Notez des films
Mon AlloCiné
    Blue Velvet
    note moyenne
    3,9
    6907 notes dont 306 critiques
    répartition des 306 critiques par note
    88 critiques
    105 critiques
    43 critiques
    35 critiques
    22 critiques
    13 critiques
    Votre avis sur Blue Velvet ?

    306 critiques spectateurs

    caro18
    caro18

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 2 213 critiques

    0,5
    Publiée le 21 février 2010
    Pervers, ennuyeux. Seule la prestation de Dennis Hopper est à retenir.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 694 critiques

    5,0
    Publiée le 21 janvier 2009
    Réalisé par David Lynch en 1987, "Blue Velvet" est une descente aux enfers décalée et fascinante. Le cineaste s'est attelé à narrer une histoire linéaire sans que cela ne nuise à aucun moment à sa thématique mise en place. Explorant la face cachée de l'amérique, plongeant au plus profond de ses vices et tourments, son audacieux pari prend forme petit à petit et s'installe finalement dans nos esprits tel un crescendo orchestré de main de maître. Le désir interdit est le point principal de cette oeuvre originale et déroutante, parfois bestiale, souvent sublime. Si le point de départ pouvait faire penser à "Blow-Up" d'Antonioni, on quitte aussitôt l'univers dépressif de l'Italien pour rentrer dans celui rêvé mais cauchemardesque de son successeur. Le protagoniste principal est un jeune homme somme toute ordinaire qui finira par perdre ses idéaux au cours d'une virée nocturne et d'un voyage plus général qu'il n'est pas prêt d'oublier. Sa bonne conscience laisse vite place à ses réflexes voyeurs, provocant et dérangeant au maximum un spectateur cloué à son siège, amené à s'interroger sur le sens du cinéma, sa définition et ce que celui-ci peut montrer comme apporter aussi bien dans son traitement visuel qu'intellectuellement parlant. La diva déchue demeure l'objet le plus intense du film, traumatisée et ambigüe, souvent représentée sous la forme d'une silhouette faussement superficielle que tout le monde admire de façon plus ou moins saine. L'aspect labyrinthique de Lynch revient de temps à autres, notamment au cours de sa métaphore du phantasme à la fois idéalisé et repoussant comme une attraction dangeureuse et corruptrice des âmes. Le tout s'avère complètement déjanté, s'identifiant d'ailleurs parfaitement à l'interprétation haute en couleurs de Dennis Hopper. Le climat langoureux aurait pu être porté plus à l'extrême, tout comme la tension émotionnelle pas toujours palpable. Cela reste globalement excellent et difficilement contournable.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6225 abonnés Lire ses 10 702 critiques

    4,0
    Publiée le 2 août 2020
    Une petite ville paisible, une oreille en dècompositon dans la nature, des jeux pervers...Le cauchemar peut commencer! Qu'on se le dise [...] Comme la plupart des films de David Lynch, "Blue Velvet" nous plonge èveillè dans l'onirisme pur et dur! Le rèalisateur de "Elephant Man" revient ici à ses propres idèes! Thriller èrotique, malsain et culte, presque fantastique, excellemment servi par Kyle MacLachlan...et Dennis Hopper, sans nul doute le plus tcharbè des mèchants croquès par Lynch, avec des insultes et des injures à la pelle! Une des scènes les plus marquantes du film rèvèle aussi un Dean Stockwell presleyien, extraordinaire dans sa façon de chanter « In Dreams » de Roy Orbison en play-back, s'èclairant le visage avec un micro vintage! Isabella Rossellini est pourtant le coeur battant du film, chanteuse de cabaret martyrisèe et psychologiquement instable! L'actrice est une fois de plus exceptionnelle! C'est l'enfer qu'on devine dans son regard apeurè! Et l'envie prend de chanter « Blue Velvet » . Fascinant malaise! Grand Prix au Festival d'Avoriaz 87...
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 084 critiques

