Mon compte
    Tout ce que le ciel permet
    note moyenne
    4,2
    311 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Tout ce que le ciel permet ?

    48 critiques spectateurs

    5
    14 critiques
    4
    22 critiques
    3
    9 critiques
    2
    3 critiques
    1
    0 critique
    0
    0 critique
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 409 abonnés Lire ses 1 501 critiques

    4,5
    Publiée le 19 août 2017
    Film déchirant, d'une violence morale insoutenable, "Tout ce que le ciel permet" évite l'écueil de l'illustration et donc de la condamnation superficielle pour se centrer pleinement sur les personnages, leurs désirs et leurs contraintes. La complexité que trouve Sirk tient à unir deux personnages qui s'aiment mais qui ne partagent pas le même rapport aux autres. Si Cary Scott imagine pouvoir se marier avec Ron Kirby, c'est seulement pour convertir le pépiniériste à une société huppée dont il ignore et méprise tous les codes; mais le dîner censé l'introduire tourne court, tant l'invité est moqué par les amis de Cary, déjà lors de l'arrivée du couple en voiture – à ce propos, on note la finesse de Sirk de filmer la voiture comme une preuve essentielle d'appartenance sociale. Au contraire, Kirby ne se soucie jamais du jugement de ses connaissances car les apparences n'ont aucune importance dans le monde qu'il côtoie. Si le frottement de ces deux univers inconciliables porte le film sur le terrain de la critique, l'histoire d'amour et l'incertitude du couple lui donne toute sa puissance émotionnelle. Ce qui bouleverse, c'est de voir les moments de tendresse comme ceux de reproche exprimés dans leur littéralité absolue, de même que la tension de Cary avec ses enfants est dépourvue de sous-entendus. Chez Sirk, on ne cache pas ses sentiments, on les partage malgré le poids de la société et la souffrance des proches pour, si le ciel le permet, connaître l'issue la plus heureuse qui soit.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 407 critiques

    5,0
    Publiée le 7 septembre 2011
    Le chef-d'oeuvre de Douglas Sirk. Un sommet du mélodrame, avec des personnages une fois de plus défiant leur destinée et les conventions morales, se mettant à dos famille, amis et la société entière. Sirk nage dans l'exagération et le lyrisme, mais avec infiniment plus de subtilité que dans Mirage de la vie. Il compose un tableau baigné d'une splendide lumière crépusculaire, déchirant et envoutant, de deux êtres séparés par les valeurs américaines figées. Jane Wyman et Rock Hudson donnent vie à ces personnages sirkiens, pathétiques mais forts, résistants à un fatalisme facile.
    cinono1
    cinono1

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 766 critiques

    4,0
    Publiée le 14 janvier 2010
    lDouglas Sirk est un peu au mélo ce qu' Hitchcock est au suspense. Ses mélodrames sont des roses pleines de beauté et d'épines. Romanesque, élégance porté par un Technicolor flambloyant et partition musicale n'empechent pas un constat amer sur une société écrasé par les conventions et les apparences. Jane Wyman, par son regard si expressif emporte le morceau et Rock Hudson en homme sincère et solide comme un arbre est très bien aussi. ce film est un plaisir désuet par la rigueur morale qui accompagne les personnages et qui n'a plus spécialement cours aujourd'hui.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 491 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mars 2019
    J'ai pris un certain plaisir à revoir ce long métrage de Douglas Sirk qui possède une photographie en Technicolor magnifique, ainsi qu'une histoire particulièrement romantique. De plus, l'interprétation de l'ensemble du casting est vraiment très bonne, mention spéciale d'ailleurs à Jane Wyman qui s'avère bien attachante dans le rôle d'une riche veuve. Il s'agit donc d'un mélodrame qui se regarde avec beaucoup d'intérêt et qui s'impose comme l'une des plus belles oeuvres chez ce réalisateur.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 459 abonnés Lire ses 4 138 critiques

