Notez des films
Mon AlloCiné
    Au cœur du monde
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Au cœur du monde" et de son tournage !

    Naissance du projet

    Le fait de faire un film se déroulant à Contagem (dans la périphérie populaire de la sixième ville du Brésil, Belo Horizonte) est directement lié à la rencontre de Maurilio Martins avec Gabriel Martins au Centro Universitário UNA de Belo Horizonte en 2006 (où ils étudiaient avec tous les deux grâce à une bourse). Le premier confie :

    "Nous nous sommes immédiatement reconnus comme deux personnes qui viennent de la périphérie et qui se retrouvaient à l’université. De 2006 à 2010, Gabriel et moi sommes souvent revenus en bus de l’université, en parlant de filmer le quartier, les personnes, de notre goût des histoires, des personnages, en parlant beaucoup de cinéma. Il ne s’agissait pas d’un désir pragmatique de filmer Contagem mais d’une question affective. C’est le lieu où nous vivions déjà à l’époque, mais c’est aussi parce que nos trajets prenaient beaucoup de temps. Comme nous mettions près d’une heure et demie à revenir à la maison en bus, cela nous permettait de parler de beaucoup de choses. En 2010, Gabriel avait un scénario et nous devions réaliser un projet de fin d’études pour l’université. A ce moment-là, nous étions très marqués par le cinéma d’Apichatpong Weerasethakul. L’ironie veut que ce soit suite à nos discussions sur la manière dont il filmait la Thaïlande et ses proches que nous avons décidé de réaliser Contagem (court-métrage, 2010) ensemble."

    Contagem et Belo Horizonte

    Contagem et Belo Horizonte sont deux villes voisines de la région de Minas Gerais, entre Brasilia et Rio de Janeiro. Servant d’abord d’escale pour le transport de marchandises à l’époque coloniale, cette région reste un haut lieu des flux commerciaux mais devient peu à peu un des plus grands pôles industriels et miniers du pays. Fruit d’un fort exode rural ayant commencé dès le début du XXème siècle et regroupant une population à grande majorité pauvre et noire, Belo Horizonte, la capitale de l’État, est aujourd’hui la quatrième ville du Brésil et compte 2,5 millions d’habitants, sa proche banlieue, Contagem en compte 608 000.

    Lieux familiers

    Gabriel Martins et Maurilio Martins sont tous les deux originaires du lieu où se déroule et où a été tourné Au cœur du monde. Le second précise : "Ici, c’est mon coeur du monde. Je suis né dans cette maison. J’ai vécu dans d’autres lieux mais j’y reviens toujours. Mon principal désir a toujours été d’en sortir. Ce qui me fait regarder ce lieu comme cinéaste tient du fait d’avoir voulu partir et de l’avoir fait. J’ai été immigrant à Lisbonne, j’ai travaillé dans la construction civile. Quand je suis revenu, je voulais faire des choses ici. Nous avons étudié le cinéma à l’université, nous lisons beaucoup, nous sommes obsédés par le cinéma et la littérature. Mais plus je connais de choses extérieures, plus j’ai envie de tourner ici. Pour moi, c’est très symbolique que mon premier long métrage soit Au coeur du monde et qu’il s’agisse d’une synthèse exacte de mes pensées. Tout ce qui nous intéressait dans le cinéma mondial, nous avons voulu l’exprimer à la porte de chez nous, littéralement. Contagem ne doit pas être qu’un lieu d’inspiration mais aussi une source inépuisable de motivation."

    Côté bande originale

    La bande sonore de Au cœur du monde est composée de couches multiples, bruits urbains de déplacement, présences humaines et autres musiques du voisinage. La vie du quartier accompagne directement les scènes tournées en décors naturels. Maurilio Martins explique au sujet du travail sur la bande originale du film :

    "Depuis le début du projet de Au coeur du monde, nous voulions faire une cartographie sonore du film. Nous avons réalisé le tournage en plein silence alors que nos quartiers sont très bruyants. Près de chez moi, par exemple, il y a une église où l’on chante beaucoup en français et créole. Pendant le temps du film, il y avait aussi une église évangélique brésilienne en activité. Le jukebox du bar fonctionnait très fort, ce qui est commun dans les quartiers populaires. Nous travaillions en parallèle avec un ingénieur du son pour ne pas perdre la richesse sonore : il allait dans les bus, pleins et vides, dans les écoles, dans les bars, les églises, les rues… Pendant cinq semaines, il a collecté ces sons partout où cela nous importait. À la fin nous avons fait le montage son à Porto Alegre, avec Tiago Bello et Marcos Lopes, qui ont déjà travaillé sur Nada (2017) et Temporada (2018). Je leur ai donné une cartographie sur Google Maps avec les sons des films selon la localisation des actions et ce qu’ils impliquaient, en ajoutant des détails comme l’endroit où le bus passait avec davantage d’intensité, etc. Ils comprenaient donc très précisément où se passaient les actions et ils ont recomposé très exactement la bande sonore telle que nous la percevions."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Soul (2020)
    • Minuit dans l'univers (2020)
    • Tenet (2020)
    • Avatar 2 (2022)
    • Songbird (2021)
    • Wonder Woman 1984 (2020)
    • 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance (2017)
    • xXx (2002)
    • Mourir peut attendre (2021)
    • After - Chapitre 2 (2020)
    • Ready Player One (2018)
    • L'incroyable histoire de l'Île de la Rose (2020)
    • L'Oubli que nous serons (2020)
    • Robin des Bois (2018)
    • Sans identité (2011)
    • Pieces of a Woman (2021)
    • Orgueil et préjugés (2005)
    • Santa & Cie (2017)
    • Brooklyn Affairs (2019)
    • Drunk (2020)
    Back to Top