Mon compte
    Mon Roi
    note moyenne
    3,9
    6723 notes dont 526 critiques
    répartition des 526 critiques par note
    89 critiques
    252 critiques
    93 critiques
    49 critiques
    28 critiques
    15 critiques
    Votre avis sur Mon Roi ?

    526 critiques spectateurs

    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 863 abonnés Lire ses 1 070 critiques

    5,0
    Publiée le 13 octobre 2015
    Un film magnifique, sublime et extrêmement destructeur. Nous assistons, non, nous vivons cette histoire entre Tony et Georgio, de la première rencontre au déchirement de ce couple, en passant par les moments de bonheur et les larmes, la passion et la haine, les rires et les crises... Tourné d'une manière qui nous prend aux tripes, « Mon Roi » a également la chance d'être porté par de fabuleux acteurs : Vincent Cassel qu'on ne présente plus, et Emmanuelle Bercot, qui mérite amplement son prix d'interprétation féminine à Cannes.
    Un film de grande qualité, merci Maïwenn.
    Dom Domi
    Dom Domi

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 207 critiques

    4,5
    Publiée le 29 octobre 2015
    Un très beau film, tant dans l'écriture que la réalisation. Sans compter que les acteurs sont très bons. Film qui relate les déboires de la vie de couple en montrant de façon très intelligente, les dérives d'une relation où les membres de ce couple n'appréhendent pas leur nouvelle situation de la même façon. Pour l'une le mariage, la vie de couple, la naissance de l'enfant se voudraient vécus de façon classique et pour l'autre, l'homme, c'est une chape de plomb qui s'abat sur une vie de célibataire. L'opposition entre ces deux visions de la vie de couple donne à celle-ci une étonnante vigueur entrecoupée de crises successives où les acteurs donnent toute la force nécessaire à ces changements de ton.
    L'incompatibilité entre ces deux visions donnent des moments d'une grande intensité cinématographique.
    Chacun des spectateurs peut y retrouver sa propre vie, ses questionnements, et " choisir son camp "...

    Rien que pour ça, il faut absolument voir ce film...

    dom
    leobis
    leobis

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 218 critiques

    1,0
    Publiée le 22 octobre 2015
    A aucun moment on ne peut croire à cette histoire. Certes les acteurs sont excellents dans leur rôle, mais leur personnage sont des plus antipathiques. Un homme arrogant, sans scrupules, bourré d'argent ( et de drogue), argent dont on se demande l'origine, et une femme (soit disant avocate) complètement nunuche et maso. Film très long et inintéressant, à éviter.
    Tarasboulaba
    Tarasboulaba

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 155 critiques

    1,5
    Publiée le 4 novembre 2015
    Mais qu'est-il arrivé à la Maiween si brillante de "Polisse". Bon, en même temps, elle n'a fait que ça. Mais quand même quelle dégringolade avec ce film tellement ennuyeux. Encore une fois, on nous montre -comme si c'était necessaire- les déchirements et réconciliations d'un couple qui ne s'entends plus...Oh là là...Quelle idée de génie ! Quel scénario original ! En tous cas, beaucoup de bruit médiatique par rapport à la piètre qualité du résultat et de cette fin en queue de poisson avec juste "MON ROI" qui apparait en lettre rouges à l'écran pour nous indiquer qu'il est temps de sortir...Enfin, une bonne nouvelle ! Cette fois, je n'ai rien dit de désobligeant, ni e vulgaire, j'espère donc que je ne serais pas censuré pour n'avoir pas encensé le film "génial" de la "géniale" Maïwen. Merci !
    Eric Fauguet
    Eric Fauguet

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 25 critiques

    3,5
    Publiée le 4 novembre 2015
    Comment peut on aimer et détester autant un personnage ? c'est tout le talent de ce scénario et de V Cassel.
    Enfin, je retrouve cet acteur, qui fut à mes yeux très bons mais que j'avais perdu dans des caricatures de film où manifestement, il ne savait pas ce qu'il faisait là (la liste est trop longue pour la citer).
    Alors ce film ? J'y ai vu une histoire de couple qui se découvre, s'aime, se déchire, se retrouve, se hait, ... Tout cela est servi par une paire de comédiens vraiment hors pair.
    Pour autant, il y a des petites facilités cinématographiques qui parfois plombe un peu le film (la scène où Emmanuelle Bercot crie sous la pluie est assez révélatrice de ce point de vue

