Mon compte
    Picture Snatcher
    Note moyenne
    3,1
    13 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Picture Snatcher ?

    5 critiques spectateurs

    5
    0 critique
    4
    1 critique
    3
    3 critiques
    2
    1 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    chrischambers86
    chrischambers86

    12 688 abonnés 12 266 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 9 octobre 2015
    Premier plan de James Cagney : sa sortie de prison à Sing Sing! Un truand à l'esprit d'initiative qui dècide de se ranger pour rèaliser son rêve : devenir reporter au Graphic News! Ralph Bellamy sera le premier type honnête à lui offrir ce boulot! En gros, si la femme d'un nabab à un amant, Danny (Cagney) fait une photo pour la une! il traque ceux qui fuient la publicitè! Assassins, escrocs, politiciens vèreux et couples adultères! Danny risque sa peau à photographier des accidents d'avion, de train et des bateaux naufragès au large! Y a pas à dire le journalisme moderne est tombè à un niveau dèplorable [...] Rèalisè par Lloyd Bacon, "Picture Snatcher" est un produit typique de la Warner des annèes 30, une comèdie policière qui porte plutôt à sourire avec un James Cagney toujours aussi « tendre » avec les femmes! C'est efficace, drôle et sans fioritures même si en 1933 l'argent ètait dur à gagner après la Grande Dèpression et que les acteurs devaient gagner leur vie dans n'importe quelle film qui se prèsentait à eux...
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    556 abonnés 2 526 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 18 mars 2018
    Beaucoup d’approximations dans cette comédie policière américaine d’avant le code Hayes (appliqué de 1934 à 1966) mais quels plaisirs par moments ! Toutes les joies cinématographiques proviennent des trois femmes plus attirantes les une que les autres. Aux débuts des années 30 en Amérique, c’était un festival de charmes féminins. Que cela soient les manteaux, les tenues de ville, les robes de chambres ou les dessous : aucune différence. L’élégance et la séduction étaient partout. Comme James Cagney se déchaine dans la bonne humeur tout passe bien. La fusillade finale qui n’élimine qu’un seul malfrat (après l’avoir présenté comme un être ignoble) a du inspirer Lautner pour ses tontons flingueurs qui avec Audiard à poussé le genre plus loin vers le burlesque mais plus réservé dans les scènes tragiques (ici le mort quasiment fusillé et la condamnée qu’on imagine sur sa chaise électrique). En le revoyant, Picture snatcher (voleur d’image) apparaît comme un exemple parfait de la vitalité du cinéma américain de cette époque.Sous le coupe du code Hayes le cinéma américain à changé, il est devenu plus lisse, plus artificiel. Sous cette contrainte les réalisateurs ont plus travaillé leurs mises en scène, il n’a donc pas eut que des effets négatifs. Heureusement les films d’avant 1934 n’ont pas été détruits, il sont très utiles aux cinéastes actuels par le fourmillement de leurs trouvailles, il suffit de les reprendre et de les mettre à la mode du moment.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 5 décembre 2013
    Une réalisation dynamique et moderne avec un sujet toujours d'actualité c'est le cas de le dire. Si on ajoute à cela un casting sympa, voilà du bon film. Surtout que James Cagney en grande forme propose encore un personnage tout sauf manichéen.
    mistermyster
    mistermyster

    45 abonnés 1 207 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 7 mars 2021
    On découvre le métier de paparazzi des années trente, à travers cette comédie satirique typique de ces années, avec un goût disgracieux pour un certain mauvais goût.
    Les femmes ne sont pas à la fête avec J.Cagney, mais on peut remarquer qu'elles sont libres, libertines, et très sensuelles, acceptant que les hommes les rudoient et les maltraites, incroyable pour l'époque, impossible à mettre sur pellicule de nos jours.
    C'est donc un festival pour J.Cagney qui est de toutes les prises ou presque, cela reste dynamique, mais à bien y réfléchir comment a-t-il pu créer sa carrière sur des personnages de gangsters, dur à cuire, bagarreur et impitoyable avec son mètre 65...cela prête à sourire.
    Estonius
    Estonius

    2 797 abonnés 5 327 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 6 mai 2016
    Avant l'instauration du code Hays, les studios de productions s'en sont donnée à cœur joie, et la morale bourgeoise y a été longtemps bousculée, et cela pour notre plus grand plaisir. Le souci c'est que toute immoralité n'est pas défendable, et ici on a l'histoire d'un type qui en sortant de tôle, se rachète une conduite en mettant ses services à la disposition de la presse de caniveau. Inutile de dire qu'avec un tel sujet le personnage de Cagney n'attire pas l'empathie, et s'il se rattrape à la fin, il est trop tard. Un sujet mal maîtrisé, donc ! Reste l'interprétation étonnante, quelques belles actrices, une ambiance… et cette scène dans l'imprimerie, complètement improbable, mais si belle dans laquelle toute parole devient impossible.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top