Mon compte
    Mais vous êtes fous
    note moyenne
    3,6
    1478 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Mais vous êtes fous ?

    122 critiques spectateurs

    5
    5 critiques
    4
    36 critiques
    3
    59 critiques
    2
    19 critiques
    1
    2 critiques
    0
    1 critique
    bouddha5962
    bouddha5962

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 712 critiques

    3,0
    Publiée le 29 avril 2019
    Autant le film est superbement réalisé, avec des acteurs d’exception, autant la fin est vraiment décevante (pour moi).

    Le scénario est original avec des pointes d’émotion et de compassion.

    Dommage vraiment cette fin sans queue ni tête
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 4 304 abonnés Lire ses 7 395 critiques

    2,0
    Publiée le 9 juin 2020
    Avec le recul, il faut lui reconnaître quelques qualités à « Mais vous êtes fous ». Sur un sujet archi-rebattu (la drogue), le regard est un peu plus original, abordant la question à travers une situation assez dingue (la « transmission » de drogue par une tierce personne et non par consommation), ce qui amène une poignée de scènes intéressantes, notamment via cette situation pour ce couple si fusionnel avant le drame. Malheureusement, c'est loin d'être assez pour me séduire. D'abord, commencer son film à fond les manettes avec du rap et continuer à le faire de temps à autre, c'est à mon sens une faute de goût limite impardonnable. Je sais que c'est très à la mode de foutre ce genre de musique à tort et à travers, même lorsque c'est totalement hors-sujet, mais je commence à en avoir ras-le-bol : sans doute est-ce dans une logique « public jeune », me concernant, c'est juste la musique la plus clivante au monde, pour ne pas écrire la plus désagréable à écouter. Cela peut paraître bête, mais ça m'a vraiment mis dans de mauvaises conditions pour la suite et ne me suis senti que rarement concerné. Certes, les personnages sont relativement crédibles et plutôt bien joués, notamment chez les seconds rôles où Audrey Diwan s'est offerte une belle brochette de talents, reste que niveau intérêt, hormis ce que j'ai évoqué précédemment, il n'y a vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent. Je n'ai presque jamais été ému, pas vraiment sensible à cette histoire traitée sans réelle ampleur et vite exsangue, donnant pas mal l'impression de se répéter, notamment dans une dernière partie pas loin d'être assommante par moments. Je ne doute pas de la sincérité de la néo-réalisatrice, que j'appréciais à une époque pour ses excellentes critiques cinéma, mais dans ce nouveau job, je suis dubitatif. Une histoire vraie dont la démarche aurait pu être intéressante si elle avait été abordée avec nettement moins de redondances et de banalités. Heureusement, celle-ci s'éclaire dans le dernier tiers, notamment à travers une conclusion assez jolie, comme tout ce qui l'amène précédemment, faisant pour le coup preuve de cœur et se montrant très pertinente, sans que l'on ait à juger qui que ce soit dans spoiler: ce choix douloureux, évitant qui plus est le « happy end » aussi facile qu'attendu
    . Comme quoi, nos efforts auront été récompensés, en espérant que la jolie Audrey saura aussi bien commencer son prochain long-métrage qu'elle n'a su conclure celui-ci.
    Frédéric M.
    Frédéric M.

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    2,5
    Publiée le 29 mars 2019
    Bien que servi par d'excellents acteurs sur une histoire triste et vraie, il manque juste à développer le pourquoi de l'addiction du personnage. De prime à bord, il est un heureux papa comblé en amour avec un travail sécurisant. Qu'est ce qu'il a amène à se droguer ? L'influence ? L'expérience ? Pourquoi risquer de tout fiche en l'air pour ça ? Par conséquent, on perd en peu en empathie pour le couple. Merci encore au club 300 pour la soirée géniale de projection privée.
    Manuel M.
    Manuel M.

