Mon compte
    Somewhere
    note moyenne
    2,4
    3960 notes dont 793 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 793 critiques par note
    51 critiques
    113 critiques
    148 critiques
    134 critiques
    165 critiques
    182 critiques
    Votre avis sur Somewhere ?

    793 critiques spectateurs

    Nicano
    Nicano

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 309 critiques

    3,0
    Publiée le 25 avril 2012
    Somewhere est vraiment, vraiment trop lent. Encore plus selon moi que Lost in Translation, qui est un excellent film. Malgré tout, c'est trés bien filmé, et le duo Stephen Dorff/Elle Fanning est vraiment incroyable ! Si on aime le style Sofia Coppola, ce film est réussi.
    Claricewins
    Claricewins

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 053 critiques

    1,0
    Publiée le 5 janvier 2011
    Pour faire un film sur l'ennui, faut-il ennuyer le spectateur ? A quoi s'attendait Sofia Coppola en nous montrant une voiture faire des tours sur un circuit pendant 5 minutes ? On se dit toutes les minutes que le film va démarrer, qu'il va se passer quelque chose. Même l'arrivée de la fille n'apporte pas grand chose, le père s'anime un peu, mais c'est tout. On sent une petite progression dans la personnalité de l'acteur au contact de sa fille, mais ce n'est pas exploité jusqu'au bout. On a le droit à un aperçu de la vie de star, mais c'est bien difficile de les plaindre quand on voit comment ils vivent... On reconnaît la touche Coppola, mais désormais ça ne suffit plus.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 12 janvier 2011
    Sofia Coppola a commencé sa carrière de réalisatrice avec un chef d'oeuvre (Virgin Suicides), a enchaîné avec un bon film (Lost in Translation), puis avec un très moyen (Marie-Antoinette), et nous en pond maintenant un encore plus moyen. C'est triste quand même. Tout d'abord, le sujet abordé est plus ou moins le même que pour "Lost in Translation", sauf qu'on a rajeuni les protagonistes et que le type est maintenant le père de la fille. Stephen Dorff n'est malheureusement pas Bill Murray. En revanche, et c'est le gros "plus" de ce film, Elle Fanning traverse (trop brièvement) "Somewhere" tel un rayon de soleil. Sinon, hé bien, beaucoup de longueurs pour pas grand chose. Quelques beaux plans, de la bonne musique, mais ça ne suffit pas pour faire un bon film.
    QuaiduCinéma
    QuaiduCinéma

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 21 critiques

    5,0
    Publiée le 30 octobre 2012
    Johnny Marco est une star hollywoodienne. Dans son hôtel du Château Marmont à Los Angeles il se prélasse sur la terrasse, buvant lentement son café, puis va faire un tour de circuit en Ferrari, et invite des cowgirls dans sa chambre le soir. Johnny Marco semble avoir une vie facile, claquant des doigts pour obtenir ce qu’il souhaite, sortant des billets de son portefeuilles pour acheter ce qu’il veut. Et pourtant… Et pourtant Johnny Marco ressent un profond malaise, un vide existentiel.

    Voir la suite: http://quaiducinema.wordpress.com/2012/05/15/hollywood-sennuie-le-rire-prend-place-et-le-genie-surgit-somewhere-sofia-coppola-2011/
    wapbee
    wapbee

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 21 critiques

    3,5
    Publiée le 12 janvier 2011
    C'est lent. D'accord. Mais ce qui émeut justement dans ce film, c'est bien la dimension profondément humaine et réaliste dont il est emprunt. On ressent l'ennui du personnage d'une façon tout à fait étonnante avec une échelle du temps proportionnelle à la réalité (ce qui est rare, tout de même), avec quelques séquences qui paraissent longues, longues, mais qui finalement restranscrivent bien ce que cet homme peut ressentir. Le monde lui appartient, mais il se sent seul et sa vie n'a pas de but précis : il n'a que des histoires sans lendemains et de magnifiques suites dont il n'arrive même pas à profiter. Seule sa fille semble le tirer de cette monotonie. Ce n'est cependant pas le seul aspect du film. On en retient aussi de magnifiques plans, une BO discrète mais efficace, des personnages attachants, et un humour à petites touches qui passe tout en douceur. Les deux acteurs principaux ont une réelle complicité à l'écran, et l'histoire semble tout à fait crédible, sûrement grâce à l'implication supposée personnelle de Sophia Coppola. Cet homme qui est perdu et qui pense ne rien être, dans ce monde superficiel et hypermatérialiste, où tout le monde est à ses pieds mais où personne ne l'apprécie vraiment à ta juste valeur, décide enfin d'aller "quelque part" pour devenir "quelqu'un". Belle séquence finale.
    Guillaume p
    Guillaume p

