Mon compte
    Reality
    Note moyenne
    3,6
    2086 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Reality ?

    163 critiques spectateurs

    5
    10 critiques
    4
    59 critiques
    3
    63 critiques
    2
    26 critiques
    1
    2 critiques
    0
    3 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Sami
    Sami

    4 abonnés 68 critiques Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 6 septembre 2023
    Plus qu'un film c'est un télé-film, un docu fiction, très américain.

    Ce film est prétentieux, il se veut partisan (anti-trump).

    C'est un fait divers très mineur.
    Benoit (BENZINEMAG / HOP BLOG)
    Benoit (BENZINEMAG / HOP BLOG)

    11 abonnés 95 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 6 septembre 2023
    Il ne vaut mieux rien savoir de ce film avant d’entrer dans la salle pour garder le suspense au maximum. Ce qui était mon cas.
    Car dès les premières minutes du film s’installe un sentiment de malaise, de mystère entre les protagonistes : une jeune femme nommée Reality et une équipe du FBI qui vient l’interroger gentiment dans sa maison. Très vite, on comprend qu’il s’agit d’un film tiré de faits réels, dont les dialogues sont basés sur des enregistrements sonores réalisés par des agents du FBI.

    Ainsi, la tension va monter crescendo dans un film en quasi huis-clos, avec presque uniquement trois personnages à l’écran. Malgré ce dispositif minimaliste assez osé, le film fonctionne à merveille, nous tient en haleine durant 1h20. On se met rapidement dans la peau de cette jeune femme qui travaille pour la NSA, et dont on comprend assez vite qu’elle est accusée de quelque chose de très grave.

    Quasiment en temps réel, on suit l’interrogatoire mené avec énormément de diplomatie par les agents du FBI face à une Reality formidablement incarné par l’actrice Sydney Sweeney, déjà épatante dans Euphoria et The White Lotus.

    Dans un style quasi documentaire, le film met le spectateur au centre de cet interrogatoire terriblement anxiogène, à l’opposé de ce qu’on peut voir habituellement dans les films américains, qui va nous permettre de comprendre la faute qu’a pu commettre cette jeune femme aux airs si innocents.

    Je suis ressorti de ce film épaté par la mise en scène de la réalisatrice Tina Satter qui nous montre de manière implacable que les autorités américaines ne badinent pas avec celles et ceux qui agissent contre leur pays, d’une manière ou d’une autre.
    Un film qui a donc le mérite aussi de mettre en lumière, la personnalité de Reality Winner, victime d’un état toujours aussi paranoïaque.

    https://www.hop-blog.fr/reality-de-tina-satter-saisissant/
    Wienna
    Wienna

    74 abonnés 32 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 23 août 2023
    Par une mise en scène énigmatique et une tension grimpante, Reality s’empare de notre attention, happe notre concentration et nous introduit dans un huis-clos où le mystère nous sert de guide.

    Sydney Sweeney impressionne par son jeu d’une précision incisive et coriace.
    Gaelle Bonhomme
    Gaelle Bonhomme

    1 critique Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 20 août 2023
    pas de rythme. vide. je ne voyais pas où ça voulait en venir. trop long. pourtant j'ai trouvé les acteurs plutôt bons donc dommage.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    6 398 abonnés 7 283 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 22 août 2023
    Reality a 25 ans et travaille pour la NSA (elle a fait ses armes à l’US Air Force) et sur son temps libre, elle donne des cours de yoga. Elle aime voyager, parle plusieurs langues, célibataire, elle a un chien et un chat. Une vie en apparence banale, pourtant, le FBI la soupçonne, mais de quoi au juste ?

    Reality (2023) est le premier long-métrage pour Tina Satter qui s’inspire ici de l’histoire vraie de la lanceuse d’alerte Reality Winner (la réalisatrice avait déjà adapté son histoire à travers "Is This a Room" sur les planches de Broadway).

    L’intérêt du film, c’est qu’il repose essentiellement sur l’authentique retranscription de l’interrogatoire qui s’est déroulé le 03 juin 2017 au domicile de la jeune femme. On y découvre une conversation en apparence banale et surréaliste à la fois, mais le plus surprenant, c’est de découvrir les méthodes employées par les agents du FBI pour parvenir à leurs fins. Cette conversation parvient même à nous mettre (par moment) mal à l’aise.

    Alors certes, la retranscription de l’interrogatoire est surréaliste et l'interprétation de Sydney Sweeney est bluffante, mais est-ce que pour autant cela nécessitait d’en faire une œuvre de fiction ? Très clairement, je ne pense pas, d’autant plus qu’en l’espace de 80min, la réalisatrice a tendance à s’éterniser (pour le peu qu’il y a à raconter, elle aurait pu tout condenser plutôt que de devenir rébarbatif). Sans doute aurait-il été plus judicieux d’en faire un documentaire, comme cela avait pu être fait avec Edward Snowden (Citizenfour - 2015) ou encore Hacking Justice - Julian Assange (2021).