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 3 mai 2019
    Un film profond, vibrant et surprenant.
    Une mise en scène subtile et des comédiens au sommet de leur art.
    une vraie réussite...
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 10 juin 2019
    Mais il est fou de penser que ce genre de film révolutionne le drame français puisque c’est américanisé. La mise en scène de cette intrigue molle ne prend jamais son envol, un gâchis de tout ce qui reste comme scénario à emporter, la base d’une histoire vraie. L’addiction à l’amour brisé mis en péril par la drogue dure, sème le doute dans cette confiance si chèrement rompue face aux graves problèmes de cachotterie, j’en suis dubitatif.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 1 708 critiques

    3,5
    Publiée le 8 novembre 2019
    Audrey Diwan frappe fort et juste pour son premier long-métrage. Elle s’attaque à un sujet relativement classique au cinéma, la dépendance à la drogue. En l’occurrence ici celle à la cocaïne. Mais on sent qu’elle s’est fortement documentée sur le sujet par la foultitude de détails notables qui parsèment le film et le rendent crédible au plus haut point. On apprend même certaines choses incroyables sur le sujet. Normal me direz-vous. Mais certains ne s’embarrasseraient pas d’autant de précision ou ont abordé le sujet différemment comme par exemple l’inoubliable chef-d’œuvre qu’est « Requiem for a dream » et son traitement implacable. Ici on est dans une veine sociale et réaliste absolue. Le cercle vicieux et inaltérable de la dépendance est montré sous son jour le plus probant et juste dans le contexte du quotidien d’un homme comme les autres. Ce choix et la manière de montrer cette incursion nocive au sein d’une famille lambda est judicieux et pertinent. Il nous met face à la dure réalité de la chose et des ravages et dommages collatéraux que cela va avoir dans la cellule familiale. Des effets parfois irréversibles et souvent insoupçonnés mais bien réels qui rendent le film passionnant. Chaque détail sonne vrai et cela joue beaucoup dans la réussite de « Mais vous êtes fous ».



    Mais le film (ou le sujet) en cache un autre, tout aussi maîtrisé et passionnant. Derrière le drame que va vivre cette famille à cause du père tombé secrètement dans la cocaïne va naître un très beau film d’amour et une belle leçon de résilience et de résistance pour le couple. Par ce postulat de base, on va vivre de beaux moments d’amour et de tendresse sentimentale à côté des séquences tragiques plus dures émotionnellement. A ce titre, Pio Marmaï et Céline Salette forment un beau duo de cinéma, complètement en osmose, dans cette épreuve qui amène leur couple et l’amour qu’ils se portent à se remettre en question. Ils nous font ressentir indubitablement ce que l’on pourrait endurer face à un tel drame. D’un côté la lutte contre son addiction et l’éventuelle rechute pour le père et de l’autre la confiance perdue et la paranoïa d’une rechute de l’homme aimé pour la mère.



    Durant une bonne heure, « Mais vous êtes fous » nous emporte presque comme un thriller et il aurait pu se terminer sur le happy-end de rigueur et légitime qui n’aurait pas entaché sa réussite. Mais Diwan fait un choix plus audacieux et le script nous emmène dans une dernière partie plutôt inattendue qui boucle parfaitement la boucle (et le sujet). En effet, le final est bien plus amer que prévu et convoque la dure fatalité d’un tel drame dans la famille et les conséquences irréversibles que cela peut avoir. La psychose, la perte de la foi en l’être aimé et l’impossible retour du couple à une vie normale sont au cœur du dernier quart et rendent cette œuvre complète. Loin du documentaire, car il y a beaucoup de cinéma et de passion dans ce film, « Mais vous êtes fous » se conclue admirablement et dévoile une œuvre belle et maîtrisée de bout en bout. On reprochera juste une mise en scène anonyme et qui pourrait coller à celle d’un téléfilm accompagnant une soirée thématique sur une chaîne publique. Mais on s’en départira pour apprécier ce premier essai concluant.


    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 744 abonnés Lire ses 4 230 critiques

    2,5
    Publiée le 9 avril 2020
    Peu accrocheur ! Un père de famille voit sa jeune fille faire un malaise. Overdose de cocaïne. La police s'en mêle, le couple est mis à rude épreuve. La confiance est fragile, la paranoïa s'installe. Film que l'on peut vivement accéléré, il ne s'y passe presque rien. Le jeu demeure bon, mais peu intéressant quand on n'a pas touché à la drogue car on ne se sent vraiment pas concerné.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 724 abonnés Lire ses 2 639 critiques

