencontrer à nouveau avec Max Rockatansky, avec la tête et le physique de Tom Hardy (qui est fabuleux), en remplacement de l’iconique Mel Gibson.
    Sans oublier le retour de George Miller avec ce reboot/suite/ou ce que vous voulez, où ces derniers films était quand même.. les deux Happy Feet, et Babe, le cochon dans la ville...
    Mais à ces 70 ans il nous offre ce bijou du cinéma, il nous envoi au 7ièm ciel avec ce délirant film punk et bandant.. Avec des bombes d'hydrogène qui rendent chaque plan du film, en une nouvelle image culte pour l'histoire du cinéma fantastique..
    Qu'elle fête ! Ce film est sauvagement une tuerie, avec une cascade de sang, épines, sable et feu, qui principalement, raconte une fuite sans fin à travers le désert d'un groupe d'esclaves sexuels qu'ils essayent de ce libérer de leur maître monstrueux, et moche (et dictateur) avec l'aide de Mad Max et d'une extraordinaire Imperator Furiosa, pour laquelle la brutale Charlize Theron, paraît être née et avoir été préparé pour ce rôle qu'elle lui va à merveille.
    Bonne partie de l'étonnement qui ravit le spectateur provient de la stupeur et le plaisir provoqué par l'avalanche d'objets impossibles montrés à l'écran, car visuellement, c'est une claque !
    Faut le dire, bravo à l'équipe artistique et design pour ces costumes, ces objets, ces voitures, cet imaginations...
    Car grâce à eux on a quelque chose qui arrache et défonce, avec une orgie de camions avec des épines, motos avec des perches, voiture avec un panneau de haut-parleurs avec une espèce de guitar hero...
    En gros, une fusion de métal, d'essence, de sable et de poudre où chaque véhicule est une fête foraine en elle même.
    Avec tous ces jouets, Miller (et son équipe artistique), crée tout type de batailles en mouvement, destinées à rendre le spectateur bouche bée et nous montrer le spectacle et divertissement de dernière génération grâce à ces scènes épiques. Car ce film n'a pas de frein, il a des voitures totalement folle !
    Ce film ont peut pas le décrire avec des mots, il faut aller le voir sur un écran, et si possible le plus grand possible.
    Oui, ont peut dire qu'il est impressionnant, avec une mise en scène d'une virtuosité unique, une photographie parfaite avec des couleurs stupéfiante, que chaque plan envoie constamment des claques, qu'il faut surtout pas cligner des yeux pour pas rater une seule seconde de ce frénétique film qui va au rythme d'un Airbus (ne vous inquiéter pas, celui là ce crash pas). Et qu'il a une bande sont IMPRESSIONNANTE !!
    Mais faut allez le voir pour comprendre ce que vaut ce chef-d'oeuvre.
    Si quelqu'un voulait savoir ce qu'est le cinéma il doit voir ce Mad Max, parce qu'en lui tout seul, il offre une leçon magnifique sur comment raconter une histoire, définir les personnages et maintenir l'intérêt à chaque seconde du métrage.
    On peut dire que ce trip de divertissement qui est Mad Max : Fury Road à probablement pas de rival cet année 2015 (et tout cela en confiant aveuglement à Abrams et son Star Wars).
    Oublier la comédie Fast and Furious 7 et allez voir ce film !
    Bref, je suis sortit de la salle, il pleuvait, il y avait du vent, j'étais en manche courte et bermudas, il faisait même froid... Mais Quelle Belle Journée de Cinéma !!