    5,0
    Publiée le 5 juillet 2020
    David Lynch signait en 1986 son quatrième long-métrage après les fascinants mais peut-être conventionnels "Elephant man" et "Dune". Cette fois, le cinéaste de génie prépare dans cette œuvre troublante et envoutante, toute la suite de sa carrière. On reconnaît définitivement la patte d'un homme, tout autant cinéaste, peintre que plasticien. Le réalisateur s'entoure de quelques uns des comédiens qui vont le suivre sur la plupart de ses tournages futurs. On reconnaît aussi celle qui fera la puissance de "Sailor et Lula" en la personne de Laura Dern qui interprète une jeune étudiante, naïve et inconsciente. A ses côtés, naturellement, on reconnaît l'inspecteur de Twin Peaks, Kyle MacLachlan, qui assume déjà le côté secret et tourmenté du célèbre agent du FBI à la recherche du tueur de Laura Palmer. Bref, on rentre dans cet immense morceau de cinéma et toutes les œuvres futures de Lynch se découvrent au spectateur. La musique évidemment écrite par son compositeur fétiche, Angelo Badalamenti, habite le récit d'un bout à l'autre, rehaussant l'émotion à son plus haut niveau. Tout le film est peuplé de références aux films noirs des années ,à commencer par des célèbres citations de Hitchcock. "Blue Velvet" dégage un sentiment poisseux, vénéneux presque, avec en contre-fond, la fameuse phrase : "Le monde est étrange". Lynch ne perd pas dans des méandres surréalistes. Il opte pour une œuvre glaciale, tout entière offerte à la beauté magnétique des comédiennes. Isabella Rossellini interprète une chanteuse tourmentée et troublante, dont la puissance émotionnelle envahit tout l'écran. On est retenu par le suspens, par le souffle autant démoniaque que spirituel qui hante cette ville américaine. On croit même reconnaître à travers les figures de ces américains convertis au consumérisme, le petit paysan qu'il a filmé sur son tracteur à la recherche d'un monde meilleur. Voilà donc une œuvre remasterisée qui retrouve sa fougue et son énergie d'origine. Le film fait la démonstration que Lynch est un monstre de cinéma.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 2 925 critiques

    3,5
    Publiée le 26 novembre 2019
    Un film dans le plus pur style Lynchien : étrange, déroutant parfois mais envoûtant, bercé par une BO hypnotique et illuminé par la présence d'Isabella Rossellini.
    NusaDua
    NusaDua

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 577 critiques

    4,0
    Publiée le 5 février 2021
    Considéré comme l'un des films les plus accessibles de David Lynch, Blue Velvet baigne néanmoins clairement dans son univers peuplé de mystères et de bizarreries. Dans un petite ville champêtre fleurant bon l'été et les grands arbres, un jeune homme désœuvré joue au détective privé, accompagné de la fille du shérif local, et se retrouve rapidement mêlé à des événements qui le dépassent. Superbement réalisée, assez captivante, difficile de résister à cette enquête grisante qui joue avec les sens et qui flirte avec les frontières du réalisme !
    dejihem
    dejihem

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 541 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juillet 2020
    Il est très difficile, quand on a moins de 30 ans lors de la sortie du film Blue Velvet, d'en sortir indemne. Tout est tellement sulfureux. Intense. Insensé. Tout y passe : le sexe, la drogue, la mort, l'amour, les bagnoles, la police, le rapport père-fils, etc. Et puis il y a la composition de la lumière ! Des plans incroyable, hallucinants, le travail des ombres, la symbolique des scènes : tout est cauchemardesque. Et en même temps, si vrai, si humain.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 553 abonnés Lire ses 4 214 critiques

    2,5
    Publiée le 5 juillet 2017
    Un film très spécial, un brin voyeuriste, quelques gangsters, des jeunes qui enquêtent sur une oreille humaine et quelques soirées cabarets et répliques bien placées et souvent folles, ne pouvant sortir que de la bouche de détraqué ou de gangster. Je n'ai ni aimé ni pas aimé. Un final pas banal, cependant. Surtout pour l'homme en jaune !
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 244 abonnés Lire ses 3 831 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mai 2020
    Je n’ai pas détesté mais ça ne me marquera pas plus que cela. Blue Velvet c’est du David Lynch tel qu’on l’imagine aujourd’hui, pour le coup un cinéma un peu trop abstrait pour moi . Un cinéma tellement vague qu’on peut finalement y trouver ce qu’on veut. Je garderais quand même un Dennis Hopper encore une fois impeccable dans un rôle de salopard. Il me restera aussi L’idée de présenter un monde très lisse en façade mais ou des secrets et les plus vils instincts sévissent derrière les murs.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 2 097 critiques

