Mon compte
    Les Amants sacrifiés
    note moyenne
    3,3
    593 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Les Amants sacrifiés ?

    48 critiques spectateurs

    5
    4 critiques
    4
    10 critiques
    3
    15 critiques
    2
    13 critiques
    1
    3 critiques
    0
    3 critiques
    SUZY AND MEE
    SUZY AND MEE

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 91 critiques

    3,5
    Publiée le 18 décembre 2021
    Film à la fois grâcieux et maladroit ! Certes on est loin du sarcastique Lust caution, certes la première heure est un peu longuette mais les deux acteurs sont pleins de charme et la passion naïve que voue la jeune femme à son mari se suit avec plaisir !
    Boby 53
    Boby 53

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 138 critiques

    3,5
    Publiée le 17 décembre 2021
    Un peu déroutant, une atmosphère très " d'époque", une interprétation au cordeau, une mise en scène précise: on est finalement pris ds cette spirale à double (triple?) tour. Dommage que l'épilogue inutile et redondant vienne gâcher le plaisir!
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 699 abonnés Lire ses 2 606 critiques

    2,5
    Publiée le 17 décembre 2021
    Un scénario de Ryusuke Hamaguchi, le réalisateur de "Drive my car", ce film qui a obtenu un très grand succès, ce que, personnellement, je n'ai pas réussi à comprendre. Une réalisation de Kiyoshi Kurosawa, un spécialiste de l'étrange, du fantastique ("Kaïro", "Shokuzai", ...). Le premier a été l'élève du second. Le résultat : un film réalisé pour la télévision et qui a obtenu le Lion d'argent à la Mostra de Venise en 2020. Un film qui mélange histoire du Japon au moment de la 2ème guerre mondiale et histoire sentimentale. Un film dont le début est plein de promesses mais qui, petit à petit, glisse vers l'ennui du fait d'un scénario de plus en plus alambiqué et d'une absence totale d'émotion transmise par les comédiens.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 1 110 critiques

    4,0
    Publiée le 16 décembre 2021
    On retiendra de ce film une image magnifique, une esthétique classique mais exceptionnelle par la clarté et l'enchaînement des plans, un jeu des acteurs finement élaboré au service d'un scénario complexe mais toujours cohérent. Le spectateur passe son temps à tricoter puis à détricoter l'histoire qu'il croit avoir comprise. La fin elle-même laisse ouvertes plusieurs interprétations, ce qui fait la richesse de cette construction sophistiquée qui mêle histoire d'amour et affaire d'espionnage au cœur d'un Japon belliqueux et impérialiste. Du très bon cinéma !
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 3 246 abonnés Lire ses 5 493 critiques

    3,0
    Publiée le 15 décembre 2021
    Si le thème est passionnant et assez rarement traité au cinéma on est maheureusement déçu par un scénario qui ne tient pas beaucoup la route. D'abord, on se demande comment et pourquoi Yusaku et Fumio ont-il pu voir ces crimes aussi facilement ?! Ensuite, le pire est la "dénonciation" de Satoko/Aoi, qui s'avère aussi stupide qu'inutile ?! Ainsi le début manque de crédibilité, tandis que la "dénonciation" qui se devait d'être le twist du film, est complètement incompréhensible. Par là même, la direction d'acteur est décevante, surtout Satako jouée par Yu Aoi qui est une femme qui paraît immature, réagissant comme un capricieuse ou une ado énamourée qui s'amuse à jouer à l'espionne alors même que ni l'époque ni les faits ne poussent à la fantaisie. La dernière partie est alors un peu fouilli, on se dit aussi tout ça pour ça, et les cartons finaux donnent un goût amer, une fin bâclée. Kiyoshi Kurosawa aura rarement autant déçu malgré un potentiel et un sujet riche et dense.
    Site : Selenie
    PL06
    PL06

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 68 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2021
    Un film qui puise à différents genres : le film historique, le film d’espionnage, le drame sentimental. Avec beaucoup de retenue dans les trois registres. Le montage est bien fait, avec des cuts fréquents dans le temps et l’espace, permettant des rebondissements auxquels on ne s’attend pas vraiment ! Les images sont belles, extrêmement travaillées avec des lumières sombres vertes et ocres, des contrastes doux, une sobriété élégante et très japonaise… La musique assez présente pour contribuer à la tension notamment. Jeu d’acteur tout en retenue des deux principaux protagonistes. Tout cela explique ce prix de la mise en scène à Venise.