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 5 septembre 2015
    Un film où les méchants sont balafrés, où les gentils ont des allures de mannequins. Un film centré sur des voitures "tunés" qui font vroum vroum, des jeunes filles à moitié nues, et de scènes gores... Ce film est en réalité une longue course poursuite sur fond d'histoire post-apocalyptique (après une exposition nucléaire, les survivants, tout ca...) où les personnages sont épais comme du papier à cigarette, où l'histoire se réduit à une succession de clichés qui m'ont souvent arraché un sourire. Seul point positif. Et enfin, l'image est retouchée avec un gout épouvantable. Bref, un film qui ne m'a pas vraiment convaincu.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    472 abonnés 917 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 1 janvier 2017
    Faire revenir Max avait tout du projet bien Mad. Depuis sa dernière apparition en 1985, le flic solitaire et mutique errant dans un monde apocalyptique est passé par tous les stades. Projets esquissés finalement rejetés, tournage sans cesse repoussé, puis changement de l'acteur principal annoncé. Mel Gibson remplacé? En 2011, George Miller annonce que le mythe de l'asphalte aura un nouveau visage, celui de Tom Hardy. Pari fou? Pas tant que ça, l'acteur anglais s'étant justement bâti une carrière monstrueuse à coups d'interprétations fiévreuses et physiques (Bronson, Warrior, The Dark Knight Rises ou Locke). Le casting compte également Charlize Theron, Nicholas Hoult ou Hugh Keays-Byrne (le Toecutter du premier volet, qui se paie le luxe de camper un nouveau psychopathe ici). Le tournage est rude, la date de sortie décalée d'une année, l'attente devient épuisante...Puis finalement arrivent les premières images de Fury Road au Comic-Con 2014. Alors que les super-héros étaient les plus attendus, c'est bien Max qui met tout le monde K.O. Puis les bandes annonces suivantes -aussi réussies- font de Max Max l'incontournable de 2015.
    Imaginez maintenant que le film soit aussi dingue que le laissaient présager ces courts échantillons. Imaginez que Fury Road écrase littéralement les rouleaux compresseurs balourds et aseptisés qu'on nous sert à la louche. Et imaginez qu'à ce moment-là, le film vient à peine de démarrer. Embarqué malgré lui dans une course-poursuite effrénée et impitoyable, Max doit s'allier à Furiosa afin d'échapper au seigneur de guerre Immortan Joe et sa horde de mercenaires dégénérés. Dès l'introduction, on est happé par le rythme endiablé de cette opéra barbare. Folle, furieuse, colossale, avec pour seul mot d'ordre: ne jamais s'arrêter. Et c'est ce que le film fait. En 1981, The Road Warrior s'embarquait sur la voie du cinéma post-apocalyptique. Presque trente-cinq ans plus tard, Fury Road s'attaque lui à l'Action. Dans les deux cas, une chose est limpide: les règles du jeu, c'est Max qui les fixe. En dépoussiérant son héros et son univers, George Miller (re)donne tout son sens au mot épique. Conçu comme un shoot d'adrénaline, le film atteint une telle pureté dans son Art qu'il en devient presque(?) une abstraction. Avec une virtuosité proprement inouïe, le réalisateur australien sonde les maux de la société moderne, ravive la force métaphorique du mythe, et enchaine les morceaux de bravoure avec une maestria qui va en laisser plus d'un sur le carreau.
    Minimisant l'utilisation d'effets numériques, la poursuite impitoyable alignent les scènes d'action époustouflantes. D'où tirent-elles cette force incomparable? On y croit, tout simplement. On est clairement dans un monde de fous, mais il est si cohérent dans sa folie qu'on ne peut qu'y succomber. Tom Hardy reprend le blouson de Max avec panache, en y injectant une sauvagerie qui lui sied si bien. Charlize Theron compose une Furiosa impériale, tenant sans mal la dragée haute à Hardy. Nicholas Hoult, dans le rôle de Nux, ajoute un peu de fraicheur dans ce monde étouffant. Hugh Keays-Byrne peut lui se vanter d'avoir campé deux méchants bien glaçants au sein d'une même saga. Tous, du premier au dernier rôle, ont leur place dans le monde violent et désespéré de George Miller. Et Junkie XL délivre une bande originale à l'image de cette équipée sauvage: majestueuse. La réussite est telle qu'on passe volontiers sur certains défauts (certains effets visuels voyants), qui semblent anecdotiques au regard de l'expérience unique que l'on vient de vivre. On sort de ce survival le souffle court, les yeux grands ouverts et le sourire jusqu'aux oreilles. Mad Max Fury Road fera très probablement partie des plus grands films d'action jamais fait.
