Mon compte
    In the Mood for Love
    note moyenne
    4,1
    9213 notes dont 342 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 342 critiques par note
    152 critiques
    90 critiques
    29 critiques
    29 critiques
    25 critiques
    17 critiques
    Votre avis sur In the Mood for Love ?

    342 critiques spectateurs

    Sebmagic
    Sebmagic

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 120 critiques

    4,5
    Publiée le 21 avril 2013
    Un film magnifique, véritablement puissant dans sa mise en scène et avec une musique obsédante qui vient accentuer la complexité de la relation entre les deux personnages. Avec ses silences, ses jeux de regards, ses quelques beaux dialogues, son côté romantique et réservé, In the Mood for Love est exquis et porté par deux brillants acteurs. Rarement un film n'aura décrit aussi bien la nostalgie amoureuse d'un sentiment perdu.
    Marc H
    Marc H

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 508 critiques

    5,0
    Publiée le 3 octobre 2007
    chef d'oeuvre de délicatesse, de finesse visuelle, avec une musique et une interpretation impeccable.un bijou.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 505 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 5 juin 2016
    C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à peu se rapprocher...

    C'est dans la solitude que ces deux êtres vont se rencontrer et c'est tout en délicatesse que Wong Kar-wai filme cet amour naissant. Entre romances, mensonges, tragédies et moeurs, il nous immerge au coeur de cet amour avec autant de sensibilité que de justesse pour en faire ressortir toute l'émotion, tant des personnages que des enjeux. Peu à peu il met en place une ambiance de plus en plus envoutante et mélancolique, laissant aussi une sensation d'intemporalité.

    Dans la lignée de Brève Rencontre de David Lean et Sur la route de Madison d'Eastwood, l'histoire est aussi simple qu'elle est bien exploitée, Wong Kar-wai la rendant bouleversante et ne se pose pas en juge sur le renoncement de l'amour, laissant le spectateur s'inviter dans la vie des deux protagonistes. Derrière cet amour se cache une réalité politique et sociale, les moeurs d'une société et la peur du jugement d'autrui. Il met aussi l'accent sur la différence de jugement entre un adultère commis par une femme ou par un homme. C'est dans ce contexte-là qu'il nous fait rentrer dans la vie des deux protagonistes, tous deux écrits avec tendresse et sensibilité et Wong Kar-wai va nous faire vivre sa vision de l'amour vraie avec eux.

    En plus de briller par son fond et les émotions fortes qu'il dégage, In the Mood for Love est d'une grande beauté formelle où Wong Kar-wai joue avec les couleurs, surtout le rose et le vert, pour mieux sublimer ses images. La reconstitution et sa science du détail participent pleinement à la réussite de l'oeuvre, tout comme la magnifique bande-originale qui se mêle à merveille avec la caméra (et ses admirables mouvements, d'une fluidité et d'une beauté rare) du cinéaste hongkongais. Le rythme est lent et c'est tant mieux, il n'en devient jamais ennuyant tant il arrive à nous immerger dans son atmosphère. Les deux protagonistes bénéficient de la justesse des interprètes, que ce soit Tony Leug ou la très belle Maggie Cheung et ses robes inoubliables.

    D'une justesse et intelligence rare, In the Mood for Love bénéficie de la merveilleuse mise en scène de Wong Kar-wai pour nous émerveiller par sa beauté formelle et nous bouleverser en suivant le destin de ces deux personnages piégés dans les moeurs de leur société.
    David GEORGES
    David GEORGES

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 113 critiques

    1,0
    Publiée le 28 octobre 2006
    Etre considéré comme l’un des plus grands cinéastes de son temps ne suffit pas à faire de grands films. Car une fois encore ((ne pas) voir « Happy together ») Wong Kar-Wai a oublié que son rôle est de nous transporter et non nous anesthésier. Ainsi, « L’ennui » pourrait être une traduction possible de « In the mood for love » tant il faut lutter âprement pour en atteindre le terme sans abdiquer. Comme cela arrive parfois, cette histoire d’amour est platonique - ce qui n’enlève pourtant pas l’espoir d’entrevoir une issue étonnante - mais s’enlise dans un marasme redondant, soporifique et dénué d’intérêt. Il ne faut cependant pas retirer à ce film sa seule qualité : la bande originale. Si un titre ne fait pas une BO complète, la mélodie qui accompagne le spectateur du début à la fin n’a pas fini de trotter dans les têtes parmi les plus grands airs de l’histoire du cinéma. A l’image du maître d’école qui laisse gracieusement quelques points à la copie d’un cancre pour l’encre gaspillée, la musique évite in-extremis le zéro pointé.
    Louis Privat
    Louis Privat

