Mon compte
    The Way, La route ensemble
    note moyenne
    3,9
    675 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Way, La route ensemble ?

    107 critiques spectateurs

    5
    20 critiques
    4
    35 critiques
    3
    27 critiques
    2
    19 critiques
    1
    5 critiques
    0
    1 critique
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 233 abonnés Lire ses 701 critiques

    0,5
    Publiée le 29 septembre 2013
    J'aimerais tant dire du bien d'un tel film, mais hélas son seul mérite est de donner la preuve, si besoin est, que ni les bonnes intentions ni les bons sentiments ne suffisent... Il faut tant d'autres choses pour faire ne serait-ce qu'une oeuvre de qualité! Il faut une vraie mise en scène, une vraie direction d'acteurs, de vrais choix de cinéaste, un vrai scénario, etc.
    Ici, dans ce film, il n'y a rien de tout cela! Seule émerge de cet ensemble sans relief une idée première intéressante, celle d'un médecin ophtalmologiste américain qui apprend soudainement le décès de son fils, mort accidentellement alors qu'il venait à peine d'entreprendre le pélerinage de Saint Jacques de Compostelle. Arrivé à Saint Jean Pied de Port, notre ophtalmo (campé par Martin Sheen), après avoir récupéré les cendres de son fils, décide de faire lui-même le pélerinage.
    Jusque là, on se dit qu'on pourrait assister à un film de qualité. Mais tout ne tarde pas à se gâter et à se gâter irrémédiablement car, petit à petit, se joint à l'ophtalmo un groupe de trois comparses qui, par leur seule présence, ôtent toute crédibilité à ce récit! Ces trois personnages ne sont rien d'autres que des stéréotypes imaginés par un scénariste en mal d'inspiration et qui a sans doute cru faire oeuvre originale en les imaginant. Mais, les ayant imaginés, il a été incapable de leur donner vie et d'en faire autre chose que des fantoches! Cela commence avec un néerlandais jovial et bon vivant ayant entrepris le pélerinage de Saint Jacques pour perdre du poids! Cela se poursuit avec une canadienne accro à la cigarette et qui souhaite se libérer de cette addiction! Cela s'achève avec un écrivain irlandais en panne d'inspiration et qui espère retrouver le goût d'écrire!
    On pourrait peut-être, à la rigueur, se satisfaire de ces caricatures de personnages si les acteurs étaient bien dirigés, mais ce n'est pas du tout le cas. Tous ces acteurs sont lamentables, le summum de la médiocrité étant atteint par les interventions toutes plus ridicules les unes que les autres du troisième comparse (l'irlandais écrivain, exécrable!). Même Martin Sheen, lors de certaines séquences, est très mauvais! Quant aux autres personnages du film (les espagnols rencontrés lors d'une halte par exemple) ils sont tous plus ou moins grotesques!
    Que dire de plus? "The Way", c'est l'exemple même d'un film non seulement raté mais sans âme (ce qui est un comble quand on met en scène des pélerins se dirigeant vers Compostelle)! 2/10
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 1 301 critiques

    3,0
    Publiée le 6 décembre 2021
    Si le sujet du film est intéressant (après le décès accidentel de son fils sur le chemin de Compostelle, le père américain, incarné par Martin Sheen , se met en tête d’effectuer ce pélerinage ), la réalisation est plutôt plate et les longues séquences de marche n’arrangent pas les choses. Par ailleurs, le rapprochement avec trois autres marcheurs ne m’a pas paru traité avec profondeur. L’ensemble n’est pas mal mais ne supportera pas une seconde vision.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 664 abonnés Lire ses 3 744 critiques