    5,0
    Publiée le 2 février 2015
    Sublime mélodrame. Quel maître incroyable. Tout est réussi et l'émotion entre les amants est très fortement ressentie par les spectateurs. Quelle belle histoire poignante. C'est extraordinaire
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 180 abonnés Lire ses 3 879 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2018
    Je suis un peu partagé sur ce film car j'ai adoré jusqu'au dernier quart d'heure on va dire, qui lui m'a laissé assez dubitatif. Déjà visuellement le film est juste sublime (et encore je l'ai vu dans une qualité sur Mubi qui était loin d'être optimale), ces décors automnales avec cette perpétuelle lueur de coucher de soleil qui vient réchauffer les cœurs alors que l'on voit déjà les premiers signes du froid arriver.
    Le jeu sur les couleurs, bien que classique fonctionne à merveille ici. Froid et bleu lorsque les personnages sont sur le point de se séparer, avoir de revirer à un rouge vivifiant lorsque l'orage et le tourmente sont passés. Disons que durant tout le début du film c'est un film dans lequel il ferait bon vivre et on ne peut plus réjouissant.
    Je crois que c'est la photographie qui apporte le plus de chaleur que j'ai pu voir depuis Winter Sleep.
    Par contre j'avoue avoir du mal avec la structure du film. Tout était là pour faire un drame fort et poignant, le film avait plusieurs occasions de s'arrêter et jamais il ne les saisit et termine sur ce final qui me semble sorti de nulle part, voire même détruisant toute la construction tragique qu'il y avait dans les minutes précédentes.
    Parce que franchement voir dès le début la fille annoncer à la mère que les femmes en Égypte étaient emmurées avec leur mari comme une de leur possession et donc faire une promesse au spectateur que c'est ce que risque le personnage principal... puis la voir se faire visuellement enfermer dans le cadre de la télévision qui est là pour lui tenir compagnie et qu'elle ne se sente plus jamais seule, malgré le départ de ses enfants pour lesquels elle a tout sacrifié, c'est d'une puissance évocatrice rare et d'une violence absolue.
    Ce qui suit me semble inutile, inintéressant... pire, là juste pour que la fin soit plus acceptable...
    La fin me donne le sentiment d'être bricolée... artificielle, là où tout le reste du film était d'une immense justesse, notamment avec un duo d'acteur absolument parfait pour lequel on sentait une réelle alchimie.
    J'ai donc passé un excellent moment, mais je suis vraiment partagé sur la fin qui n'est pas aussi satisfaisante qu'elle aurait pu l'être et pas aussi tragique qu'elle aurait pu l'être également...
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 679 critiques

    5,0
    Publiée le 8 juillet 2019
    Un chef d'oeuvre du mélodrame datant de 1955 signé Douglas Sirk !! Troisième long métrage que je visionne de ce cinéaste talentueux et "Tout ce que le ciel permet" est tout ce que j'aime a voir souvent au cinéma, des plans somptueux qui vont des décors superbes de cette petite ville qui donne envie d'y vivre d'Automne en Hiver (surtout la maison de Rock Hudson), des lumières qui jouent en couleurs de l'époque magnifiques et une histoire d'amour entre une veuve qui a deux enfants et un jardinier paysagiste plus jeune qu'elle mais moins riche ce qui posera un problème pour la famille, pour l'héritage de la maison familiale et des enfants qui y voient un inconvénient pour la relation de leur mère et leurs avenirs, il faut faire un choix, pas facile ? Je me suis régalé devant ce film qui donne envie de le voir plusieurs fois et découvrir le reste de la filmographie de Douglas Sirk. Les deux interprètes principaux Rock Hudson et Jane Wyman sont superbes. Magnifique.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 501 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mars 2018
    C'est une belle romance dans une Amérique divisée entre la haute société et les petites gens. L'histoire se situe dans une petite ville située dans l'Etat de New York, là ou les tradition n'ont pas des lustres. Une affaire de oui dire et de on dit, des commérages de femmes membres d'une société faussement idéale.
    platinoch
    platinoch

