Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Voyage de Marta
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Voyage de Marta" et de son tournage !

    Contraste au Sénégal

    Neus Ballús s'est rendue pour la première fois au Sénégal en 2009, et à l’époque, le fort contraste entre la zone dédiée au tourisme et les conditions d’existence des Sénégalais l'avait déjà fortement marquée. La réalisatrice se rappelle : "J’ai notamment fréquenté la région de Saly Portudal, où le tourisme est le plus développé dans toute l’Afrique occidentale. J’ai également eu l’occasion de séjourner dans les petits villages qui se trouvent à proximité de ces ressorts pour vacanciers et où vit la plupart des employés de ces hôtels. J’ai senti lors de ces voyages que ce contexte si particulier offrait un potentiel filmique cinématographique unique. Dans ces ensembles dédiés aux loisirs, touristes et travailleurs s’y côtoient et développent des relations complexes et ambiguës. Les centres touristiques comme Saly, Mbour ou Gorée (tous situés à quelques kilomètres au sud de Dakar) sont des lieux dans lesquels il est impossible pour un touriste de faire un pas sans se voir offrir les services les plus variés, de la vente de simples souvenirs au racolage. Ces lieux et situations ont formé constitué pour moi le terreau et la promesse d’un film dont l’intérêt serait d’en décrire l’organisation économique et la complexité des rapports qui en découle.."

    Défi actuel

    Pour Neus Ballús, la cohabitation entre personnes aux origines et environnements socioculturels et économiques différents est un des plus grands défis actuels. La possibilité d’une telle cohabitation était, en quelque sorte, le thème principal de son premier film (La Plaga, 2013) et il s'agit d'une constante pour une grande partie du cinéma européen contemporain engagé : la compréhension de l’autre, l’égoïsme, la culpabilité ou la solidarité sont des idées récurrentes. La cinéaste développe : 

    "Le Voyage de Marta évite la vision manichéenne de la situation. Tous les Africains ne participent pas de la même façon au jeu du tourisme, ni ne recueillent de manière égale les profits qu’il génère. De même, les touristes ne forment pas non plus un groupe homogène. Cependant, les conflits et les relations de pouvoir au sein de chaque groupe, et plus particulièrement les conflits liés à la domination des hommes sur les femmes, jouent un rôle essentiel. Dans le film ni les Africains ni les européens ne sont vraiment irréprochables et aucun n’échappe à un questionnement moral."

    Images de films touristiques

    Neus Ballús a choisi d'intégrer des images de films touristiques dans Le Voyage de Marta. Un des personnages du film, Khouma, gagne ainsi sa vie en revendant aux vacanciers des DVD de petits films touristiques. "Les séquences filmées par Khouma montrent les excursions des touristes pendant leur voyage tout en reproduisant le véritable style de ces vidéos vendues par les cameramen sénégalais qui ont coutume de travailler dans ces hôtels. La décision d’inclure ce type de matériel ne répond cependant pas exclusivement à une volonté esthétique. À travers Khouma et ses vidéos, Marta prend conscience à quel point l’expérience vendue aux touristes est préformatée : il s’agit de produire du souvenir, film ou photo, à rapporter chez soi. La jeune fille se rend compte qu’il est important que tout le monde ait l’air heureux dans les vidéos de Khouma. On doit y voir l’Afrique des catalogues d’agences de voyage et, en somme, une certaine idée du bonheur. Il s’agit pour moi de restituer le voyage idéalisé que les touristes ont acheté et dont ils voudront se souvenir, indépendamment de la réalité éprouvée lors de leur séjour."

    Entre réalité et fiction

    Le scénario du Voyage de Marta oscille entre réalité et fiction. Le film a débuté par un gros travail sur le terrain dans la région où se déroule l’action et le scénario a été écrit à partir de lieux et d’histoires réels dont Neus Ballús et son équipe ont les témoins directs. La réalisatrice se souvient :

    "Mon souhait était de faire en sorte que la réalité transparaisse dans le matériel tourné et qu’elle finisse par former une toile de fond authentique. En ce sens, les images proviennent de vraies excursions avec de vrais touristes et nombre de personnages sénégalais sont interprétés par des non-professionnels, c’est-à-dire de vraies personnes employées dans les hôtels de la région. Le casting est donc mixte. La présence de Sergi López, qui a l’habitude de travailler avec des non-professionnels, nous a aidé à construire ce pont que nous cherchons à établir entre réalité et fiction. Ce dispositif rejoint nos expériences filmiques précédentes, comme La Plaga : elles appartiennent à un genre hybride entre documentaire et fiction. Même si Le Voyage de Marta est clairement une fiction, nous ne voulons pas laisser passer l’opportunité de pouvoir profiter de tous ces éléments réels qui ajoutent richesse et complexité au film, à l’image des acteurs non-professionnels."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Nobody (2021)
    • Nomadland (2020)
    • Le Chant du Loup (2019)
    • Le Labyrinthe (2014)
    • Mortal Kombat (2021)
    • Sans aucun remords (2021)
    • Godzilla vs Kong (2021)
    • The Father (2020)
    • Valérian et la Cité des mille planètes (2017)
    • Demon Slayer - Kimetsu no Yaiba - Le film : Le train de l'infini (2020)
    • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
    • ADN (2020)
    • Demain Tout Commence (2016)
    • MILF (2017)
    • Space Jam - Nouvelle ère (2021)
    • Fast & Furious 9 (2021)
    • xXx (2002)
    • Amanda (2018)
    • Adieu Les Cons (2020)
    • Voyez Comme on Danse (2018)
    Back to Top