    Intéressant tout d’abord pour l’évocation historique du Japon impérialiste de cette époque, avec un regard acerbe sur le nationalisme (à l’intérieur) et sur les exactions commises à l’étranger.

    Il faut quelques minutes d’adaptation pour entrer dans le film et ses personnages. Un peu difficile à suivre au début… c’est normal, tout s’explique par la suite !

    Le film explore la notion de traitrise (en politique) dans cette époque si troublée ; la fidélité bousculée par un monde tragique. Ces personnalités fortes, à la fois sensibles et machiavéliques vont se bousculer l’une et l’autre par des non-dits (et parfois par le mensonge). Ils finissent par se comprendre sur le sens des actes qu’ils posent... Ce qui n’empêche pas une finale amère… Est-ce bien ou mal ? Au spectateur de se positionner… que pensez-vous des lanceurs d’alerte, au fait ?
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 568 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2021
    Les Amants sacrifiés marque la collaboration entre Kiyoshi Kurusawa des inquiétants Kaoro et Cure, Vers l’autre rive, et des deux Shokusai, tout aussi inquiétant et de Ryusuke Hamaguchi, réalisateur de la fresque Senses ou Asako …et dernièrement Drive my car, prix du Scénario au Festival de Cannes 2021. Jusqu’à présent c’est un cinéma que j’ai moyennement aimé à part Shokusai… « Les Amants sacrifiés » a obtenu le Lion d’Argent de la Meilleure Mise en scène au Festival de Venise 2020. C’est la première fois que Kiyoshi Kurosawa se lance dans le film historique…avec en arrière-plan, l’invasion de la Mandchourie par l’armée japonaise du Guandong. L’intrigue du film est tortueuse, inextricable….les manipulateurs seront à leur tour manipulés et les manipulés , manipulateurs….Nous sommes à Kobe en 1941…Ysaku et sa femme Satoko vivent en couple moderne et aisé, Ysaku étant un négociant international de soie grège de Kobe …le couple est loin de la tension grandissante entre le Japon et l’Occident…Mais lors d’un voyage en Mandchourie avec son neveu Taiji, il est confronté aux exactions de l’armée de son pays, et notamment la guerre bactériologique que les japonais mènent contre la population mandchoue, en particulier, des agissements de l’unité 731, une unité de recherche bactériologique qui, sous le couvert de prévention des épidémies, inoculait des maladies comme le typhus, la peste ou le choléra à des Chinois et fit plusieurs centaines de milliers de victimes.…Quand il revient son attitude parait étrange à sa femme, mais aussi aux autorités notamment le chef de la police qui est un ami du couple et plus spécifiquement ancien soupirant de la jeune femme… Que cache Ysaku, jusqu’où Satoko est-elle prête à aller pour le savoir ? Son mari est-il un espion ? Son voyage en Mandchourie cache-t-il une histoire d’amour avec cette mystérieuse Hiroko Kusakabe que Isaku et son neveu ont ramenée avec eux….Sakoto reste étrangère à l’époque troublée qui s’annonce et souhaite avant tout se battre pour son bonheur….Ysaku est plus tourmenté, cosmopolite dans l’âme et tourné vers l’occident, il ne peut accepter cette ferveur nationaliste montante…et s’il aime Satoko, il souhaite agir pour les valeurs qu’il défend autant que pour son bonheur…conflit entre trahison politique et lien conjugal, entre l’histoire en marche et les sentiments les plus secrets…mais leurs retrouvailles amoureuses se feront autour d’une mission digne d’un roman d’espionnage…Comment faire sortir du pays les documents ramenés de Mandchourie pour alerter l’opinion internationale et provoquer l’entrée en guerre du bloc occidental contre le Japon ? Le couple Fukuhara élabore un plan complexe dont le spectateur sait – recul historique oblige – qu’il est forcément voué à l’échec. Reste le fond de l’histoire, sujet tabou et peu documenté dans un pays qui n’aime pas revenir sur son passé, et si Hamaguchi et Kurosawa ont pris quelques libertés avec l’Histoire, qu’importe…Il y a du Hitchcock chez Kurosawa…Une référence !!!
    Hervé L
    Hervé L

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 453 critiques

    3,0
    Publiée le 14 décembre 2021
    Un film élégant de bos acteurs une intrigue intéressante à mi chemin entre le drame et le film d'espionnage
    Isabel I.
    Isabel I.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 243 critiques

