Notez des films
Mon AlloCiné
    Deux hommes dans Manhattan
    note moyenne
    3,3
    87 notes dont 18 critiques
    répartition des 18 critiques par note
    0 critique
    7 critiques
    4 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Deux hommes dans Manhattan ?

    18 critiques spectateurs

    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 450 critiques

    3,0
    Publiée le 14 janvier 2014
    On connait l'amour de Melville pour les films noirs d'outre atlantique. Dans "deux hommes dans manhattan" Melville va directement filmer à la source de ses influences. Le temps d'une nuit, deux hommes, un journaliste et un photographe aussi cynique qu'alcoolique vont parcourir les rues de Manhattan à la recherche d'un délégué français de l'ONU, fraîchement disparu. L'occasion pour nous de nous délecter de l’ambiance poisseuses des bars, maison close et music-hall new-yorkais, le tout accompagné d'un saxophone fiévreux. Bref, tous les éléments du bon film noir sur réuni. Et encore, c'est sans compter sur la mystérieuse voiture qui suit inlassablement les deux journalistes. On imagine déjà de sombres histoires de magouilles et de complots politiques. Une affaires bien crade, avec du chantage, des femmes et du trafic d'influence. C'est sans doute pour cela que j'ai été extrêmement déçu par le dénouement qui coupe court à toute mes théories (qui auraient été bien meilleur que cette fin bâclé). Notons également que c'est Jean-Pierre Melville qui joue le rôle principal. Et le constat qui s'impose, c'est que Melville n'a ni la charisme de Belmondo, ni le jeu de Delon. Et encore moins la classe naturelle d'Humphrey Bogart. Melville ne nous convainc ni pas son jeu d'acteur, ni par sa réalisation qui reste relativement sommaire. Et filmer New-York la nuit, c'est bien, mais en noir et blanc, les plans d'extérieurs sont presque tout noir. J'attendais beaucoup de l'association New-York / Melville et je dois dire que j'ai été un peu déçu. A défaut d'être un chef-d'oeuvre, "Deux hommes dans Manhattan" est au mieux un bon petit film noir.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1863 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mars 2010
    Virée nocturne d'un journaliste et d'un photographe de presse dans New-York, le film de Jean-Pierre Melville est un très bel hommage à la "Grosse Pomme". Le réalisateur-producteur-scénariste-dialoguiste et même acteur du film réussit à créer une atmosphère envoutante grâce à un très beau noir et blanc. Jean-Pierre Melville, bien que très critique envers son interprétation plus tard, s'en sort très bien dans un des deux rôles principaux tout comme son partenaire Pierre Grasset. L'intrigue policière est elle aussi excellente et elle permet au réalisateur par cet intermédiaire de critiquer la presse à sensations. Une curiosité méconnue à voir absolument.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 125 abonnés Lire ses 2 729 critiques

    2,0
    Publiée le 11 juin 2018
    Un film dur à cerner tant il est singulier. D'abord Melville se retrouve devant la caméra, pourquoi pas. Ensuite l'histoire se tient à N-Y, le temps d'une nuit, où deux hommes en cherchent un troisième. Jusque là ça va, l'ennui c'est qu'à aucun moment leur enquête ne nous intéresse. Le spectateur est baladé d'un lieu à l'autre et s’ennuie assez vite.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5848 abonnés Lire ses 10 608 critiques

    4,0
    Publiée le 20 janvier 2009
    Reconnu comme un des pères de la Nouvelle Vague, Jean-Pierre Melville en utilise ici les mèthodes, tournant avec une èquipe rèduite et des acteurs peu expèrimentès,dont lui même en journaliste français!"Deux hommes dans Manhattan" est traité comme un documentaire ou l'on parcourt Manhattan en tous sens et ou le cinèaste s’attarde avec talent sur les scènes de rues!Sans jamais nègliger le suspense,il s'attache surtout à dresser un fascinant portrait de New York!La morale de l'histoire selon Melville c'est que personne n'est parfaitement bon ou mèchant!Chacun est les deux à la fois!Un grand film et une vision très sombre de Manhattan plus poètique que rèaliste ou la photographie de Nicolas Hayer, sans recherche trop apparente, fait merveille...
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    1,0
    Publiée le 11 avril 2007
    Certes Jean-Pierre Melville réalise ici son film le plus américain (le contraire eût été étonnant), Ginger Hall est plus belle que jamais, Pierre Grasset s'en tire à merveille dans son rôle de reporter photographe alcoolique, mais le film manque cruellement de maîtrise. A force de vouloir rendre hommage à ses grands frères américains, à épouser leur style, Melville perd ici tous ses moyens. On est bien loin ici des meilleurs films noirs made in USA, du Dahlia Noir ou de Quand la ville dort de Huston, et plus loin encore des meilleurs polars français, du sublissime "Riffifi chez les hommes" par exemple... Si loin que Melville réalise sans nul doute ici son plus mauvais film. En campant ce journaliste engoncé dans son costume de bourgeois de province propulsé en plein coeur de New York, Melville frise le pathétique. Il joue mal, parle mal, bouge mal, et, au final, gâche 1H24 de pellicule. A ses côtés, Pierre Grasset fait tout ce qu'il peut pour sauver le film de la noyade. Sans succès. D'autant que Melville, hypnotisé sans doute par les sirènes de New York, a oublié son scénario dans son avion. Accumulant mauvais cliché sur mauvais cliché (la quête des trois femmes vaut son pesant d'or en matière de stupidité), Melville, qui voulait là, paraît-il mettre en lumière la médiocrité des hommes, s'y perd le premier sans espoir de rémission. A oublier au plus vite.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 3 637 critiques

