Mon compte
    Parasite
    note moyenne
    4,5
    22908 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Parasite ?

    1 307 critiques spectateurs

    5
    442 critiques
    4
    513 critiques
    3
    163 critiques
    2
    97 critiques
    1
    46 critiques
    0
    46 critiques
    Rhumcoco
    Rhumcoco

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 39 critiques

    0,5
    Publiée le 7 juin 2019
    C’est lourd, pas drole, et super ennuyeux. Film caricatural, le discours politique ne l’est pas moins.
    AZZZO
    AZZZO

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 455 critiques

    5,0
    Publiée le 13 juin 2019
    Les débuts du film rappellent "Une affaire de famille" d'Hirokazu Kore-Eda : une famille d'attachants pieds-nickelés qui enchaîne les magouilles pour survivre. Mais à mesure que l'intrigue s'installe, on comprend que le réalisateur veut aller plus loin et qu'il nous a réservé quelques surprises. La critique sociale est violente et le génie de Bong Joon-Ho est d'avoir su l'exprimer avec subtilité, uniquement par l'image, en jouant sur les lumières, les sons (les odeurs !) et les objets de second plan tels ces innombrables escaliers qui séparent les deux mondes. On suit le fil de la dérision jusqu'au climax. C'est beau, violent, rythmé et drôle, nourri par une belle "brochette" d'acteurs. Jouissif.
    JPCorniou
    JPCorniou

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 33 critiques

    1,5
    Publiée le 23 mars 2020
    Je viens de voir Parasite. Sans relire les critiques, j'ai compté 72% de 4 et 5 étoiles. Le peuple a parlé : c'est un excellent film. Encensé par la critique, promu partout... Alors mettre 1,5 étoile ne peut être que la marque d'une inculture cinématographique totale, une beaufitude crasse qui me range immédiatement parmi les admirateurs de Camping ou des Tuche. Alors osons crânement ne pas apprécier ce chef d'oeuvre. Reconnaissons-lui 30 minutes inspirées qui auraient pu poser les bases d'une histoire intéressante même si l'outrance est présente dès les premiers plans. Faire croire qu'une famille de pauvres, dépeints dans leur crasse noire et odorante, puisse se transformer instantanément en escrocs machiavéliques ne faisant aucune erreur détectable est déjà une prouesse. Nous montrer une famille de riches dont au moins trois des quatre membres sont naïfs ou psychopathes est déjà un peu gonflé, mais ce sont des riches, après tout, et nous sommes un public français prompt à adorer ces clichés. Mais une fois la mise en place du drame, il ne se passe plus rien d'intéressant car le film part en grande dérive grand-guignolesque. Tout est invraisemblable et les effets sont téléphonés. C'est une grosse blague potache à l'hémoglobine, Moins bien que Tarentino car l'outrance ne sert en rien le récit. Les riches sont crétins - la scène de l'anniversaire rappelle "Mon oncle", comme le décor de la villa d'ailleurs - , les pauvres malins, mais manipulateurs et cyniques, et surtout ils sentent mauvais...Ne sachant pas comment s'en tirer, le réalisateur nous gratifie d'une fin absurde. Déçu par cette farce, perturbé par l'accueil dityhrambique pour ce film, qui évidemment peut être compris comme une revanche des pauvres contre les riches, symbole moderniste de la lutte des classes modèle 2019 en technicolor, je suis sorti dubitatif sur l'état du Festival de Cannes...
    Kyanite
    Kyanite

    Suivre son activité 8 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 28 mai 2019
    Excellent, rien à redire sue ce qu'on peut qualifier de chef d'oeuvre.
    À la fois drôle et dramatique, ce film vous fera passer du fou rire au thriller très rapidement
    Aimerico
    Aimerico

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 66 critiques

    0,5
    Publiée le 3 septembre 2019
    Je ne recommande pas du tout. La deuxième moitié est chiante. Teintée de politique lourd dingue. C’est dommage parce qu’on n’est pas passé loin d’un bon scénario. ATTENTION SPOILER: la morale de ce film est lamentable: il est permis / recommandé aux pauvres de tuer des riches gentils s'ils sont incommodés par l'odeur du pauvre. C'est sans nuance et aussi stupide et simpliste que ça.
    Robrex
    Robrex

