Mon compte
    Fievel au Far West
    note moyenne
    3,4
    755 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Fievel au Far West ?

    22 critiques spectateurs

    5
    6 critiques
    4
    5 critiques
    3
    7 critiques
    2
    4 critiques
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 699 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,0
    Publiée le 8 avril 2019
    Cinq ans après le fantastique Fievel et le Nouveau Monde, qui permis à Don Bluth se dévoiler tout son talent au monde grâce à la production d'un certain Steven Spielberg, revoici la souris soviétique la plus intrépide qu'il soit dans une nouvelle aventure cette fois-ci située en plein Far West, lieu poussiéreux où règnent matous vicieux, araignées malicieuses et désillusions. Parti s'occuper de son Rock'O'Rico musical, Don Bluth laisse son poste de réalisateur à deux animateurs professionnels dont c'est ici la première mise en scène, Phil Nibbelink et Simon Wells, ce dernier étant l'arrière-petit-fils du célèbre H.G. Wells... Toujours co-produit par Spielberg, Fievel au Far West conserve son lot de moments forts, d'humour et de chansons enjouées tout en apportant une nouvelle touche comparé à son prédécesseur. Nettement plus mouvementé, surpassant quelque peu le film de Don Bluth sur certains points, le film garde les mêmes personnages du premier opus, à savoir la famille Souriskewitz et Tiger le chat pacifique, tout en en présentant de nouveaux comme Chat R. Ton le cruel matou aristo, ses nombreux sbires (dont l'impitoyable araignée Chula), Miss Kitty la chatte diva empreinte de liberté et Buffalo Blurp, le vieux cabot, shérif à la retraite de son état. Allant à cent à l'heure sans aucun moment de répit (si ce n'est une tendre histoire musicale entre Chat R. Ton et Tanya, la sœur de Fievel), cette séquelle originale nous entraine dans l'Ouest américain où les petits animaux faussent copieusement compagnie aux humains. On retiendra facilement l'hilarant entrainement de Tiger pour devenir un "chien cow-boy" ou encore l'affrontement final bien inspiré des westerns de Sergio Leone, faisant de Fievel au Far West une suite inspirée tout à fait délectable. Sans arriver à autant nous émouvoir que le premier film de Don Bluth, ce deuxième opus de qualité demeure néanmoins un excellent divertissement à voir sans tarder.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 289 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2010
    Un dessin animé que j'ai redécouvert après plus de 15 ans. Et bien ça m'a ramené pleins de souvenirs et ça ne m'a pas déçu! Une belle réussite!
    Oriwa
    Oriwa

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 898 critiques

    4,5
    Publiée le 27 janvier 2014
    Dans ma petite enfance j'avais deux dessins animés fétiches : Le Triomphe de Babar et Fievel au Far West. Aventure et émotion.
    willyzacc
    willyzacc

    Suivre son activité 61 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 28 mai 2010
    C'est toute mon enfance. Comment ne pas adorer cette petite souris, oups excusez moi , ce petit souriceau!
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile

    Suivre son activité 250 abonnés Lire sa critique

    2,5
    Publiée le 7 décembre 2015
    Fievel au Far West étant une suite, il est important de replacer les choses dans leur contexte. N’ayant pas vu le 1er, je ne peux juger que les faits énoncés ici. Le contexte coupe-gorge d’un New York lugubre où les chats mènent la vie dure aux souris. La famille Souriskewitz est contrainte de migrer vers l’Ouest dans l’espoir d’y mener une vie moins pesante. Mais ils ne sont pas sans savoir que les chats règnent en maitres absolus. Un casting majoritairement établit entre chiens, chats et souris. Cet animé très typé 90’s rappel très clairement les graphismes à la Tex Avery, avec des personnages variés tel que le matou végétarien, le cabot shérif décrépit, sans oublier la diva sourie. Ceci dit, aucun d’entre eux n’est attachant. On se retrouve devant une annim' vieillissante, inspirée à l’époque des westerns hollywoodiens, avec les grands espaces désertiques, la conquête de l’ouest et les indiens. Mais le scénario peu structuré et la déconcertante VF pour un film de ce genre ne font pas bon effet. Ce dernier correspond davantage à un publique jeune qu’à des adultes, certes, mais il reste néanmoins décevant. 2,5/5
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2 397 abonnés Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Le premier épisode avait quand même plus de propos et suscitait plus facilement l’émotion grâce à sa démarche de contraste. Alors après, certes cette suite n’est pas odieuse, mais franchement, en fin de compte, elle est quand même bien dispensable.
    caro18
    caro18

