Mon compte
    Gerontophilia
    note moyenne
    3,2
    511 notes dont 80 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 80 critiques par note
    6 critiques
    18 critiques
    35 critiques
    13 critiques
    5 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Gerontophilia ?

    80 critiques spectateurs

    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein
    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 543 critiques

    3,0
    Publiée le 31 mars 2014
    Dans une feuille, la limbe est la partie la plus importante, quand on parle de grandeur. On pourrait définir l'amour comme ça : quelque chose qui prend une des plus grandes places dans notre petite vie. Au moins, Bruce laBruce ne passe pas par quatre chemins. Il ne se dévie pas des difficultés de la vie et ne s'attarde pas trop sur celles-ci. Les acteurs sont parfois magnifiques, parfois ridicules. Comme cette mère prostituée : son accent et ses manières de parfaite idiote handicape le film. Comme si le réalisateur, à force de trop vouloir souligner les ennuis que causent l'incompréhension des autres sur nous, à voulu qu'on ait pitié de ces amoureux voyageurs. Mais le titre de ce long-métrage, qui stoppent certains, sonne faux, car on n'entend pas une seule fois le mot "gérontophilie". Une histoire d'amour d'apparence simple, mais complexifiée par le regard novateur que laBruce porte sur son oeuvre.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 444 abonnés Lire ses 1 860 critiques

    1,0
    Publiée le 29 décembre 2014
    En 1971 "Harold et Maude" (Hal Ashby réalisateur) présentait un couple atypique : un jeune dépressif de 19 ans tombant amoureux d'une pétulante octogénaire.
    A lire rapidement le "pitch" de ce "Gerontophilia" canadien de 2013, on se dit que voilà la réplique pour homosexuels, et que c'est subversif et tonique, comme le modèle hétéro.
    Or, à y bien réfléchir, il n'y a rien de "subversif" à présenter un très vieil homme et un adolescent (juste majeur ici) ayant des relations sexuelles. C'est vieux comme l'antique.... la pédérastie avait ainsi pignon sur rue en Attique, et était considérée comme un mode ordinaire de quasi-pédagogie. La subversion reste dans les relations sexuelles entre un homme et une femme !.. quand cette dernière est âgée et son partenaire un tendron. Un tel couple est en effet stérile, par la "faute" de la femme, qui a épuisé ses facultés de reproduction, ce qui entraîne le rejet de la société - alors qu'une jeunette avec un vieillard, cela choque beaucoup moins (le vieillard pouvant engrosser la jeune femme), et c'est même banal, voire encouragé encore de nos jours, dans de nombreuses sociétés, à charia notamment. Un duo sexuel "en miroir" est stérile par nature, et les disparités d'âges, mêmes très importantes comme ici (Lake, 18 ans, ayant l'âge d'être l'arrière-petit-fils de Melvyn Peabody, 82 ans....) ce n'est pas ce qui frappe en premier. spoiler: La scène du bar "gay" est d'ailleurs à cet égard révélatrice - le giton esseulé ne s'y trompe pas, qui tente sa chance dès que Luke a le dos tourné : un client potentiel qui avoue, par coquetterie, 75 ans, rien que de courant pour lui.

    Que penser de cette incursion, inédite le concernant, du cinéaste homo militant Bruce LaBruce, dans le registre "romantique" ? Est-elle "tonique" ? Pas vraiment... Pas d'émotion dans ces échanges furtifs d'abord (dans la résidence médicalisée pour vieillards où se rencontrent les 2 hommes), spoiler: puis frontalement (et complaisamment) montrés, même si en pointillés, lors de la partie "road movie".
    Alors que Maude apprenait la joie de vivre à Harold (même si cela pouvait être aux enterrements), spoiler: Melvyn apprend le gin rami, et le vol dans les magasins à Lake....
    Une notion bien différente du "passage de témoin", comme on le voit. Si le vieil homo est assez charismatique (Walter Borden), le jeune disciple est, en dépit d'un physique avantageux (Pier-Gabriel Lajoie), fort peu expressif et emballant. La petite amie, très bizarre (féministe caricaturale, spoiler: et se découvrant lesbienne)
    et la mère, foldingue, nymphomane et alcoolique pour compléter la galerie - LaBruce grossit le trait et "charge la mule", sans enrichir pour autant son récit.
    Alors, le "style" du metteur en scène, peut-être, à distinguer ? Une "musique" tonitruante, insupportable. Prises de vue, montage : du passe-partout.
    Seules touches d'originalité - malsaines (quelques allusions visuelles explicites à un Lake que ne rebuterait pas une extension à d'autres paraphilies, comme le fétichisme, la nécrophilie, l'attirance sexuelle pour la maladie du partenaire - spoiler: cf. quand il rêve qu'il embrasse le dos devenu pustuleux de son amant)
    ......
    Nous étions 4 seulement ce soir à nous ennuyer à ce pauvre spectacle.
    alexy888
    alexy888