    Flaw 70
    Flaw 70

    253 abonnés 422 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 16 mai 2015
    30 ans après Beyond Thunderdome, George Miller revient à ses premiers amours et à sa saga Mad Max après avoir passé pas mal de temps à s'attaquer aux films familiaux ( Babe, Happy Feet ). Pourtant même si il y a une différence majeur entre ses films et les Mad Max, ceux-ci partage néanmoins des thématiques semblables et Miller s'est donc créée une filmographie éclectique mais cohérente car il dispose d'une véritable vision d'auteur. Le voir revenir à ce qui a fait son succès et sa renommé est quelque chose d'assez curieux mais de néanmoins cohérent avec son oeuvre et ce qu'il cherche à nous dire et à nous transmettre car il n'y avait que lui pour retoucher au mythe qu'il avait ériger il y a de ça plus de 30 ans, pour le renouveler, le respecter et le rendre meilleur qu'il ne l'a jamais été. Scénaristiquement on retrouve cette épure propre à la saga, l'histoire ne passe pas par les mots mais par l'image, l'action et le symbolique. Car ici les dialogues seront réduits au strict minimum car il n'y a tous simplement pas besoin de mots, le cinéma se construire par la force des images et non par la puissance des mots. Surtout qu'ici la trame principale se fera simpliste racontant un aller et un retour où le maître mot est la survie. Mais en aucun cas cela sera un problème, bien au contraire c'est même ce qui fait la qualité du film, dans une époque où l'on construit des intrigues parfois faussement complexe pour paraître intelligent avec une multiplication des sous intrigues inutiles, des romances appuyés et niaises, des twists prétentieux et etc. Ici le film ne mâchera pas le travail du spectateur et va réussir à créer un univers vaste et cohérent par ses images mais offrir une dimension intellectuelle non négligeable à son film par la suggestion, le symbolique mais aussi par le passé même de la saga. Car même si le film est indépendant et qu'il fonctionne de lui-même et que l'on n'est pas obligés d'avoir vu les précédents films, celui-ci reste raccord avec les précédents et les avoir vu permet de mieux saisir le message du film, celui qui parle de la puissance du mythe et de sa réactualisation. Un mythe irréel et salvateur, qui n'a pas de visage ou d'âge mais juste un nom et un passé trouble. Car même le changement d'acteur pour le personnage de Max à un sens, il est le mythe du guerrier solitaire, qui sort de nulle part pour aller nulle part, qui va aider les autres dans leurs quêtes pour ensuite disparaître au soleil couchant, il est à la fois humain et animal, réel et irréel. Et c'est pour cela qu'il semble être mis de coté au sein du film car ce n'est pas son histoire qu'on raconte, comme ça ne l'était pas vraiment dans The Road Warrior ou Beyond Thuderdome, il n'est que le grain de sable dans l'engrenage, ce n'est pas l'histoire d'un homme mais de tous où lui fait office de mythe pour émerveiller les générations futurs. L'histoire c'est celle de l'homme, de son besoin de se rassembler, de se détruire, de dominer avec ses qualités comme l'entraide, la compassion, la croyance et l'amour ( une romance habile et suggérée plus que montrée ) mais aussi ses défauts comme le despotisme, la folie, le fanatisme, la violence et l'incommunicabilité. Ici le film va même trouver une autre dimension, celle du féminisme. Les personnages féminins ont toujours été les égales de l'homme dans la filmographie de George Miller, mais ici elles finissent par prendre le dessus et être les véritables héroïnes de ce film, pouvant se débrouiller seules avec force et parfois fragilité. Elles sont symboles d'espoir et d'avenir mais pervertis par le besoin d'un homme de les réduire en chose et de les posséder. Elles s'émancipe de leurs statuts d'objets sexuels et de procréation pour s'imposer en tant que femmes. Ce qui est d'ailleurs terrifiant c'est que un film qui parle de l'émancipation féminine reste encore d'actualité à l'époque d'aujourd'hui car peu importe l'époque elles sont toujours traitées comme inférieur à l'homme et celles qui sont infertile ne sont pas traitées en tant que femme mais en temps qu'homme. Furiosa en ça se montre être un