Mon compte
    Invictus
    note moyenne
    4,1
    35173 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Invictus ?

    2 242 critiques spectateurs

    5
    643 critiques
    4
    875 critiques
    3
    329 critiques
    2
    259 critiques
    1
    85 critiques
    0
    51 critiques
    Planno
    Planno

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 188 critiques

    3,5
    Publiée le 8 février 2013
    Invictus est un film dans un pur style Clint Eastwood. Normal me direz-vous. Puissant, émouvant, et prenant. Invictus, c'est avant tout, une histoire vraie contée par un réalisateur virtuose, qui sait mieux qui quiconque raconter les histoires. Il retrace l’ascension d'un homme on ne peut plus respectable qui tente d'unifier un pays déchiré par l'intermédiaire de son équipe de Rugby. On découvre donc avec ce film l'intelligence et la bienveillance de Mandela et l'abnégation du capitaine des Springboks. Crescendo comme à l'habitude de son réalisateur, le film gagne en intensité à chaque minute qui passe, avant le lancement de la coupe du marque l'apothéose du film. Il n'y a pas à s'évertuer à vanter les qualités d'un film qui en est largement pourvu ! Toutefois, on garde l'impression d'un petit manque de nuance, où on dénote les blancs comme des racistes secs et les noirs comme des victimes. Si l'état d'esprit de lors était effectivement semblable à ça, un peu plus de nuance aurait été appréciable. Quoi qu'il soit, Invictus reste un film porteur de grandes valeurs, qui se densifient lorsqu'on prend conscience qu'elles ne sont pas fiction. Un Morgan Freeman excellent, un Matt Damon toujours aussi bon, et un Clint Eastwood qui multiplie les film de qualité. Bref, la recette est là, Invictus est un film à voir.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 6 décembre 2013
    Un film magnifique. Je tiens à rendre hommage à Nelson Mandela, décédé il y 3h. L'Humanité viens de perdre un de ses phares dans l'immense océan qu'est l'Histoire. Un héros comme on en fait peu.
    _BUZzKILLeR_
    _BUZzKILLeR_

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 317 critiques

    1,0
    Publiée le 2 mars 2013
    La jaquette de ce DVD est blanc, or blanc rime a avec chiant, et c'est ce que prouve ce film. Au début je me disais qu'un film de Clint Eastwood ne peut pas être un navet, ce film est le résultat de vouloir faire des film sans aboutir a rien. Après je pense que ça retrace bien la vie de Mandela, mais bon. Il y'a juste 2 acteurs connus, ce qui remonte l'estime des personnages. En tout cas, ils ont bien vieillit Freeman. Par contre je tiens a dire que la coupe de cheveux a Matt Damon ne lui vas pas du tout en blond !
    annemasoeuranne
    annemasoeuranne

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 87 critiques

    5,0
    Publiée le 4 septembre 2010
    Superbe film où le rudby y est secondaire. Clint Eastwood nous offre la description d'une grande âme comme il y en a malheureusement très peu sur Terre : Nelson Mandela
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 20 janvier 2011
    Quelle bouse! C'est d'un cliché...un film US comme je les déteste: lourd, pathos et ringard... Décidement, je me demande ce que vous lui trouvez à Clint Eastwood. Si quelqu'un d'autre avait fait le film, il n'aurait sûrement pas eu autant d'étoiles de la part de la presse. C'est vraiment mauvais
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 20 juin 2010
    A Johannesburg, les blancs de la haute-bourgeoisie et de l'élite restent entre eux alors que les autres n'ont qu'à bien se tenir... Un beau film malgré quelques erreurs sur la réalité telle qu'est devrait être, et contre le racisme.
    Acidus
    Acidus

