Mon compte
    No Man's Land
    note moyenne
    3,8
    1636 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur No Man's Land ?

    72 critiques spectateurs

    5
    28 critiques
    4
    28 critiques
    3
    8 critiques
    2
    5 critiques
    1
    2 critiques
    0
    1 critique
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 37 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 13 mars 2021
    Premier long-métrage du cinéaste bosnien Denis Tanović, No man’s land fut couvert de prix mérités à sa sortie en 2001 : Prix du scénario à Cannes, César de la meilleure première œuvre de fiction, Oscar du meilleur film étranger. Cette fable corrosive et cocasse qui met en scène trois soldats enrôlés dans la terrible guerre de Bosnie-Herzégovine, au début des années 90, prend un malin plaisir à égratigner chacun des camps. Tout le monde en prend pour son grade : les Serbes, les Bosniaques, l’ONU passive et ses commandants paresseux, inutiles et lubriques, les chaînes d’information en continue avides de scoops. Si le film avait certainement une plus grande force au début des années 2000, alors que la fin de la guerre n’était pas si lointaine, il n’en demeure pas un brillant exercice de style, dans lequel les séquences les plus dramatiques côtoient des scènes cyniques qui nous font rire jaune. En conclusion, No man’s land nous montre avec intelligence que lors d’un conflit armé les petits soldats sont toujours les grands perdants.
    Yann
    Yann

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 60 critiques

    4,0
    Publiée le 11 décembre 2020
    Bonne série très bien filmée avec de bons acteurs qui articulent, une bonne alternance d'action et de dialogues, de scènes d'intérieur et d'extérieur, de beaux paysages, une bonne lumière et et un bon scénario.
    Dommage que le camp de djihadistes ressemble à une joyeuse colonie de vacances, sans aucune décapitation d'une personne vivante alors que Daech s'en est fait une spécialité et qu'aucune femme dijihadiste déterminée et cruelle n'apparaisse.
    On conseillera donc au réalisateur de lire Dans la nuit de Daech, de Sophie Kasiki, publié par Robert Laffont .
    Spectatrice2
    Spectatrice2

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 22 critiques

    4,0
    Publiée le 1 octobre 2020
    Magnifique série sur les héroïques jeunes kurdes qui combattent comme des lionnes les gangsters sauvages et cruels qui colonisent la région. Un jeune homme fou de douleur et perclu de remords après la disparition de sa soeur est pris malgé lui dans cette tuerie en voulant la retrouver. On se demande si ces femmes ne sont pas de vraies combattantes, tout a l'air bien réel. Belle présence de "la fille de Romy Schneider" notre Sissi bien-aimée. Acteur principal très juste. Bon casting. Belle image. On ne peut décrocher jusqu'à la fin. Je me demande ce que toutes ces braves sont devenues, Erdogan ne faisant pas de cadeaux aux kurdes, visiblement nos alliés sur le front de la défense des libertés...
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 19 août 2019
    Je ne comprends pas du tout la bonne réputation de ce film, prix du scénario à Cannes en 2001 et Oscar du meilleur film étranger en 2002. Le début est sympathique, sorte de huis-clos burlesque dénonçant l’absurdité de la guerre, mais le film prétend rapidement élargir la perspective et à partir du moment où il convoque l’ONU et les médias, il devient calamiteux. Le casting francophone et anglophone est une catastrophe, le scénario devient de plus en plus mauvais (dialogues poussifs, situations qui s’étirent ou se répètent) et ni la réalisation ni le montage n’ont de quoi relever le niveau. Grosse déception.
    konika0
    konika0

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 676 critiques

    4,0
    Publiée le 25 octobre 2018
    Pays de fous. Tanovic y raconte comment deux soldats se retrouvent coincés entre les deux lignes de front. Problème, l’un est serbe, l’autre bosniaque. Pour autant, la vie de l’un dépend de l’autre. Tension ? Oui mais pas que. La vraie force du film est de réussir à faire percevoir l’absurdité d’une guerre dont personne ne sait plus comment elle a commencé et qui en est responsable. C’est drôle, vraiment drôle. Et ça balance aussi. Car la présence sur place des forces de l’ONU et des médias rajoute au bordel ambiant. Les casques bleus y sont parfaitement inutiles et paraissent plus occupés à donner le change à des médias voyeurs et charognards. Si le propos se veut plutôt neutre, Tanovic y dénonce malgré tout les nombreuses exactions qui ont émaillé la guerre en Bosnie. Ça vous paraît pas super drôle ? Vous avez tort et c’est un vrai coup de cœur.
    zanzibar
    zanzibar

