Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Arbre aux sabots
    note moyenne
    3,8
    84 notes dont 16 critiques
    répartition des 16 critiques par note
    4 critiques
    4 critiques
    3 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    1 critique
    Votre avis sur L'Arbre aux sabots ?

    16 critiques spectateurs

    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    5,0
    Publiée le 15 avril 2009
    Un film aux antipodes du néo-réalisme italien de l'époque ou des autres productions européennes. Ici, Ermanno Olmi se démarque totalement du "1900" de Bertolucci pour offrir aux spectateurs une réalisation, certes un peu longue, mais toujours sur le fil du rasoir, quasi documentaire sur la vie des ouvriers agricoles à l'époque des grands propriétaires terriens italiens du XIXe siècle. Le résultat est saisissant de vérité, véritable coup de poing contre les révolutions bourgeoises qui égrèneront ce siècle si tourmenté, coup de poing surtout qui martèle un grand sens de l'humanité. L'arbre aux sabots, couronné lors du Festival de Cannes 1978, conserve encore aujourd'hui toute sa force. Un chef-d'oeuvre.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6204 abonnés Lire ses 10 699 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2014
    Venu du court-mètrage, Ermanno Olmi est devenu un des plus intèressants cinèastes de la nouvelle vague italienne après la rèussite de son "Il Posto" en 1961 et de "I fidanzati" en 1963! A propos de L'Albero degli zoccoli" qui reçut la Palme d'or au festival de Cannes 1978, le meilleur film de sa maturitè, opposant sa dèmarche à celle de Luchino Visconti dans "La Terra trema" (avec tout le respect que Olmi porte à son maître), Olmi est simplement retournè au milieu des gens de sa race et a fait un rècit aussi bien qu'à soi-même, racontant une culture paysanne qui est en fait sa culture! Ce qui est ni plus ni moins la plus belle rècompense pour le cinèma de l'authenticitè! Il en sort une Palme d'or admirable baignèe par la musique de Bach, un très beau film de près de 3h sur la vie des paysans de la règion de Bergame au XIXe siècle dont le rythme des saisons marque les travaux quotidiens de façon remarquable! Jouant dans leur dialecte, les acteurs non professionnels sont parfaits et vivent devant la camèra de Olmi leur existence quotidienne, le rèalisateur se penchant une nouvelle fois sur les petites gens! Le comble du rèalisme en somme où la beautè des plans est là pour nous convaincre du rèsultat en èvitant proprement tout discours politique...
    gerald_w-a
    gerald_w-a

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 244 critiques

    5,0
    Publiée le 16 novembre 2015
    Ce film va au rythme de la vie de l'époque à laquelle il se passe. En conséquence, les premières minutes sont redoutables, on se dit qu'on ne va pas tenir longtemps. Puis on rentre tout aussi doucement dans l'histoire, dans la vie de ces familles paysannes, petit à petit, ça vous prend, on passe trois belles heures, faites de choses simples et de beaux moments pour peu que l'on sache apprécier ce récit de ce qu'est la vie attachée à la terre et au plus près des sentiments fondamentaux. De plus, ce qui semble n'être qu'un documentaire naturaliste délivre avec finesse son message : ce père qui, par amour, taille des sabots à son fils (alors que la première scène établit que cela ne l'enchante pas de le scolariser) parce que celui-ci veut simplement marcher jusqu'à l'école, parce que celui-ci veut s'élever par l'instruction, il se retrouve finalement banni par un système impitoyable qui ne lui fait même pas la faveur d'un jugement, un système qui ne s'occupe pas des hommes et de l'amour, mais seulement de la propriété (de l'arbre en l'occurrence) La lumière est magnifique, les acteurs aussi. Alors, en conclusion, un très beau film.
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 1 369 critiques

