Mon compte
    Numéro Une
    note moyenne
    3,1
    999 notes dont 112 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 112 critiques par note
    6 critiques
    20 critiques
    51 critiques
    26 critiques
    9 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Numéro Une ?

    112 critiques spectateurs

    Wilma P
    Wilma P

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 263 critiques

    4,0
    Publiée le 17 octobre 2017
    Un film sur un sujet dont tout le monde parle mais que personne n'ose affronter. Une femme à la tête d'une entreprise du CAC40. Film réussi car il ne tombe jamais dans l'excès. Film cynique sur les arcanes du monde de la finance et des coups fourrés qui s'y cachent. Très belle lumière, des gros plans et des silences très justes, des acteurs tous très justes et très bons dans leur rôle. À voir car très bien réalise et très bien interprété
    Barbra M.
    Barbra M.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 30 critiques

    5,0
    Publiée le 17 octobre 2017
    Film à voir sans hésitation.
    Les acteurs sont très bons, particulièrement Emmanuelle Devos évidemment.
    Les rôles secondaires sont également très consistants et ont toute leur importance.
    Le scénario est réaliste et tellement d'actualité. Le film aborde les bonnes questions, et toutes les questions, sans tomber dans les clichés féministes. Messieurs, allez-y sans crainte. Nullement une critique acerbe d'un milieu majoritairement masculin mais une remise en question profonde et intelligente. Merci Tonie Marshall !
    Bertrand P.
    Bertrand P.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 107 critiques

    4,0
    Publiée le 13 octobre 2017
    Un film dans l'air du temps qui dénonce le plafond de verre et les intrigues du pouvoir avec les politiques de déstabilisation. Un bon jeu d'acteurs notamment pour Emmanuelle Devos. On passe un bon moment.
    Prad12
    Prad12

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 084 critiques

    1,5
    Publiée le 23 mars 2018
    C'est plus un téléfilm qu'un film de cinéma, d'ailleurs le bide fut comme d'habitude sidéral mais subventionné, normal avec Biolaid, Berry et toute la clique...... c'est d'un ennui de jour sans alcool, le seul intérêt résidant dans les coulisses du pouvoir qu'on veut nous montrer mais sans vraiment aller jusqu'au bout du propos comme si la réalisatrice avait peur quand même de trop en dire, fallait pas commencer.....
    mat niro
    mat niro

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 148 critiques

    2,5
    Publiée le 7 décembre 2017
    Tonie Marshall signe ici un portrait de femme à travers Emmanuelle Devos, ingénieur promise au rôle de PDG d'une grande société du CAC 40. Le problème, c'est que l'on s'y perd un peu dans toutes ces spéculations au sein de l'entreprise couplées à une dénonciation du machisme à travers un groupe de féministes. Si la réalisatrice voulait dénoncer la misogynie ambiante, elle ne le fait qu'avec parcimonie et de manière trop lisse. Pour sa part, Emmanuelle Devos est excellente en femme arriviste mais on peur regretter que la psychologie du personnage d'Emmanuelle Blachey ne soit pas plus creusée avec notamment le drame de son enfance et la perte de sa mère. L'ensemble est plutôt ennuyeux mais possède quelques moments de grâce.
    Francoise G.
    Francoise G.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    1,0
    Publiée le 25 octobre 2017
    sans intérêt.on ne s'attache a aucun personnage. même si on aime emmanuelle Devos.economiser une place de cinema
    Cinéphilion
    Cinéphilion

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 201 critiques

    3,5
    Publiée le 20 novembre 2017
    Féministe affirmée, Tonie Marshall réaffirme ses convictions au cœur d’un « House of Cards » à la française dans « Numéro Une ».
    Les références américaines ne manquent pas en matière de films ou de séries politiques : « Scandal », « House of Cards », « Truth », « Le Procès du Siècle » ou l’exceptionnel « Miss Sloane ». Après la tentative cuisante de « Tout de suite, Maintenant », Tonie Marshall fait preuve d’audace et propose ce nouveau métrage issu d’un genre bien trop rare dans le paysage du cinéma français.
    Le casting, étant des plus hétéroclites, trouve en concordance remarquable entre les acteurs. Sans trop se détacher du rôle qu’elle tenait dans son dernier film « Moka », Emmanuelle Devos joue une femme d’affaire terriblement ambitieuse. L’arrivée ensuite, de Suzanne Clément ouvre le bal des surprises dont l’enchaînement va se poursuivre avec Richard Berry, Anne Azoulay ou encore Benjamin Biolay pour les plus connus.
    A noter que la bande-son est d’une finesse surprenante. Deux pauses musicales dans le film s’accompagnent d’allégories visuelles extraites du récit laissant apparaître des indices pour les plus méticuleux d’entre nous.
    Face aux séries américaines qui condensent leur suspens sur 40 minutes, le scénario prend cette fois-ci agréablement son temps. Les péripéties installent une pression psychologique entre les personnages. Chantage, tentative de meurtre et autres coups bas, le rythme permet d’embarquer le spectateur avec parcimonie.
    En revanche, là où « Numéro Une » ne parvient pas à convaincre est sur l’aspect féministe. A trop vouloir jouer sur cette corde, l’étouffement traduit un déchirement où le spectateur, censé savourer, finit par subir… Outre ce prétexte peu indispensable, certains éléments s’avèrent caricaturés comme le passé du personnage central, composé entre une instabilité parentale et une enfance compliqué… A croire qu’il faut être écorché vif pour pardonner nos réussites…
    Bilan : « Numéro Une », un titre prétentieux qui ne parvient pas à être éponyme…
    Plus de critiques et de cinéma sur Cinephilion.net !
    Sara H.
    Sara H.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 16 critiques