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 940 critiques

    4,5
    Publiée le 1 février 2020
    Après avoir vu ce film, je savais pas quoi dire tellement j'ai été embarqué comme jamais par son propos. Après avoir remporté la Palme d'Or au festival de Cannes, je m'attendais vraiment à ce que "Parasite", film Sud-Coréen de Bong Joon-Ho, soit un très bon film, mais pas si exceptionnel que ça. Pour tout dire, même si je le sentais bien, je m'attendais à être déçu quand même au vu de toute la hype qu'il y avait autour, et... Whaou !! Ça a pas été le cas du tout !! Car "Parasite" est un chef-d'oeuvre absolu, un bijou brillant aux milles éclats, une prouesse cinématographique dantesque et une révolution monumentale, et franchement, on comprend pourquoi il a remporté la Palme d'Or à Cannes car c'est amplement mérité. Je savais que j'allais aimé, mais à ce point-là, c'était même beaucoup mieux que je l'aurais espéré. Autant le dire tout de suite, pour moi comme pour beaucoup d'entre vous je pense, "Parasite" est le meilleur film de l'année 2019. Histoire emballante, mise en scène astucieuse et innovante, acteurs impliqués, personnages attachants et développés, twists surprenants et rebondissants (no spoil), atmosphère et suspens de dingue... bref, ce film a tout pour lui pour devenir une oeuvre culte du cinéma. Le scénario est vraiment bien écrit, avec énormément d'enjeux concernant le stratagème, l'invasion de la famille pauvre sur la famille riche, d'où le titre du film "Parasite", le tout alimenté par une mise en scène super bien maîtrisé et qui ne cesse de donner de l'ampleur avec des moments à couper le souffle, vraiment, c'est captivant tout du long. C'est également un film qui part d'un principe de base, mais qui va nettement plus loin dans son propos, tout en restant cohérent et lisible, et qui sait correctement mélanger plusieurs genres cinématographiques en passant du comique, du drame, du thriller ou même à l'horreur, car oui, y'a pas mal de scènes vraiment glauques dans le film (no spoil), et pourtant, tout passe super bien sans être indigeste. C'est un film qui parle aussi beaucoup de classes sociales, comme on a souvent l'habitude de voir dans les films de Bong Joon-Ho (on a pu voir ça par exemple dans "Snowpiercer"), sauf que là c'est nettement plus exploité, parce que le réalisateur nous propose pertinemment l'opposition entre les classes sociales et quels enjeux et surtout quelles conséquences ça peut avoir (no spoil). Comme je disais, les personnages sont vraiment bien développés, on s'identifie bien à eux, on s'attache même à eux pour la plupart, l'alchimie entre eux est excellente et le fait de les voir évoluer dans un contexte pareil est juste hallucinant. La réa est impeccable, ça peut faire penser à une pièce de théâtre par moment, mais là encore ça va plus loin et ça déborde de subtilité, les décors sont bien foutus, tous les genres, qu'il soient comiques, dramatiques ou violents, sont réussis. Le film possède également un impact psychologique qui est surtout la source d'évolution des personnages, mais qui peut éventuellement nous transmettre un message de fond (no spoil). Vraiment, le film dure un peu plus de deux heures, et il se tient tout du long sans la moindre défaillance de rythme, jusqu'au final (no spoil) qui est juste bouleversant, inattendu et à couper le souffle. Vraiment, j'avais pas ressenti ça depuis "Jusqu'à la Garde", mais la fin de "Parasite" nous laisse vraiment la gorge nouée (no spoil). La musique aussi fonctionne très bien dans le concept, en étant à la fois mystérieuse, dramatique et horrifique, bref, elle s'adapte à toutes les situations présentes dans le film. Les acteurs sont tous brillants, que ce soit Song Kang-ho qui est juste talentueux comme jamais, Jang Hye-jin, Choi Woo-sik et Park So-dam qui représentent la famille pauvre et tous remplissent leurs rôles à merveille. Même chose pour la famille riche composée de Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong, Jung Ziso et du petit Jung Hyeon-jun, qui eux aussi s'investissent impeccablement bien, et comme je disais, l'opposition entre les deux familles est incroyablement fort. Les autres acteurs, Lee Jeong-eun, Park Myeong-hoon, Park Geun-Rok, Jung Yi-seo et Park Seo-joon, font eux aussi preuve de grand talent malgré le fait que certains soient secondaires. En conclusion, "Parasite", au delà d'être un film excellentissime, est une perle visuelle, totalement maîtrisé jusqu'à son dénouement final, qui déborde de créativité, qui sait comment développer son propos sur les classes sociales, bref, ce film est une réussite totale et une perfection absolue qui je pense va bien rester dans les annales. On peut en tout cas dire bravo à Bong Joon-Ho, brillant réalisateur, qui en plus d'avoir réalisé son meilleur film, a accompli un exploit à tomber par terre. Bref, je pense que vous aurez compris que "Parasite" est à voir absolument, j'invite donc tout le monde à découvrir ce film grandiose. (PS : À noter que j'ai vu le film en VO, car impossible de le voir en VF au moment où il est sorti en salle, mais de toutes façons, quelque soit la version, "Parasite" est à voir impérativement !)
    audia5
    audia5