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 66 critiques

    4,0
    Publiée le 17 janvier 2018
    Un film de guerre, celle de l'ex-Yougoslavie, qui est à la fois drôle, intelligent et sensible. Rare donc. Dans une tranchée sur le front où s'opposent Bosniaques et Serbes, trois soldats des deux camps vont se retrouver piégés. S'ils se montrent, on leur tire dessus. L'un est gravement blessé et piégé par une grenade. S'ensuit diverses tentatives pour se tirer de ce mauvais pas, comiques, tragiques ou avortées par la haine qui resurgit entre les deux soldats debout. Entre tout ce qui rapproche des ennemis obligés de se parler, de se côtoyer, et tout ce qui les oppose, l'absurdité de la guerre devient évidente. D'autant que la Forpronu est montrée sous son jour hypocrite et vain, avec humour et sans cadeau. Cette fable réaliste illustre à merveille la bêtise des conflits, de celui-là particulièrement, puisque les bons sentiments de façade d'une communauté internationale chapeautée par l'ONU et exacerbés par les médias sont d'une ironie cruelle. La médiatisation d'un conflit, où les vrais blessés et les vrais morts n'intéressent que s'ils font de l'audience, ajoute un peu plus à la déshumanisation, au no man's land global.
    Mirobole Pancrate
    Mirobole Pancrate

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 167 critiques

    4,0
    Publiée le 16 octobre 2016
    Je ne connais pas l'état de guerre, mais il semble assez évident que celui-ci est aussi bête que complexe, triste qu'inéluctable, destructeur qu'absurde. Ce sont ces paradoxes que parvient à formidablement retranscrire ce drame non dépourvu d'humour, ce film tout à la fois grave et léger. On est loin de la lourdeur dégoulinante de pathos et/ou de violence accompagnant trop souvent la multitude usinée de longs métrages américains sur le sujet. Un riche panel de situations, personnages et émotions est ici brillamment mis en scène, évitant de ce fait le jugement péremptoire et la caricature. Armé d'un brin de cynisme on pourrait affirmer qu'avec No Man's Land, un vent de fraîcheur a soufflé sur le genre du film de guerre.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 444 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2016
    Un film prenant le parti de relater le combat fratricide qui a déchiré la Yougoslavie et qui propose une lecture métaphorique des événements. D. Tanovic raconte une vraie histoire mais c'est en fait de son pays dont il parle tout le long. Alors il y a des moments burlesques, parfois durs, tout le monde en prend pour son grade et les acteurs sont très bons. Le film n'est pas confortable, il n'est pas aimable et il regarde le monde en face. C'est bien écrit et la mise en scène est en adéquation.
    Cineclic
    Cineclic

    Suivre son activité Lire ses 29 critiques

    2,0
    Publiée le 26 décembre 2015
    Histoire originale. Par contre la réalité de l'armée française est rendue de façon totalement fausse. J'ai fait mon service militaire à cette époque, je ne suis pas allé moi-même en Bosnie mais certains de mes camarades y sont allés. Dans ce film, les militaires français ont 40 ans, ont des cheveux longs. Le sergent Marchand décide d'aller chercher du renfort, pour ça il se démunit de son FAMAS qu'il laisse à un copain, à la radio il communique son nom, le VAB est blanc immaculé comme si il sortait du garage, Les officiers ne sont pas capables de se faire respecter. Le capitaine Dubois est un vrai pantin. Un officier français (ou autre) sur le terrain, ça a beaucoup plus d'autorité et de conviction, croyez moi.
    Bref, si l'histoire est orginale, on ne croit pas une seconde à la réalité des personnages et donc de la scène.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 579 critiques

    3,5
    Publiée le 13 juillet 2015
    Ayant vécu quelque temps en Croatie (magnifique pays dont je conseille vivement la visite au passage), je me suis de ce fait beaucoup renseigné sur l’histoire très mouvementée de l’ex-Yougoslavie. Et bien évidemment la guerre civile était une étape de choix d’une part à cause de sa violence et de ses conséquences géopolitiques et d’autre part parce que ce conflit est encore tout chaud, fini il y a seulement 20 ans. Et les ressentiments sont d’ailleurs toujours aussi palpables. Cette guerre est vraiment fascinante à étudier tant elle soulève des questions sur les nationalismes et les conséquences d’une union de pays présentant à la fois des similitudes et de grosses divergences culturelles. Bref fermons la parenthèse et attaquons-nous au film.

    L’action de celui-ci se situe en Bosnie-Herzégovine pendant que les combats entre serbes et bosniens font rage. Après un affrontement surprise, plusieurs hommes se retrouveront piégés entre deux feux dans le No Man’s Land, démarrant l’attente d’un hypothétique secours. Le film de Denis Tamovic arbore un ton particulièrement acerbe sur la situation politique engendrée par cette guerre et n’hésite pas à mettre chaque partie prenante du conflit devant sa bêtise. Que ce soit chez les belligérants, sur l’OTAN ou encore sur les journalistes. No Man’s Land est un film sorti 6 ans après la guerre, ce qui a laissé le temps de prendre un peu de recul tout en demeurant encore très proche chronologiquement. D’autant plus que la guerre du Kosovo, autre incident majeur de la fin du siècle dernier, avait pris fin depuis peu. La violence de la critique et cette amertume se ressentent de façon d’autant plus forte, ce film se situe encore dans le vif du sujet.