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 23 novembre 2011
    Sans doute le meilleur film de toute l'histoire du cinéma, par son image douce et pénétrante, ses dialogues épurés et toute cette splendeur émotionnelle, esthétique, incomparable. 2046 n'est pas décevant du tout non plus à côté de ce Chef-dœuvre du 7° art !
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 694 critiques

    1,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    "In the mood for love" a été, d'un point de vue personnel, une grosse déception. Tout d'abord, c'est un film qui est censé faire passer des émotions et je dois avouer que je n'ai rien ressenti, ce qui pose déjà un problème ! Ensuite, je trouve très dommage que Wong-Kar-Wai, apparemment très doué pour l'image, n'ait pas construit son oeuvre entièrement autour de cela : il s'est à mon avis, du moins pendant la première partie, embarqué dans certains dialogues inutiles car s'inscrivant dans la banalité et pas du tout percutants. Au lieu de faire passer les sentiments de ses personnages par de simples regards ou lueurs, il leur fait dire des choses sans intérêt. Pour illustrer mes propos, j'ai envie de citer Sergio Leone, qui disait, "qu'aujourd'hui, quand on revoyait "le désert rouge", on ne pouvait s'empêcher de rire malgré toutes les qualités, car les dialogues étaient d'une affligeante banalité. Et on ne peut pas justifier cela en disant que la vie, c'est quelque chose de banal. C'est bien trop léger comme explication". C'est tout à fait ce que j'ai ressenti ici. Je sais, on va me répliquer que cela ne dure que le temps de l'exposition, et qu'après, tout s'envole. Mais non. La deuxième partie, même si elle est beaucoup plus visuelle, sombre dans un faux rythme et dans une répétition certaine de l'utilisation des ralentis. Autant cela pouvait s'appliquer pour la musique (splendide, c'est le gros point positif), autant c'est impossible pour l'ésthétique visuelle car cela témoigne d'un cruel manque d'imagination. Pour finir, il y a certaines séquences fantasmées où on ne sait pas bien ce qui se passe, car plusieures interprétations peuvent être données. Mais était-il nécessaire de montrer explicitement ces dernières ? Je pense que comme tout cela fait partie d'un inconscient, la suggestion aurait été plus appropriée. En fait, cela m'aurait sûrement bien plus intéressé si on s'était rapproché du muet en exprimant tout par l'image, les regards, et les non-dits.
    ml-menke
    ml-menke

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 551 critiques

    4,5
    Publiée le 19 octobre 2011
    Wong Kar Wai nous ensorcelle avec sa culture chinoise. Fait de poésie ce drame nous touche profondément et nous fait vivre un beau moment !
    gooneur
    gooneur

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 737 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2019
    Film d'une beauté à couper le souffle! Un poil surestimé certes, à cause notamment d'une fin médiocre qui gâche quelque peu l'impression générale. Mais quand même, cette invraisemblable succession de plans virtuoses mérite largement le détour!!
    hamasiblan
    hamasiblan

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 449 critiques

    5,0
    Publiée le 17 octobre 2007
    Film spécial, très meme. Mais W.K.Wai est un génie de la caméra, et il nous film des séquences sublimes.
    Et Quel musique !!!
    Acteurs extraordinaires.
    Du grand art
    jroux86
    jroux86

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 31 critiques

    5,0
    Publiée le 3 avril 2021
    Une mise en scène hypersophistiquée qui fait de Hong Kong une prison dorée pour ces deux cœurs délaissés. L’usage qui est fait du surcadrage (notamment dans les appartements, grouillants et étriqués) ou la présence fréquente d’amorces d’un obstacle entre le spectateur et les acteurs (tels que des barreaux de fenêtres ou des vitres poussiéreuses, auxquelles la citation finale fait référence) soulignent avec infiniment de grâce l’enfermement des personnages, dans l’impossibilité de s’aimer à l’intérieur de ce cadre rétréci ou brouillé. Même chose à l’extérieur, les ruelles y sont toujours trop étroites (même si c’est pour mieux s’y rencontrer et s’y frôler) et quand elles ne le sont pas, la pluie diluvienne oblige à s’abriter sous de minuscules préaux carrés. Une prison. Hong-Kong est une prison pour ces deux amoureux transis. Et comme toute prison, elle a ses geôliers : voisins, voisines et commérages sont toujours là pour veiller à ce que l’amour ne puisse pas s’exprimer. Des geôliers dont l’uniforme serait ces chatoyantes qipaos, magnifiques robes à la mode à Shanghai dans les années 30.
    Puis, lorsque le carton "fin" apparaît, à l’instar de cet inoubliable couple livré à son sort, jouant et rejouant le jeu de la séduction ou de la scène (de ménage), c’est à notre tour d’être abandonnés. Tristes, il nous faut quitter cette œuvre riche de tant de beauté, chef d'œuvre de son réalisateur. L’émotion reste vivace longtemps après le visionnage : voilà un film qu’on souhaiterait ne jamais voir se terminer…
    Shake(speare)
    Shake(speare)

