Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Amour c'est gai, l'amour c'est triste
    note moyenne
    2,6
    43 notes dont 10 critiques
    répartition des 10 critiques par note
    1 critique
    4 critiques
    1 critique
    1 critique
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur L'Amour c'est gai, l'amour c'est triste ?

    10 critiques spectateurs

    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1138 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    1,5
    Publiée le 8 septembre 2016
    Je poursuis mes incursions dans les raretés du cinéma français avec L’amour c’est gai, l’amour c’est triste, signé du cinéaste assez expérimental et indépendant, Jean-Daniel Pollet. Bon, et bien ça reste fort moyen. En fait on ne sait pas ce que Pollet veut faire. Est-ce un film expérimental justement, est-ce réellement un film avec un scénario, mais, dans ce cas-là, pourquoi a-t-on le sentiment que c’est aussi long, aussi vide, et aussi vain ? Non car je veux bien que ce film soit poétique, c’est vrai qu’il a de beaux moments, des moments charmants, mais soyons franc, il ne vient de nulle part, il ne va nulle part, et il y retourne ! Pendant 1 heure 30 on voit des personnages tourner en rond, s’ébrouer dans 20 mètres carrés, discuter pour ne souvent aboutir à rien, à l’image de ce qui arrive au héros d’ailleurs. Ce n’est pas drôle à proprement parlé, ce n’est pas triste, c’est juste beaucoup trop creux. Cela étant posé, on se demande presque ce que sont venus faire autant d’excellents acteurs dans ce film. Claude Melki est un fidèle de Pollet, ok, et il faut avouer qu’il apporte un gros plus avec son personnage lunaire qui sauve plusieurs scènes. Mais les autres ? Bon, Marielle a enchainé de tout, Bernadette Lafont a pas mal de casserole, d’anciens sont venus faire leur petit numéro et Chantal Goya est venu en jeune première pour jouer une déprimée ! Honnêtement les numéros d’acteurs sont dans l’ensemble bons, voire parfois très bons, mais comme je l’ai dit que de dépenses d’énergie pour n’aboutir à rien. On ne sait pas si lorsqu’on voit Marielle il essaye de nous faire rire, de nous transmettre un message subliminal, il se débat le pauvre, mais avec quoi ? Sur la forme c’est du petit budget. Quasi huis-clos, ce film fait le minimum a tous les étages, sans doute faute de budget certes, sans doute aussi par une volonté minimaliste qui se retrouve dans la mise en scène, souvent très roide, et dans la bande son, élégante, mettant d’ailleurs plutôt de bonne humeur pour entrer dans le film, mais qui est très simple. Je crois que c’est une volonté de coller à l’image film social que veut se donner le film, mais cela renforce surtout l’impression de tristesse du titre ! L’amour ce n’est pas gai du tout dans ce film ! Au final je n’ai pas été convaincu par Pollet. Son film c’est la route qui ne mène nulle part, trop abstrait pour convaincre, pas assez pour être un essai ambitieux, c’est une sorte d’exercice de style sans grande consistance, qui reste trop hermétique à tout niveau. Dommage. 1.5
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 041 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2014
    Joli film, mélange de poésie à la Queneau, de cinéma populiste d'avant-guerre et de Nouvelle vague. Comme le dit le titre, l'amour c'est triste mais dit avec des mots drôles. On est dans la mélancolie, le lunaire mais aussi l'émotion, délicate et tendre. Claude Melki reste égal dans son immense talent de clown triste, plein de finesse, Bernadette Lafont toujours aussi gouailleuse, Jean-Pierre Marielle toujours tagada boum boum ; la surprise vient de Chantal Goya qui tient sa place en face de ces grands, avec un jeu qui rappelle l'adorable Miou Miou. Un film décalé, qui marque.
    tylerdurden
    tylerdurden

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 219 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Une comédie très drôle (sur un sujet qui l'est moins)et touchante grace notamment à l'interprétation de Gilbert Melki et de Jean-Pierre Marielle, très bon en brute épaisse.
    Kano54
    Kano54