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 18 août 2019
    Époustouflant. On va de rebondissements en rebondissements. Impossible de s'ennuyer. Même en VO on est captivé.
    Mathieu D.
    Mathieu D.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 60 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2019
    Un film à la foi Thriller mais aussi drôle par moment. Du suspens du début jusqu'à la fin.
    Vraiement un film à ne pas manquer !
    novemberromeo
    novemberromeo

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 407 critiques

    4,5
    Publiée le 2 janvier 2020
    Le cinéma sud-coréen révèle souvent d'excellentes surprises....et plus rarement les palmes d'or du festival de Cannes. Pourtant, là, il s'avère que les deux coïncident parfaitement. Ce film est une perle...à la fois comédie, drame et thriller, il est servi par de très bon acteurs, une belle photographie et une musique tout aussi juste. Le scénario nous surprend constamment et la tension est constante. Pour finir, l'intelligence des personnages soulignent une morale bien présente amenée avec finesse. Chapeau.
    Yvette F.
    Yvette F.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 32 critiques

    0,5
    Publiée le 17 juin 2019
    C'est quoi ce film, la palme d'or c'est à plus rien comprendre... Le scénario est glauque, on connait d'avance ce qui va suivre, c'est ennuyeux au possible, irréaliste ...ce n'est que manipulations, mensonges, truanderies, violences ... mauvais film très mauvais film QUI a vu que "ça" méritait une récompense,? C'est pour faire plaisir à qui ? .... Tant d'autres chefs d'oeuvre sont à l'affiche ... De l'arnaque ce presque torchon. Désolée.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 985 abonnés Lire ses 3 678 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juin 2019
    J'avais plus ou moins apprécié les deux précédents films de Bong Joon Ho (américains, il revient dans son pays et c’est tout aussi bien). Ses meilleurs restent toujours pour moi Mother et The Host. Auréolé d’une Palme d’or à Cannes cette année et d’une excellente rumeur, j’attendais donc beaucoup de ce Parasite. J’ai trouvé l’ensemble vraiment bien fait. La mise en scène est solide, mais pas virtuose. Le scénario est intéressant et bien écrit, mais pas exceptionnel. Le tout nous offre un thriller de très bonne facture, le suspens monte crescendo. Mais arrivé à un moment je trouve que cela devient trop invraisemblable et j’ai commencé à moins y croire. Et puis la fin m’a légèrement déçu. J’aurai aimé plus de mordant, plus de méchanceté, plus de décalage. Techniquement, c’est superbe sur tous les plans. L’interprétation est aussi de qualité, tous les acteurs sont très biens. Une certaine vision de la société et de la lutte des classes où, pour une fois, les riches sont gentils et les pauvres méchants. Je ne sais pas si cette Palme est méritée mais pour moi il manque un petit quelque chose pour en faire un chef d’œuvre. On passe tout de même un très bon moment devant ce thriller familial et social de bonne facture.
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 661 critiques