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 224 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mars 2014
    Vu en avant-première en compagnie de Bruce LaBruce et Pier-Gabriel Lajoie. C'est un très beau film. Une belle histoire d'amour entre, non seulement un jeune homme et un homme âgé mais surtout entre un homme blanc et un homme de couleur. Ces 3 aspects de leur relation sont intelligemment traités. A voir.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 887 abonnés Lire ses 3 514 critiques

    1,0
    Publiée le 29 mars 2014
    Je suis perplexe. La presque totalité de la blogosphère et des critiques se pâment devant ce nouveau film du très subversif Bruce LaBruce. Qui s'est, pour le coup, bien calmer, pour ne pas dire bien ramolli. Je ne comprends pas cet engouement. Cette soit disant « merveilleuse histoire d'amour » ne m'a pas du tout touché. Impossible de s'attacher aux personnages, insipides et sans...
    Missef
    Missef

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

    1,0
    Publiée le 6 avril 2014
    RIEN dans ce film ne fonctionne.
    - Les acteurs ne sont pas convaincants
    - Le scénario est bourré de clichés.
    - Les personnages sont antipathiques et plats. Ils n'ont aucune personnalité à part leur caractéristique principale : Lake, le personnage principal, aime les personnes âgées (et est un sombre connard), Désirée est une féministe, la mère est frivole, le collègue est un dealer, ... A part ça on ne connait rien des personnages, leurs envies, leurs motivations; ce qui les rend inappréciables.
    - La réalisation est paresseuse avec des ralentis moches et des transitions inexistantes
    - La musique est à côté et fade
    - Certains plans voulant être chocs, voire "sans tabou" comme le dit l'affiche deviennent juste vulgaires
    Bref, ce film est une grosse déception et n'effleure que la superficie de son sujet, avec une histoire d'amour égoïste, banale et inintéressante.
    Seul point positif le personnage de Mr. Peabody qui sort du lot
    Frédéric Le Mouël
    Frédéric Le Mouël

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 264 critiques

    1,5
    Publiée le 17 octobre 2014
    L'idée est saugrenue et le film rend mal à l'aise. Mais je suis peut-être devenu un peu vieux jeu.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 26 mars 2014
    Gérontophilia...de Bruce LaBruce. Réalisateur plutôt subversif qui livre là un film d’une tendresse toute particulière. Le pitch ? Lake, un jeune mec de 19 ans travaille dans une maison de retraite et va tomber amoureux d’un vieil homosexuel noir de 82 ans. S’ensuit un mini road movie où les deux hommes vont passer quelques jours ensemble.
    Le sujet est délicat. Il ne s’agit pas seulement de la différence d’âge qui est évoquée ici, comme Harold et Maud (on ne peut s’empêcher de faire un parallèle), mais de l’amour en général, du temps qui passe, du regard des autres, de la sexualité et des choix que l’on fait au cours d’une vie. Ici les deux personnages sont bisexuels, une merveilleuse idée ou une pirouette intelligente ? A vous de voir.
    Le film est d’une grande pudeur, d’une tendresse inouïe, sans jamais tomber dans le pathos ou la mélancolie. LaBruce y va franchement, montre parfois ce que l’on n’a pas envie de voir, et pourtant on marche, on accepte sans rechigner tant la démarche est sincère.
    Les deux comédiens sont époustouflants, mais Pier Gabriel Lajoie qui est à l’écran à chaque plan, porte le film sur ses épaules. Il est juste...parfaitement juste tout le temps, et son look de jeune éphèbe convient parfaitement au rôle. A mon avis certains metteurs en scène tels que Gus Van Sant ou Xavier Dolan devraient s’en emparer sans trop tarder tant son intelligence de jeu est remarquable.
    Ce n’est pas un film à mettre en toutes les mains, mais c’est un film que je défendrai bec et ongles malgré quelques imperfections. Je recommande.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 407 abonnés Lire ses 1 936 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mars 2014
    On pouvait parler de Bruce Labruce sur le ton de la "plaisanterie" et de la "provocation" , il fut un acteur porno gay dans les dernières décennies ....
    Après avoir vu ce film, force est de constater que ce gars sait filmer, a des notions élégantes de cadrage, de plan serré, de travellings (ici sur les grands espaces de l'Ouest canadien)....
    Quant à l'histoire, malgré quelques scènes de sexes suggestives entre "hommes", on ne peut qu'être conquis par l'aspect émotionnel dont il enrobe son film, par le réalisme aussi des seconds rôles et la sensibilité voilée des personnages.....
    Le jeune homme tombe amoureux d'un octogénaire (82 ans pile dans le film (anniversaire) et il va le conduire dans un royaume où se mêle amitié, tendresse et sexe)....
    Mais il a une copine, celle ci offre aussi une personne riche et émouvante, aux idées peu conventionnelles maos pleines de cohérences....
    Je le répète c'est filmé avec délicatesse et maitrise, c'est du cinéma américain d'auteur, souvent excellent et primé, et il offre une ouverture sur un monde inconnu aux "hétéros", (sans voyeurisme) et avec une tendresse rare dans le cinéma américain.....Le format du film 85 minutes le rend d'autant plus accessible et chaleureux..... A voir sans préjugés, (je pense)...........
    aymericl
    aymericl