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 73 critiques

    1,0
    Publiée le 9 juillet 2011
    C'est une pièce de théâtre à l'humour jaune, très jaune. Donc une étoile. Dommage car il y a eu l'invitation faite à de grands comédiens pourtant, mais qui sont ici en vacances théâtrales. A noter une apparition d'Henri Guybet qui se rôde au spectacle par un rôle de mime, tartaresque déjà puisqu'il joue de profil. On le voit à ce genre de détails : la réalisation, c'est un métier. Il ne suffit pas d'acheter une caméra et des comédiens. Ou alors nous serions tous dans 'la branche cinéma'. Je dois bien avouer ne pas avoir compris l'intérêt du film. Ce film qui n'est pas une comédie, mais plutôt un exercice de style créé afin de pousser un peu plus les dépressionnaires dans leur retranchement. N'est-ce pas là prendre un gros risque que de jouer, ainsi, avec la vie ? Ce film a au moins le mérite de relater une ambiance, c'est déjà cela. Aussi l'ami Pollet a décroché son étoile.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 26 mai 2009
    Malgré un jeu excellent des acteurs, Melki en tête, je ne suis jamais rentré dans ce film, le scénario a trop de mal à émerger.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6088 abonnés Lire ses 10 654 critiques

    3,5
    Publiée le 20 juillet 2019
    La plupart des films de Jean-Daniel Pollet n'ont malheureusement pu être distribuès qu'en marge des grands circuits commerciaux de distribution! L'aspect le plus intèressant de son travail est en fait liè aux recherches de l'avant-garde littèraire (Philippe Sollers collabora à "Mèditerrannèe" et Jean Thibaudeau à "Tu imagines Robinson". Dans "L'amour c'est gai, l'amour c'est triste" qui se passe dans sa quasi intègralitè au modeste appartement-atelier d'un tailleur du Faubourg Saint-Antoine, on retrouve le personnage de Lèon incarnè par l'inoubliable Claude Melki! Difficile de ne pas èprouver de la tendresse pour ce Buster Keaton des annèes 60-70, amoureux secrètement de la jeune Chantal Goya! Entre "Pourvu qu'on ait l'ivresse..." et "L' acrobate" (le chef d'oeuvre de Melki), Pollet et Melki ont tournè cinq films ensemble! Tout de suite, l'acteur se sent en harmonie avec son rèalisateur! C'est un peu comme si Pollet l'avait devinè avant de le connaître vraiment! En tout cas il lui a donnè ses meilleurs rôles! Avec Pollet, Melki a fait toutes les gammes, à une èpoque bènie du cinèma français! Final doux-amer sur le quai d'une gare...
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 3 691 critiques

    2,5
    Publiée le 30 août 2019
    Cette timidité et cette naïveté sont charmantes au début. Mais ça devient un peu lassant voire presque ridicule. Quelques personnages sont fantasques. D'autres frisent un peu le ridicule.
    Fabien S.
    Fabien S.

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 3 119 critiques

    4,0
    Publiée le 15 novembre 2020
    Une très bonne comédie française avec Jean Pierre Marielle, Bernard Laffont , Chantal Goya . Un très bon vaudeville.
    Jo B
    Jo B

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 25 avril 2019
    Jean-pierre Marielle était genial en proxénète sentimental dans le film très original de Jean Daniel Pollet:"L'amour c'est gai, l'amour c'est triste." Ceux qui n'ont mis que 1 etoile n'ont pas vu le même film que moi! ;) Jean Daniel, si tu me regardes du haut du ciel, reçois bien JP Marielle ce soir, et riez bien ensemble avec Bernadette Lafont et Claude Melki. Maintenant tu peux boire trop...Pas de risques d'en mourir.
    jean-louis b
    jean-louis b

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 21 octobre 2019
    en jeune provinciale , je trouve Chantal très convaincante. Un jeu tout en simplicité. Au vu de ce film elle aurait pu faire carrière dans le cinéma.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top