    Ces petits défauts font que ce film qui pourrait être excellent est seulement à mes yeux un bon film !
    Marc  Panofsky
    Marc Panofsky

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 244 critiques

    3,0
    Publiée le 22 octobre 2015
    un Cassel brillant, une Bercot surprenante, mais qui ne valait pas un Prix d’interprétation. Le film est trop long : les situations se répétent et se ressemblent. Du coup, le charme et la drôlerie prennent un sacré coup. Et, on finit par s'ennuyer. Par voir ce qui sonne faux : la profession de Tony par exemple, et celle de Georgio... Ce qui aurait pu donner un film se transforme en chronique people.
    Sandrine K
    Sandrine K

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 106 critiques

    4,0
    Publiée le 24 octobre 2015
    Aimer, ce n'est pas souffrir... Enfin, en théorie.
    Très beau film comme Maïwen Le Besco sait les faire.
    Les émotions passent et sont très fortes. Cette histoire donne forcément à réfléchir sur notre relation à l'autre, notamment lors d'histoires d'amour compliquées.
    Les acteurs principaux donnent corps à ce film. Maïwen, quant à elle, nous prouve à nouveau qu'elle est une grande artiste.
    Jean Bal
    Jean Bal

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 21 critiques

    0,5
    Publiée le 28 février 2016
    On a beaucoup dit que Mon Roi décrivait une relation amoureuse centrée autour d'un "pervers narcissique". Je m'attendais donc à voir un être abject qui s'emploie à rabaisser constamment sa partenaire, tout en la culpabilisant et en la déstabilisant en lui offrant occasionnellement des moments de bonheur. En fait, le personnage que Vincent Cassel interprète avec un cabotinage inouï est bien manipulateur, menteur, égoïste, coureur, surexcité, égocentrique, mythomane et égoïste... mais ce n'est pas tout à fait un pervers narcissique, car il est absolument dépourvu de la moindre subtilité dans sa relation avec le personnage d'Emmanuelle Bercot. Celle-ci incarne de son côté une espèce de caricature de parisienne-bobo, aisée mais tellement cooool. En fait, elle joue une hystérique infantile et insupportable dont on imagine mal qu'un homme vaguement équilibré puisse faire sa compagne, d'autant qu'elle commence à accuser son âge et n'est vraiment gâtée par le maquillage.
    Bref: nous avons deux personnages antipathiques, interprétés par des comédiens outranciers. mais, qu'en est-il de l'histoire?
    Ben, elle est encore pire...
    Au tout début du film, Toni (le personnage de Bercot) se casse les ligaments croisés au cours d'un séjour de ski dans une station de sports d'hivers plutôt chicos. Elle rencontre alors une femme médecin (psychologue) qui, avec ses gros sabots, commence à lui expliquer que sa blessure traduit en fait son mal-être profond... J'ai dû me repasser la scène deux fois, tellement je la trouvais maladroite!!! Eh oui, Maïwen a osé! Remarquez, si, personnellement, rien ne vous choque à ce moment du film, continuez à le regarder, il est probable que vous connaîtrez le même enthousiasme que les fans de la réalisatrices. Sinon, arrêtez les frais. ce qui vient ensuite est encore plus intolérable.
    Car le scénario va dès lors alterner mécaniquement deux types de scènes:
    1) Toni traversant les différentes phases de sa rééducation et se prenant d'amitié pour de charmants garçons, dont la plupart sont issus de l'immigration. Oh, c'est tellement chou une bourgeoise parigot qui s'encanaille avec des jeunes gens du sud!
    2) Des flashbacks sur ses dix ans de relations avec un homme instable, drogué, hédoniste, érotomane et idiot. Une certain Giorgio (mal) interprété par Cassel.
    Le film dure deux heures. Et si les vingt premières minutes sont à peu près tolérables parce qu'on veut toujours espérer que les choses s'arrangent. Au bout d'un moment on commence à sentir un sentiment de répétition, digne dUn Jour Sans Fin. Toni aime Giorgio, Giorgio lui fait une vacherie, Toni pique une crise, Toni se rabiboche avec Giorgio. A la cinquième fois, ce type de situation, je m'avoue, m'a un peu plombé. Je n'en avais plus rien à fiche de voir un médiocre batailler avec une hystéro. J'avais juste une de ces envies de roupiller...