    4,0
    Publiée le 16 juin 2013
    Tourné en décor et lumière naturels, avec des comédiens non professionnels, ce film est d'une authenticité et d'une justesse rares. C'est une reconstitution à valeur quasi documentaire, qui présente le quotidien de quatre familles partageant joies et peines. Les travaux des champs, les veillées au coin du feu, les naissances, les mariages, les bagarres, les fêtes de village... Olmi propose un tableau vivant et naturaliste du monde paysan. Il en fait jaillir l'âme, généreuse et humble, tout empreinte de religiosité, entre catholicisme, panthéisme et croyances personnelles. C'est d'une simplicité biblique. Austère, peut-être, mais jamais ennuyeux malgré la durée (trois heures). Et toujours profondément humain. Ces Géorgiques d'un genre nouveau ont quelque chose de très pur. Une pureté et une grâce dans un univers rude et cruel. Visuellement, les teintes sépia rappellent de vieilles photos. Et la musique de Bach confère à l'ensemble une grandeur magnifique. Palme d'or à Cannes en 1978 et César du meilleur film étranger en 1979.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 28 mars 2017
    Revoir ce film est autant une expérience émotionnelle incomparable que l'épreuve d'une nostalgie pour la grandeur du cinéma italien qu'on a laissé mourir. Ermano Olmi, comme nombre de ses confères italiens est un cinéaste du peuple, qui le regarde droit dans les yeux, avec tendresse, sans démagogie, et surtout sans la condescendance que lui portent souvent les cinéastes bourgeois. Les gens de la terre portraiturés dans cette fresque unique et rare nous sont montrés sans complaisance, sans aucune affèterie, sans solennité, parce qu'Ermano Olmi les connait aussi bien que Georges Rouquier, Farrebique étant le film auquel on peut comparer directement l'Arbre aux sabots. Un titre d'ailleurs énigmatique puisqu'il n'est question de cet arbre que dans le dernier tiers du film, cependant un titre qui sous-tend le drame inéluctable qui pèse sur une des familles paysannes de l'histoire. Olmi décrit le quotidien de paysans italiens de la fin du dix neuvième siècle, avec le grand-père qui transmet le savoir de la terre à ses petits enfants, avec ses veillées au coin du feu qui réunissent les familles, avec le labeur des journaliers, vécu comme une respiration naturelle, bien qu'il soit rude. Les hommes et la nature ne font qu'un dans cet univers paysan, dépeint à une époque et un endroit précis, mais peuplé de personnages universels. Au passage, on peut se demander pourquoi des personnages si représentatifs d'une large majorité d'humains sur terre, sont si peu présents au cinéma. Métaphoriquement, la dernière séquence donne un élément de réponse. Les ouvriers, les gens de la terre, sont une propriété. Palme d'or en Cannes en 1978, après que Padre Padrone des frères Taviani l'ait obtenu l'année précédente. Un chant du cygne.
    NicoMyers
    NicoMyers

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 302 critiques

    4,0
    Publiée le 25 mars 2009
    A la fois héritier du néoréalisme et du naturalisme zolien, Ermanno Olmi signe un film lent, minutieux, et quasi documentaire sur la vie paysanne italienne du XIX° siècle. Vainqueur de la Palme d’Or en 1978, L’arbre aux sabots fit office de film à message politique, dans la lignée de 1900 de Bertolucci par exemple. Néanmoins, il s’avère assez interprétable et objectif : d’une part, on constate que les paysans étaient dépendants de la santé de leur vache, du temps de la saison prochaine, etc. Aléas que le progrès technique anéantira. D’autre part, le film nous montre cette époque comme un temps révolu où existaient encore solidarité, fraternité, respect et honnêteté. Alors la politique, l’ambition, l’argent arrivèrent et troublèrent la paisible communauté, comme en témoignent le discours démagogique du jeune ambitieux sur la place publique, la venue du commerçant arnaqueur ou la découverte de la fameuse pièce d’or. Ces évolutions aboutissent à un monde où la morale disparaît (en ville, la bataille sanglante entre forces de l’ordre et manifestants), ainsi que la religion comme il est dit par un des voyageurs sur la barque. Ce nouveau monde vient corrompre les hommes jusque dans la ferme isolée (pièce d'or), ce qui mène à la scène finale. Mais au-delà des messages, le film est une ode aux choses simples, comme l’amour d’un père pour son fils qui va lui fabriquer lui-même un nouveau sabot dans la nuit, ou d’un vieil homme pour sa petite fille qui lui explique sa recette secrète pour faire pousser les tomates prématurément. Fidel à son habitude, Olmi engage des acteurs non professionnels, c'est-à-dire de vrais paysans de la région où eut lieu le tournage (Bergame). Esthétiquement aussi l’œuvre renvoie à la peinture réaliste, s’inspirant notamment des Glaneuses de Millet dans une séquence. Bref, L’arbre aux sabots est bourré de qualités, c’est un film unique et puissant, mais il perd légèrement son spectateur quand il s’étend en longueur inutilement.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 781 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    2,5
    Publiée le 31 janvier 2015
    Avec les mêmes méthodes que ses modèles issus du mouvement néoréaliste filmaient la société contemporaine, Ermanno Olmi a réussi à embaucher des paysans lombards pour leur faire interpréter dans leur propre langue un rôle proche d’eux-mêmes mais dans un contexte situé quatre-vingt en arrière. L’époque n’a finalement pour seule influence que de s’assurer que les traditions agricoles ne soient pas aliénées par un quelconque modernisme industriel, la situation politique n’étant évoqué par le biais de l’influence des institutions religieuses sur le quotidien des personnages. La routine des habitants de cette ferme est scrutée avec un souci de réalité documentaire qui fait du film un modèle de naturalisme. Toutefois, sa durée excessive du film au regard de sa quasi-absence d’intrigue fait vite passer la considération envers le procédé filmique en un profond désarroi devant ce spectacle qu’il parait bien inutile de s’obliger à suivre jusqu’au générique fin.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2447 abonnés Lire ses 5 732 critiques

