Mon compte
    Vera
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Vera" et de son tournage !

    Une rencontre atypique

    Vera se centre sur un personnage qui a connu le glamour et l’extravagance du cinéma italien à une certaine époque. Tizza Covi et Rainer Frimmel ont rencontré Vera Gemma en 2015 lors du tournage de Mister Universo : elle travaillait sur un documentaire sur les artistes de cirque, en l’honneur de son défunt père Giuliano Gemma, un acteur très populaire en Italie : "Lorsqu’elle nous a été présentée, je l’ai trouvée très étrange et nous n’avons échangé que quelques mots."

    "Je ne me suis jamais intéressée au monde qu’elle incarne de prime abord : sa richesse ostentatoire avec des vêtements de marque chics et des sacs à main assortis, sa jeunesse artificiellement préservée, sa tendance à se photographier n’importe quand et n’importe où pour poster plus tard sur les réseaux sociaux. Ce sont en fait toutes choses que je condamne toujours."

    "Deux semaines plus tard, nous nous sommes assis à côté d’elle lors d’un dîner et nous avons eu une merveilleuse conversation, car elle a une façon très critique et impitoyablement honnête d’appeler un chat un chat. C’était une bonne leçon, confirmant encore une fois qu’il faut toujours regarder au-delà des apparences. J’ai très vite été fascinée, je lui ai rendu visite assez souvent à Rome, j’ai lu son autobiographie et regardé les films de son père", se rappellent les réalisateurs.

    Le monde du cinéma

    Après le cirque, le théâtre et la musique, c’est cette fois le cinéma lui-même qui fournit le contexte du nouveau long métrage de Tizza Covi et Rainer Frimmel : "Cet élément de tension nous a vraiment fascinés, et Vera nous a fourni beaucoup de matériel sur l’aspect glamour du cinéma. Il y a de délicieuses histoires sur Vera avec Sergio Leone et avec Pier Paolo Pasolini ; elle a longtemps été avec Franco Citti, qui joue le rôle principal dans Mamma Roma et Accatone."

    "Malheureusement , une grande partie de cela a été perdue au montage, car pour mettre Vera en avant , il n’était pas nécessaire de souligner que toutes les grandes personnalités du cinéma italien avaient une place naturelle dans sa vie. Bien sûr, il y a un contraste saisissant entre notre façon de faire des films et tout ça, parce qu’on travaille toujours à deux sur le plateau, trois maximum, et on essaie toujours de se rapprocher d’une vérité humaine plutôt que dramaturgique."

    La beauté comme thème majeur

    Un thème majeur de Vera est la beauté : "La question de savoir en quoi consiste réellement la beauté est probablement aussi ancienne que l’humanité elle-même. Pour nous, la réponse est simple : une belle personne est quelqu’un qui est véritablement engagé dans la vie sur terre et qui se construit ainsi une personnalité indubitable", confient Tizza Covi et Rainer Frimmel. Ils poursuivent :

    "Dans le cinéma, la beauté est définie différemment , et cela crée un dilemme absolument sans espoir, surtout pour les actrices quand elles vieillissent : si elles ne se font pas opérer, les bons rôles deviennent rares - mais si elles ont recours à la chirurgie et que ça se voit , elles sont méprisées pour cela. Quoi qu’elles fassent , c’est mal. Vera elle- même a longtemps souffert du fait que depuis sa plus tendre enfance, elle ne s’est jamais conformée à l’idéal de beauté habituel."

    Corps représentatifs

    Le corps de Vera, avec toutes les opérations, représente l’histoire de sa vie - tout comme le corps parfaitement entraîné de Gennaro et le corps de Daniel avec tous les tatouages : "Naturellement, le physique est toujours un facteur essentiel. Nous avons choisi Daniel non seulement à cause de ses tatouages mais aussi à cause de sa façon de bouger, de faire des gestes et de parler. Il a intériorisé le langage et la gestuelle des banlieues, dans la lutte quotidienne pour la survie comme dans l’amour pour sa famille."

    "Ainsi, il pouvait comprendre de manière convaincante tout ce que son personnage devait traverser. Les autres acteurs que vous voyez dans le film avec Vera viennent d’éléments de son univers : l’agent, le chirurgien esthétique, le coiffeur, le directeur de casting, tout cela fait partie de son univers. Mais elle s’est toujours intéressée à l’autre monde, car elle tombait généralement amoureuse d’hommes complètement démunis et s’intéressait à leurs conditions de vie", racontent les metteurs en scène Tizza Covi et Rainer Frimmel.

    Côté musique

    Dans des scènes comme à la pizzeria ou avec Asia Argento, les chansons (populaires) jouent un rôle important. Tizza Covi et Rainer Frimmel notent : "Dans Vera, nous sommes restés une fois de plus sur le principe qu’il n’y a de musique que lorsqu’elle figure dans la scène, et cette fois aussi dans les titres d’ouverture et de clôture. C’est une très grande innovation. Vera est un film tellement italien qu’il aurait été dommage de ne pas les utiliser. Les deux chants traditionnels de l’histoire sont en effet une sorte de référence à Notes from the Underworld."

    "Chaque ville possède sa culture populaire que ce soit à Rome, Vienne, Bangkok ou encore New York. Vera entend une chanson dans la pizzeria qui ne vient peut-être pas de son monde, mais un lien se crée immédiatement. Certaines chansons sont tout simplement magnifiques et peuvent nous toucher tous. La chanson que Vera chante avec Asia est également très populaire. Je pense que c’est bien qu’une telle musique n’adhère pas aux différences entre les modes de vie ; il y a quelque chose de très fédérateur là-dedans."

    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Le Comte de Monte-Cristo (2024)
    • Vice-Versa 2 (2024)
    • Un p’tit truc en plus (2024)
    • Kinds of Kindness (2024)
    • Sans un bruit: jour 1 (2024)
    • Horizon : une saga américaine Chapitre 1 (2024)
    • Moi, Moche et Méchant 4 (2024)
    • Elyas (2024)
    • The Bikeriders (2023)
    • La Famille Hennedricks (2024)
    • Les Fantômes (2024)
    • Pourquoi tu souris ? (2024)
    • Bad Boys Ride or Die (2024)
    • Les Pistolets en plastique (2024)
    • Maria (2024)
    • Furiosa: une saga Mad Max (2024)
    • Longlegs (2024)
    • Juliette au printemps (2024)
    • To The Moon (2024)
    • L’Enfant qui mesurait le monde (2024)
    Back to Top