Notez des films
Mon AlloCiné
    Conte d'hiver
    note moyenne
    3,6
    225 notes dont 24 critiques
    répartition des 24 critiques par note
    1 critique
    11 critiques
    6 critiques
    3 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Conte d'hiver ?

    24 critiques spectateurs

    Typi35
    Typi35

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 483 critiques

    4,5
    Publiée le 25 juillet 2014
    Je m'étais arrêté sur "Rayon Vert" et "le Genou de Claire" chez Rohmer et avait du mal à lancer un nouveau Rohmer, CONTE D'HIVER ne m'a pas fait regretter mon choix. Un genre de personnage comme on n'en voit pas dans le cinéma, qui à elle seule en vaut la peine.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    1,0
    Publiée le 24 décembre 2011
    Quand le génie créateur d'Eric Rohmer tombe en hibernation, on obtient ça. De très loin, le pire des quatre contes. Les recettes sont pourtant les mêmes : une qualité de l'image qui n'est pas sans rappeler les séries allemandes des années 70, une absence de musique, l'accent mis sur les dialogues, un entremêlement de relations amoureuses, un jeu d'acteur quelque peu hasardeux. Seulement, cette marque de fabrique rohmérienne trouve ses limites dans "Conte d'hiver". On se fait clairement chier. Au cours de ce long chemin de croix, l'extrait de la pièce éponyme de Shakespeare constitue le summum de l'ennui. Il s'agit certes de justifier le titre du film, mais ce trop long extrait met du coup en exergue la vacuité du film. En outre, jamais une histoire rohmérienne ne m'a semblé si peu crédible. Pas uniquement à cause de la piètre performance d'acteurs. Charlotte Véry, par exemple, semble réciter son texte sans réellement le comprendre et encore moins le vivre. L'invraisemblance du scénario contribue aussi pour beaucoup à cette impression de gros fake. En témoignent les dix dernières minutes, sorte de voyage au pays des bisounours, en tout cas véritable claque donnée au réalisme dont le film se drapait jusqu'ici. En somme, un échec, mais qui ne fait que mettre en valeur le reste de l'excellente production léguée par Eric Rohmer.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 2 677 critiques

    3,0
    Publiée le 21 janvier 2014
    Deuxième film de la série "Contes des quatre saisons". Etude hivernale pleine d’esprit sur les espoirs que l’on croit inutiles et les amours perdus. Brillant. C’est en visionnant Conte d’hiver de Shakespeare que Rhomer a eu l’idée de faire la série des contes.
    labellejardinière
    labellejardinière

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 265 critiques

    1,0
    Publiée le 9 juin 2015
    Ce 2e d'une série de 4 (évidemment), "Conte" saisonnier, est plus un conte de Noël fadasse qu'une méditation shakespearienne (en dépit de la filiation plaquée dans le récit avec l'oeuvre du grand auteur), ou un "conte moral" ! spoiler: Comment Félicie retrouvera son seul amour (d'été), dans un bus RATP, après les fêtes de fin d'année.... Félicie est une coiffeuse inculte, mais pétillante d'intelligence. Qui philosophe, sans le vouloir (ni le savoir - mais Loïc, un soupirant d'attente, est là pour le souligner). Rohmer ne réalise pas là son opus le plus convaincant ! C'est très mal joué (le pire, c'est la gamine), mal construit, mal fini.... Ne restent que quelques instants de grâce intellectuelle (certains dialogues), mais que l'on s'étonne de devoir à de tels protagonistes....
    Louis Morel
    Louis Morel

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 850 critiques

    4,0
    Publiée le 22 septembre 2013
    La poésie Rohmérienne une fois de plus à son apogée...
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 269 abonnés Lire ses 3 553 critiques

    3,0
    Publiée le 6 juin 2019
    Le postulat du début n’est pas à la hauteur de la suite. C’est ma petite déception. On démarre sur du romantisme pur. Même du nu chez Rohmer! Puis on passe tout le film à intellectualiser les relations amoureuses. Les hommes sont plus émus que la femme
    halou
    halou

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 1 529 critiques

    3,0
    Publiée le 31 août 2012
    La même continuité dans les contes des 4 saisons. Toujours aussi bien mis en scène avec simplicité et légèreté ne cachant en rien l'aspect tragique des grandes indécisions. Le tout arrive à toucher doucement le spectateur, la grande force de Rohmer.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juillet 2011
    D'une grande beauté et d'un charme incontestable, un Rhomer inspiré et touchant.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 278 abonnés Lire ses 1 080 critiques