    ● http://bit.ly/CinephileNostalGeek ● http://twitter.com/B_Renger ●
    selenie
    selenie

    5 630 abonnés 6 062 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 2 novembre 2023
    L'arrivée des agents du FBI est assez impressionnante, loin des habitudes hollywoodiennes on est loin de l'esbroufe et du spectaculaire avec des agents en pleine maîtrise, de soi mais aussi et surtout de l'approche psychologique du sujet. La mise en scène de Tina Satter est inspirée en soulignant les regards fuyants, les silences ou les non-dits. Les plans larges sur les agents du FBI, leurs échanges plus ou moins calculés font face à une jeune femme seule, relativement paumée engoncée dans des plans plus serrés. Le récit est entrecoupé aussi d'intermèdes sur les bandes enregistreuses, ou des ellipses pour matérialiser la perte de contrôle de Reality. Des idées judicieuses et cohérentes avec les émotions forcément confuses de la jeune femme. La forme permet d'habiller un fond passionnant, entre les méthodes du FBI et les causes et conséquences des agissements de Reality, avec en prime des acteurs impeccables, les deux acteurs agents du FBI mais aussi et surtout Sydney Sweeney épatante, surtout connue jusqu'ici en jouant la pin-up, et qui prouve là qu'elle est une véritable actrice, subtile, juste et même émouvante. Un film qui tient en haleine alors même qu'on en connaît l'issue, une vraie bonne surprise.
    Site : Selenie.fr
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    1 226 abonnés 4 034 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 21 décembre 2023
    "Reality" est une mise en image de l’interrogatoire cité dans le procès verbal de Reality Winner, une ancienne salariée des services secrets américains. Lanceuse d'alerte, elle sera condamnée à 5 ans de prison pour « obtention de documents classifiés à partir d'une installation du gouvernement et transmission à un organe de presse ». Un exercice que l'actrice Sydney Sweeney mène avec brio dans ce thriller singulier.
    velocio
    velocio

    1 215 abonnés 3 053 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 21 août 2023
    Voilà un film qui se concentre sur un entretien de 100 et quelques minutes entre Reality Winner, une jeune américaine habitant à Augusta, en Georgie, et travaillant en tant que traductrice de farsi, de dari et de patcho sur une base militaire au sein de Pluribus International Corporation, une entreprise prestataire de la NSA, après avoir servi pendant 6 ans dans l'US Air Force. Le 3 juin 2017, revenant de faire des courses, elle est attendue devant chez elle par deux hommes qui vont se révéler être les agents du FBI Garrick et Taylor. Pourquoi est-elle attendue ? C'est là où il est préférable d'ignorer tout sur cette affaire, et le film fait tout pour reculer le moment où on connaîtra leurs motifs, mais, depuis la sortie du film, rares sont celles et ceux qui sont passé.e.s au travers des informations. Il parait que le film reprend mot pour mot, quinte de toux pour quinte de toux, rire nerveux pour rire nerveux, tout ce qui s'est passé devant et dans le domicile de Reality. Il y est beaucoup question d'animaux, Reality ayant une chienne et une chatte qui, pas de chance, n'apprécient pas la compagnie des hommes. D'autres membres du FBI vont arriver mais, seuls Garrick et Taylor conduisent l'interrogatoire. Sont-ils sincères dans ce qui, dans leur comportement, s'apparente à une forme de bonhomie plutôt sympathique ? Toujours est-il qu'on peut s'apercevoir petit à petit qu'ils ont dès le début toutes les réponses aux questions qu'ils posent sauf celles concernant les motivations de Reality. Ce film qui s'apparente beaucoup à du théâtre filmées, a trois vertus principales : il s'avère passionnant à regarder ; il nous instruit sur les dérives "trumpiennes" de la politique américaine ; il nous permet de découvrir (Je crois que la seule fois où je l'avais vue, c'était il y a 5 ans dans "Under the silver lake" où elle avait un rôle minuscule) la grande qualité de Sydney Sweeney, l'exceptionnelle interprète de Reality. Ah oui, dernier point : c'est un film américain, donc il y a beaucoup de musique inutile mais, reconnaissons le, elle est relativement discrète.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    494 abonnés 933 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 1 novembre 2023
    Il est indéniable que l'impact de Reality sera plus fort si vous ne savez rien de l'histoire dont il s'inspire. À la rigueur, sachez que la retranscription du FBI fut d'abord adaptée en pièce de théâtre par...Tina Satter. La metteuse en scène bascule donc de l'art scénique à l'art filmique, à l'instar d'un Florian Zeller avec The Father et The Son pour prendre un exemple récent. Il faut admettre que cette fameuse journée dans la vie de Reality Winner se prête aussi bien au sixième qu'au septième art.

