Mon compte
    Bacurau
    Note moyenne
    3,5
    1333 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Bacurau ?

    115 critiques spectateurs

    5
    13 critiques
    4
    37 critiques
    3
    29 critiques
    2
    21 critiques
    1
    12 critiques
    0
    3 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 11 février 2020
    Un exercice de genre un peu scolaire et pas très palpitant. La bande-annonce, vendeuse, compile tous les meilleurs moments du film. Il nous reste l'heure et quelques qui suit, et qui est somme toute assez ennuyante.
    François M.
    François M.

    1 abonné 4 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 3 octobre 2019
    Film dont le scénario est certes assez SF, mais qui se tient de bout en bout.
    Le cadre est top.
    Assez violent et flippant par moment attention.
    sunfred
    sunfred

    5 abonnés 170 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 28 octobre 2019
    Très inégal ce film je trouve, entre maladresse (presonnages/dialogues/situations qu'on croirait sortie d'une mauvaise série B, surtout lié au commando) et jolies scènes plus maîtrisés (en général dans le village)
    Hulufo
    Hulufo

    6 abonnés 66 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 juin 2020
    "Bacurau" est un Ovni, un véritable film hybride sous forme de western sous psychotrope, et plus important encore, une métaphore filée hyperbolique dénonçant ce qui se passe réellement au Brésil : Déforestation catastrophique, maltraitance des peuples autochtones ainsi qu'une politique inhumaine. Et en passant, "Bacurau" ne manque pas de se moquer allègrement de la culture américaine des plus violente (armes et argent) ainsi que son racisme ambiant, detruisant tout sur son passage. En conclusion, "Bacurau" est un art violent mais ultra jousssif, nous offrant des moments de pure beauté nuptial. 
    Théo Pouillet
    Théo Pouillet

    4 abonnés 184 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 26 octobre 2019
    Malheureusement absolument pas réceptif à ce genre de cinéma très contemporain, même si je dois avouer que la dernière partie du film est assez jouissive.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 2 octobre 2019
    L’habillage de série B gore veut porter un message politique en faveur de la ruralité. Malgré quelques bons moment, c’est raté.
    After D
    After D

    5 abonnés 246 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 10 novembre 2019
    Un films dépaysant, mais au rythme assez mal équilibré, un peu long... Le contexte politique n'est pas très clair, le contexte social encore moins, quant au "deus ex machina", c'est du déjà-vu. L'interprétation est particulière. A voir par curiosité.
    alex supertramp
    alex supertramp

    5 abonnés 117 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 23 juin 2020
    Bacurau c’est une expérience qu’il n’est pas forcément facile à apprécié. Le rythme est très lent et on peu vite s’ennuyer si on est pas pris par l’ambiance et les personnages, il faut une bonne grosse heure pour que l’on commence a comprendre ce que nous raconte ce film, une heure c’est quand même un peu long et même si je reconnais la beautés des images et le soin donné a l’ambiance il est difficile de rester accrocher a certain moment, on est perpétuellement en attente d’un évènement qui viendrais envoler cette intrigue, et quand cet évènement fini par arriver c’est encore assez long a ce développer, mais la puissance est là, le temps pris durant cette première heure a développer une ambiance et des personnages fini par payer quand le rythme s’accélère, et pour le coup c’est presque jouissif tant la mise en scène et les images magnifique sont réussi. Ça fait parfois du bien un réalisateur qui prend son temps, on commence par un film contemplatif qui ne fait que exacerbé la puissance de sont final. On termine le film un peu sonner par cette fin survolté et en complet décalage avec la lenteur du début. Du coté des acteurs c’est un sans faute, le faite qu’il n’y est pas réellement d’acteur principale n’est pas du tout gênant ici au contraire , c’est ce village, ce groupe d’individu qui forme le personnage principale et il a plusieurs facettes, plusieurs caractères. « Bacurau » est donc en dent de scies dans sont ambiance tantôt contemplatif, tantôt survolté, parfois inégale en terme de rythme ce qui en refroidiras certain, mais si on parvient a rester accrocher tous le long du visionnage on est récompenser. En tous cas original et saisissant.
    cbeaumont
    cbeaumont

    3 abonnés 194 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 23 octobre 2020
    Film très atypique! C'est une espèce d'allégorie-défouloir. C'est prenant bien qu'un peu longuet. A voir.
    Stefano edbergo
    Stefano edbergo

    2 abonnés 118 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 13 décembre 2020
    peu accrocheur malgré une idée intéressante.Le refus de se lancer dans un survival d horreur est une erreur qui coûte cher, de ce fait Bacurau est ennuyeux malgré quelques qualités,dommage...
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 11 novembre 2019
    Soit un film qui parle d’un sujet essentiel, avec de beaux décors mais qui ne m’as pas plu. Plutôt long et dés moments incompréhensibles...
    BenD
    BenD

    2 abonnés 21 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 7 octobre 2019
    A peu près au niveau De Red Is Dead.
    Me pas re-re-manger de graine psychotrope, surtout du côté des scénaristes, qui ont potentiellement un peu forcé sur la mise en situation.
    Plus sérieusement, la caméra est propre si pas très inspirée, la bande son pas mal, le montage pas catastrophique. Il y a un bel effort de montrer sans trop de voyeurisme des corps pas parfaits.
    Le reste est par contre pour moi inexistant, des armes, une excuse pour tenir l'histoire, des personnages pas très intéressants et du kilomètre de temps morts.
    En bref, pas du tout recommandé :)
    benoit_lb
    benoit_lb