    3,5
    Publiée le 23 juillet 2015
    Si le jazz était un film, il serait celui-là. Le jazz de fin de nuit, plutôt blues, tendre et suave. Comme ce film, qui est dans sa première partie une balade dans Manhattan, ambiance décontractée et qui s'attache dans la seconde partie à l'enquête, très stylisée, avec des éclairages sophistiqués, ambiance film noir, tension, et cadavre. L'ensemble est un bel objet cinématographique avec en plus une réflexion sur l'éthique journalistique pas inintéressante.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    2,0
    Publiée le 3 mai 2013
    Après Bob le flambeur et juste avant Léon Morin, prêtre, Melville nous donne là son dernier « film d’auteur » au sens propre du terme. L’échec - relatif mais flagrant - de ce polar en demi-teinte va le contraindre à se tourner ensuite vers d’autres horizons en revenant à des adaptations de romans (il s’y était déjà essayé avec Le Silence de la mer et Les Enfants terribles) et surtout en engageant des grands noms du cinéma pour interpréter ses personnages (Belmondo, Montand, Ventura…) Ici, c’est lui-même qui se charge d’interpréter le héros (avec une certaine balourdise, il faut bien le reconnaître), journaliste en traque d’un délégué français de l’ONU mystérieusement disparu. La nuit new-yorkaise est remplie de clichés, la fin est d’abord semble-t-il convenue puis rebondit à la toute dernière seconde dans un effet d’absurde inexpliqué et inexplicable. Même si la mise en scène de Melville est toujours aussi virtuose et remplie de « cinéma », le film est en grande partie raté donc, mais il est courageux et même pathétique à certains moments. Ce film est à voir pour imaginer, s'il avait été réussi, ce qu’aurait pu être la carrière postérieure de Melville.
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 617 critiques

    4,5
    Publiée le 30 décembre 2014
    Plus qu'un véritable récit, Deux hommes dans Manhattan est avant tout un hommage au film noir américain. Dans un style filmique rappelant à la fois celui de ce genre et celui de la Nouvelle vague française naissante (les sorties du Beau Serge et des Quatre cents coups précèdent de quelques mois celle de ce film), Jean-Pierre Melville utilise son histoire essentiellement pour faire partager son amour de New York et de ses nuits. Bien que son intrigue soit plus un prétexte qu'autre chose, Melville arrive à passionner le spectateur et à tout de même faire réfléchir autour de la liberté de la presse et de son duel entre le respect de la vérité et celui des victimes. Moins sophistiqué et plus spontané que les films de la fin de carrière de son réalisateur (Le Samouraï, Le Cercle rouge...), Deux hommes dans Manhattan est un film où on sent à chaque plan l'amour du réalisateur (ici également acteur) pour son sujet.
    NomdeZeus
    NomdeZeus

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 044 critiques

    2,0
    Publiée le 18 décembre 2014
    En 1959, Jean-Pierre Melville décide de rendre hommage aux films qui ont forgés son amour du cinéma en allant tourner directement aux États-Unis. L'amour du réalisateur pour New York déborde littéralement de la pellicule, l'ambiance sonore est en tout point remarquable et certains thèmes fétiches du cinéaste sont développés: fascination pour l'Amérique, monde de la nuit, exaltation de la vertu... Néanmoins, de nombreux défauts viennent plomber ce film: l'intrigue est mollassonne, les acteurs sont médiocres (à commencer par Melville lui même) et la mise en scène est peu marquante. Bref, Deux Hommes Dans Manhattan est une œuvre sympathique malgré ses maladresses mais qui arrive trop tard dans la filmographie de Melville pour être complètement excusée.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 472 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,0
    Publiée le 15 avril 2016
    Dès l'introduction jazzy, Jean-Pierre Melville nous plonge dans les rues sombres de New York où l'on va peu à peu se mettre, avec deux journalistes, à rechercher un diplomate français de l'ONU qui a disparu. Suite à cette merveille d'ouverture, Deux Hommes dans Manhattan nous immerge dès les premières secondes au coeur de cette enquête où Melville va d'abord poser une ambiance plutôt envoutante et mystérieuse. Il va directement à l'essentiel, sans détours inutiles, nous emmenant dans la jungle New-yorkaise et pose les bases de l'enquête avec la disparition, puis l'investigation confié à ce journaliste sûr de lui qui va vouloir imposer ses méthodes. Alors, c'est aussi à partir de là que Deux Hommes dans Manhattan perd un peu son ambiance voire même légèrement de son intérêt par moments. Melville fait preuve de quelques bonnes idées mais peine à réellement rendre cette enquête captivante, s'attardant parfois trop sur certains points inutiles, ne mettant pas la tension qu'il faut. Il ne retranscrit pas réellement, ou du moins complètement, l'ambiguïté de cette affaire où il nous entraine entre bars, music-hall, maison close ou autres rues poisseuses et sombres, à l'image, par exemple, du final qui laisse clairement sur la faim. Néanmoins, si Deux Hommes dans Manhattan n'est pas un grand film, ça n'en reste pas moins un petit film noir plutôt sympathique où Melville se donne le rôle d'un journaliste intéressant qui va naviguer dans cette affaire de chantage, femme et manipulation. Il se montre sobre devant et derrière la caméra, livrant quelques scènes vraiment bien foutues, sublimées par un fond musical jazzy et dynamique adéquat. Il capte plutôt bien ce New-York nocturne et inquiétant, sublimée par une belle photographie en noir et blanc ainsi qu'une certaine science du détail et du cadrage. Quelque temps après l'excellent et l'abouti Bob le Flambeur, Jean-Pierre Melville nous emmène à New-York pour y suivre une enquête où manipulation, rues poisseuses, music-hall ou encore journalisme seront au rendez-vous. Parfois un peu maladroit et pas vraiment abouti, ça n'en reste pas moins un film noir plutôt sympathique et bien ficelé.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 2 566 critiques