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 19 juillet 2010
    Mignon et divertissant, ce film a aussi beaucoup d'humour surtout avec le chat qui veut devenir chien.
    janisaire
    janisaire

    Suivre son activité 58 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 20 janvier 2011
    un des pas mal du tous et produit par steven je le recommande
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 020 abonnés Lire ses 10 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juin 2020
    Suite bien sympathique dans le vieux Far West où Don Bluth laisse sa place au rèalisateurs Phil Nibbelink & Simon Wells qui avaient supervisè l'animation du culte "Who Framed Roger Rabbit". Toujours produit par Tonton Spielberg, "An American Tail: Fievel Goes West" a beaucoup moins marchè que le premier volet! C'est regrettable car ce western animè ne manque pas de rythme! Tout y est, la conquête de l'Ouest, les grands espaces, le rêve amèricain et un souriceau toujours aussi intrèpide! La B.O a de la pèche (le trèpidant « Rawhide » des Blues Brothers) et Jimmy Stewart prête même sa voix originale à cet attachant shèrif cabot! N'oubliez jamais que le crèpuscule d'un homme doit se lever à l'aube d'un autre! On ne sait pas ce qu'il y a au-delà de Monument Valley mais si Fievel chevauche toujours plus loin la tête haute et le coeur vaillant, un jour il s'apercevra que c'est lui le hèros qu'il a toujours cherchè...
    Artriste
    Artriste

    Suivre son activité 35 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 27 décembre 2020
    Suite sortie cinq années après l'original, Fievel Au Far West tranche radicalement avec son prédécesseur certainement du au fait que Don Bluth ne fait plus partie de l'aventure. En effet l'histoire cette fois-ci va emmener la petite famille Souriskewitz dans l'ouest américain et la première chose qui saute aux yeux c'est le changement d'ambiance. Exit le ton sombre et grave du premier opus, ici c'est beaucoup plus joyeux avec un style cartoonesque, pas forcément dans le dessin mais dans l'esprit. L'émotion est totalement absente et ce n'est pas forcément drôle non plus. C'est plutôt neutre. De plus l'histoire est assez décousue et part dans tous les sens. Pour autant c'est plaisant à suivre car Fievel est toujours cette petite souris mignonne et aventurière et j'ai apprécié le fait que sa sœur soit plus mise en valeur dans cette suite tout comme Tiger. Techniquement le dessin et les couleurs sont beaucoup plus ordinaires, il n'y a pas de cachet particulier et c'est un peu regrettable. Il en va de même pour les chansons qui sont beaucoup moins nombreuses et qualitatives que dans le premier long-métrage. Reste une fin sans grande surprise à l'image de tout le dessin animé qui manque d'une vraie direction artistique. Vous l'aurez compris, Fievel Au Far West est sympa sans être à la hauteur de son grand frère et plaira surtout aux plus jeunes mais ne marquera pas les mémoires tant il n'apporte pas grand chose même s'il fait passer un bon moment..
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 24 juillet 2008
    une suite de la souris Fievel tout à fait excellente, aussi bien en graphisme qu'en scénario et gags, parfait!!
    necrid
    necrid

    Suivre son activité 14 abonnés Lire sa critique

    2,5
    Publiée le 3 novembre 2013
    Une suite toute mignonne qui s'attache aux même personnages que le 1, un bon divertissement pour les plus petits.
    S M.
    S M.

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 556 critiques

    5,0
    Publiée le 28 octobre 2013
    "Fievel au Far West" est mon épisode préféré de la série. Déjà, parce que c'est le 1er que j'ai vu étant enfant (Que de beaux souvenirs!) et puis, parce que c'est de loin le plus drôle. On ne s'ennuie pas un seul instant. Quel plaisir que de retrouver nos personnages adorés! (Tiger le chat est excellent!). Je trouve aussi qu'il n'a pas pris une ride contrairement au 1er. Un classique!
    Florent T
    Florent T

    Suivre son activité 31 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 5 novembre 2008
    Une suite agréable, cette fois on suit les aventures de Fievel dans sa conquête de l'Ouest. Il fait la part belle aux personnages secondaires. Techniquement toujours aussi esthétique, ce petit film d'animation nous raconte une nouvelle fois tous les espoirs et déceptions qu'ont connu les pionniers. Fievel se révèle être une sorte de livre d'histoire pour enfants, drôle, joli, et instructif.
    Wagnar
    Wagnar