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 14 critiques

    0,5
    Publiée le 26 août 2012
    J'ai vu ce film et je me suis mortellement ennuyé, du début jusqu'à la fin. Il est surjoué par certains et mal joué par tous, avec des dialogues d'une stupidité rare : "Où avez-vous acheté votre cravate ?" "C'est ma femme qui me les achète, quand elle va à l'étranger. Où avez-vous acheté votre sac à main ?" "C'est mon mari qui me les achète quand il va à l'étranger."
    Une BO aussi ennuyeuse que le film, de A à Z. J'ai rarement vu pire !
    Søren Kjærgaard
    Søren Kjærgaard

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 45 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juillet 2010
    Un film d'une pudeur, d'un raffinement esthétique et sentimental, d'une acuité boulversante. Tony Leung est exceptionnel dans son rôle et maîtrise totalement sa performance. Il mérite largement le prix qu'on lui a décerné à Cannes. Maggie Cheung qui, si elle n'est pas vraiment séduisante, reste cependant fidèle à la volonté du film dans sa recherche de la pureté sentimentale. Au final, si la trame pourrait être facilement assimilé au mélodrame moyen, il s'agit bel et bien d'une description concise et charmante d'un amour platonique qui ne pourra jamais naître. Il m'a été impossible de rester insensible aux infortunes de ce timide amoureux. Véritablement beau.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 641 critiques

    5,0
    Publiée le 18 mai 2020
    La mise en scène et la photo de ce film valent à elles seules le titre de chef-d'oeuvre. L'histoire est touchante, tendre, nostalgique, intimiste, d'un romantisme rare. Les deux protagonistes sont élégants et leurs regards en disent long. La bande originale est sublime, et colle parfaitement à l'atmosphère du film. Une oeuvre contemplative et ça vaut qu'on s'y attarde.
    Scorcm83
    Scorcm83

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 508 critiques

    2,5
    Publiée le 16 novembre 2014
    Je déteste mettre une note si basse à un film avec autant de potentiel. Les acteurs sont charismatiques, la musique est très belle, la photo parfaite, mais qu'est-ce que c'est soporifique... Je n'ai absolument rien contre les films lents, Let The Right One In par exemple était d'une lenteur extrême mais on en ressortait chamboulé par cette histoire d'amour toute en subtilité et finesse. Ici, on est dans le non-dit, le suggéré. Ça marche pour la première moitié, mais au bout d'une heure la redondance de la mise en scène et du scénario commence à ennuyer sévèrement. C'est vraiment dommage, je m'attendais vraiment à aimer ce film, j'ai pourtant apprécié le jeu de déstabilisation du spectateur avec les personnages rejouant les scènes de leur époux et épouse respectifs, mais je trouve que ça ne fonctionne pas dans la durée, malgré sa petite heure et demi. Au final, le film reste à voir pour son esthétisme, mais il n'est clairement pas le film troublant et émotionnel qu'on m'a survendu. Peut-être que le prochain Wong Kar Wai que je visionnerai sera le bon !
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 1943 abonnés Lire ses 4 730 critiques

    5,0
    Publiée le 8 février 2010
    Vraiment un très beau film. Wong Kar-wai pousse l'esthétisme dans ses retranchements tant au niveau de l'image que du son et de l'interprétation. Rien n'est laissé au hasard dans ce bijou, qu'il s'agisse de l'écrin ou du joyau lui-même. D'une justesse remarquable, le récit s'attache à développer une non-histoire d'amour entre deux "cocus". Tous les deux à la fois intrigués et choqués de se découvrir trompés, M. Chow et Mme Chan vont affronter cette épreuve ensemble sans jamais tomber dans les travers de leur moitié. Débute alors un délicat jeu de dupes. Un entraînement qui consiste à préparer l'autre pour qu'il crève l'abcès dans son couple. En choisissant de ne jamais montrer les fautifs, le cinéaste se focalise sur les victimes et donne l'occasion à Tony Leung et Maggie Cheung de briller comme jamais. On reproche souvent à ce film qu'il ne s'y passe rien. Probablement une question de sensibilité à la beauté. Car quoi de plus beau et de plus poignant que cette scène où Mme Chan, sachant pertinemment que son mari se trouve avec sa maîtresse dans l'appartement voisin, frappe à la porte avec une excuse bidon, et face à sa "doublure" perd tout courage et les yeux désespérément fixes et brillants ne peut que se laisser congédier par sa rivale. Une chose est sûre, les histoires d'amour au cinéma auront bien du mal à se démarquer du film de Wong Kar-wai, qui pour le coup a mis la barre très très haut.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top