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 283 critiques

    3,0
    Publiée le 2 mai 2011
    Cette relation père/fille qui ont oublié de vivre ensemble est réellement bien mise en scène. Les deux acteurs sont vraiment attachants.
    Joli film!
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,5
    Publiée le 20 avril 2011
    Seul au milieu de tous tel Gatsby Le Magnifique, Stephen Dorff nous offre ce qui semble être son meilleur rôle avec ce personnage de dandy je-m'en-foutiste amenant bien malgré lui à une critique cinglante mais réaliste du show business et de ses à côtés.
    Sebmagic
    Sebmagic

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 120 critiques

    3,5
    Publiée le 7 décembre 2010
    Dès le début du film j'ai ressenti la patte de Sofia Coppola, assez proche de Gus Van Sant dans sa façon de montrer les choses, avec cette intro constituée d'un plan long, trop long pour certains (mais ça reste du Sofia Coppola, vous savez à quoi vous attendre). Puis la musique s'accélère et le générique apparaît, une musique qui impose l'ambiance et qui m'a fait frissonner dès le départ. Ensuite, le film ne plaira pas à tout le monde, c'est évident. Si vous aimez le cinéma de Gus Van Sant et les précédents films de la réalisatrice, foncez. Elle reprend plusieurs thèmes très proches de Lost In Translation, tout en imposant une atmosphère lente qui se traduit par des plans d'une longueur assez folle. Comme dans Lost In Translation, qui est à mon goût une vraie perle, ce film ne raconte quasiment rien. Mais le fait de ne rien raconter en dit beaucoup quand même. On a encore deux personnages principaux, sauf qu'au lieu des deux inconnus qu'interprétaient Scarlett Johansson et Bill Murray, elle nous montre une relation entre un père et sa fille. La réalisatrice renoue avec le thème de l'ennui. Dès qu'il est seul, le personnage s'ennuie et ça se ressent. Des plans parfois interminables, mais que j'ai savourés (avec une légère lassitude parfois, je l'admets), les images ne racontent aucune histoire et se contentent de nous montrer le petit bout de vie d'un homme complètement paumé, qui n'a pratiquement aucun ami. Seule la présence de sa fille remue sa vie, permettant d'ailleurs au film de vivre un peu, avant que le personnage ne retombe dans un ennui profond dès le départ de celle-ci. Et c'est quelque chose que j'apprécie chez cette cinéaste : la façon avec laquelle elle traite son sujet à la perfection. Le fait de ne rien raconter a quelque chose de beau que je ne saurais expliquer. Même si on attend quelques révélations, qu'il se passe un truc, finalement il n'en est rien. Toutes les pistes sur lesquelles on réfléchit pendant la projection ne trouvent aucune réponse, tout simplement parce que pendant 1h30, on a été plongés dans la vie d'un homme malheureux, puis qu'on en est exclu aussi sec. Personnellement, je me suis laissé emporter par tous ces jolis plans comme la réalisatrice sait bien les faire, et je ne me suis pas ennuyé dans l'ensemble (même si tout semble mis en oeuvre pour nous le faire ressentir). De très beaux plans, parfois accompagnés de musiques superbes, je me suis pris au jeu. D'ailleurs, mis à part un bref moment d'émotion vers la fin, et le dénouement suffisamment mystérieux pour m'avoir plu, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. Mais ce n'est pas un défaut, et c'est là que le film fait fort, car il parvient à nous captiver grâce à la mise en scène, l'ambiance, et j'aime ça. On se pose devant ce film et on le contemple, tout simplement. Avec quelques touches d'humour, on suit le quotidien de ce Johnny Marco et on assiste à un type de cinéma assez inhabituel, mais néanmoins agréable au milieu de toutes ces superproductions. De plus, la réalisatrice n'hésite pas à pointer du doigt quelques petits détails, en se moquant gentiment de Twilight ou de la télé italienne. On retrouve le sujet du mal-être, du mal de vivre qui était au coeur de Virgin Suicides et du thème de l'ennui dans le lit (qui est omniprésent dans Lost In Translation et un peu dans Marie-Antoinette) ainsi que de la relation entre deux personnes. Une relation d'ailleurs assez mignonne, pour ne pas dire touchante, entre un père assez désespéré et une fille qui se sent délaissée. Ca donne lieu à quelques moments d'émotion, ce qui est relativement attendu pour un film comme ça, mais sans non plus atteindre de grands sommets. Même si elle fait plutôt 14 ans que 11, Elle Fanning est géniale dans ce rôle de gamine sensible qui aime rire. Quant à Stephen Dorff, il est parfait et extrêmement talentueux dans ce rôle, à la fois poignant, amusant et décontracté. Je ne connaissais pas cet acteur et ce fut une bonne surprise. Aussi j'ai été ravi (et étonné) de voir apparaître, ne serait-ce que 15 secondes, Benicio Del Toro dans un rôle de quasi-figurant. De même, bien qu'on la voit 5 minutes à peine, la présence d'Ellie Kemper (The Office) m'a bien fait rire. Quoiqu'il en soit, c'est avec très peu de dialogues que la réalisatrice parvient à nous maintenir devant son film, et ça aussi c'est balaise. Beaucoup de regards, des plans saisissants, la cinéaste maîtrise parfatiement l'art d'en dire beaucoup avec uniquement du silence et de la concision. Par l'intermédiaire de cette ambiance silencieuse et longue, le caractère déprimé et j'm'en-foutiste du personnage principal est mis en avant, et le film dénonce d'ailleurs toute la superficialité liée à la célébrité (comme les paparazzis ou les grandes suites d'hôtel) en n'omettant pas de signaler que les meilleures choses de la vie sont souvent les plus simples. En plus j'ai été envoûté par l'ambiance et la musique (Phoenix, The Strokes). Que du bonheur, donc, j'en redemande !
    Fabien S.
    Fabien S.