    3,0
    Publiée le 28 juillet 2017
    Paradoxe des temps modernes, alors que l'homme ne sait plus vivre sans être connecté il n'a jamais aussi été avide de tout ce qui parle de retour à la nature. Le fameux chemin de Compostelle est donc devenu très tendance, suscitant l'intérêt de la planète showbiz allant de Patrick Poivre d'Arvor à Jean-Christophe Rufin. Plus inattendu sans doute était qu'Hollywood mette ses gros sabots sur les pentes caillouteuses du chemin sacré. On pouvait en effet craindre le pire. L'idée a germé dans l'esprit d'Emilio Estevez, le fils de Martin Sheen qui avait lui-même effectué le pèlerinage en compagnie de son petit-fils. C'est donc plutôt un film indépendant émanant de la famille Estevez (patronyme originel de Martin Sheen) qui nous est proposé à partir du récit de Jack Hitt, journaliste américain. Thomas (Martin Sheen) ophtalmologue à Los Angeles se rend à Saint-Jean-Pied-de-Port où son fils vient de trouver la mort, victime d'un orage alors qu'il entamait le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Tout d'abord désemparé, il décide de conduire les cendres de son fils jusqu'à Saint Jacques comme une façon de lui permettre de mener à bien son projet. Martin Sheen campe un pèlerin grognon qui s'accommode tout d'abord très mal de l'esprit de fraternité sans doute parfois un peu factice qui fait une partie du mythe de la démarche. Mais le miracle du chemin va opérer et l'ours mal léché va progressivement baisser la garde au fur et à mesure de ses rencontres. Emilio Estevez qui dirige son père pour la seconde fois n'évite pas quelques clichés qui ne manqueront pas s'agacer certains adeptes qui se jugeront caricaturés mais l'ensemble demeure plutôt sympathique et humble dans les conclusions qu'il tire de cette démarche qui est avant tout propre à chacun. Malgré ses défauts, le film ne devrait pas s'ériger en repoussoir pour ceux qui envisageraient de se lancer sur les quelques 800 kilomètres à parcourir sur les terres espagnoles.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 689 abonnés Lire ses 4 215 critiques

    4,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Un pèlerinage très sympathique qui nous emmène sur les chemins de St Jacques avec peu d'aspect religieux mais une véritable entente des 4 personnages chacun avec sa propre quête et son poids à porter. Revigorant, avec quelques clichés mais qui inspire une vraie pause.
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 1 729 critiques

    2,0
    Publiée le 3 septembre 2015
    Chaque année, ce sont des centaines de milliers de pèlerins qui empruntent le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Sorti en 2010 aux États-Unis mais seulement trois ans plus tard en France, "The Way" d'Emilio Estevez est le genre de film mimi qu'il semble cruel de blâmer. Pourtant, il faut bien reconnaître que "The Way" rate son objectif, oubliant même le spectateur dans son périple. Toutes ses tentatives, quels qu'en soient les angles, s'avèrent infructueuses ; quand il se veut dramatique, il enchaîne les situations éculées ; quand il se veut drôle, il tombe à côté. Un groupe de quatre personnages banals, dont les enjeux sentent la facilité, de la dispute à la réconciliation. Sans spiritualité ou second degré, l'œuvre d'Estevez, américanisation du pèlerinage, ne semble valoir que par ses allures de carte postale. Besoin d'un guide touristique avant d'attaquer Compostelle ? "The Way" est là. Mais pour le cinéma, on repassera.
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    3,5
    Publiée le 31 octobre 2014
    Avec ce film Emilio Estevez nous traîne tout au long du “camino”, c’est-à-dire du chemin de Compostelle en compagnie de Tom ophtalmologiste ayant récemment perdu son fils sur ce même chemin et qui va réaliser le rêve de son fils en faisant lui-même ce pèlerinage. On a donc affaire à un mélo qui utilise le road-movie évident qu’est le chemin de Compostelle pour nouer et résoudre son intrigue. Tom triste et en colère, se retrouve obligé de supporter des compagnons de route amenant chacun ces problèmes sur ce parcours. On suit donc une lente éclosion des personnalités qui au contacte les uns des autres révèlent leurs problèmes et y remédient grâce aux autres et au cheminement jusqu’à Saint Jacques de Compostelle. Sans être passionnant le film se laisse voir et on se prend rapidement de sympathie pour ce père éploré qui trouve à son corps défendant des oreilles à l’écoute auprès de ces trois compagnons de route : un hollandais jovial, une canadienne remontée et un irlandais écrivain sans inspiration mais pas sans rien à dire. Le film permet aussi de découvrir le “camino” et les paysages et villes qu’il traverse, même si le film ne le fait pas de manière exhaustive. Un film sur le cheminement loin de l’urgence des modes de vie actuels et sur la découverte de soi. Joli, un peu romantique, à voir.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 624 critiques

