Mon AlloCiné
    Nymphomaniac - Volume 2
    note moyenne
    3,1
    2175 notes dont 206 critiques
    répartition des 206 critiques par note
    18 critiques
    55 critiques
    46 critiques
    44 critiques
    29 critiques
    14 critiques
    Votre avis sur Nymphomaniac - Volume 2 ?

    206 critiques spectateurs

    Nico591
    Nico591

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 800 critiques

    3,0
    Publiée le 25 février 2015
    Avec provocation et virtuosité Lars Von Trier dresse un portrait de la sexualité féminine sans concessions et s'autorise même à analyser l'addiction au sexe avec beaucoup de justesse.
    Cependant sur les deux films, il peine à rester cohérent et à garde la même force dans le récit tout du long.
    Bravo à Charlotte Gainsbourg qui n'a pas hésité à donner de sa personne pour le film.
    Jérome D
    Jérome D

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 270 critiques

    1,5
    Publiée le 7 juin 2014
    Autant le e
    1er volet est intriguant, autant celui-ci est sans intérêt avec des scènes et une fin bizarre.
    Alisson G
    Alisson G

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 234 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mai 2014
    Extrêmement délicat de mal noter un film quand on est en admiration devant le talent indétrônable de l'actrice principale, et de la virtuosité et du génie du réalisateur. Pourtant, moi qui suis d'habitude une fervente adepte des films glauques, dérangeants (c'est rien de le dire!), un poil nombrilistes et philosophiques, je ne peux m'empêcher de déceler une sorte de voyeurisme un peu malsain. Dans Melancholia et Anti-Christ, le talent de Lars Von Trier est à son apogée, on vit le film, on boit les paroles. Dans Nymphomaniac, on ne retrouve pas cette passion, on est moins transporté. On a un peu l'impression que Trier se moque de nous: il en fait trop là où on ne l'attendait pas forcément, et trop peu là où on l'attendait (très peu de scènes de sexe finalement)
    Je suis assez déçue par ce film!
    Pauline G.
    Pauline G.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 554 critiques

    1,5
    Publiée le 27 mai 2016
    Déjà fade dans sa première partie, Nymphomaniac opte dans ce second volet pour un ton cynique, unique issue possible au manque de fondement de ses débuts. La curiosité cède ainsi sa place à la lassitude et on se sent comme joués par la malice d'un réalisateur qui se sait assez habile pour jouer de la forme pour laisser croire que notre curiosité intellectuelle finira bien par trouver sa pitance et qu'un sens sera offert en guise de conclusion après tous ces efforts. Seulement, la délivrance ne vient pas et c'est sur une grande amertume que se ferme cette interminable mise en bouche.
    RGciné1895
    RGciné1895

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 113 critiques

    2,5
    Publiée le 23 janvier 2015
    Pas du tout été conquise par la fin de ce volume! Le film a perdu beaucoup de points envers la dernière scène: spoiler: Le deuxième plan sur cette porte, précédemment fermée, ne présage rien de bon, on aurait préféré quelle reste fermée à clef... Surtout que j'avais apprécié la clôture de la discussion critiquant le fait que si le personnage principal était un homme, on ne l'aurait pas du tout perçu pareil !
    Déçue, car le premier volet était plus poétique et sensé.
    Julien Vasquez
    Julien Vasquez

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 850 critiques

    3,0
    Publiée le 12 septembre 2019
    On retrouve le story telling à la Lars von Trier avec un montage parfois hasardeux. L'histoire, elle, oscille entre le pseudo intellectuel et une réelle interrogation sur l'humanité en général. La fin déçoit vraiment.
    Babalooo13
    Babalooo13

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 282 critiques

    3,5
    Publiée le 26 juillet 2014
    J'ai trouvé le 1 un peu longuet par moment. le 2 est beaucoup moins sexuel et beaucoup plus violent, du coup on a moins l'impression de regarder un porno et il se passe en fin quelque chose. Je l'ai préféré au 1 indéniablement, pour son coté encore plus malsain.
    L'oeuvre en 2 parties prend alors tout son sens car il faut bien avoir ressenti le 1, pour apprécier la noirceur du 2. Nymphomaniac devient alors une vraie réussite sensorielle et malsaine. Çà change a coté des sempiternel blockbusters US ou tout le monde il est gentil sauf le gros vilain...
    Mathilde T.
    Mathilde T.

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 59 critiques

    4,0
    Publiée le 19 janvier 2016
    Là on rentre dans le vif du sujet, à savoir "et une fois que la jeunesse est passé ?"
    De plus, un point fort intéressant est soulevé : sa vie n'aurais jamais été si dure et dramatique si elle avait été un homme. Une fois de plus ce film nous oblige à repenser nos moeurs et à méditer l'aspect sociale de la sexualité d'une femme.
    Lucas L (LeBigKalu sur SensCritique)
    Lucas L (LeBigKalu sur SensCritique)

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 386 critiques

    4,0
    Publiée le 23 juillet 2016
    Oh mon dieu cette fin, c'est décourageant quand même, Nymphomaniac Volume 2 c'est tout aussi bien que le premier volume, Lars Von Trier a une façon de terminer ses films d'une manière tellement inattendu et la ça n'a pas loupé, vraiment Joe pensait pouvoir repartir sur des nouvelles bases grâce à Seligman, et puis quand Seligman arrive pour lui faire des avances et Joe lui tire dessus, et tout ce qu'elle croyait pouvoir faire c'est effondré d'un coup et c'est un gros coup en plus et Lars Von Trier à eu la bonne idée de ne pas montrer Joe tirer sur Seligman et c'est beaucoup mieux comme ça. Alors je vais essayer de voir la vraie version du film et pas la version charcutée que j'ai vu.
    Fidelou
    Fidelou