    3,5
    Publiée le 14 décembre 2021
    Le titre serait il trompeur ? La traduction est elle fautive ou volontaire ?  le titre initial en japonais signifié "l'épouse de l'espion".
    Mais plus qu'un film d'amour ! On est happé dans un thriller, un film d'espionnage,  historique,  politique, engagé. C'est une critique du Japon des années 40 qui porte la responsabilité  d'une  guerre bactériologique qualifiée de crime contre l'humanité.
    Construit de manière linéaire l'histoire s'installe doucement mais sans longueurs.
    Je découvre et j'apprends les circonstances dramatiques de ces événements historiques en Mandchourie, longtemps cachés et  niés par le Japon. La propagande de l'époque  montrait une toute autre facette du pays.
    Les images ont une réelle qualité photographique que ce soit en intérieur ou en extérieur. La reconstitution des années 40, tant au niveau des décors et costumes, est très étudiés .
    Sur le plan sentimental, j'aime l'ambiguïté qu'il plane sur la relation dans ce couple. LUI toujours réfléchi, maître de ses actes. ELLE dont la personnalité évolue progressivement : de l'épouse  éprise, bien gentille, voire infantile à la femme mature et  follement amoureuse, dénuée de scrupules, manipulatrice peut-être ?  Qui se joue l'un  de l'autre ?  De qui doit-on se méfier?
    Ou bien, somme toute, sont-ils des "amants sacrifiés".
    Emmajdb
    Emmajdb

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    0,5
    Publiée le 14 décembre 2021
    Au départ un sujet en or : en 1940, la découverte fortuite par un négociant japonais en voyage en Mandchourie, occupée par le Japon, des horreurs perpétrées par l'unité 731 de l'armée impériale et la volonté de ce négociant de faire passer aux Américains les preuves de ces crimes de guerre. A l'arrivée un ratage complet donnant l'impression que Kurozawa se debarassait vite faite de son film, qui sera pourtant primé à Venise. Ce qui ne va pas : la greffe inopportune d'une histoire sentimentale (entre un mari et sa femme !) complètement desservie par l'inexpressivite des deux acteurs principaux. A aucun moment une véritable émotion ne se dégage de ce scénario plein de promesses. La mise en scène est bâclée, tout comme la musique et la photographie.. S'agissant d'un film historique, les quelques décors de carton pâte font sourire (la faute à un budget contraint ?) avec comme apothéose le bombardement de Kobe (ok, on nous donne à comprendre que c'est juste symbolique,), les costumes des militaires semblent sortir d'un magasin d'accessoires de théâtre de seconde zone, etc.. etc..Bref une grosse déception compte tenu de certaines critiques louangeuses !
    Dois-Je Le voir ?
    Dois-Je Le voir ?

    Suivre son activité 208 abonnés Lire ses 1 469 critiques

    2,5
    Publiée le 14 décembre 2021
    Kobe, 1941. Yusaku et sa femme Satoko vivent comme un couple moderne et épanoui, loin de la tension grandissante entre le Japon et l’Occident. Mais après un voyage en Mandchourie, Yusaku commence à agir étrangement… Au point d’attirer les soupçons de sa femme et des autorités. Que leur cache-t-il ? Et jusqu'où Satoko est-elle prête à aller pour le savoir ?

    C’est une réalisation de Kiyoshi Kurosawa. Il a écrit le scénario avec Ryusuke Hamaguchi qui a signé cette année le sublime Drive My Car, et Tadashi Nohara. Les Amants sacrifiés a obtenu le Lion d’Argent de la Meilleure Mise en scène au Festival de Venise 2020.

    J’en attendais largement mieux de ce drame Japonais que j’ai trouvé moyen.



    En effet, c’est donc une grosse déception que ce film. J’en avais fait une de mes priorités de la semaine mais malheureusement je suis tombé de haut. Alors je n’irai pas jusqu’à dire qu’il est mauvais mais je n’ai pas accroché. Peut-être à cause de son côté historique, mais je n’ai pas ressenti la magie que j’éprouve habituellement devant une œuvre nipponne. La romance n’est à mes yeux pas du tout poétique, elle est même un peu fade. Après, cela arrive tout de même à se maintenir à flot car ce n’est pas ennuyant et qu’on veut tout de même savoir ce qui va arriver à ce couple.