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 160 critiques

    4,0
    Publiée le 20 juin 2014
    Film sensible sur l'attirance d'un jeune garçon pour un octogénaire. Le réalisateur porte un regard parfaitement neutre sur cette relation non conventionnelle et n'est absolument pas un hymne à la différence. Le film est servi par une bande son parfaite et deux acteurs qui jouent de manière juste. La photographie du film est également très belle, quoi qu'un peu maniérée. Je recommande Gérontophilia pour son élégance et son originalité.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 182 abonnés Lire ses 1 228 critiques

    2,0
    Publiée le 26 mars 2014
    Un rythme apathique, de la musique mielleuse, des ralentis utilisés à mauvais escient, de la mièvrerie, un scénario digne d'une série télé qui élude tout ce qui aurait pu rendre crédible cette histoire... Il ne reste que la photographie pour sauver cette bluette tout sauf subversive.
    AbsoluteRH
    AbsoluteRH

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 123 critiques

    2,0
    Publiée le 21 octobre 2014
    Un film au postulat intéressant et au fort potentiel mais qui, hélas, se contente d'aligner des séquences convenues sans jamais creuser un peu dans ses personnages ou leur relation, et ainsi nous offre une romance de piètre envergure. Le film parvient toutefois à éviter la mièvrerie, ce qui est déjà pas trop mal. Le film n'est pas mauvais, mais quand on songe à tout ce potentiel inexploité, on en ressort un peu amer et déçu.
    gaetan1.arnould
    gaetan1.arnould

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 381 critiques

    3,0
    Publiée le 26 mars 2014
    Première fois, à ma connaissance, qu'un film a pour thème central la gérontophilie . Certes, ce n'est peut-être la question sociale la plus prégnante actuellement ni l'inclination sexuelle la plus répandue ( je peux me tromper ) mais néanmoins on touche à de nombreuses problématiques que l'on retrouve pour toutes les relations considérées comme non " normales " voire déviantes . Alors que la tolérance à l'égard de l'homosexualité semble sur la bonne voie , on se rend compte que la question sexuelle est encore pleine de tabous à l'image de l'amour que peut être ressenti par certains pour les vieux, et ( pire encore ! ) pour les vieux du même sexe. Preuve que ce sujet reste tabou, alors qu'on est sur-habitué aux scènes de sexe au cinéma, celles dans Gérontophilia mettent un peu mal à l'aise ou au moins dégagent une impression étrange. Sur la forme, le film est assez plat, sans grand rebondissement mais là n'est pas l'objectif puisque les différentes questions posées par la gérontophilie sont abordées ( différence d'age, sexualité, regard des autres ) . Rien de folichon dans le scénario donc, l'originalité réside largement dans le thème abordé, avec au passage des acteurs très justes et une fin quand même assez prévisible.
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    2,5
    Publiée le 28 mars 2014
    Bon dans l'ensemble , scenario qui part parfois dans le n'importe quoi.
    Guiciné
    Guiciné

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 048 critiques

    3,0
    Publiée le 29 mars 2014
    Voilà un film original où rien est racoleur, bien au contraire! Les interprètes sont excellent et la mise en scène intéressante pour nous faire apprécier, cet hymne à la vie et à soi. Un bémol, je n'ai ressenti que peu d'émotions malgré de jolies scènes. A conseiller vivement!
    Phil H
    Phil H

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 139 critiques

    4,0
    Publiée le 2 avril 2014
    Pour commencer, ce film n'a rien de choquant même si l'amour gérontophile et, en plus, homosexuel est une chose très rare à l'écran. Un jeune homme de dix-huit ans tombe amoureux d'un vieil homme de quatre-vingt-deux ans, cela fait beaucoup d'écart mais l'amour ignore l'âge. Il dégage une certaine poésie rimbaldienne, à la fois sociale et "road movie". Il nous invite à partager la découverte de cette étrange attirance sexuelle avec un brin d'humour. Les décors se révèlent la vérité sans exagération, telle qu'on peut voir dans la vie de tous les jours. Particulièrement la chambre du jeune homme est à tomber, mais je ne vous le dis rien.

    Et pour finir, à propos du jeune acteur Pier-Gabriel Lajoie, je suis tombé sur son charme : c'est une de mes meilleures révélations masculines de l'année ! Selon les sources, cet homme est un acteur débutant qui venait tout juste d'intégrer au Conservatoire Lassalle (école des Arts et Lettres) avant d'apercevoir une annonce cinématographique. Sa prestation est superbe, on le voit très à l'aise dans son rôle du personnage aux côtés du vieux personnage joué par Walter Borden.

    En résumant tout cela, j'ai bien aimé GERONTOPHILIA... avec beaucoup de respect pour les gérontophiles : on n'a pas le droit d'être dégoûté en tant que personne "normale" en apparence alors que, sentimentalement et érotiquement parlant, beaucoup s'ignore.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top