    Un carton prévient d'emblée du caractère hautement factuel des conversations échangées. Et si ça ne suffit pas, Satter va faire beaucoup de piqûres de rappel à renforts de transcriptions écrites, bande-audios, capture d'écrans sur les réseaux sociaux. Au départ, c'est sobre. C'est de ce cadre banal que Satter fait lentement monter une tension. Placée sur un pied d'égalité avec le personnage principal, le doute sur ce qui se joue plane longtemps. Une fois levé, le regard évolue sur le fond de l'affaire, sur le monde de Reality qui vacille (on s'en doutait, le titre est à double-sens), ce que la réalisatrice traduit au sens littéral avec une caméra de plus en plus resserrée sur l'actrice et en y ajoutant des déformations sonores. Pas mal de procédés mais qui ne vont pas effacer les limites du film.

    Si les moyens utilisés pour l'authenticité donnent un sentiment de vertige au début, lorsqu'une photo de Sydney Sweeney se superpose à celle de la vraie Reality Winner le jour J, ils peuvent finir par lasser. La première demi-heure créé une ambiance oppressante avec trois fois rien. Sans être candide, on peut se contenter du carton d'ouverture. On en vient à se demander si cet étalage n'est pas employé pour dynamiser un récit...finalement assez banal, et parfois ennuyeux dans la dernière heure. Quand bien même le message politique (et critique) est juste. Le film est heureusement tenu par son interprète, la très talentueuse Sydney Sweeney, et ses partenaires. Finalement, on peut Reality remplit son contrat en cela qu'il donne envie d'en savoir plus. Ce qui ne serait peut-être pas le cas avec une connaissance préétablie du sujet.
    ferdinand75
    ferdinand75

    484 abonnés 3 685 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 3 septembre 2023
    Un huis -clos réussi qui nous tient en haleine comme un vrai polar. Et pourtant il s’agit bien d’un huis-clos dans une villa, où des agents du FBI font une descente surprise pour interroger une suspecte. Tiré d’une histoire vraie il s’agit de l’adaptation, du transcript exact de l’interrogatoire, dans le climax tendu de l’élection de Donald Trump et de manipulations de services secrets étrangers . Et cela est très impressionnant, la logique des agents du FBI, les techniques de mise en confiance, d’interrogatoire, de prise en étau, tout y est . Décortiqué, analysé, transcrit mot pour mot. Très bluffant. La réalisation est solide, très serrée et crée le climat oppressant. Mais c’est surtout l’interprétation de Sydney Sweeney qui est magistrale. Elle nous fait ressentir tous les sentiments : naïveté, ingénue, passionnée, cruelle, manipulatrice , ,et nous ballade comme elle essaie de le faire aux agents du FBI. Le film tient vraiment sur ses épaules. Une grande actrice en devenir.
    lionelb30
    lionelb30

    403 abonnés 2 518 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 11 septembre 2023
    Pas inintéressant de faire un film avec les vrais dialogues mais meme si le film est court , c'est quand meme souvent ennuyeux. Les acteurs sont pas mal mais film plus réservé au public américain.
    Alasky
    Alasky

    307 abonnés 3 115 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 15 février 2024
    J'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce film, très oppressante de bout en bout, l'actrice principale excelle dans ce rôle. Un huis-clos captivant et très actuel, agréable à visionner.
    2985
    2985

    233 abonnés 948 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 8 janvier 2024
    Le fait que le film reprenne la transcription originale du FBI donne une authencité certaine au scénario. Sydney Sweeney incarne avec brio Reality, une certaine pression arrive également à être instaurer, avec la présence de ces agents au discours lunaire, mais qui savent déjà tout de la situation, d'ailleurs cette pression s'atténuera dès que les protagonistes procéderons a l'interrogatoire dans la maison, pour se focaliser uniquement sur le pourquoi. Un bon huis-clos pas trop long et bien rythmé.
    Chris58640
    Chris58640