    2 abonnés 32 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 29 janvier 2021
    Proche du PT (Parti des Travailleurs) de Lula et Dilma, Kleber Mendonça nous avait ébloui en 2016 avec « Aquarius », fresque sociale dans laquelle il dénonçait les inégalités et l’injustice qui caractérisent la société brésilienne d’aujourd’hui. En déplaçant sa caméra de Recife sur la côte Atlantique vers l’intérieur des terres du Pernambuco, on était en droit d’attendre beaucoup de son nouvel opus. Le Sertao, immortalisé en France par Bernard Lavilliers dans une de ses chansons et déjà mis en valeur à travers plusieurs films dont le célébrissime « Central do Brasil », semblait tout à fait propice à une nouvelle illustration des travers de la société brésilienne. Quelle désillusion !!
    En nous embarquant pour Bacurau dans le camion qui vient quotidiennement livrer de l’eau potable au village et en nous présentant d’emblée les habitants de cette communauté isolée réunis pour un dernier hommage à leur doyenne récemment décédée, le film partait pourtant sur de bons rails mettant le spectateur dans l’expectative qu’il décolle. A défaut de décoller, le film se vautre dans un laborieux mélange de western sanglant et de thriller mâtiné de science-fiction, qui se prête vraiment mal au cadre du Sertao. Là où on aurait pu s’attendre à un film collant à la réalité quotidienne locale comme l’était « Aquarius » et abordant la vie de cette communauté sous l’aspect de ses difficultés du quotidien, de son esprit de solidarité et de ses luttes pour plus de justice sociale, Kleber Mendonça choisit de manière impromptue de mettre ses villageois en mode survie face aux coups de boutoirs répétés d’une bande de suprématistes blancs venus tout droit des Etats-Unis et décidés à les exterminer les uns après les autres. En centrant la deuxième partie du film autour de ces tueurs redoutables et de leurs exactions, Kleber Mendonça multiplie les approximations, les incohérences et les exagérations. On ignore ainsi tout de la motivation de ces redoutables professionnels du crime pour qui les blancs originaires du Sud du Brésil ne sont pas assez blancs, ni même de leur présence à cet endroit de la planète. Leur intolérance vis-à-vis des autochtones parlant portugais dans leur propre pays prête à sourire : Kleber Mendonça aurait-il été contraint par ses producteurs d’inclure quelques dialogues en anglais pour rendre son film davantage commercialisable ? En outre, le personnage de leur chef, quinquagénaire n’ayant aucune forme de respect pour la vie humaine, prêt à tirer sur tout ce qui bouge (y compris ses propres troupes), est plus que grotesque et tient du cliché (mot auquel il fait d’ailleurs lui-même référence lors d’une scène).
    « Aquarius » avait le grand mérite de nous montrer (enfin) au cinéma un Brésil sans flingues. Pour « Bacurau », Kleber Mendonça a décidé de sortir l’artillerie lourde pour nous livrer un déluge de violence gratuite. Le film monte crescendo en la matière : aux armes de poing succèdent les gros calibres, aux gros calibres les machettes et aux machettes les décapitations.
    Difficile dans un tel contexte de retenir un message en sortant du film. Y voir en filigrane le risque de renforcement de l’état policier qui courrait au Brésil depuis l’élection de Bolsonaro serait une grossière approximation politique. Bolsonaro n’a pris ses fonctions qu’en janvier 2019 alors que le film a été conçu à l’époque où il n’était pas encore candidat à l’investiture suprême. On peut par ailleurs reprocher beaucoup de choses à l’actuel président du Brésil notamment son côté populiste, mais de là à en faire un chef d’état prêt à mettre ses citoyens sous surveillance via des moyens techniques hyper sophistiqués afin de pouvoir les exterminer par la suite, il y a un pas de trop qu’il serait imprudent de franchir.
    Que reste-t-il alors au film pour éviter le naufrage ? La retranscription de la vie de ces villageois du Sertao, que ce soit au travers des soirées qui les réunissent autour d’un écran géant installé à l’arrière d’un pick-up, des journées passées dans le bistrot-boucherie où les carcasses de porc pendent du plafond à côté du comptoir ou des consultations en plein air menées par leur médecin hystérique, est l’élément le plus attachant du film. Le fait que Kleber Mendonça ait délibérément pris le parti de ne pas mettre en avant de personnage principal parmi les membres de cette communauté isolée permet de mieux en apprécier l’esprit de solidarité et le métissage si propre à la société brésilienne. On gardera aussi en mémoire les quelques jolis couchers de soleil sur les collines du Sertao, le décor du barrage planté en plein désert symbole de la mégalomanie de certains projets hydrauliques inaboutis au Brésil et la jolie chanson de Caetano Veloso qui clôture le film. Trop peu toutefois pour nous convaincre d’un message quelconque en quittant la salle.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 26 septembre 2019
    Très impressionné par la puissance, l'impétuosité et la colère du film. La métaphore politique sur le monde dans lequel nous vivons est saisissante.
    Fred & Rick
    Fred & Rick

    1 abonné 26 critiques Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 20 août 2023
    Ce film aurait reçu un prix au festival de Cannes... On se demande si le jury l'a vraiment bien regardé. Il n'y a rien à sauver dans ce fatras de scènes insipides ou répugnantes ; en gros, spoiler: des gens vivent dans un petit village paumé dans la cambrousse, et des tueurs étrangers viennent pour massacrer tout le monde sans raison apparente et sans état d'âme
    . Scénario réduit au strict minimum, violence gratuite, mise en scène en dessous de celui d'un amateur, jeu des acteurs pas du tout crédible, bref il faudrait inventer une nouvelle lettre dans l'alphabet pour aller au-delà de la série Z.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top