    Suivre son activité 462 abonnés Lire ses 3 466 critiques

    3,5
    Publiée le 4 septembre 2020
    Le rugby pour traiter de la fin de l'apartheid et du début de la nation arc-en-ciel promue par Nelson Mandela, tel est l'axe du sujet de ce film réalisé par Clint Eastwood. Sujet intéressant mais abordé ici d'une manière assez classique dans sa forme et son fond. Pas de grosses surprises du côté de la mise en scène ni du scénario. L'intrigue prend un chemin convenu, bourré de bons sentiments. "Invictus" n'en reste pas moins un bon long métrage qui véhicule de bonnes valeurs et provoque chez le spectateur quantité d'émotions. C'est beau mais ça manque d'originalité.
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juillet 2011
    Bien que faisant partie des (rares) réfractaires au cinéma de Clint Eastwood, je sentais bien que cet "Invictus" n’était pas particulièrement symptomatique du style lancinant et jazzy des autres films du maître, un peu à l’image d’un "Space Cowboys", qui m’avait vraiment plu alors qu’il est considéré comme raté par ses fans. Il faut dire que l’histoire "bigger than life" racontée ici était davantage propice aux envolées lyriques (appuyé d’ailleurs par une BO) qu’au ton crépusculaire auquel Eastwood nous a habitué. C’est ainsi que, malgré une relative inefficacité de la mise en scène (flagrante pendant les matchs de rugby et plus particulièrement lors de la finale) appuyée par l’absence d’effet de surprise (le spectateur un peu informé sachant que l’Afrique du Sud va gagner la Coupe du Monde, le suspense factice de la finale semble un peu vain), on ne peut qu’être fasciné par l’aura exceptionnelle du légendaire Nelson Mandela. On pourra toujours ergoter sur la représentation quasi-christique que le réalisateur a réservée au leader sud-africain (et accessoirement lui reprocher un certain manque d’objectivité), il n’empêche que "Invictus" s’avère être un très grand moment de sagesse et d’humanité. Le refus de Mandela, fraîchement libéré après 27 ans d’incarcération et élu Président du pays, de se venger de ses anciens geôliers pour, au contraire, prôner la réconciliation nationale entre Blancs et Noirs est bien évidemment le thème central du film, la Coupe du Monde de rugby n’étant qu’une illustration de cette politique. Si Eastwood a réussi son coup, c’est bien dans sa façon de montrer la volonté farouche de Mandela d’unir son peuple, malgré le contexte politique de l’époque (les Blancs sont aigris, les Noirs sont vindicatifs) à travers l’exemple de ses gardes du corps composés aussi bien de Noirs que d’Afrikaners. L’interprétation magistrale de Morgan Freeman, qui fait ressortir toute l’empathie du personnage, finit d’achever la démonstration et permet de ressentir toute la dimension d’un homme exceptionnel qui a su entrer dans l’Histoire de la plus belle des manières. De son côté, Matt Damon ne tombe pas dans le piège de la surenchère face à l’icône et fait de son personnage de capitaine des Springboks un parfait exemple de l’évolution des mentalités des Afrikaners. Les scènes de vestiaires restent d’ailleurs bien plus intéressantes que les matchs en eux-mêmes, Eastwood s’étant inutilement attardé sur l’évolution de l’équipe dans la compétition sans pour autant muscler sa mise en scène à l’image d’un Oliver stone dans "L’enfer du dimanche". Le film pêche d’ailleurs dans sa dernière partie au rythme moins soutenu et à l’intérêt amoindri. Ce qui n’empêche pas "Invictus" d’être un très joli film ainsi qu'une magnifique leçon de vie !
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 1 910 critiques