    3,5
    Publiée le 26 octobre 2014
    L'Arbre aux sabots c'est presque l'anti-thèse de 1900, Ermanno Olmi a réalisé un film sur le monde paysan avec une approche très réaliste presque documentaire et ceci pendant 3 heures, c'est un peu long par moment (un conseil faites comme moi regardez-le en 2 fois) mais il faut reconnaître qu'Olmi pas son approche sincère et profonde nous touche et s'il ne cherche pas à dramatiser la vie miséreuse de ces paysans Lombards il montre de manière réaliste une vie dure et laborieuse faite par moment de petits bonheurs. Un film à découvrir.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1956 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    2,0
    Publiée le 8 juin 2012
    Palme d'or 1978, qu'en dire ??? Ben on a affaire à une chronique paysanne italienne très réaliste, sur le plan de l'interprétation et de la reconstitution le film est absolument irréprochable, qui fait penser au chef d'oeuvre de Bertolucci "1900" mais sans le côté très revendicatif ni le lyrisme. Loin de là pour ce dernier qui penche plutôt pour un rythme très contemplatif, et ça aurait pu marcher si Olmi ne laissait pas à une trop grande distance le spectateur des divers personnages de l'histoire ce qui a pour conséquence qu'on ne s'y attache pas du tout et qu'au final on s'en fout de ce qui leur arrive et de ce qui défile sur l'écran. Donc on a un regard lymphatique sur les diverses choses qui se déroulent pendant les trois heures du film à l'exception de quelques moments qui arrivent à sortir de la torpeur comme la cueillette de tomates où on donne des trucs pour réussir à les faire pousser un mois à l'avance (il faut quand même trouver de la fiente de poule !!!) ou encore le voyage de noces du jeune couple fraîchement marié seul instant où on ressent de l'empathie. Une oeuvre ambitieuse mais sans passion qui se visionne sans passion.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    3,5
    Publiée le 9 octobre 2011
    On sent dans ce film la tradition du néoréalisme italien. En effet, il est question de montrer la réalité telle qu'elle est - ou plutôt telle qu'elle l'était - sans enjoliver la réalité et en présentant ici le destin d'un groupe et non d'un individu. Je suis pas forcément un grand fan du néoréalisme italien sur plusieurs aspects (j'ai pas vu beaucoup de film néoréalistes en même temps mais ça m'avait pas emballé on va dire), donc cette filiation m'a d'abord inquiété. Je trouve ça assez pénible d'une certaine façon les films qui t'expliquent le film au début en se posant comme montreur de vérité, j'ai envie de leur demander à quel point leur film est la vérité ou une simple représentation, y a ce côté trop prétendu "voici la vie telle qu'elle l'était" qui me dérange un peu. Bref, je m'égare. Pour revenir sur le film j'ai bien aimé. Y a des scènes intéressantes, c'est un film qui est atypique, une grande fresque qui a le mérite de traiter ce sujet. J'ai pas été accroché tout du long mais c'est un bon film tout de même je pense.
    ASSRANCETOURIX
    ASSRANCETOURIX

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 242 critiques

    0,5
    Publiée le 15 août 2012
    Un chiantisime pensum paysan, digne d'un dimanche de pluie ! Ça ne raconte strictement rien ! une longue longue dépression cinématographique sans intérêt, logiquement récompensée par une palme d'or, suivant l'idéologie cinématographique dominante qui veut qu'on aide les cinéastes qui en ont besoin (sic) suivant le degré d'ennui de leur oeuvre (ennui = preuve de "sincérité") et pas ceux qui auraient l'outrecuidance de faire des films qui risquent de distraire le spectateur (par veulerie "commerciale" bien sur) !
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 3 716 critiques

    3,0
    Publiée le 6 octobre 2018
    Une chronique rurale intéressante comme témoignage d’un temps passé. On y voit en « accéléré » tous les événements de la ferme italienne du 19eme siècle. On cherche une dramaturgie. Elle est quand même présente selon les saisons et on n’est pas vraiment dans le documentaire. Le film est un peu long quand même et les personnages assez bruts il faut le reconnaître......
    durandrichard9767
    durandrichard9767

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 20 août 2007
    La prouesse du réalisateur, c'est d'avoir fait un grand film avec des acteurs totalement méconnus. J'ai revu ce film récemment et j'ai constaté qu'il était tout a fait possible de réaliser un film de qualité sans tête d'affiche, sans grande vedette. Ce n'est pas un film d'anthologie, c'est simplement un film humain, social ou l'étude des personnages l'emporte sur le sensationnel. Un film tyrès bien filmé avec des tons et des lumières très recherchés. Du beu travail
    archisax
    archisax

    Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    Long et sans rythme... Une fresque qui endort Une histoire d'une langueur monotone ! Un film qui comporte des passages interminables pour décrire une histoire déjà moult fois présentée.
    temtem75
    temtem75

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 36 critiques

    1,0
    Publiée le 26 mai 2013
    Le film présente la vie des paysans italiens au siècle dernier, avec de vrais paysans de la lombardie. Or, on se lasse rapidement devant des scènes de vies banales. Pas de dialogue, jeu plus que moyen. J'ai arrêté le film au bout d'une demi heure.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top