    Allez, est-ce que l'aspect technique du film justifie le buzz (la hype?) qui a entouré sa sortie?
    NOOOOOON!
    Comme pour Polisse, on a une fois encore droit à du faux cinéma vérité avec une caméra mobile sans rime ni raison, des problèmes de raccords ratés, une absence totale de gradation de l'intrigue (quelle intrigue?).

    Mon Roi est l'exemple même de ce que le cinéma français peut produire de pire. Une histoire d'amour sans amour impliquant des personnages laids et stupides, filmés à l'arrache par une réalisatrice qui se sent poussée par ce qu'elle croît être son génie.
    Le jour où les distributeurs s'apercevront que ce type de produit ne séduit qu'une frange très marginale (et essentiellement germanopratine) du public - tout en désolant le reste des spectateurs potentiels - nous pourrons espérer un renouveau dans une industrie qui s'abîme dans une éternelle contemplation de son nombril grassouillet. Comme si le talent des maîtres des années 30-70 vivait encore.
    Que Bercot, pitoyable de fausseté et d'à-peu-près dans certaines scènes, ait obtenu une palme d'or me sidère.
    Comprenez-moi bien: elle est une excellente artiste et une comédienne de très grand talent, mais quand elle n'est pas dirigée, elle se perd. Regardez le moment où elle lit un texte en robe d'avocate et la scène où elle est censée être ivre.
    J'ai, sincèrement, éprouvé de la gêne pour elle...
    Il ne fait aucun doute qu'une industrie qui considère Mimie Mathie comme une grande artiste a - forcément - une place pour Maïwen la réalisatrice.
    L'ennui, c'est qu'un jour, avec des films aussi bancals, le cinéma français n'aura - lui - plus de public.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 879 critiques

    4,0
    Publiée le 2 novembre 2015
    Sublime Emmanuelle Bercot ! Elle irradie le film de tout son talent, sa fraîcheur, son naturel et sa féminité !
    Vincent Cassel est également remarquable dans le rôle du petit ami/mari qui souffle le chaud et le froid dans son couple avec une brutalité psychologique sournoise et désinvolte...
    Cette histoire d'amour tumultueuse nous prend aux tripes et ne peux pas laisser insensible tant certaines scènes sont puissantes en émotions !
    Ce film est un hymne à l'amour qui consume et qui brûle mais qui finalement nous fait nous sentir vivant...
    Excellent !
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 592 critiques

    4,0
    Publiée le 30 novembre 2015
    C'est le premier film que je vois de Maiwenn réalisatrice qui signe là une œuvre à la fois drole, romantique, vif, poignante, déjanté sur un couple qui s'aiment, se déchirent, se cajolent,; se disputent année après année et ce qui m'a intrigué entretemps, c'est l'accident de ski de la femme qui part en convalescence dans un centre de rééducation pour une jambe platré, je pensais qu'elle avait fait exprès, on en voit quelques images qui traversent le film. On suit la progression (ou déchirement) du couple, la naissance du fils qui s'appelle Simbad par exemple, un moment unique dans une vie. Ce qui m'a frappé dans ce long métrage, c'est la liberté de jeux d'acteurs et l'alchimie qu'il y a entre deux grands comédiens que sont Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot, ils sont naturels dans la joie, la détresse, ils sont excellents. Il y a aussi dans les seconds roles Louis Garrel très drole en beauf et Isild Le Besco, la sœur de la réalisatrice. C'est bien écrit, mis en scène, je le conseille.
    jaja77
    jaja77

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 326 critiques

    3,0
    Publiée le 2 novembre 2015
    bien que les 2 acteurs principaux jouent bien avec de bonne émotions cela ne m'a pas convaincu totalement dû à cette histoire d'amour trop complexe zigzagante et ambigue dont on ne sait jamais si il vont rester ou pas ensemble, un couple trop compliqué à mon égard. voilà je m'attendais à mieux au vu du prix d'interprétation au festival de cannes. pour ma part ne vaut pas plus de 3 étoiles pas mal dans son ensemble mais sans plus ni moins.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 220 abonnés Lire ses 2 790 critiques