    4,5
    Publiée le 9 mars 2019
    Il est loin le temps où Clint Eastwood était résumé de manière caricaturale à un fasciste ! En 2009, il décide de réaliser un film concernant Nelson Mandela à la limite de l’hagiographie.
    En effet, il est assez évident qu’Invictus est loin d’être objectif sur le premier Président noir d’Afrique du sud. Il est montré comme étant beaucoup plus ouvert d’esprit que son entourage de la première heure, ou du moins comme étant moins dominé par l’esprit de vengeance : il a compris que la fin de l’Apartheid ne doit pas découler sur le même régime dans le sens inverse mais sur une société où les gens vivent ensemble malgré leurs différences. Il est montré comme un homme dont la vie privée a été sacrifiée (il est séparé de sa femme et de ses enfants) au but qui régie tous ses agissements : la politique de réconciliation entre noirs et blancs.
    Cet aspect non objectif de la part d’un réalisateur dont l’œuvre était jusque là dominée par l’ambiguïté pousse ainsi le réalisateur à omettre certains aspects n’allant pas dans le sens de celle-ci spoiler: (l’équipe d’Afrique du sud était loin d’être aussi mauvaise au départ dans la réalité que dans le film, il y a de forts soupçons de corruption de l’arbitre du match contre la France, les joueurs des All Blacks ont été étrangement atteints d’une intoxication alimentaire deux jours avant la finale, il y a des soupçons de dopage dans l’équipe d’Afrique du sud suite à certains décès suspects…)
    . Cette façon de manipuler la réalité peut être vue comme étant le principal défaut du film mais n’est pas le seul. En effet, on peut reprocher au film certaines omissions scénaristiques spoiler: (on ne sait pas si Mandela a suivi les recommandations du médecin de se reposer suite à son malaise, ce qui rend cette séquence inutile ; on ne voit pas réellement comment l’équipe sud-africaine a fait progresser son niveau de jeu…)
    et, chose assez inédite chez le cinéaste, une réalisation trop emphatique du match final (ralentis presque grossiers, effets sonores exagérés…).
    Toutefois, ces défauts, même s’il ne faut pas les oublier, ne doivent pas gâcher le plaisir que l’on prend devant une œuvre prônant l’humanisme avant tout. Il faut dire que le nombre d’hommes politiques véritablement exemplaires est suffisamment réduit pour ne pas pardonner à un réalisateur de volontairement oublier certains aspects réduisant ce côté héroïque quand, à côté de cela, il nous livre un très beau film redonnant espoir dans le genre humain et qui possède, somme toute, de nombreuses qualités.
    Ainsi, Eastwood nous montre de façon assez crédible les tensions qui existaient (et qui existent hélas toujours) dans ce pays qui venait de connaitre un tournant historique. Il montre aussi clairement que Mandela voyait avant tout le rugby comme un moyen d’arriver à ses fins politiques plus que comme quelque chose qu’il aimait profondément et que le pays était constitué de deux populations qui se côtoient et se jugent sans réellement se connaitre (cet aspect est symbolisé par les gardes du corps noirs et blancs qui se détestent au début et qui deviennent progressivement amis en travaillant ensemble).
    Mais ce qui domine tout le film est l’interprétation de Morgan Freeman. Nelson Mandela avait déclaré que, si un jour il devait être incarné à l’écran, il aimerait que cela soit par Morgan Freeman. Il s’avère qu’il avait tout à fait raison car l’acteur (qui travaille pour la troisième fois sous la direction d’Eastwood après Impitoyable et Million dollar baby) est juste impérial. Il arrive à faire oublier le véritable visage de l’ancien détenu politique devenu Président et à l’incarner littéralement en lui apportant toute l’humanité et le charisme que le rôle nécessitait.
    Ainsi, même s’il possède parfois un côté hollywoodien un petit peu trop hagiographique et mensonger, Invictus reste un magnifique film qui permet d’exalter ce qu’il y a de meilleur dans l’être humain et de mettre en scène un des rares personnages politiques que l’on peut réellement qualifier de grand homme.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 835 abonnés Lire ses 2 733 critiques