    2,5
    Publiée le 14 janvier 2017
    Mwai encore un peu déçu par Rohmer, enfin le film dépeint assez bien le caractère vicieux et capricieux d’une femme dans sa frustration de l’idéal, de ses désirs éteints, j’ai aussi beaucoup aimé la séquence de dialogue dans la voiture lorsqu’elle revient bouleversée du théâtre, dont la phrase "vivre avec l’espoir c’est une vie qui en vaut bien d’autres", le fait de combler l’âme même dans l’échec, c’est très juste et ça permet en quelque sorte de synthétiser parfaitement la condition d’un amour déchu. Après le reste ne m’a pas autant convaincu, loin de là, en lisant le synopsis je pensais avoir affaire à une sorte de portrait initiatique et très dramatique, voire fataliste, de l’irrécupérable … mais alors cette fin … bref.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1688 abonnés Lire ses 3 756 critiques

    3,0
    Publiée le 25 février 2012
    Cela fait fort longtemps que je n'avais pas été déçu par Rohmer, et pourtant là ce fut le cas. Si j'adore le début, cette romance passionnelle dont on voit quelques bribes, sans dialogue c'est franchement beau, et puis on comprend la bourde du personnage principal, pas foutu de savoir donner son adresse correctement. Si j'apprécie le film pour ses dialogues, les situations, les personnages, les idées développées, ça ne m'a pas forcément touché, bien que la fin soit assez belle, ça n'a pas la saveur de Conte d'été (par exemple pour rester dans les contes des quatre saisons). En fait le marivaudage m'a semblé moins beau, moins émouvant, moins intéressant que dans d'autres films du réalisateur et je le déplore fortement. Après le film possède aussi quelques lenteurs, par exemple la scène au théâtre, je trouve qu'elle casse trop le rythme du film, même si elle reste intéressante (et ça me donne envie de m'intéresser à cette pièce), ça fait trop césure dans le film. Après on a des thèmes Rohmériens classiques : la fille qui ne sait pas ce qu'elle veut, mais attention nouveauté cette fois : c'est en hiver. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais un peu peur de ce film avant de le voir parce que justement je trouve que Rohmer excelle dans l'été, dans le thème des vacances frivoles qui ne finissent que trop vite, et je l'adore pour ça. Là je ne sais pas, il n'y a pas cette liberté liée à la saison chaude, et ça m'a manqué, aussi on sentait très peu que les personnages sont en pleines vacances de Noël, c'est dit plusieurs fois, mais ça me semble un peu artificiel comme "décor", enfin je n'y ai pas forcément cru. Bref c'est un film tout à fait correct, que j'apprécie, mais je n'ai pas été subjugué comme j'aurai aimé/adoré l'être. Mais cette déception ne m'empêchera pas de regarder les deux autres contes que je n'ai toujours pas vu, mais j'en attendais un peu plus sur ce thème de l'amour perdu, mais comme récemment en voyant Before Sunrise/Sunset, je n'ai pas senti le thème comme il aurait dû se faire sentir, voir comme Rohmer l'avait déjà fait sentir dans d'autres de ses films. Tant pis. Mais film très agréable tout de même.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 425 critiques

    2,5
    Publiée le 21 juin 2019
    Attention, cette critique dévoile des éléments essentiels de l'intrigue. L'ouverture de "Conte d'hiver" fait croire à un film tragique, à l'histoire d'une jeune femme qui perd de vue un homme qu'elle a aimé durant un été – et qui lui a fait un enfant – et qui doit vivre avec ce souvenir durant toute sa vie. Mais Félicie, qui aime Loïc et Maxence, garde l'espoir de retrouver Charles qu'elle leur préfère; elle se dit même prête à vivre seule en se persuadant qu'elle le reverra un jour. Le problème du film n'est à la rigueur même pas de contredire ses premières scènes mais de constamment préparer et justifier sa fin optimiste à laquelle il est particulièrement difficile de croire. Rohmer ne semble intéressé que par les retrouvailles finales, une impression motivée par le caractère programmatique du scénario (Félicie quitte Loïc pour s'installer avec Maxence, elle quitte ensuite Maxence qu'elle dit ne pas assez aimer : la piste est donc libre pour Charles, lui aussi célibataire) et pourrait se défendre en faisant prévaloir l'idée du conte. Mais reste que la précision des dialogues, reflet d'affects complexes, qui va dans le sens d'une approche réaliste est pulvérisée dans un final qui aurait pu être crédible et bouleversant si Rohmer avait lui-même un peu plus cru en ses personnages et une abstraction plus homogénéisée. Après cinq ans de séparation, tout se finit bien, Félicie et Charles se rencontrant "par hasard" (rires) dans un bus à Paris (cette ville est si petite) et peuvent tout naturellement commencer une vie de couple dans la foulée : sans rien enlever à une direction d'acteurs inspirée et à certaines répliques savoureuses, la fin de "Conte d'hiver" et la façon dont elle est lourdement préparée reste en travers de la gorge.
    Jonathan M
    Jonathan M

