Notez des films
Mon AlloCiné
    Adieu Gary
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Adieu Gary" et de son tournage !

    Primé à Cannes

    A Cannes, Adieu Gary a remporté le Grand Prix de la Semaine de la Critique.

    La patte d'Amaouche

    Adieu Gary est le premier long métrage de Nassim Amaouche. Né en 1977, il suit des études de sociologie puis intègre l'Institut International de l'Image et du Son. En 2003, il signe le court métrage De l'autre côté, présenté à la Semaine de la Critique à Cannes (déjà...) et dans de nombreux autres festivals. En 2005, il réalise Quelques miettes pour les oiseaux, documentaire tourné à la frontière entre la Jordanie et l'Irak, sélectionné entre autres à Locarno et Venise.

    Nouveau western

    Le réalisateur explique comment il a choisi la cité ouvrière, élément essentiel du film : "Adieu Gary parle de la fin d'une certaine époque ouvrière... et du début d'une autre, d'une transformation. Le décor du film devait en être ce double reflet sans surligner mon propos. Plus simplement, je cherchais un lieu cinématographique. Mes producteurs et moi savions que cela n'allait pas être des repérages faciles et ils m'ont permis de les débuter très tôt. J'ai longtemps cherché et fini par trouver la Cité Blanche du Teil, en Ardèche, une cité ouvrière construite par le groupe Lafarge au début du siècle, qui a compté jusqu'à 1200 habitants et n'en abrite plus que 4 aujourd'hui. Elle porte tous les stigmates d'une époque révolue en étant toutefois encore habitée. Sa rue principale qu'on jurerait sortie d'un décor de western a fini de me convaincre totalement. Je n'avais quasiment rien à réécrire, à peine à adapter. C'était là-bas et pas ailleurs qu'il fallait tourner."

    Tout le monde il peut être beau...

    Nassim Amaouche justifie ses partis pris : "Je voulais faire un film en prise directe avec une réalité sociale sans m'interdire quoi que ce soit au niveau formel, ne pas forcément aller vers le naturalisme absolu parce que mes personnages sont issus du monde ouvrier. Je comprends les réticences "morales" de certains réalisateurs qui ne veulent pas esthétiser la misère ; mais pourquoi s'interdire de "rendre beaux" ceux qui y vivent ? Les prolos ont eux aussi droit aux projecteurs, aux travellings et au 35 mm. La morale est pour moi la recherche d'une certaine vérité et la vérité n'est pas nécessairement la vraisemblance (...) La tendresse n'est pas un gros mot à mes yeux. Je l'assume totalement (...) Ma plus grande fierté serait d'avoir raconté une histoire qu'on peut trouver gentille, sucrée mais qu'au final, pendant le générique, les spectateurs se disent que le bonbon avait un arrière-goût acidulé."

    Bacri investi(t)

    Très impliqué dans le projet, Jean-Pierre Bacri joue l'un des rôles principaux d'Adieu Gary, mais il en est aussi l'un des producteurs, via la société Les films A4, dont il est l'un des fondateurs.

    Une image d'Apprenti

    Le chef-opérateur de Adieu Gary est Samuel Collardey, réalisateur du documentaire très remarqué L'apprenti, portrait d'un agriculteur en herbe, lauréat du Prix Louis-Delluc du Premier film en 2008.

    Affaire de croyance

    Nassim Amaouche revient sur la place de la religion dans la vie des habitants de la cité : "Que dans certains quartiers populaires on soit plus sensible à la religion qu'à Karl Marx est une réalité objective ; j'ai fait de mon mieux pour rester descriptif, ne pas imposer de jugement. À titre personnel, je ne crois pas que la croyance religieuse aide à mieux vivre ensemble et pourtant je deviens plus optimiste lorsque je rencontre des gens qui croient fort en quelque chose plutôt qu'en rien du tout. La transformation de ce local en mosquée exprime à la fois une certaine tristesse (voire une certaine peur) et un réconfort possible face à un changement, des mutations, de l'énergie, de la vie qui s'affirment."

    Holy oud

    La musique du film a été composée par le Trio Joubran, groupe palestinien reconnu, composé de trois frères virtuoses du oud.

    L'ombre de Cassavetes

    Voir Shadows de John Cassavetes a conforté Nassim Amaouche dans l'idée qu'il n'était pas forcément nécessaire de s'attarder sur les différentes origines des membres d'une même famille. C'est pourquoi, dans son film, la question du mariage mixte n'est pas centrale.

    Adieu Angela

    Ángela Molina avait été pressentie pour tenir le rôle féminin principal du film.

    Cooper coupé

    Au départ, le titre du film était Adieu Gary Cooper
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Nobody (2021)
    • Nomadland (2020)
    • Le Chant du Loup (2019)
    • Le Labyrinthe (2014)
    • Mortal Kombat (2021)
    • Godzilla vs Kong (2021)
    • Sans aucun remords (2021)
    • The Father (2020)
    • Valérian et la Cité des mille planètes (2017)
    • Demon Slayer - Kimetsu no Yaiba - Le film : Le train de l'infini (2020)
    • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
    • Space Jam - Nouvelle ère (2021)
    • Demain Tout Commence (2016)
    • ADN (2020)
    • Fast & Furious 9 (2021)
    • xXx (2002)
    • Amanda (2018)
    • MILF (2017)
    • Adieu Les Cons (2020)
    • Zack Snyder's Justice League (2021)
    Back to Top