    4,0
    Publiée le 19 juin 2019
    PARASITE : le mot est lancé. De fait, tout au long du film, on peut retrouver cette figure allégorique de l'insecte. En l’occurrence le CAFARD, qui vient manger dans l'antre du riche et qui rattrape ce pauvre personnage de Ki-taek (interprété par l'incontournable Song Kang-Ho, un fétiche du ciné de Bong Joon Ho). On finit aussi par y "avoir le cafard". Les petits, les inférieurs, les serviteurs, doivent jouer ce rôle: domestiques de bonne présentation, esclaves consentants, bien payés au prix d'une soumission qui les dépersonnalise et les ravale à leur rôle, fichés à leur place, qu'on peut balayer, expulser faute de satisfaction, de subordination, comme de sales insectes. Ou alors spoiler: (dans le cas des enfants Ki-taek)
    ils simulent la réussite sociale, l'appartenance à une classe supérieure et sont alors tenus à n'être plus que des comédiens, de jolis imposteurs, de feints hypocrites à l'allure innocente. Qu'ils rêvent d'évoluer, de progresser dans la hiérarchie des modèles du succès, leur extraction originelle les rappelle toujours à l'ordre. Parce qu'ils sont d'habiles débrouillards mais aussi parce qu'ils se sentent trompés par cette société trop inégalitaire, il y aura tromperie sur l'identité, et ils deviendront ainsi d'ambitieux parasites: des profiteurs de riches, des pique-assiettes d’accapareurs, des usurpateurs d'exploiteurs. Et pourtant, leurs qualités, leur motivation à trouver reconnaissance sont là, elles existent mais, faute de références et d'argent pour les faire reconnaître, pour être reconnues, ils n'hésitent pas à opter pour les meilleures combines, sans scrupule d'y inviter la mystification. Bon, ceci posé, niveau critique sociale c'est balaise, voilà un bon clash de classes qui montre jusqu'à quel point on peut ruser et se battre à force de frustrations et de jalousie. On peut l'observer également en particulier au Brésil, sauf qu'ici, on est dans une société globalement super-éduquée dont les valeurs de sincérité et de respect authentique se sont liquéfiées dans une concurrence impitoyable pour la réussite. De plus, la famille "parasitée" n'est pas une caricature du genre méchamment intransigeante, bêtement intolérante ou insupportable, mais juste de gros privilégiés ramollis par leur statut élitiste et eux-mêmes plongés dans une certaine irréalité et bercés de fantasmes. Cette configuration soutient l'intérêt du film, qui laisse ainsi la plus grande part de son intérêt au conflit entre réalité et simulacre. L'imposture parasite même le casting... En effet si, dans l'histoire, la duperie fonctionne, néanmoins le spectateur lui-même se retrouve volontairement manipulé puisque les membres de cette famille biologique ne se ressemblent à vrai dire pas suffisamment, en cela que les enfants ne reflètent pas le physique des parents. On est donc vraiment dans une grosse farce, un théâtre des apparences complet, qui glisse vers un grand-guignol assumé, une fois franchie la limite entre manipulateur et manipulé. Et alors tout s'inverse, la tentative de vampirisation cédant à la réalité d'un parasitisme. De fait, le thème de l'odeur s'invite comme marqueur de classe stigmatisant. On peut certes parler de comédie dramatique, à la fois d'un point de vue social spoiler: (l'épisode tragique du quartier d'habitat précaire est là pour intensifier le propos)
    et individuel mais, en même temps, l'humour affleure partout, qu'il soit noir ou celui du désespoir, qu'il soit moquerie (qui n'épargne personne), raillerie des attitudes ou autre satire des apparences. Ça n'est pas non plus un simple divertissement car l'historie, bien qu'elle soit tirée par les cheveux spoiler: (surtout avec le bunker)
    repose aussi sur une réalité d'injustices sociales cinglantes (qui mettent à mal le modèle Sud-coréen) et ne ménage pas la sensibilité du spectateur lambda. Les scénaristes invitent même une caricature gênante du "chef suprême" Kim Jong-un spoiler: à travers la bonne devenue folle
    . On peut toutefois regretter que le scénario n'exploite pas jusqu'au bout certaines données qui auraient pu rajouter du piment spoiler: (par exemple, il n'est rien fait de la découverte du décodage en morse par Da-Song; la relation entre Ki-woo et la fille n'évolue guère)
    . A vrai dire PARASITE, par son côté par trop fantaisiste, semble démériter le statut de chef-d’œuvre; pourtant il a su réconcilier choix élitiste (palme d'Or) et succès populaire pour proposer un film au thème pertinent, à la réalisation extrêmement talentueuse et à l'efficacité remarquable.
    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 564 critiques