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 3 270 critiques

    4,0
    Publiée le 24 août 2017
    Un bon film de Sofia Coppola. Un bon film familial. Une bonne relation entre un père et sa fille. Elle Fanning incarne une jeune adolescente. Stephen Dorff interprète son père.
    Alexis L
    Alexis L

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 215 critiques

    2,0
    Publiée le 9 janvier 2011
    Somewhere ou comment ennuyer le spectateur avec une histoire molle et des acteurs qui ne savent pas quoi faire dans un film.
    Sofia Coppola n'est pas ma réalisatrice préférée pour rien. Certes j'ai bien aimé Lost in translation et Marie Antoinette mais son Virgin Suicide... qu'est ce que c'était ennuyeux.
    Avec Somewhere j'ai atteint le fond de l'ennui: un vide sidéral, spatial de plus d'1h40, sans avoir une ligne directrice.
    Ca raconte l'histoire d'un acteur, Johnny (Stephen Dorf), qui reçoit la visite de sa fille Cleo (Elle Faning) et qui passent du temps semble.
    Alors tout au long du film c'est Johnny se fait chier, Johnny picole, Johnny baise, Johnny reçoit des textos d'insultes, Johnny reçoit sa fille et c'est comme ça tout le film.
    Si seulement c'était dynamique j'aurai dit "ok, c'est bon" mais là c'est juste de la masturbation égoïste où Sofia Coppola se contemple dans sa démonstration de filmer. Je dis ras le bol parce que Tarantino a fait la même chose avec son Inglorious Basterds et voilà que les nanas s'y mettent, arrêtez maintenant.
    C'est plat, c'est froid, pas d'émotion, un peu d'humour et rien d'autre.
    Cela m'étonnerait beaucoup que Sofia se rende dans des hôtels aussi sinistres que celui de Johnny, parce que c'est vraiment d'un ennui (oui je me répète mais c'est la faute de la réalisatrice).
    Ce pauvre Stephen Dorf ne sait pas ce qu'il fout là "oh mon dieu il fume une cigarette!" "oh mon dieu il boit un verre!" "oh il couche avec une fille" et s'emmerde autant que nous.
    Seul rayon de soleil: la très mignonne Elle Faning, la petite soeur de Dakota F, qui illumine de par sa présence un film, bien trop chiant, avec sa beauté et son sourire; t'en fais pas ma chérie tu l'auras ton grand rôle au cinéma.
    Bref l'année cinéma commence très mal pour moi, mais je vais me rattraper: Harry Brown sort cette semaine au cinéma donc tout rentrera dans l'ordre, ou sinon je me replonge dans un film où le héros pète la gueule à 400 méchants et que il baise la belle fille à la fin.
    willyzacc
    willyzacc