    3,5
    Publiée le 8 mai 2019
    Journaliste, romancière et scénariste, Audrey Diwan réalise son premier film avec "Mais vous êtes fous", sans même passer par la case court-métrage. Cette histoire d'un mari et père de famille cocaïnomane bien qu'apparemment sans histoire, elle la tire d'une rencontre avec une jeune femme qui avait connu le même problème que la Camille de son film : continuer à ressentir de l'amour pour l'homme qui l'avait mise en péril, elle et ses enfants. Le film nous parle de deux dépendances, celle de Roman pour la drogue, celle de Camille pour son amour bien qu'il ait été malmené. Puis vient pour elle le temps de la suspicion ! Même si le film se traîne un peu lorsque le couple attend les résultats de différents tests et les avis des experts, on remarque de belles idées de mise en scène, en particulier dans des scènes que la réalisatrice a choisi de rendre muettes. On remarque aussi la qualité de la distribution avec, en particulier, les 2 rôles féminins principaux : Céline Sallette, toujours aussi parfaite dans le rôle de Camille, et Carole Franck dans le rôle de Christine, sa mère.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 400 abonnés Lire ses 1 126 critiques

    3,0
    Publiée le 16 décembre 2021
    Roman, Camille et leurs deux filles vivent heureux dans le meilleur des mondes quand un beau jour, l'addiction cachée depuis des années par le chef de famille va faire surface de façon dramatique.
    La confiance vole alors en éclats... L'amour suffira t-il à sauver ce couple d'un déchirement définitif ?
    Ce drame, inspiré d'une histoire vraie, m'a personnellement vraiment touché.
    Pio Marmaï et Céline Sallette nous donnent une partition très réussie d'un ménage au bord de l'explosion, leur association à l'écran fonctionne très bien.
    Humainement attachant.
    Site www.cinemadourg.free.fr
    bsalvert
    bsalvert

    Suivre son activité 192 abonnés Lire ses 3 256 critiques

    2,0
    Publiée le 6 janvier 2020
    une idée intéressante qui fait réfléchir sur la confiance du couple ici bafouée par la drogue et le conjoint qui ne s'en remet pas.
    PLV : très bon jeu des deux acteurs principaux
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 3 799 critiques

    3,5
    Publiée le 21 août 2020
    Tiré d'une histoire vraie, un drame fort et touchant sur les conséquences dévastatrices de l'addiction sur une famille, sublimé par l'interprétation intense de Pio Marmaï et Céline Sallette.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 2 919 critiques

    3,5
    Publiée le 5 février 2021
    Une bonne surprise, vraiment. Le couple à l'affiche livre d'excellentes performances, bouleversantes de justesse, d'authenticité. Un film tout en simplicité, captivant, qui vaut le coup d'oeil.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 1 112 critiques

    4,0
    Publiée le 29 avril 2019
    Coup de chapeau pour ce premier film d’une jeune réalisatrice, Audrey Diwan, dont il va falloir suivre le travail. Sur la base d’un scénario casse-gueule - une histoire de famille et de drogue - elle réussit à brosser le portrait d’une génération, à renouveler la façon de montrer la chronique d’un amour difficile, et à émouvoir même le spectateur très éloigné des problématiques évoquées. Tout cela est réussi par la grâce d’une distribution de grande qualité - Pio Marmaï, enfin convaincant, et surtout, Céline Salette, qui trouve enfin le grand rôle qu’elle mérite - et une écriture cinématographique d’une extrême précision, de la qualité des plans au montage rythmé.
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 1 453 critiques

    3,5
    Publiée le 9 juin 2019
    Transcendant son sujet médico-sociétal qui aurait pu plomber le film, la réalisatrice signe une belle étude sur le couple, bien servi par Pio Marmaï, Céline Sallette et Carole Franck.
    Chris58640
    Chris58640