    4,0
    Publiée le 9 novembre 2015
    Maiwenn montre encore une fois sa capacité à créer et développer ses personnages, à s'effacer derrière eux. Ici, on suit une femme en proie à une relation ambiguë avec un homme qui deviendra son mari, son roi (ce titre, parfaitement choisi, traduit très bien le lien ambigu qui lie les deux personnages). Si elle adopte un point de vue unique, elle s'abstient de juger.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 911 critiques

    3,5
    Publiée le 9 novembre 2015
    Avec Mon roi, Maïwenn confirme qu'elle est l'une des cinéastes françaises avec qui il faut désormais compter. Cette histoire d'amour et de (dés)amour est une jolie réussite, une sorte de scènes de la vie conjugale, peut-être un brin hystérique, mais portée à bout de corps par une mise en scène soignée et nerveuse à la fois et une interprétation de qualité. Cependant, malgré la force de son sujet et la singularité de son regard, singularité qui rappelle d'ailleurs le cinéma de Pialat ou encore les films de Kechiche, Maïwenn use d'effets de style un peu douteux. Les scènes au centre de rééducation n'apportent rien au film et font clichés, notamment en ce qui concerne l'opposition très binaire entre la vile et la banlieue, et le jeu d'Emmanuel Bercot, pourtant souvent très juste, n'évite pas la surenchère dans des scènes de conflits amoureux trop excessives et, il faut le dire, parfois un brin too much. Mais le film fonctionne quand même de bout en bout parce que la cinéaste refuse de donner tous les torts au même personnage et nuance ce qui est loin d'être une simple histoire de rupture amoureuse. Vincent Cassel, dans le rôle du ''mauvais'' mari est magistral, tour à tour charmeur, manipulateur et vulnérable, il livre une performance qui aurait du lui faire avoir le prix d'interprétation à Cannes (plutôt qu'à Bercot). Bref, Mon Roi, à défaut d'être un grand film, est un bon film de la part d'une cinéaste qui creuse, à chaque fois, un plus son sillon.
    matt240490
    matt240490

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 1 059 critiques

    4,0
    Publiée le 1 décembre 2015
    Après le documentaire Le Bal des Actrices et une aventure au sein de la Polisse, Maïwenn poursuit son ascension cinématographique avec un drame, prouvant toute sa polyvalence : Mon Roi. Et, sous les traits d'un Vincent Cassel fort convaincant et d'une Emmanuelle Bercot qui n'a rien à lui envier, se tisse une idylle maladroite, à travers le parcours romantico-grotesque d'un couple à la limite du soap dont la tension ne baisse jamais réellement. Tantôt bon dans ses mauvais moments, tantôt sournois dans ses meilleurs, le métrage parsème avec brio de la réussite dans ce jardin du septième art, au sein duquel le spectateur prend plaisir à souffrir et à rire, à rigoler et à pleurer, à maudire et à applaudir. Car, caché derrière les péripéties incroyables d'un couple finalement banal, se cache un voluptueux moment d'art qui se consomme avec un peu de croquant.
    tupper
    tupper

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 980 critiques

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2015
    Ce que certaines critiques ont pointé comme des défauts sont pour moi des qualités. Par exemple l'excès de soumission et de crédulité dont fait preuve Toni. Irréaliste pour certains, illustration des excès auxquels la passion peut conduire pour moi. En poussant tout à l'extrême Maiwenn arrive à nous faire ressentir à la fois le bonheur et la souffrance d'une relation amoureuse. Elle pointe aussi les contradictions d'une telle relation, comme par exemple le fait que ce qui nous attire chez l'autre est aussi ce qui peut nous conduire à vouloir le quitter. Ce film est un révélateur : on prend violemment à la figure la matérialisation de déceptions, de souffrances connues ou imaginées. Le tout s'appuyant sur un duo d'acteurs splendide. Le genre de film qui ne peut pas laisser indifférent et dont on ne ressort pas indemne.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top