Mon AlloCiné
    Les Deux chevaux de Gengis Khan
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Les Deux chevaux de Gengis Khan" et de son tournage !

    La plus allemande des Mongols

    Byambasuren Davaa est née en Mongolie et y a effectué des études de droit avant d'intégrer l’École Nationale de Cinéma. A l'âge de 29 ans, elle part vivre en Allemagne où elle continue sa formation cinématographique et tourne plusieurs courts métrages. Ses deux premiers longs ont connu un important succès critique. Intitulés L'Histoire du chameau qui pleure et Le chien jaune de Mongolie et sortis respectivement en 2003 et en 2005, ils se déroulent sur ses terres natales. La réalisatrice y raconte l'histoire des populations nomades locales. A noter que la musique et les personnages animaliers sont omniprésents dans son œuvre.

    Urna la voix de la steppe

    Urna Chahar-Tugchi tient le rôle principal dans Les Deux chevaux de Gengis Khan. Cette chanteuse est née au fin fond de la Mongolie intérieure, dans une modeste famille d'éleveurs. Elle a grandi dans les prairies, entourée de chevaux et moutons. La steppe constitue donc son environnement natal. La jeune Urna s'est ensuite rendue à Shanghai pour y découvrir d'autres civilisations. Elle a suivi une formation soutenue dans un conservatoire de musique. Aujourd'hui, Urna Chahar-Tugchi est une chanteuse vedette en Chine, alliant diverses influences musicales, mais n'oublie pas pour autant son pays natal. En effet, ses compositions se rapportent en grande partie à la musique traditionnelle mongole. Ses textes, quant à eux, renvoient à la poésie ancestrale des tribus locales.

    La Mongolie, un pays tourné vers son passé

    La Mongolie a été le point central de l'immense Empire mongol au XIIIème siècle, qui a régné d'une main ferme sur l'ensemble de l'Asie pendant plusieurs centenaires avant de s'effondrer au XVIIè siècle. C'est à cette date que la Mongolie a été administrée sous autorité chinoise jusqu'au début du XXème siècle. En 1911, du fait de l'écroulement de l'Empire Chinois, l'indépendance du pays mongol fut décrétée. Néanmoins la République populaire mongole allait être idéologiquement placée sous l'influence politique de l'URSS. Ce n'est qu'après la fin de la Guerre Froide et l'éclatement de l'Union Soviétique que la Mongolie a pu adopter une constitution démocratique. Aujourd'hui, le pays a bien du mal à se faire une place, le territoire se trouvant comprimé entre les grandes puissances que sont la Russie et la Chine. La religion principale en Mongolie est le bouddhisme tibétain.

    En situation précaire

    Force est de s'apercevoir que la Mongolie est aujourd'hui un territoire pauvre en ressources naturelles. Avec ses 2,8 millions d'habitants, le pays possède la plus faible densité de population au monde, avec seulement 1,9 habitant par km². Les régions mongoles sont très vastes mais peu hospitalières, couvertes de massifs montagneux et de steppes sèches et arides. En hiver, les températures peuvent descendre jusqu'à -40 °C, et peuvent excéder les +40 °C en été, notamment dans le désert de Gobi, situé au sud du pays.

    Morin Khuur, un instrument historique

    L'objet central dans Les Deux chevaux de Gengis Khan est un violon mongol dont l'extrémité du cou représente une tête de cheval. Appelé morin khuur, il est constitué de deux cordes à base de poils prélevés sur la crinière des chevaux. Les premiers modèles fabriqués datent du 12ème siècle. Le timbre de ce violon et ses vibrations acoustiques sont semblables au vent qui souffle au-dessus de la steppe. Il rappelle aussi les hennissements des chevaux. Le morin khuur est l'emblème de la culture nomade mongole. Il est aussi un des symboles forts de l'identité nationale de ce pays asiatique.

    Une tradition menacée

    Malgré son importance culturelle en Mongolie, la tradition du morin khuur est aujourd'hui en perte de vitesse, pour ne pas dire en voie de disparition, à cause notamment du processus de mondialisation et donc d'uniformisation culturelle. A noter qu'il est pourtant officiellement considéré par l'UNESCO comme chef-d’œuvre du patrimoine immatériel de l'humanité. Dans le film de Byambasuren Davaa, on y voit un violon brisé, qui "n'est autre que le territoire mongol, lui aussi cassé et divisé", selon les termes de la réalisatrice.

    Titre du film

    Le titre du film, Les Deux Chevaux de Gengis Khan, fait référence à une très ancienne chanson issue des tribus mongoliennes dont nul ne connaît les versets. L'héroïne va d'ailleurs parcourir le pays pour tenter de les retrouver dans leur forme intégrale. Gengis Khan, qui a vécu entre le XIIème et le XIIIème siècle, fut le premier dirigeant de l'Empire Mongol. Il est perçu aujourd'hui comme une figure légendaire dans l'histoire du pays : en effet, il a régné sur une majeure partie de l'Asie, notamment la Chine, la Russie, la Perse, le Moyen-Orient et l'Europe de l'est. Gengis Khan incarne à lui seul l'apogée de l'ancienne civilisation mongole, autrefois toute-puissante et crainte de tous.

    Chant long mongol

    Les Deux Chevaux de Gengis Khan fait partie de ce qu'on appelle les urtiin duu ou chants longs mongols. L'urtiin duu est un élément fondamental non seulement dans la musique des nomades de Mongolie mais plus largement dans l'art du pays. Utilisé lors de grandes festivités ou durant des rituels, il se caractérise non pas par sa longueur mais par ses syllabes très étirées. Il s'agit d'un des chants les plus difficiles à effectuer. Les paroles abordent des thèmes divers et variés, allant du questionnement moral à l'amour pour le cheval. Notons enfin que dans l'Est de la Mongolie, le urtiin duu est chanté avec le morin khuur en guise d'accompagnement. Dans l'ouest du pays, il s'effectue sans instrument, en a cappella. Le chant long mongol fait lui aussi partie du patrimoine international défini par l’UNESCO.

    Diffusé en Amérique, en Europe et en Asie

    Les Deux chevaux de Gengis Khan a été projeté dans les festivals de Locarno (Suisse), Los Angeles et Pusan (Corée du Sud).
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Adieu Les Cons (2020)
    • Conjuring 3 : sous l'emprise du diable (2021)
    • The Father (2020)
    • Le Discours (2020)
    • Drunk (2020)
    • Mandibules (2020)
    • Demon Slayer - Kimetsu no Yaiba - Le film : Le train de l'infini (2020)
    • Le Dernier voyage (2020)
    • Nomadland (2020)
    • ADN (2020)
    • Villa Caprice (2020)
    • Chacun chez soi (2019)
    • Promising Young Woman (2020)
    • Envole-moi (2020)
    • Falling (2020)
    • Un homme en colère (2021)
    • Méandre (2020)
    • L' Oubli que nous serons (2020)
    • Nobody (2021)
    • Billie Holiday, une affaire d'état (2020)
    Back to Top