personnage passionnant, à la backstory suggéré au détour d'un dialogue mais aussi par le symbolique, on suppose qu'elle a été enlevée par Immortan Joe pour être une de ses porteuses mais étant infertile il à décider d'en faire un guerrier asexué au crâne rasé. Au début du film elle n'est pas femme, elle est même appelé Imperator, signe de masculinité. Que ce soit par sa force, sa personnalité et son traitement elle rejoint les meilleurs personnages féminins vu dans des blockbusters et elle forme un magnifique trio avec Ripley et Sarah Connor qui sont la quintessence de la femme forte même si paradoxalement pour cela elle doivent être asexuées. Mais Miller prend cela à contre pied dans le traitement des "épouses" d'Immortan Joe, qui sont des femmes très sexuées et fragiles mais aux caractères bien trempées, chacune à sa propre personnalité et ses propres forces et chaque femmes du récit sont ici traitées avec intelligence et respect, leur donnant toute la dimension qu'elles méritent. Pour autant le film ne tombe pas dans un propos anti-masculin même si il offre une vision peu flatteuse de l'homme, il le traite de manière assez juste, ce sont des enfants violents et impétueux qui ne suivent que leurs instants étant parfois stupides, possessif et incapable de se gérer seuls, se soumettant toujours à la volonté d'un autre au point même de se sacrifier pour ça. Ils ont au final ce qu'ils aimeraient que les femmes soient des être soumis, stupides et en besoin constant d'autorité. Et cette vision de la masculinité n'est pas totalement fausse et le personnage de Nux en est la représentation parfaite car au final l'homme n'a besoin de que d'une chose, d'attention et d'amour comme un enfant apeuré. Une chose que seule les femmes peuvent offrir, elles qui sont fortes et indépendantes arrivant à prendre leurs propres décisions. Ici le traitement de Max se fera relativement différent, il semble déconnecté à tous cela, il à ses propres objectifs mais il recherche la même chose que ses femmes même si il ne se l'avoue pas, son traitement psychologique se fera plus classique en se qui concerne les démons de son passé, il ne sera pourtant pas dénué d'intérêt offrant une dimension plus tragique et humaine au personnage. Sinon Miller pose les bases d'une mythologie fascinante et si il a bel et bien deux autres histoires de se calibre à raconter j'espère que le film aura du succès pour accorder ces suites car même si le film se suffit à lui-même d'autres histoires peuvent et méritent d'être racontées. Le casting est excellent, aucuns rôles n'est à jeter et chaque acteurs s'en sort à merveille même si il ne sont véritablement que trois à sortir du lot et à véritablement marquer. On a d'abord Nicholas Hoult qui est la révélation du film, d'habitude assez fade dans ses rôles, il arrive ici à offrir une dimension de jeu insoupçonnée, entre folie et candeur il compose un personnage intéressant et il est d'une justesse imparable. Ensuite Tom Hardy est un excellent Max, c'est indéniable et en terme de talent d'acteur il est même meilleur que Mel Gibson offrant à son personnage une animosité, une bestialité dans les mouvements et une folie que n'avait pas Gibson. Même dans sa dimension psychologique il offre un personnage plus humain, plus fragile et plus bouleversant. Néanmoins la version du personnage de Gibson était plus marquante, plus iconique et charismatique mais après il n'y a pas de meilleur Max, car ils sont deux versions différentes d'un même personnage, tout deux sont excellents et tous deux sont des Max valables et charismatiques. Mais ici celle qui domine véritablement l'ensemble c'est Charlize Theron qui est absolument magistrale offrant une prestation nuancée et livrant un personnage passionnant qui irradie l'écran durant la quasi-totalité du film. La réalisation quant à elle est techniquement prodigieuse, que ce soit la sublime photographie de John Seale, la musique prodigieuse de Junkie XL qui se fait à la fois majestueuse et épique ( notamment lors de la scène avec les motards dans le canyon ) et le montage qui se montre d'une habilité et d'une maîtrise imparable grâce à une sens millimétré du découpage qui enchaîne les plans avec rapidité sans pour