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    4,0
    Publiée le 12 janvier 2011
    Un film qui au fond ne veut pas forcément dire grand chose. Mais qui est sublimé par Sofia Coppola dès le plan du début (la ferrari..), Elle et Stephen sont magistraux et nous porte tout le long du film. Je ne me suis pas ennuyé du tout à suivre cette histoire, et la musique est encore une fois superbe. Merci Sofia!
    Lara1340
    Lara1340

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 64 critiques

    0,5
    Publiée le 9 janvier 2011
    je crois que c'est le film le plus mauvais et le plus chiant que j'ai vu de toute ma vie : pour preuve je suis partie avant la fin ce qui, je crois de mémoire de cinéphile, est la première fois de ma vie !!! ... il est d'un vide abyssal ... !!!! à fuir à toutes jambes !!!!!!!!
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 20 juillet 2012
    Cinéma simple et sensible, Somewhere est une œuvre douce et intelligente, on y parle de la célébrité mais également de l’amour d’un père pour sa fille et de prise de conscience.

    Sofia Coppola ne possède pas encore une grande filmographie, seulement être peu prolifique ne rime pas avec être dénué de talent, et Coppola en possède beaucoup c’est indéniable. Maîtrise parfaite de la mise en scène, à la fois discrète et pourtant très explicative, elle permet une immersion psychologique à travers le vécu et le ressenti des personnages.
    Dans Somewhere, Coppola nous raconte l’histoire d’une célébrité à bout de souffle et lassée de sa propre existence (incarnée par un Steven Dorff magistral), mais quand sa fille débarque il retrouvera le sourire et prendra conscience de qui il est vraiment et de ce qu’il a raté.
    Sofia Coppola maîtrise parfaitement son sujet et lui donne un côté très personnel, c’est d’ailleurs parfaitement logique car elle réalisa ce film après la naissance de sa fille, elle explique ici l’arrivé d’un enfant et la prise de conscience de notre rôle par rapport à ce dernier.
    Soyons honnête, Somewhere est une œuvre sincère et maîtrisé qui ne souffre d’aucun problème sauf peut-être quelques longueurs, d’autant plus qu’avec un sujet pareil Sofia Coppola pouvait nous offrir un film digne de son premier chef-d’œuvre: Lost in Translation.

    Le casting est excellent, Elle Fanning est radieuse et rayonnante, une jeune actrice qui mérite de réussir. Le duo avec Dorff fonctionne parfaitement, ils sont tendres et complices.

    Somewhere est donc une œuvre honnête malgré quelques scènes un peu longues par moment, néanmoins Sofia Coppola livre ici un film très personnel et tendre qui ravira ses fans.
    lavie44
    lavie44

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 427 critiques

    0,5
    Publiée le 14 janvier 2011
    Comment filmer l'ennuie ? Il paraît qu'il faut le demander à Mme Coppola ! Mais comment filmer avec ennuie un film ennuyeux ? Bah aller voir Somewhere...
    Precrime4
    Precrime4

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 155 critiques

    4,0
    Publiée le 9 janvier 2011
    Donc un film que je conseille car il est beau, peut être un peu long à démarré mais si on se prend au jeu on trouve que ce film est touchant. La bande son est sublime avec des morceaux aussi bien rock que calme. Et les acteurs principaux sont remarquables.
    Voir critique complète :
    http://kev44600.blogs.allocine.fr/kev44600-293172-critique_somewhere.htm
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top