    4,0
    Publiée le 17 novembre 2020
    Ma sixième incursion dans la filmographie de David Lynch et, à part le dérangeant "Eraserhead" et son complexe "Mulholland Drive", je me suis plutôt cantonné aux oeuvres "classiques" du réalisateur, délaissant un peu ses films plus surréalistes. Ici, une subtile variation sur le film noir des années 70 chargée d'onirisme pour un ensemble assez difficile d'accès avec son atmosphère éthérée, son rythme relativement lent et son intrigue touffue, dure à suivre par instants. Mais d'un autre côté, un long-métrage à la mise en scène grandiose, l'une des plus captivantes intrigues que j'ai pu voir et une plongée saisissante dans les névroses d'une Amérique puritaine assez intemporelle. Un impressionnant casting de Kyle McLachlan dans son registre habituel à Dennis Hopper véritablement effrayant en gangster psychopathe aux moeurs sexuelles dépravées sans oublier la candeur de Laura Dern ou la folie destructrice d'Isabella Rossellini. Peut-être pas l'ensemble le plus passionnant qui soit en terme de récit mais une indubitable leçon de cinéma.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    5,0
    Publiée le 10 novembre 2011
    Un chef d'oeuvre du maitre David Lynch !!! Ce cinéaste, qui explore l'étrangeté dans la plupart de ses films ou parfois on se perd avec délice dans l'intrigue, signe un suspense haletant et moins psychique qu'à l'habitude et plus compréhensible. L'histoire d'un jeune homme qui trouve une oreille découpé dans le voisinage de son père hospitalisé. Il décide, avec la fille d'un policier, de mener l'enquete qui l'amène à une femme perturbé dont le mari a disparu et un amant gangster perturbé dans sa tete. Une liaison trouble le lie avec cette femme, l'intrigue avance et le danger guette... J'avais un peu peur dés le début de tomber dans un film bizzare, chose que David Lynch avait fait auparavant, je pense à "Dune" que j'ai detesté. Au contraire, on est transporté par l'histoire et le mystère. La bande originale est superbe avec la chanson "Blue velvet", vieux standard des années 60. Mise en scène brillante comme d'habitude chez le cinéaste. Kyle Mc Lachlan est impeccable au coté de Laura Dern, du dérangeant Dennis Hopper et la perturbé Isabella Rossellini. A visionner d'urgence.
    dai72
    dai72

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 2 131 critiques

    3,0
    Publiée le 26 mai 2015
    J'ai décidément du mal avec les films de David Lynch et encore, celui-ci est sans doute celui que j'ai le plus apprécié malgré les (nombreux) moments devant lesquels je me suis dit: "pourquoi je regarde ça?". Je suis parfois comme hermétique devant des films que beaucoup considèrent comme des chefs d'œuvre et ce film ne fait pas exception. Autant, j'ai vraiment aimé le début et le mystère qui se dévoilait, autant la dernière demi-heure m'a laissé de marbre et la folie qui règne m'a tantôt agacé, tantôt ennuyé. Globalement, ça reste un bon film, selon moi !!
    Dawasta
    Dawasta

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 635 critiques

    4,0
    Publiée le 24 septembre 2013
    Intriguant, perturbant, intense, malsain, imprévisible et bien interprété. (Très bien)
    Morgane B
    Morgane B

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 96 critiques

    5,0
    Publiée le 12 octobre 2016
    Film sur le voyeurisme et l’impuissance, Blue Velvet exploite cette notion centrale du cinéma hollywoodien classique à l’extrême, jouant avec délectation sur le lieu commun de l’armoire, qui cache le voyeur tout autant qu’elle le piège. Ainsi la scène où Jeffrey spoiler: découvre l’intimité physique et psychologique de Dorothy
    reste la plus marquante du film. Blue Velvet est un film polymorphe, que ne cesse de fasciner à chaque nouvelle vision. Ce qui frappe aujourd’hui, c’est bien l’incroyable profusion de signes et de sens dans un film à la forme narrative très maîtrisée et encore classique par rapport à ce que deviendra le cinéma de Lynch ensuite... Au-delà de son caractère grotesque et outrancier, ce film apparaît comme un parfait point de rupture, un bijou d’orfèvrerie cinématographique, dans une filmographie peu à peu habitée par une folie pandémique.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 174 critiques

    2,5
    Publiée le 2 mai 2018
    Je n'adhère pas à l'univers givré de David Lynch. Pourtant, Elephant Man, tiré d'un bouquin, est inoubliable. Mais en vieillissant, le réalisateur s'est cru obligé, un peu comme des marchands de yaourt voulant rendre leur produit reconnaissable entre tous, de sortir à tout prix des sentiers battus. Certains se pâment, crient au chef d'oeuvre, comme pour ces tableaux d'art moderne qui n'ont ni queue ni tête et qui cherchent surtout à déranger. Pour ma part, je préfère Rubens, Léonard de Vinci, Monet...Alors pourquoi la moyenne ? Uniquement pour la réussite technique absolue de David Lynch : la prise de vue, la bande musicale, l'utilisation de la pénombre et de la lumière, tout traduit une rare minutie. Mais pour le reste...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top