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 132 critiques

    4,0
    Publiée le 20 mai 2016
    « Tout ce que le ciel permet » est une sorte d’instantanée dans l’Amérique idéale des années 50 : une petite ville bourgeoise de banlieue, avec ses allées pavillonnaires propres et élégantes et son église. Et surtout sa population de parfaits WASP friqués, tous modèles de moralité et de vertu. Dans ce décor de carte postale, Sirk imagine une situation incongrue et immorale pour l’époque : une jeune veuve entre deux âges tombe amoureuse de son jardinier, plus jeune qu’elle et de condition sociale inférieure. Avec une étonnante acuité, le réalisateur confronte ainsi l’Amérique puritaine et réactionnaire et l’Amérique libérale et progressiste, annonçant avec près d’une décennie d’avance les mutations sociales à venir (marches des droits civiques et mouvements hippies). Une nouvelle fois, Douglas Sirk se sert du mélodrame pour dénoncer l’hypocrisie d’une « bonne » société dont le moralisme et la bien-pensance ne constituent qu’une façade (à l’image du mari d’une des amies de l’héroïne, qui n’hésite pas lui arracher un baiser et qui se mêlera plus tard à la foule des effarouchés), la communauté s’apparentant au final à une prison dorée étouffante, ne permettant pas l’épanouissement personnel hors de ses propres normes. L’héroïne, pourtant femme sage à la conduite irréprochable, devra ainsi faire face aux rumeurs, aux cancans, et, pire encore, au chantage affectif de ses proches, qui feront tout pour la ramener dans le droit chemin de leur conformisme social. C’est dans son dernier quart d’heure que le film trouvera toute sa puissance, l’héroïne voyant le reflet de sa solitude à venir dans l’écran d’un téléviseur que ses enfants lui offrent en guise de compagnie, plutôt que de tolérer un beau-père socialement inacceptable pour eux. La référence du titre est ainsi un pied-de-nez à cette société que Sirk brocarde : c’est justement « Tout ce que le ciel permet », à savoir l’amour et l’épanouissement personnel, qui est rejeté tel un péché par la foule des moralistes. Encore une fois, un très grand Sirk.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1 668 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,5
    Publiée le 30 avril 2016
    "Tout ce que le ciel permet", réalisé par le grand maître du mélodrame Douglas Sirk, nous raconte l'histoire de Cary Scott, une veuve qui vit dans une agréable banlieue américaine. Désormais seule, elle se réjouit quand ses deux enfants passent la voir à la maison tandis qu'elle évite du mieux qu'elle peut tous les cocktails mondains organisés dans son quartier, cocktails remplis de gens vains et méprisants qui ne vivent que pour les ragots. Et question ragots, ils vont être servis. En effet, Cary tombe peu à peu sous le charme de Ron, son beau jardinier de quinze ans son cadet. Alors qu'elle vit un amour qu'elle n'espérait plus, elle se rend compte que personne, pas même ses enfants, ne voit d'un bon œil cette relation qui fait jaser. Mélo par excellence, ayant inspiré des variations par Rainer Werner Fassbinder ("Tous les autres s'appellent Ali") et par Todd Haynes ("Loin du Paradis"), "Tout ce que le ciel permet" confirme l'aptitude de Sirk de pointer du doigt les travers d'une société américaine figée, incapable d'accepter l'amour d'une femme pour un homme plus jeune alors qu'elle n'a aucun mal à accepter le mariage d'une jeune femme avec homme beaucoup plus âgé. C'est sur une bourgeoisie complaisante et méprisable que se penche le film, dénonçant avec vigueur le regard des autres qui devrait dicter la conduite d'un individu. Douglas Sirk reste cependant optimiste et le message qu'il tâche de faire passer est clair : il ne sert à rien de rester passif devant la vie (métaphore représentée par la télévision que tout le monde semble vouloir s'acharner à offrir à Cary) mais il faut la croquer à pleine dents, quitte à ce que notre univers se retrouve bousculé. Pour cela, Sirk utilise tout ce qu'il a sous la main en commençant par Russell Metty, son directeur de la photographie. Les couleurs du film, baignant dans des atmosphères automnales et hivernales, sont magnifiques, venant souligner les sentiments ressentis par les personnages. Le couple formé par Jane Wyman et Rock Hudson y est également pour beaucoup. Pas étonnant que Hudson, véritable sex-symbol à l'époque, fasse chavirer le cœur de Cary, découvrant à ses côtés un nouveau mode de vie, éloigné de la bourgeoisie matérialiste. Et puis surtout il y a Jane Wyman. L'actrice est absolument impeccable dans son rôle de femme découvrant l'amour (qu'elle n'a sûrement jamais connu avant, mariée à 17 ans à un business-man typique des années 50) et en proie à ses doutes assénés par tous ses proches. Bien qu'un peu trop classique (bizarrement "Loin du Paradis" est plus réussi), "Tout ce que le ciel permet" n'en est pas moins un modèle absolu du genre, portrait d'une femme brisant les conventions pour vivre sa vie filmé dans des couleurs somptueuses. Il aurait peut-être fallu que le film dure un peu plus longtemps pour mieux développer le lien unissant Cary et Ron. Mais qu'importe, les beaux sentiments sont là et Sirk les exprime à merveille.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 181 abonnés Lire ses 2 882 critiques