    3,5
    Publiée le 19 août 2017
    « The Way » est un très beau film sur El Camino (Le Chemin), la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Emilio Estevez ne prétend pas faire un film définitif sur le sujet. Il s'agit juste d'un bel instantané, comme s'il avait pris au hasard une demie douzaine de pèlerins, chacun avec ses problèmes à régler, pour mieux illustrer la mosaïque de personnalités qui s'engagent sur le chemin. L'histoire est simple et sobre : un médecin ophtalmo perd son fils sur le chemin de Saint-Jacques, il décide alors de prendre sa suite et de faire le trajet à pied depuis Saint-Jean-Pied-de-Port. Il ira de rencontres en rencontres, et finira pas se forger de belles amitiés avec des gens tout aussi désemparés que lui. On ne prend jamais Le Chemin par hasard dit l'un des marcheurs. Et cela semble vrai, tant chacun d'entre eux tient à vivre une rédemption et se sent appelé à changer de vie, chacun à sa manière. Emilio Estevez évite les clichés des longs métrages américains qui se veulent européens : son héros principal, joué par l'excellent Martin Sheen, est américain dans le film, et se prend quelques réflexions bien senties. Estevez adopte un point de vue universel, les autres protagonistes étant Néerlandais, Canadienne et Irlandais. Nous n'avons donc pas le droit à l'américain qui débarque pour conquérir l'Espagne, non, ici Martin Sheen joue seulement un père qui cherche à comprendre les derniers actes de son fils, rien de plus. Ce qui réserve des passages fort émouvants sur le lien filial et la paternité. Et chose encore plus incroyable, Emilio Estevez parvient à retranscrire l'esprit de la route de Saint-Jacques, ce mélange d'aventure, de spiritualité (sans verser dans le prosélytisme : chacun a sa vision bien à lui du divin), de galère et d'amitié. Le plus important n'est pas tant l'arrivée à Saint-Jacques que le parcours vécu ensemble, voilà ce que semble nous dire Estevez, et qui reste valable pour tout voyage digne de ce nom. Emilio Estevez réussit son tour de force en n'épuisant pas un sujet vaste comme le ciel, mais en lui donnant un visage humain, et mieux encore, en nous donnant envie, à notre tour, de prendre la route à la suite de ses personnages. Que demander de plus ?
    Manu711
    Manu711

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 850 critiques

    2,5
    Publiée le 22 mars 2016
    C'est un film qui a eu le mérite de m'intriguer et de me donner (un peu) envie de suivre les traces de Saint Jacques de Compostelle. Il faut aussi dire que c'est assez bon enfant, comme ambiance, et que ça se regarde l'esprit léger. Tellement léger que certains gags tombent parfois à l'eau, et que ça en devient long. Le film dure plus de deux heures et il y a bien vingt grosses minutes en trop. Ce genre de film, à mi-chemin entre le drame et le feel-good movie, ne peut s'éterniser autant de temps, surtout lorsque le propos tourne à ce point en rond et qu'il n'y a plus grand chose à raconter. Des bonnes idées mais sûrement trop d'ambitions pour ce que ça peut réellement accomplir.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 685 abonnés Lire ses 3 599 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mars 2015
    Nul besoin d’être croyant pour apprécier ce film à sa juste valeur. Dans une simplicité sans artifice, Estevez propose un voyage émouvant et magnifique à travers le pèlerinage de Compostelle. Même si le mélo coule jusqu’à en dégouliner de bonnes intentions, The Way reste une belle déclaration d’espoir et de sincérité. Les acteurs ne jouent pas, ils vivent ce parcours comme le vivent leurs personnages. La beauté des paysages fait du bien au cœur. The Way, La route ensemble n’est pas une expérience cinématographique unique, mais c’est une expérience rare à l’air de l’industrie numérique.
    D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    David Ma
    David Ma