    De plus, l’histoire est un peu bancale autour de ce fameux secret que je ne vais pas dévoiler au risque de vous spoil. Tout ce que je peux dire, c’est que sur le papier l’idée n’est pas mauvaise, voire même réaliste pour l’époque de la Seconde Guerre mondiale, mais dans les faits l’application pèche un peu. J’avais du mal à y croire. Pourtant, j’étais un peu happé par cela car découvrir ce qui s’est passé en Mandchourie procure un certain suspense. Par contre, on va nous sortir des retournements de situation un peu forcé qui m’a fait perdre goût au récit. Je ne sentais pas de fluidité.



    Se déroulant en 1941, nous sommes plus dans une période de soupçons et de terreur qu’autre chose au Japon. Le pouvoir était sévère et à la recherche de potentiel traitre. C’est donc logiquement que l’élégance Japonaise de notre époque ne va pas se retrouver. Pour autant, en termes d’ambiance, je n’ai pas voyagé historiquement. Les événements se passent avant Pear Harbor donc il n’y avait pas les incessants bombardements Américains. Cependant, on était en plein dans la guerre sino-japonaise, mais cela n’a pas l’air d’affecter beaucoup la population. J’aurai pensé donc ressentir plus de pression malgré deux ou trois scènes un peu plus dures qui ressortent et dont j’ai justement apprécié l’apport. En plus, j’ai été impacté négativement par la musique extrêmement lourde. Ça m’agaçait même sur la fin. Le rendu de l’image n’est pas fou mais l’explication est technique. Le réalisateur a été obligé de tournée en 8K alors que ce n’était pas du tout adapté à ce qu’il voulait. Les images ont dû être retouchées en post-prod afin d’atténuer le rendu d’une telle résolution.



    Le plus problématique à mes yeux est la prestation de Yû Aoi. L’actrice Japonaise surjoue beaucoup trop. Elle est pénible à voir. À la fin je voulais seulement qu’il lui arrive malheur pour ne pas avoir à la revoir. Quant à Issey Takahashi qui joue son mari, il n’est pas mauvais pour autant il est un peu quelconque. Alors que ce couple est censé nous transporter, il pénalise plus qu’autre chose. En revanche, Masahiro Higashide, malgré son rôle secondaire, va apporter quelque chose d’intéressant.
    Antoine
    Antoine

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 22 critiques

    2,5
    Publiée le 13 décembre 2021
    Décevant quand on considère la moyenne des notes attribuées.
    Très lent, très bavard souvent pour ne rien dire. Intrigue qui met longtemps à s'enclencher, fin qui tombe à plat.
    Regine C.C
    Regine C.C

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 88 critiques

    4,0
    Publiée le 16 décembre 2021
    On pourrait penser qu'il s'agit d'un film historique sur les atrocités commises par les japonais au pays du levant joliment mis en scène. Il ne s'agit que du décor. Pour moi, le véritable sujet du film est la folie amoureuse d'une femme pour son mari. Une femme, prête à endosser tous les rôles tant que cela lui permet de tisser sa toile autour de son mari, un mari dont elle voudrait qu'il ne fasse plus qu'un avec elle.
    Quand elle décide d'éliminer son neveu qu'elle dénonce à la police et cela sans aucun état d'âme alors que son mari n'est absolument pas menacé, le malaise s'installe.
    On comprend qu'il y a quelque chose qui cloche. Le mari semble jouer son jeu.La vie reprend comme si de rien n'était. Mais la suite du film et surtout la fin, nous laisse à penser qu'il n'était pas si dupe que ça.
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 448 critiques

    3,5
    Publiée le 13 décembre 2021
    Si le film ne ressemble pas a priori à l'univers de K. Kurosawa, et si sa première demi-heure pourra paraître académique, le récit devient en fait très vite prenant. Distillant une atmosphère à la fois romanesque et d'espionnage, le long métrage se révèle somme toute captivant, bien servi par l'interprétation de la délicate Yû Aoi.
    dan47
    dan47

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 35 critiques

    3,5
    Publiée le 12 décembre 2021
    je ne suis pas fan des films asiatiques mais là ça m'a épatée de voir des acteurs si bien jouer l'ambiguïté. le scénario est tellement bien fait et tellement bien réalisé qu'on aurait eu envie qu'il dure plus longtemps. quelle tristesse et quel malheur de vivre des horreurs pareilles sous un régime totalitarisme.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top