    3,5
    Publiée le 27 octobre 2017
    C’est un film qui crée un débat sur l’accès difficile des femmes aux postes de direction mais est aussi une louange à l’action collective.

    L’invention du film , un club Olympe destiné à soutenir des femmes pour qu’elles gagnent des responsabilités est le moteur dynamique du film avec la détermination de l’héroïne Emmanuelle Blachey jouée par Emmanuelle Devos. D’une construction classique, le film fournit une liste exhaustive des types de propos machistes qu’on oppose aux femmes ambitieuses. La réalisatrice Tonie Marshall a enquêté durant deux ans sur ce sujet. Avec l’aide de sa co-scénariste la grande reporter Raphaelle Bacqué elle a rencontré des femmes du milieu des affaires. Elle a d’abord souhaité en faire une série mais aucune télé n’en n’a voulu .

    Le père de l’héroïne joué par Samir Frey apporte un regard critique sur le monde de l’entreprise et le pouvoir. Professeur de philosophie il est le personnage qui interroge sur ce qu’est un patron ou une patronne. Pourquoi le pouvoir?

    Tonie Marshall est la seule femme à avoir reçu le César du meilleur « réalisateur »
    Daniel Toscan du Plantier disait que deux mouvements avaient été prépondérants dans le cinéma français : la Nouvelle Vague et l’arrivée en masse des femmes dans le cinéma français à la fin des années 80.
    La bande originale est composée par Mike et Fabien Kourtzer.
    J’ai adoré la reprise de Woman par Alex Hepburn
    Nathalie D.
    Nathalie D.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 27 mars 2018
    Un film superbe, Emmanuelle Devos égale à elle-même, si naturelle, si belle, je vais voir chacun de ses films au cinéma, jamais déçue.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3768 abonnés Lire ses 7 342 critiques

    3,0
    Publiée le 11 juin 2020
    Le destin a voulu que France 3 diffuse le dernier film de Tonie Marshall quelques heures avant son décès, m'en donnant une lecture un peu particulière lorsque je l'ai découvert. D'autant que le sujet n'est pas anodin : la place des femmes dans la société en général et en particulier dans les plus hautes sphères du pouvoir, dont elles resteraient désespérément absentes. Sur le fond, pourquoi pas : cela change du cinéma social dont notre hexagone raffole, quitte à souvent oublier toute démarche artistique. N'empêche : difficile pour moi de s'intéresser à tous ces gens de la haute, que la réalisatrice s'efforce, certes, de rendre un minimum complexe et attachants, sans y parvenir totalement, évitant soigneusement au passage de parler politique dans un milieu manifestement très à droite. Pire : elle essaie d'être subtile et n'y parvient que rarement, notamment dans son regard régulièrement acéré sur les hommes, sans doute pas totalement à tort, mais pour moi qui suis à mille lieues de ce genre d'état d'esprit, même avec un fond de vérité, j'ai toujours du mal. Reste que le scénario, malgré quelques aspects vraiment étonnants spoiler: (ce club « féministe » tentant de peser au quotidien dans les grandes décisions prises dans le pays)
    , est assez clair et se tient à peu près, la réalisatrice ayant su imaginer certains personnages séduisants, souvent bien interprétés : Suzanne Clément, Francine Bergé, John Lynch, Bernard Verley et surtout le toujours excellent Richard Berry. Mais celle qui marque clairement les esprits, c'est Emmanuelle Devos. D'une beauté radieuse, elle parvient à rendre séduisante, presque touchante cette héroïne dont je n'aurais que faire hors grand écran : on a l'impression que tout pourrait s'effondrer si elle n'était pas là, mais elle l'est. Bref, si toutes ces réserves m'empêchent d'être vraiment satisfait, au moins voilà un « thriller financier » réalisé un minimum dans les règles de l'art : à défaut d'être le chant du cygne espéré, une sortie de scène honorable, portée par une actrice exceptionnelle.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 3725 abonnés Lire ses 6 254 critiques