    2,5
    Publiée le 22 avril 2009
    Honnête polar avec 2 hommes - sorte de "buddy-movie" - que tout oppose en apparence & dont les données principales seront retournées, inversées: les vues de N-Y-C sont simplement spectaculaires même si l'ensemble peut prendre l'aspect d'un reportage dans le Manhattan chic.
    kinophil
    kinophil

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 262 critiques

    2,5
    Publiée le 4 juin 2012
    Ce film est pour Melville un prétexte à visiter New York et à nous montrer sa fascination pour l’Amérique, ses voitures, ses grattes ciel, l’ambiance des rues, des salles de spectacle, des studios d’enregistrement et des bars à jazz, dans une approche quasi documentaire. Tout cela dans son style visuel impeccable : noir et blanc remarquable, qualité des cadrages, stylisme impeccable… Mais l’exercice de style tourne en rond de manière un peu systématique par manque d’un scénario vraiment consistant.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    3,0
    Publiée le 3 février 2013
    Un des premiers Melville. Film d'enquête dans la ville de new-York, la nuit. NY est très photogénique et Melville use et abuse de séquences en Noir et Blanc, des rues, et des quartiers. Le thème : deux journalistes dont un photographe recherchent un diplomate français qui a disparu. Celui-est mort d'une crise cardiaque chez une call-girl. Le photographe veut vendre les clichés du mort. Le film vaut surtout par sa réalisation à recherche stylistique dans les extérieurs surtout. Le rythme est lent et on s'attache aux rapports humains entre les deux hommes. Nombreuses références à la culture américaine (cinéma, jazz etc.) Se laisse voir sans déplaisir, mais aussi sans exaltation. (Présence de nombreux défaut, d'éclairage surtout, pour un film qui se veut réaliste)
    TheDarkKnight74
    TheDarkKnight74

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 194 critiques

    4,0
    Publiée le 28 août 2013
    Deux hommes dans Manhattan pourrait tout aussi bien s'intituler "Drame français en Amérique", tant Melville y confronte esthétiquement nos deux cultures. Filmant les rues de New York avec virtuosité, en noir et blanc magnifique, il nous livre un film extrêmement visuel où l'intérêt majeur se situe dans les détails de l'image, et plus précisément du cadre. On voit très souvent les deux journaliste observer des scènes de rue new-yorkaise à travers un cadre quelconque, leur conférant un air d'image, de tableau observateur mais surtout muet. La France en Amérique s'émerveille et regarde surtout, sans prendre part aux réjouissances que brosse Melville avec tant de délicatesse. Cet environnement de bar, de jazz (forte musique à l'appui), de cabaret et de théâtre, ressemble à Paris mais l'on considèrera toujours cela comme quelque chose d'étranger. Et pour preuve : l'histoire même du film, enquête journalistique typiquement française à laquelle va se mêler les vices américains, plus particulièrement la question d'argent, le rêve de démesure, l'envie de fuser vers le sommet. Mais Melville qui incarne lui-même l'un des deux hommes en proies à ces défis implicites, bonne et vieille figure française traditionnelle, se contente de rester dans les rangs, se permettant juste un petit doute vite (ou pas d'ailleurs) oublié. Et finalement, la puissance graphique de Manhattan qui les encercle n'altère pas non plus le comportement de Moreau, le plus jeune et le plus tenté. Un film que l'on considère presque à tort comme mineur dans la filmographie de Melville, tant il s'impose en tant que prélude stylistique à ce qui va caractériser plus tard sa mise en scène et son univers.
    bendelette
    bendelette

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 162 critiques

    4,5
    Publiée le 31 décembre 2018
    Une histoire toute simple qui foisonnent d'idées sur le politique,le journalisme,film qui n'a pas pris une ride et voir New York de 1958 est un grand plus.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top