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 339 critiques

    4,0
    Publiée le 18 avril 2016
    Le sentiment amoureux analysé à la perfection. Intelligence ultime et mise en abîme, Félicie aussi. Charlotte Véry vogue entre ses trois mats, remplis de bonne volonté, non discutable, et d'un appétit débordant d'amour. Mais ce qu'elle cherche, c'est autre chose. Femme très normée, ses sentiments convergent vers un seul apollon. Il lui a donné l'enfant et la vie, elle le retrouve subitement dans son bus quotidien. Cette rencontre finale aurait pu être absurde, mais tout le travail narratif de Rohmer en aval rend cet instant poétique.
    histoprof
    histoprof

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 327 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2008
    ce film est d'une richesse incomparable, rarement on aura filmé la fragilité du destin avec une telle force. Vive émotion à la fin de la projection.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 318 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    3,0
    Publiée le 10 octobre 2010
    Loin de moi l'idée de critiquer l'oeuvre de Rohmer ,c'est sans doute ce qui restera de mieux comme témoignages d'une certaine société française des années 1950-2000. Mais sur ce forum,il est question aussi de donner ses goûts et il n'est pas toujours facile de voir les personnages de Rohmer à travers l'image qu'il en donne .Aussi il faut excuser ma sévérité sur l'héroïne que je trouve absolument détestable. C'est une vraie catastrophe , à fuir absolument,d'un égoïsme ravageur elle prend tout ce qu'elle peut sans rien offrir aux hommes qu'elle ne voit que lorsque elle a besoin d'eux. De plus, je la trouve peu plausible,coiffeuse ne donnant aucune importance à son métier ,inculte et fier de l'être ,elle accumule les questions et ne comprends jamais rien aux réponses que lui donne sa maman et deux messieurs.C'est l'anti-héroïne par excellence portant tous les défauts qu'une seule femme ne peut avoir en totalité. De plus ces problèmes quotidiens ,je les connais par coeur et je ne vais pas au cinéma pour cela. Dotée d'une idée fixe illusoire,il faudra vraiment un conte et le talent du cinéaste pour que je sorte de la salle des larmes aux yeux. Le début du film est un superbe roman photo muet mais ce qui suit est indigeste au possible jusqu'au moment où arrive la pièce de Shakespeare .Là, touchée par une sorte de grâce venant de son passé,elle va acquérir un peu de douceur aidé en cela par un homme absolument merveilleux. Pour moi le film bascule alors et le cinéma reprend ses droits, mais une fois de plus, c'est un homme qui la sauvera car ''conne à lier'' c'est elle qui l'avait dit,elle fuyait encore à cause cette fois de la jalousie,défaut que Rohmer lui avait épargné jusque là. La petite fille privée d'Amour en trouvera pourtant pour verser quelques larmes... Le cinéma de Rohmer étant ce qu'il est,je préfère dans ces conditions passer deux heures avec Camus ou Comte-Sponville et regarder du pur cinéma comme « Une chambre en ville » par exemple. Bien entendu  « les contes d'hiver restent un beau film » mais j'aime mieux Rohmer ailleurs dans ses courts métrages (Nadja à Paris)ou dans quatre aventures de Reinette et Mirabelle.
    Jean-françois Passé
    Jean-françois Passé

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 231 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2013
    e et fini en Bretagne , en apparence , avec un intermède de recherche, d'errance , d'hésitations amoureuses en région parisienne , le tout orchestré de main de maître par l 'intelligence et la finesse de Rohmer . Un pur régal d'authenticité et de merveilleux à la fois .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top