    5,0
    Publiée le 18 janvier 2010
    Il arrive qu'on regrette l'absence d'une 5ème étoile ! C'est le cas pour ce film, un film d'une facture très américaine, très hollywoodienne, avec une bonne dose de bons sentiments, mais tellement bien fait, avec une telle intelligence qu'il est quasiment impossible de ne pas marcher. A ce sujet, l'évolution des rapports entre la garde rapprochée (noire) de Mandela et les anciens gardes du corps (blancs) de De Klerk est caractéristique. On pouvait tout craindre de la part d'un américain allant se mêler de mettre son nez dans l'identité nationale sud-africaine. Je n'ai pas encore réussi à joindre un ami ex sud-africain à qui j'ai toute une liste de questions à poser concernant la véracité de certains détails plus ou moins importants, mais il me semble que Clint s'en sort plutôt bien. Ne serait ce qu'au niveau de l'accent sud-africain, souvent si particulier : on peut affirmer qu'un gros effort a été fait. L'essai est il réussi ? Cela fait partie des questions ! Comme l'histoire du survol du stade par un avion de ligne le jour de la finale. En tout cas, il y a un détail qui cloche et dont il faut parler : si Morgan Freeman fait à 2 ou 3 cm près, la taille de Mandela, on est loin du compte pour Matt Damon vs François Pienaar : 1 m 78 pour le premier, 1 m 90 pour celui dont il interprète le rôle. Ce qui a obligé le réalisateur à réunir des acteurs ou des figurants ayant un gabarit équivalent à Matt Damon pour l'ensemble des équipes qu'on voit dans les reconstitutions de matchs. On est loin des standards du rugby de haut niveau ! Concernant le rugby, il y a un autre détail qui tue : un coup de pied de renvoi qui fait 5 mètres à tout casser sans que l'arbitre intervienne ! Mais toutes ces petites bavures, ce sont des broutilles à côté de la force du film, un film que Morgan Freeman, extraordinaire, porte au firmament du cinéma. A voir absolument !
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 5 mai 2010
    Clint est mon idole et ce n'est pas étonnant car même encore maintenant, il arrive a me surprendre dans ses choix de films et sa mise en scènes !! Une pure merveille que ce INVICTUS. Grosse performance de Morgan Freeman soutenu par un Matt Damon toujours aussi juste. Une histoire forte en émotion.....a vivre et a revivre !!!!
    pilouBoulogne
    pilouBoulogne

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 160 critiques

    3,0
    Publiée le 25 juillet 2010
    Un film "juste" qui retrace l'histoire de l'AFS.
    Le film passe très vite, une preuve qu'il est équilibré.
    M. Freeman et M. Damon tiennent bien leur rôle.
    Les acteurs n'en font pas trop.
    ManoCornuta
    ManoCornuta