    3,0
    Publiée le 16 mars 2018
    "Numéro une" suit le parcours d'une femme brillante à l'incroyable carrière qui tente d'accéder à la tête d’une entreprise du CAC 40, ce qui serait une première, à l'aide d'un lobby féministe. Avec ce nouveau film, Toni Marshall change complètement de registre puisqu'elle avait réalisé la comédie romantique "Tu veux... ou tu veux pas?". Ici, elle met en avant les inégalités dans ce milieu d'hommes et ce combat annoncé comme perdu d'avance. Le film est comme un thriller politique, mais dans le milieu industriel avec Emmanuelle qui doit faire face aux manigances, aux coups de pression et coups bas de la concurrence comme si elle briguait un poste politique. Une guerre d'image en somme durant laquelle les compétences n'ont pas leur importance. La réalisatrice dresse le portrait d'une femme forte en apparence, mais fragile à l'intérieur à cause de douleurs passées, mais aussi d'un milieu impitoyable et hypocrite. L'enjeu principal n'est finalement pas cette accession au pouvoir ou non, mais plutôt le parcours semé d'embuches que rencontre cette femme. En somme, un bon film avec une bonne Emmanuelle Devos qui est crédible et convaincante dans ce rôle. Il manque peut-être un peu d'émotion, de tension et de profondeur, mais rien de grave.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2772 abonnés Lire ses 5 266 critiques

    3,0
    Publiée le 13 octobre 2017
    Tonie Marshall signe un récit banalisé et balisé dans lequel le fait que l'héroïne soit une femme reste finalement peu décisif. En effet, le film insiste très lourdement sur le fait qu'il faut un réseau d'influence propre hors tout d'un coup ce n'est pas d'être une femme qui empêche la nomination mais bien le fait que Emmanuelle Blachey soit hors des hautes sphères, que son bras ne soit pas assez long. La dimension féministe s'atténue donc logiquement et repose uniquement sur quelques saillies sexistes. Mais malgré tout le film à un atout de belle teneur, les dialogues. Ca reste un bon film, qui à contrario de son héroïne, est un film divertissant à défaut d'être ambitieux, intéressant à défaut d'être audacieux.
    Site : Selenie
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 351 abonnés Lire ses 3 865 critiques

    2,0
    Publiée le 30 septembre 2019
    Décevant dans la forme car on ne sent pas du tout le combat d'ED. On ne sent que sa fragilité.
    Et sur le fond, un sujet au final qui m'intéresse très peu. Vu uniquement pour son actrice principale.
    C'est ce qu'on appelle un avis personnel.....
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 246 abonnés Lire ses 908 critiques

    3,5
    Publiée le 17 octobre 2017
    Avec un sujet hyper contemporain, ce film nous entraîne dans les coulisses du grand patronat dans lequel, malheureusement, trop peu de femmes y sont pour le moment admises.
    Emmanuelle Devos, brillante dans son rôle de femme moderne et compétente tentant de gravir les échelons du pouvoir, porte toute l'histoire à elle seule.
    Richard Berry et Sami Frey complètent un casting vraiment excellent.
    L'intrigue n'est pas inintéressante, loin de là, mais même si les rouages des hautes sphères dirigeantes (ainsi que leurs dérives) sont bien abordés, j'aurais aimé un scénario moins lisse, avec plus de punch et d'audace.
    Il y avait vraiment moyen de toucher encore plus profondément les spectateurs avec ce thème si important de notre époque.
    Un moment cinéma très correct néanmoins.
    --> Site CINEMADOURG
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 182 abonnés Lire ses 1 227 critiques

    3,5
    Publiée le 13 octobre 2017
    Numéro Une est certes un film féministe mais Tonie Marshall nous présente également la façon dont l'entre-soi des privilégiés se partagent le monde sans aucune légitimité, ni mérite; un monde d'héritiers et de courtisans détestables se plaçant au-dessus de la mêlée de la population. C'est cet engrenage qui rend Numéro Une indispensable. Bien sûr, le fait qu'il s'agisse d'une femme est loin d'être anecdotique. Emmanuelle Devos campe une brillante femme d'affaire, humaine et ambitieuse. Elle est entourée de Suzanne Clément et Anne Azoulay, parfaites en lobbyistes aux méthodes aussi détestables que leurs homologues masculins (elles n'ont pas vraiment le choix à vrai dire). Le machisme de ce milieu, comme de nombreux autres, est montré avec finesse. On n'oublie pas les très belles partitions réservées aux 3 hommes : Sami Frey en vieil homme plein de bon sens, Biolay en opportuniste immonde et Richard Berry en homme de pouvoir sans morale.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top