    4,5
    Publiée le 11 décembre 2017
    Belle histoire d'amour, d'un couple faisant face au préjugés et aux convenances de l'époque dans cette Amérique conservatrice. Le mélo sauce bourgeoisie des années 50, le charme du technicolor et des acteurs et actrices font de ce film un classique du Cinéma.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 2 350 critiques

    3,5
    Publiée le 14 août 2021
    Un mélodrame réalisé avec élégance par l’un des plus grands artisans du genre. Une histoire que j’ai suivi avec plaisir même si l’ensemble est un peu trop appuyé à mon goût.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 837 abonnés Lire ses 2 615 critiques

    3,0
    Publiée le 4 juin 2019
    Carey Scott (Jane Wyman) est une jeune veuve que l'héritage confortable de son mari tient à l'abri du besoin. Ses deux enfants ont quitté la maison familiale pour poursuivre leurs études à New York : Ned fait du droit, Kay des sciences humaines.
    La petite ville cossue de Nouvelle-Angleterre où Carey habite est volontiers portée aux ragots. Elle pousse Carey à se remarier avec un veuf qui lui ressemble. Mais le cœur de Carey va s'enflammer pour Ron Kirby, son jardinier, qui vit dans la campagne sans se mêler des affaires des hommes. Leur couple se heurte vite à la réprobation générale.

    Ce film tourné en 1955 met en scène une héroïne très moderne. Cette cougar avant l'heure défie les conventions de la société pour l'amour d'un homme plus jeune qu'elle, issu d'une autre classe sociale. Il y a quelque chose de "L'Amant de Lady Chatterley", l'érotisme en moins, dans "Tout ce que le ciel permet".
    L'effet en est un peu édulcoré par le choix de Rock Hudson pour interpréter le rôle du séduisant jardinier. Séduisant, Rock Hudson l'est assurément. Mais il est trop vieux pour le rôle - ou Jane Wyman trop jeune pour le sien. Et le spectateur aujourd'hui connaît son orientation sexuelle qui rend les baisers échangés moins crédibles.

    "Tout ce que le ciel permet" est un des films les plus connus de Douglas Sirk, le réalisateur de "Écrit sur du vent" et "Le Temps d'aimer et le Temps de mourir". On y retrouve les principales caractéristiques de ses grands mélodrames : la dénonciation du conformisme et de la bienpensance, un romantisme assumé - qui lui font parfois dangereusement tangenter le roman-photo - des couleurs chaudes, saturées, la symbolique des décors (escaliers, fenêtres)...

    À sa sortie, "Tout ce que le ciel permet" avait fait un flop. Puis Douglas Sirk a été redécouvert. Aujourd'hui, ses films produisent un effet ambigu : ils sont si démodés qu'ils en deviennent intemporels.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 6 mars 2019
    Dans un décor rayonnant, l’univers de la mise en scène est radieux, ces acteurs jouent à merveille leurs rôles, toute façade parfaite contienne une contrariété. Un amour en douceur, avec délicatesse que tout oppose, l’âge les séparent et les enfants adultes universitaires aussi en mémoire fidèle à leur père subitement disparu, l’impossible dans cet idéal fondé socialement, le veuvage en est son symbole. Surmonter des obstacles dans les rapports relationnels au sein de son entourage, famille et ami hostile à l’union anticonformiste. Il manque plus qu’une touche mélancolique de maladie romantique pour être sublimée par la grâce. Les retrouvailles hivernales enneigées après tracas survient l’accident sans voix et bruit si loin pour se faire entendre du bonheur, une tournure dramatique qui prend son ampleur. L’inquiétude pour le jeune grand légume vert du jardin amoureux, plus de peur que de mal au réveil doux mielleux par l’amoureuse entreprenante mûre comme le fruit.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    5,0
    Publiée le 8 septembre 2009
    Très certainement le meilleur film de Douglas Sirk. Tant pour sa mise en scène, certes académique, mais plutôt bien léchée, que pour son scénario, brillant, osé pour l'époque, inventif et surprenant. Une œuvre magnifique dans son intensité mélodramatique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top