autant sacrifier la lisibilité qui reste excellente sur toute la durée du film. Sinon la mise en scène de George Miller est virtuose et inventive, livrant des scènes d'actions jamais vues constamment en renouvellement. Celles-ci ne sont pas figées, elles ne se ressembles pas et on la prouesse d'arriver à créer des développements dramatiques entre les personnages au sein même de l'action, qui ne sert pas seulement à faire du divertissement mais aussi bel et bien à faire avancer l'histoire. Pourtant plus que faire de l'action, la mise en scène permet de faire comprendre l'histoire et les personnages mieux que les mots grâce à un univers visuel ingénieux, empli de personnalité et à la symbolique forte spoiler: ( elle nous fait comprendre la stérilité de Furiosa grâce à la suggestion de l'image, le premier plan sur elle montre sa marque de tête de mort dans son cou, encore vive malgré les années, symbole de son corps qui est un temple de la mort, ses cheveux rasés, chez elle rien ne pousse, ou encore ce magnifique plan où agenouillé elle hurle au sein d'une terre stérile )
    . La maîtrise que Miller exerce sur son film est juste magistrale et il arrive à renouveler son univers de manière brillante, en réutilisant ancien et en y injectant de la nouveauté pour faire un film hybride relativement old school mais définitivement actuel, se permettant par la même occasion d'enterrer toute concurrence en reléguant les blockbusters actuelles sur le banc de touche. En conclusion Mad Max Fury Road est un pur chef d'oeuvre qui s'impose même comme le meilleur film de la saga en étant bien plus profond et virtuose que The Road Warrior. Définitivement l'oeuvre d'un génie qui du haut de ses 70 ans ne se contente pas de redynamiser le blockbuster mais aussi de réinventer le cinéma dans son ensemble sans pour autant renier le passé de la saga. Il offre une oeuvre rock et complètement folle qui joue habilement avec le bruit et la fureur pour un divertissement jamais vu et révolutionnaire dans une époque qui à clairement besoin de coup de pied au cul pour retrouver l'essence même du cinéma, l'art. George Miller à toujours été un visionnaire, arrivant à comprendre parfaitement les maux de la société et les retransmettre avec justesse, ses anciens films sont toujours très actuel et pourtant avec ce nouveau film il arrive à mêler ancien et nouveau pour créer une oeuvre qui résonne à travers les âges et comme ses anciens films, Mad Max Fury Road risque d'hanté les rêves et l'imagerie des cinéastes pendant pas mal de temps. Plus qu'un blockbuster, un véritable film d'auteur et plus qu'un film, une véritable oeuvre d'art à la fois magnifique, intemporelle et inoubliable.
    Laura H.
    Laura H.

    2 abonnés 14 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 17 mai 2015
    Tout au long du film, des chars font la course et s'entretuent, pendant deux heures. Le scénario, très pauvre, laisse sceptiques. Aucune histoire, des personnages incompréhensibles, des scènes qui frôlent le ridicule... L'action n'est même plus remarquable tant le pittoresque l'emporte. Les dialogues sont inexistants. On assiste à une série de scènes étranges, pas vraiment drôles, et pas vraiment intéressantes. Ce "trop" d'adrénaline étouffe l'action en elle-même. Grand regret; le personnage de Mad Max n'est pas approfondi.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 18 mai 2015
    Quelle déception !! J'ai faillit pleurer en sortant. Mais quelle honte de faire un film pareil, d'anéantir le mythe MAD MAX. Il n'y a presque pas de mots tant ce film est à vomir de nullités en tout genre. Une vaste fumisterie pour prépubères.
    Mais attention, pas n'importe comment : Après les répliques complètements débiles, vous y verrez hélas une certaine propagande anti-religieuse (celle actuellement très critiquée) grossièrement déguisée...mais chut !!! qu'il faut chercher à fuir pour un monde meilleur qui existait jadis mais au final, on fait demi-tour pour combattre et chasser ce vilain méchant dictateur et préserver le semblant de paradis qui reste et dont la richesse n'est autre que de l'aquacola ! ha ha ha même la pub s'entend !!!! je vous laisse avec toute la subtilité de la chose....
    Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer.
    Mel Gibson... même lui n'aurait pas pu sauver une telle supercherie. Suis certaine qu'il en a honte lui-même et se cache de devoir donner ses impressions ! OUffffffffffffff Miller est seul à couler.
    J'ai honte, j'ai vraiment honte. Mais bravo pour Charlize, elle au moins, elle avait de la prestance.
    Quant aux média, que d'hypocrisie !!! Où est Charlie ????
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 19 mai 2015
    Consternant. Autant j'avais gardé un bon souvenir des épisodes précédents, autant là je ne comprends pas comment un tel gâchis a pu voir le jour. Il y avait pourtant (les) moyen(s), avec un tel décor et la reprise correcte des codes des courses-poursuites de Mad Max, de faire un carton.
    Le film sombre dans une interminable répétition jusqu'au point où spoiler: machine arrière, les héros s'arrêtent et font... demi-tour, même chose, et
    seules les explosions vous maintiendront en éveil.
    Un film sans scenario, des dialogues limités à des grommellements (c'est une facette nouvelle -orientée sur la folie justement- de la personnalité de Max), de la pure action, et de bien grosses ficelles qui détruisent l'intérêt (mon intérêt du moins) pour Mad Max. Les images de fin laissent penser à une suite, espérons le cas échéant qu'elle dépassera le niveau scénaristique d'un mauvais téléfilm sans budget.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 16 mai 2015
    Une Claque Monstrueuse. Le Réalisateur George Miller revient en force avec ce Reboot de Mad Max qui atteint ici des sommets encore jamais vu au cinéma pour le plus grands bonheurs des spectateurs.Pour Commencer les Décors Post Apocalyptique sont d'une beauté sidérante accompagnée d'une BO tout simplement Monumental qui donne des frissons ainsi qu'une Réalisation ahurissante au service d'une Intrigue en Béton qui parvient a tous tenir en haleine a un Rythme d'Enfer.Ensuite le film est riche en adrénaline grâce a ses Séquences D'Actions qui sont Démentiels ainsi que des Courses Poursuites renversantes qui vous explosent la rétine qui risque de faire date.Enfin la psychologie des Personnages est largement exploitable avec en bonus un Casting formidable tels que le talentueux Tom Hardy qui succède avec brio a Mel Gibson dans le rôle légendaire de Max Rockatansky qui devient plus silencieux et Torturer mais qui reste fidèle au personnage connu des fans,face a lui la ravissante Charlize Théron est absolument Bad Ass dans le rôle Furiosa sans oublier une pléiade de Seconds Couteaux au top tels que Nicholas Hoult,Rosie Huntington-Whiteley,Zoë Kravitz,Nathan Jones et Hugh Keays-Byrne qui incarne le terrifiant Immortan Joe.Au Final,Mad Max Fury Road est une tuerie cinématographique a la fois Ébouriffant,Spectaculaire et Jouissif qui marque une nouvelle étape du Cinéma D'Action tout en parvenant a satisfaire les fans de l'ancienne saga Mad Max ainsi que les non initiés dont on trépigne d'impatience a voir d'autres suites de ce nouveau Mad Max.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 17 mai 2015
    Rien a voir avec les Mad Max. N'importe quoi, ridicule, grotesque, aucun scénario. 2 heures pour filmer un improbable aller retour en "camion guerre". A éviter absolument. Trop tard pour moi...
    Antoine T
    Antoine T

    1 abonné 4 critiques Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 20 mai 2015
    Je suis abasourdi par tant d ineptie et de bêtise.un scénario ecolo ridicule et vide. une surdose de nuit américaine pour donner une pincée d esthétisme. Des scènes d action aux images saccadées qui donnent la nausée. Mais d ou sort ce déferlement de critiques dythirambes.
    J ai du mal à saisir qu un film aussi naze ait pu
    être autant apprécié. Serais-je extraterrestre? ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top