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 648 critiques

    3,5
    Publiée le 28 avril 2019
    « Mais vous êtes fous » est le tout premier long métrage d’Audrey Diwan, et pour un premier film, elle n’a choisit pas la facilité. Assez court, le film tarde un peu à démarrer. On peut le découper en trois parties plus ou moins distinctes, la première dépeint un homme à qui tout réussit mais complètement dépendant à une addiction qui lui bouffe la vie. Il y a bien quelques signes à décoder : cette excitation irraisonnée par moment (que son épouse trouve naïvement charmante), ces hallucinations visuelles (les lampes) et auditives (les sifflements), mais comment son entourage pourrait deviner qu’il est esclave de la drogue ? Puis tout s’effondre, deuxième partie : les médecins, la police, les avocats, les amis qui vous lâchent, les beaux-parents qui vous tournent le dos, les experts qui scrutent votre quotidien. C’est une longue partie qui mène l’intrigue presque vers le polar. Puis la dernière partie, la plus douloureuse, la plus pertinente aussi, sur la difficulté de reconstruire une histoire lorsque la confiance a été brisée. Le Bonheur, le Drame, puis la Reconstruction, le film est presque calé sur ce modèle là, bien appliqué, presque scolaire. A part le début qui tire un peu en longueur, il tient bien la route. Même si le scénario peut paraitre un peu bancal par moment, j’y reviendrai, on ne s’ennuie pas et nous aussi, spectateur, on voudrait comprendre comment la drogue a pu arriver jusque dans l’organisme d’Anna et des filles. Dans la salle, on échafaude même quelques théories, mais la vérité est presque basique, scientifiquement crédible et assez flippante, je dois bien le dire. La musique est très sympa et plutôt bien utilisée, les scènes ne tirent pas en longueur, il y a des jolis plans, des enchainements visuellement intéressants, tout cela est très appliqué, comme le sont souvent les premiers films. Audrey Diwan réussi son film dans la forme et elle s’est offert un casting de premier choix : Pio Marmaï et Céline Sallette forme un couple très crédible et très vite attachant. Lui a le charme des hommes fragiles, on le sent toujours sur la ligne de crête. Il incarne très bien la fragilité, sans la surjouer, il arrive à être émouvant sans jamais être pathétique. Céline Sallette, elle, est juste parfaite dans le rôle d’Anna. Le regard qu’elle porte sur son mari, qu’elle aime toujours sincèrement, est toujours lourd de non dits. Ses silences sont assourdissants, elle est d’une justesse et d’une retenue parfaite. Au-delà de l’histoire de Roman, de la cocaïne, c’est son personnage à elle qui m’interpelle. Ce ne sera peut-être pas le cas de tout le monde mais moi je la comprends parfaitement, cette femme. Tout le monde lui dit de quitter son mari pour pouvoir récupérer ses filles, tout le monde l’incite à se poser en victime, à couper les ponts, à l’abandonner à son sort, à jouer à l’épouse trahie. Elle a tout à perdre à rester avec son mari, à rester amoureuse, à ne pas se dresser contre lui, elle à tout à perdre et pourtant elle tient bon parce qu’elle l’aime, et que cet amour là est plus fort que les épreuves qu’ils traversent. Cet amour là, qui imprègnent toute la partie centrale du film, est assez émouvante je trouve : il y a dans le personnage d’Anna une dignité et une sincérité qui est très touchante, en tout cas qui, moi, me touche. Ensuite, il s’agit de reprendre une vie de couple et une vie de famille alors que la confiance n’est plus là, spoiler: et là, c’est autre chose
    . Là, tout l’amour du monde n’y suffira peut-être pas. Le scénario, inspiré par un fait divers bien réel, pose essentiellement cette question là, celle de l’amour à l’épreuve de la trahison. On sent que c’est cela qui guide le scénario, bien plus que la question de la drogue en tant que telle. D’ailleurs, c’est de ce côté-là que le scénario de « Mais vous êtes fous » semble un peu léger. spoiler: On reste assez interdit devant le sevrage rapide et « facile » de Roman, surtout après avoir posé le problème d’une très longue addiction dans le temps ! Et puis, étrangement, avec une enquête pour consommation de drogue sur le dos, il continue d’exercer et de soigner des patients, là encore c’est très curieux !
    Finalement, on sent bien que la drogue n’était qu’un prétexte pour le scénario d’Audrey Diwan, ça aurait pu être autre chose. Ce qu’elle voulait mettre en scène c’est un couple qui explose sous le coup d’un secret puis tente de se reconstruire, si tant est que cela soit possible. Toute cette partie psychologique est réussie, je le reconnais, mais le film s’en trouve un peu déséquilibré, trop rapide et trop indulgent sur des aspects pourtant cruciaux du problème de Roman. Ce bémol étant posé, « Mais vous êtes fous » est un film touchant qui mérite le déplacement, émouvant sans être ni caricatural ni jamais verser dans le patho, et surtout parfaitement incarné par deux comédiens d’une justesse remarquable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top