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 50 critiques

    3,0
    Publiée le 23 octobre 2014
    Une aventure qui ouvre les portes du voyage. Le voyage sur toutes ces formes. Malgré certaines longueurs, quelques facilités de réalisation, quelques lacunes dans la profondeur des personnages, on se laisse porter par cette jooie aventure. Nous aimerons tous que nos parents, frères&soeurs, proches baignent dans une étape au combien importante et particulière de notre vie...3 étoiles
    Ciné2909
    Ciné2909

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 626 critiques

    3,0
    Publiée le 7 novembre 2013
    Emilio Estevez présent aussi bien à l’écran que derrière la caméra a choisi un drôle de sujet pour son film à savoir le pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle qui est une tradition ancestrale. L’histoire de Martin Sheen accomplissant cette quête spirituelle en hommage à son fils est dont plutôt touchante mais on n’aurait pas été contre de le voir prendre quelques raccourcis. Si la bande qu’il se constitue en chemin est plutôt sympathique, les différents personnages n’enrichissent pas vraiment l’histoire. The way, la route ensemble c'est un petit retour à la nature plutôt agréable en dépit de ses longueurs et qui donnerait presque envie de préparer son sac à dos, Buen camino !
    ISAO12
    ISAO12

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 1 018 critiques

    3,0
    Publiée le 8 octobre 2013
    Un vrai plaisir que de découvrir avec eux ce chemin de spiritualité vers compostelle.
    blacktide
    blacktide

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 795 critiques

    2,5
    Publiée le 25 septembre 2013
    Pour son premier film en tant que réalisateur, on ne pensait pas que Emilio Estevez allait choisir comme sujet le pèlerinage vers St. Jacques de Compostelle, et pourtant c'est bien ce qu'il a choisi. Pour moi "The Way" n'a rien d'un film extraordinaire, c'est un film peu original, peu drôle, peu intéressant même si l'histoire est quand même relativement émouvante. Le film doit beaucoup à ses acteurs, ils jouent tous très bien en particulier Martin Sheen jouant un père qui a décidé de déposé les cendres de son fils dans l'océan atlantique et de faire le pèlerinage pour lui rendre hommage: c'est une belle histoire. Dommage qu'il ne se passe pas beaucoup de choses durant le film, c'est plat tout le long, il n'y a que des rencontres avec des personnes puis des amitiés et ils racontent leurs histoires, voilà ce qu'il se passe durant 2h de quoi bien se faire chier. "the way" n'a pas vraiment d'intérêt cinématographique, c'est rempli de bonnes intentions et de passages peu mouvementés. A la place d'incité les gens à faire cet énorme pèlerinage, le film donne envie de rester chez soi bien au chaud dans son lit à regarder des petits films. Bref "the way" ne m'a pas vraiment marqué mais m'a quand même touché, pour un premier film, c'est plutôt pas mal mais je ne suis pas sur qu'il va faire un gros carton dans les cinémas!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    charlotteid
    charlotteid

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 19 critiques

    2,0
    Publiée le 14 juillet 2013
    petit film mignon sans plus, la partie comédie est trop light à mon goût
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 939 critiques

    4,0
    Publiée le 22 décembre 2014
    Un pèlerinage fait de rencontres humaines avec de beaux personnages et avant tout avec soi même. Une quête de spiritualité à travers de beaux paysages. Une très belle aventure centrée sur l'humain dans un monde nauséabond pervertit par la quête de l'argent et du pouvoir. Un pèlerinage cinématographique en somme. Une belle réalisation et bande son en harmonie avec le thème. très juste et très simple
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top