    5,0
    Publiée le 9 juin 2019
    Tiens, une famille délirante de demi-clodos coréens, on a déjà vu ça quelque part...... sauf que ceux là, attachés par des liens familiaux très forts, sont beaucoup moins gentils que ceux de Kore-Eda. L'impression de déjà vu se dissipe très vite.... On en retiendra juste que tout n'est pas rose pour tout le monde au pays des matins calmes.
    Le père, Ki, (Song Kang-ho) était chauffeur. Il a perdu son travail; la mère, Chung (Chang Hyae Jin), athlète de haut niveau (lancer de poids). Ca ne peut pas la mener pas très loin.... La fille, Ki-Yung (Park So-dam), est très douée pour le dessin, mais elle a raté le concours d'entrée au Beaux Arts. Le fils, Ki-Woo (Choi Woo-sik), est fortiche en anglais mais il a raté trois fois de suite le concours d'entrée à l'Université. Une belle brochette de bras cassés qui survit dans un quartier cauchemardesque, dans un appartement/taudis à demi enterré, éclairé par une seule baie vitrée à ras de terre sur laquelle les clochards du quartier viennent pisser. Leur préoccupation première: arriver à piquer le Wifi des voisins pour pouvoir trouver quelques débrouilles: actuellement, plier des cartons à pizza.... Mais Ki a toujours un plan d'avance...
    La chance, elle arrive par un ami de Woo, qui lui propose de le remplacer pour des cours particuliers d'anglais, dans une richissime famille. Qu'à cela ne tienne: de faux diplômes sont promptement imprimés.
    La maison de monsieur Park, businessman (Lee Sun-kyun), est une sublime maison d'architecte, grande comme un palais, entourée d'un magnifique jardin et close de hauts murs. La mère de famille, Yeon-Kyo (Cho Yeo-jeong) est passive, crédule, et essentiellement préoccupée par l'avenir de son jeune fils, complètement caractériel, qui tire des flèches d'indien sur les visiteurs et rejette les uns après les autres ses professeurs de dessin, la seule chose qui puisse le faire tenir en place. Qu'à cela ne tienne: Yung, rebaptisée Jessica et munie de diplômes américains, s'improvise spécialiste d'art-thérapy.... Restera maintenant à faire rentrer les parents, c'est à dire à faire renvoyer le chauffeur et la gouvernante, par des moyens aussi rusés que crapuleux. Ca y est! la famille est en place!
    A partir de là..... le film va se dérouler avec une inventivité extraordinaire, thriller rigolard, film d'épouvante sociologique. Réglé comme un coucou suisse, toujours inattendu, il va de rebondissement dramatique en rebondissement cocasse, avec deux scènes grandioses, le débordement des égouts chez les pauvres à la suite d'un orage et une garden party qui tourne mal chez les riches. Je lui attribue 5 étoiles (fait inouï...) parce qu'il est parfait. Même la fin, qui est souvent le point faible de ce type de film, est déroutante, drôle, pathétique.... Bong Joon Ho est un génie du cinéma. Depuis Snowpiercer on s'en doutait.... maintenant on en est surs!
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 801 critiques

    5,0
    Publiée le 12 juin 2019
    Un film drôle, glaçant, invraisemblable et à la fois virtuose : on retrouve tout ce qui fait de Bong Joon Ho un des meilleurs cinéastes actuels (en tout cas, mon chouchou depuis un moment). Autant dire que la Palme n'est pas volée et couronne une oeuvre déjà riche et qui, avec ce film revient aux sources. En effet, après une parenthèse américaine spectaculaire, ce film revient à ce qui fait de Bong Joon Ho quelqu'un d'extraordinaire. Comme dans The Host ou Barking Dog, l'humour est toujours présent, et fonctionne très bien (la salle - pleine - était hilare à quelques moments et riait jaune parfois). Comme dans Memories of Murder ou Mother, la tragédie est à l'oeuvre avec un suspense insoutenable. Bref, Parasite est une sorte de synthèse, avec des surprises et une vraie complexité dans ses personnages. Ce qui finit de nous emporter est la mise en scène virtuose, fluide, au service du scénario et sans chichi. Bong Joon Ho utilise l'eau avec toujours autant de virtuosité : cet élément, qui tient une place si importante dans son oeuvre continue à être le fil conducteur de ce film dans la mise en scène et comme élément dramatique. Bref, allez-y, c'est du pur Bong qui fait boom : vous allez adorer!!!
    Sébastien D
    Sébastien D

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 517 critiques

    5,0
    Publiée le 24 juin 2019
    Incroyable. On s’interroge, on stress, on rit, une expérience exceptionnelle. Tout est absolument parfait, de la réalisation au casting, du scénario aux rebondissements, des métaphores aux scènes trash. Une palme d’or plus que mérité, un des meilleurs films que j’ai vu. Inoubliable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top