    Suivre son activité 41 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 2 janvier 2020
    Ce qui est particulier, c'est que j'ai vu ce film en premier, étant gamin, avant le premier Fievel. Je n'ai vu celui-ci que bien plus tard, sur Internet, alors que je n'étais plus un enfant. J'avais adoré Fievel au Far West au premier visionnage, et même adulte, mon avis n'a pas changé. J'ai essayé de comprendre pourquoi j'adorais tant ce dessin animé et le trouvais même aussi bien que le premier Fievel. Et je crois avoir fini par comprendre. Mon affection pour ce film n'est pas seulement due à un attachement nostalgique. Fievel au Far West possède des qualités indéniables : l'animation est plus sophistiquée, les personnages ont un design un peu différent de celui qu'ils avaient dans le film précédent, mais qui est plus attrayant. La musique de James Horner est de très bonne qualité. J'ai remarqué que beaucoup de gens dénigraient cette suite, les plus tendres parlant d'une suite tout juste correcte, les plus virulents parlant d'un mauvais dessin animé. Le principal reproche qu'on lui fait est de ne pas avoir l'émotion du premier film. Et bien moi, personnellement ça ne me dérange pas. Un point fort considérable de Fievel au Far West est qu'il se démarque justement de son prédécesseur. S'il s'était agi de la même histoire, avec la même charge émotionnelle, je ne pense pas qu'il aurait été plus intéressant. Lui donner un côte western n'est pas pour me déplaire étant donné que je suis fan de westerns et fait très rafraichissant. Le film joue davantage sur l'humour ? Pourquoi pas. Et non, ce n'est pas comme les suites de l'Âge de Glace. L'humour dans Fievel au Far West est plus exploité mais sans trop exagérer et ça reste de l'humour bien drôle et pas lourdingue ou débile, contrairement aux suites de l'Âge de Glace. J'aime les suites qui sont différentes du premier film à condition que ce soit bien fait. Et c'est le cas dans Fievel au Far West. Le démarquage se fait tout en respectant la continuité avec le premier film et en introduisant quelques éléments similaires à savoir spoiler: la famille de Fievel à nouveau menacée par les chats et partant trouver la "Terre Promise" pour se rendre compte qu'ils n'y sont toujours pas en sécurité. Et aussi, encore une fois, Fievel est séparé de sa famille. Sauf qu'il ne passe pas tout le film à les chercher et surtout, cette fois ce sont les chats et non les souris qui fomentent un piège. Et Fievel n'a pas le soutien de toutes les souris mais de seulement deux alliés à priori douteux : un vieux chien shérif gâteux et un chat trouillard.
    Et tiens parlons des personnages. Je trouve ça très bien que l'histoire ne se concentre plus seulement que sur Fievel, mais aussi sur d'autres personnages qui deviennent ainsi plus intéressants. Tanya est passé de la grande soeur en retrait et sans personnalité à une soeur qui a une ambition ce qui est logique pour l'adolescente qu'elle est. À travers ce personnage, on montre qu'avoir un but ou une ambition c'est important et que pour l'atteindre, il faut avant tout croire en soi. Et ça, ça me plait ! En plus, les fillettes qui regardent le film peuvent s'identifier à Tanya. Enfin, Tiger, je suis content spoiler: qu'il passe du chat trouillard, maladroit et punching ball à un chat badass, combatif et qui a du chien. Fievel, lui aussi, évolue. Déjà à la fin du premier film, Papa Souriskewitz lui disait "tu es une souris, mon fils" ce qui est l'équivalent d'un père humain qui dit à son fils "tu es un homme, mon fils". Fievel a grandi, et devenu plus mature ce que nous prouve la suite où il est un gamin cool et débrouillard. Mais il lui reste à prouver une autre valeur : être un héros. Et c'est qu'il devient à la fin de Fievel au Far West comme le dit son papa. À la fin du premier Fievel, il était devenu un homme, à la fin du second, il est devenu un héros.
    Et pour moi, c'est une parfaite conclusion à son parcours en tant que personnage principal de la saga. Les trois arcs de personnages dans ce film sont traités de façon très réussie. Comme autres bons points, il y a plus de rythme, d'action et de couleurs que dans le premier Fievel. Même Chat R. Ton est un méchant plus réussi que Boniface de Rat car plus charismatique et même la bataille finale est plus cool et excitante que celle du film précédent. Ça peut être le Fievel que vous ne vouliez pas voir, mais vous ne pouvez pas dire que cette suite n'a pas été réfléchie. Elle regorge de bonnes idées, respecte la continuité et reste extrêmement divertissante. Donc, je le dis haut et fort, Fievel au Far West est une suite aussi réussie que son prédécesseur en plus d'être un très bon dessin animé.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top