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 2 538 critiques

    3,5
    Publiée le 7 janvier 2019
    Eastwood délivre ici un joli message dans cette hagiographie de qualité, essentiellement axée sur l'humain et assez peu (en définitive) sur les aspects politiques de l'époque. En dehors du personnage même de Mandela, très fouillé et impeccablement incarné par Morgan Freeman, le reste des personnages est très monolithique et peu intéressant. De la même façon, les scènes de match sont mises en scène sans trop d'idées, Eastwood ayant été visiblement plus inspiré pour les dialogues et discours du film, lesquels sonnent fort et touchent juste. Les belles scènes sur la fraternité abondent et, sur ce plan-là, le film est quasi imparable. Invictus apparaît au final comme un beau film dramatique, assez peu nuancé dans sa démarche visant à une parabole universelle, mais néanmoins efficace et sans temps mort narratif.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 8 janvier 2017
    Une Véritable Perle. Aprés le remarquable Gran Torino, le cinéaste mythique d'hollywood Clint Eastwood revient plus en forme que jamais en nous livrant une fois de plus un véritable chef d'oeuvre a sa filmographie avec ce Biopic Sportif Humaniste et pleine d'Espoir qui rend un magnifique hommage au regrette Nelson Mandela. Pour Commencer la Réalisation est Sobre et Efficace avec une belle reconstitution des années 90 qui regorge au passage de sublimes vues de l'Afrique du Sud tout en nous laissant emporté par une BO envoûtante qui contribue énormément au long métrage. Ensuite le Scénario est quand a lui Captivant en parvenant a retranscrire avec brio la tension qui monte entre les gens de couleurs en Afrique du Sud et qui voit l'opportunité a travers un Sport d'équipe tels que le Rugby de réunir tous ces peuples pour n'en faire qu'une ainsi qu'en montrant la rédemption de Mandela aprés avoir passé plusieurs années en prison dont le Rythme est amplement soutenue pendant 2h10 sans jamais s'y perdre tout au long de cette durée,Ajouter a cela des Séquences de Rugby particulièrement intense et réaliste a l'écran ainsi qu'une note Émotionnelle qui atteint des hauts sommets sans jamais en faire trop dont notamment son dernier tiers qui parvient a nous livrer des larmes de joies et de tristesse. Enfin le film repose sur les épaules de deux acteurs d’exception avec en tété l'immense Morgan Freeman qui tient ici l'un de ces meilleures rôles d'acteurs en prêtant ses traits a l'immense homme respectable et sage qui décide lors de la coupe du monde de Rugby de réunifier toute une nation pour y apaiser les tensions raciales, face a lui l'acteur Matt Damon tient également ici l'une de ses meilleures performances d'acteurs de sa carrière en incarnant Francois Pienaar le capitaine de Rugby des Springboks dont l'alchimie entre ces deux hommes fonctionne a merveille a l'écran sans oublier le reste des Seconds Roles qui livrent quand a eux une prestation crédible et trés convaincante. En Conclusion, Invictus est un magnifique Biopic qui rentre sans hésister dans la filmographie d'exception de Clint Eastwood qui prouve que malgré son agé cet icone emblématique du Septième Art n'a rien perdu son talent et arrive ici a nous livrer un film a la fois Bouleversant,Authentique et Brillant qui fait dorénavant parti comme l'un des beaux films de cette nouvelle décennie tout en comblant au passage les fans inconditionnels de Rubgy ainsi que les fans de Clint Eastwood qui signe une belle oeuvre cinématographique a posséder de toute urgence dans sa vidéothèque.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    5,0
    Publiée le 24 janvier 2010
    La saga de l’équipe de rugby d’Afrique du Sud lors de la coupe du monde 1995 en tant que symbole de l’action pacificatrice et unificatrice de Nelson Mandela au service de la nation sud-africaine. Le propos fait cliché, prétendent quelques incultes sur ce même site ! Le problème est que tout est authentique et la fidélité aux événements est même d’une précision remarquable. Morgan Freeman est plus vrai que nature en Mandela et Matt Damon est vraiment étonnant dans le rôle du capitaine des Springboks, François Pienaar, dont le rôle a effectivement été capital dans la conquête du titre suprême. La réalisation de Clint Eastwood n’a rien perdu de sa force ni de son lyrisme. On peut dans un premier temps se demander ce qui l’a attiré à tourner cette histoire sur un sport qu’il ne connaît visiblement pas (comme en attestent les nombreuses fautes techniques du film à l’égard des règles). On a la réponse à la lecture de la lettre de Mandela à Pienaar la veille de la finale : « Ma tête a saigné mais ne s’est pas courbée… Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme ». Pas de doute : le credo de Mandela est le même que celui du vieux guerrier ! Et voilà bien un film qui va embarrasser tous les tenants de la vieille thèse rance « Eastwood, raciste ». Quoi qu’il en soit et n’en déplaise à certains qui ont une drôle d'idée de ce qu’est le cinéma, l’éternel « old man » n’en finit pas d’égrener son crépuscule et de nous offrir des films pétris d’humanité et de lumière. Invictus est tout simplement un hymne à la disparition des races et une contribution magistrale de plus au cinéma. À voir de toute urgence.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top