    187 abonnés 734 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 23 août 2023
    Pour offrir au spectateur un thriller haletant, bien réalisé, et avec un vrai message de fond (un message très important), il n’est pas besoin de course poursuite, de fusillades, de tueurs machiavéliques ou de musique tonitruante. La réalisatrice Tina Satter propose un film qui (première bonne idée) se déroule en temps réel, soit à peine moins de 90 minutes. Entre le moment où Reality arrive devant chez elle spoiler: et le moment où elle en repart menottée
    , il ne s’écoule qu’une heure et demie montre en main. Deuxième bonne idée, Tina Satter s’appuie en totalité sur le véritable enregistrement fait par le FBI (elle le propose même tel quel à plusieurs reprises, en audio ou en retranscrit), et rien que ça : pas de musique (ou très peu), le film se déroule dans le jardin et dans la maison et c’est tout. Tout est dépouillé : Reality est habillée sobrement, pas de maquillage, les policiers ont en civils, par d’arme bien en vue. Et ils parlent, ils ne font que parler avec Reality pendant que la perquisition suit son cours (on l’entend en bruit de fond). Troisième bonne idée, spoiler: à chaque fois qu’un élément sensible est évoqué, le personnage disparait quelque secondes. C’est l’équivalent filmé du noir que l’on appose sur les documents classifiés.
    Cette petite idée de mise en scène de rien du tout permet de garder assez longtemps la vraie nature de ce que Reality a à avouer (car elle a quelque chose à avouer). spoiler: Comme cette jeune femme parle le farsi, qu’elle est habilitée « secret défense », qu’elle a quitté l’Air Force et qu’elle travaille désormais à la traduction « d’éléments graphiques iraniens » (probablement des cartes et des photos satellites), on pense logiquement à de l’espionnage au profit du Moyen-Orient on un truc de ce genre. Mais la vérité est tout autre
    et c’est la mise en scène qui permet de conserver la tension nerveuse de ce huis-clos dont la tension va crescendo. Le casting est très petit, et on va passer rapidement sur les deux agents du FBI incarnés par Josh Hamilton et Marchant Davis, qui forme un duo de flics du FBI très éloigné des stéréotypes dont on a l’habitude, et ça aussi c’est à mettre au crédit du film. C’est Sydney Sweeney qui incarne Reality Winner (et qui lui ressemble beaucoup, car le film est parsemé de vraie photos issus de la vraie Reality, piochées sur ses réseaux sociaux). Elle incarne parfaitement une jeune femme en apparence très fragile, qui a tout de la jeune femme tranquille et inoffensive (ancienne de l’Air Force, célibataire, un chien, un chat, des cours de yoga, des réseaux sociaux actifs). Mais son attitude, dés le départ, est déconcertante : elle ne demande jamais pourquoi le FBI est là (comme si elle s’en doutait), elle ne demande pas d’avocat (comme si elle savait que c’est inutile dans le contexte), elle ne vocifère pas, elle collabore gentiment. Un interrogatoire de moins d’une heure suffira à tout déballer. Au passage, on comprend que les vrais interrogatoires du vrai FBI ne ressemblent pas ceux des séries TV ! Sydney Sweeney capture bien cette attitude déconcertante et placide, un peu énervante et même un peu suspecte. Tout ce talent de mise en scène, tout ce talent d’interprétation est au service de l’histoire réelle d’une lanceuse d’alerte qui n’a pas connu le retentissement d’un Snowden. Et pourtant, ce n’est pas comme si le scandale que Reality a permis de mettre à a jour spoiler: n’était pas d’une gravité sans précédent pour la démocratie américaine
    . Le contexte est crucial : spoiler: nous sommes au printemps 2017, un mois après le renvoi par Trump du chef du FBI, dans l’endroit où elle travaille, il y a des TV qui diffusent non stop Fox News, son voisin arbore un petit drapeau sudiste.
    Cette jeune femme, ex-miliaire, dont le patriotisme ne peut être remis en cause, qui de par son travail a une habitation qui lui permet l’accès aux publications de la NSA, qui connait les règles en matière de secret défense, va faire quelque chose tout aussi illégal que courageux, bien plus patriote en l’occurrence que tous les discours du Parti Républicain. Elle en paiera le prix, son nom sera trainé la boue, elle ira en prison et pourtant, qui peut dire qu’elle a mal agit ? Parfois, aimer son pays c’est le trahir. Le film pose cette question un peu vertigineuse, où se situe le vrai patriotisme ? En France, on sait depuis 1940 que parfois, aimer son pays c’est désobéir, c’est se mettre en marge de la loi. « Reality » ne dit pas autre chose. Ce petit thriller très austère dans sa forme (qui rebutera surement les adeptes du genre), certes un peu bavard par la force des choses, est la bonne surprise de ce mois d’aout au cinéma.
    tupper
    tupper

    122 abonnés 1 326 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 18 août 2023
    Pari réussi pour cette mise à l’écran d’un enregistrement sonore. La forme utilisée est surprenante mais très efficace. Elle rappelle intelligemment le lien à l’enregistrement. Le fond est à la fois sidérant, captivant et concernant. La mise lumière cette histoire méconnue interroge sur là protection de l’état versus les droits individuels, l’indépendance de la police et de la justice.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top