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 367 critiques

    3,0
    Publiée le 29 janvier 2014
    On avait quitté Joe en train de raconter à Seligman ses premières frustrations sexuelles en dépit de sa nymphomanie galopante. Leur dialectique ne s’écartait pas de l’obsessionnelle question : le plaisir, comment ça marche ? Quand on les retrouve, Joe est adulte - et c’est Charlotte Gainsbourg qui s’y colle - Mais elle court toujours après un premier orgasme et quelques fantasmes...
    Puisqu’elle ne parvient pas à assouvir une jouissance qui se refuse à elle, Joe poursuit donc ses explorations en repoussant à chaque fois les limites de son corps. Partenaires simultanés, jeux sado-maso hyper violents, découverte de l’homosexualité… Ca ne l’empêche pas de faire un enfant dont elle est bien incapable de s’occuper.
    La boucle ne sera pas bouclée de la manière la plus élégante par Joe et son psy confident qui cacherait bien Lars Von Trier lui-même. Même si la première avoue sortir « apaisée » de ce chaos. LVT continue à disserter brillamment autour de la sexualité et de la liberté, en confrontant ses provocations au corpus social autant qu’au dogme religieux. Ce second opus est plus sombre et dépressif que le premier.
    Quentin C
    Quentin C

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 35 critiques

    3,0
    Publiée le 8 mars 2014
    Deuxième chapitre moins efficace que le premier mais reste essentiel à la compréhension finale du film.
    XXxav
    XXxav

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 59 critiques

    4,5
    Publiée le 30 janvier 2014
    Très bon film. Violent autant moralement que physiquement. Un film particulier. Charlotte joue divinement bien.
    Septième Sens
    Septième Sens

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 762 critiques

    2,5
    Publiée le 6 février 2014
    On ne prend pas les mêmes et on recommence, ou presque. Deuxième et dernier volet pour les aventures de Joe, femme nymphomane qui narre son histoire à Seligman. Cette femme va-t-elle à nouveau pouvoir connaître l’orgasme ? Comment sa vie a-t-elle évolué ? Ses troubles sexuels se sont-ils atténués ? Suspense…

    Suite à des œuvres comme Dancer in the Dark ou Melancholia, Lars Von Trier dresse un nouveau portrait complexe de la femme qu’il met face à l’adversité. Après la cécité ou la fin du monde, le danois créé ici un personnage prisonnier de son corps et victime d’une société qui n’est pas prête à accepter ses failles. Le rapport à l’homme dans ce deuxième volume est certainement plus visible que dans le précédent. En effet, nous n’aurions pas la même image de cette nymphomane si c’était un individu mâle qui était dans cette position. Pourquoi alors sommes-nous plus pudiques et choqués de la sexualité féminine ?

    Nymphomaniac a un souci de rythme, alors peut-être est-ce dû à la censure, ou bien est-ce un problème de construction narrative. Quoi qu’il en soit, cette œuvre est lente et passe trop de temps sur certains chapitres (Jamie Bell), ou fait des transitions parfois trop abruptes (enchaînement avec Willem Dafoe). Avec ce sens du récit pas toujours fluide, on se demande également pourquoi le réalisateur a voulu changer les actrices à partir d’un certain moment de l’histoire, perturbant le spectateur et rendant le film décousu.

    Définitivement, Joe est l’opposée totale de Seligman. Quand elle n’appréhende son existence que par l’instinct, ce dernier ne saisit pas les pulsions de la chair et se réfugie dans l’intellectualisme. Dommage qu’il agisse finalement de cette manière, rendant la fin peu compréhensible même si l’on connaît le cinéaste et son penchant pour la destruction. Grâce aux dialogues et à l’écoute d’un ami, cette femme, malade, est sur la voie de la guérison et va peut-être pouvoir se reconstruire. Mais comme tout le monde sait, les histoires de Trier se finissent mal, en général…
    Flore A.
    Flore A.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 518 critiques

    3,0
    Publiée le 4 février 2014
    Le volume 2 est bien plus sombre que le premier. Il y a encore de très belles scènes, Charlotte Gainsbourg est impeccable dans son rôle mais ce film centré sur la culpabilité est moins juste et réussi que le premier volet.
    Michael H. Raman.
    Michael H. Raman.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 61 critiques

    5,0
    Publiée le 16 mars 2014
    Dans cette suite directe, qui constitue donc la deuxième partie de Nymphomaniac, nous retrouvons Joe, qui poursuit l'histoire de sa vie de "Nymphomaniaque" avec un Seligman toujours aussi attentif à chaque détail. Ce film s'inscrit réellement dans la continuité de l'oeuvre de Lars Von Trier. En gros, tous les ingrédients nécessaires pour retranscrire son univers très sombre, sont présents. L'érotisme du premier volume laisse place ici à la violence dans sa complexité totale. Pour Joe, assouvir ses besoins sexuels en misant sur un maximum de partenaires n'est plus primordial. Elle veut être confronté à plus de risques et outrepasser la barrière de l'immoralité ! En conclusion de ce dyptique, je dirai juste que j'ai adoré Nymphomaniac, ce fut pour moi une expérience éprouvante mais unique en son genre. Ames sensibles veuillez s'abstenir, car malgré une censure imposée, ce 2ème volume recèle de passages très traumatisants, tant pour la pauvre Joe que pour vous, chers spectateurs...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top