    Malgré leurs quelques ressemblances notables, les deux camps opposés ne peuvent s’empêcher de se détester à cause d’une haine profondément ancrée dans la culture de chacun et dont les racines restent complexes à analyser. Et on ressent cette souffrance du cinéaste qui met en scène ces deux soldats capables d’être solidaires, d’être sur le point de fraterniser avant d’être inévitablement rattrapés par leur rancœur et leur haine innées. Le tout filmé par des journalistes toujours plus friands de sensations fortes accompagnés de casques bleus dont l’action est inefficace, paralysée par des hautes instances incapables. Si ce n’est pas toujours très subtil, je pense qu’on se rapproche assez objectivement de la réalité du conflit et de ses différents ressorts.

    Après je pense que j’aurais pu totalement adorer le film si il proposait une intensité encore plus forte entre les protagonistes du No Man’s Land, si il se centrait davantage sur leurs relations. Car à force de vouloir trop en dire, Tamovic s’écarte un peu des enjeux de survie dans la tranchée, ce qui est dommage car il y avait la possibilité de rendre cette attente encore plus âpre. Après, vu le ton du film, ça reste cohérent. Et niveau mise en scène c’est très propre également, grâce à un cadre soigné même si ça aurait pu être encore plus sale et dérangeant, notamment avec ce qu’il se passe dans la tranchée. Dans l’ensemble j’ai vraiment beaucoup aimé ce film bien qu’il manque peut-être un petit quelque chose pour crier au génie. Ça reste tout de même un beau film, parfois drôle et léger. Et souvent cruel. A l’image de ce jeu millénaire auquel se livre l’humanité depuis ses débuts et de ce plan final, désespérant au possible.
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 14 novembre 2014
    Les films qui dénoncent la folie et la violence de la guerre sont légion, mais il faut reconnaître à Dani Tanovic de procéder à une dénonciation de la guerre en Yougoslavie avec une force assez peu commune dans la démonstration de son absurdité. En réduisant le conflit à un lieu clos et sans identité où sont prisonniers trois hommes appartenant aux différents camps des belligérants, le réalisateur ramène le conflit au niveau des hommes et pointe ainsi les bêtises qui ont conduit un pays autrefois prospère et où les différentes communautés ethnico-religieuses vivaient en bonne entente à basculer dans un conflit sanglant dont l’horreur a ramené l’Europe aux pires heures de la Seconde Guerre Mondiale. Il pointe également le rôle de L’ONU qui envoyant des soldats pour rétablir la paix ne leur donne ni les moyens ni le mandat pour permettre une action efficace au point d’en faire les témoins désemparés et cyniques d’un conflit dont l'absurdité leur saute aux yeux. Les différentes péripéties frôlent parfois un burlesque qui ne fait que souligner l’aberration de ces événements. L’intervention de la FORPRONU est à ce titre le plus parlant tant la lourde machinerie de commandement (dont la seule belle chose est son internationalisme) et le flou et la restriction de son rayon d’action en fait un objet de moquerie des deux camps en conflit comme des propres membres de ce dispositif. Le film plusieurs fois récompensé mérite amplement cette célébration tant en un temps resserré (1h38) il parvient à dépeindre dans une histoire parfois sardonique l’immensité du gâchis de cette guerre. À voir absolument, si des fois, comme moi, vous ne l’aviez pas encore fait.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 16 février 2014
    Tellement simple mais tellement efficace, excellente idée de réunir un soldat bosniaque et un serbe dans la même tranchée... Le film porte un message politique ou tout du moins "humain" avec subtilité, suspense et humour. Un régal d'intelligence.
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 801 critiques

    4,5
    Publiée le 18 décembre 2013
    Un film bouleversant qui traite avec sensibilité et intelligence de l'absurdité de la guerre. La situation de départ du film est pourtant d'une grande simplicité : deux militaires et une mine coincés entre deux lignes ennemies. Mais Danis Tanovic va en tirer tout ce qu'il est possible d'en tirer. Il découle de ce point de départ une histoire totalement géniale qui nous rappelle l'ubuesque conflit armé qui eut lieu il y a maintenant 20 ans. Il en découlera aussi un prix du scénario à Cannes et une dénonciation féroce et amère du système onusien et médiatique. Tout le monde en prend ici pour son grade, mais jamais les personnages ne portent entièrement la responsabilité : ils ne sont ici que les marionnettes d'un système stupide et inhumain. La mise en scène est d'une grande délicatesse et la caméra joue en permanence avec les rivalités des personnages et les situations insensées. Le tout est bouleversant, parfois drôle, en tout cas terriblement marquant.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 23 juillet 2013
    Un film assez original qui tient 1h30 sur une intrigue, c'est une petite prouesse.
    On a très peu l'impression que ça tourne en rond
    Héléna0510
    Héléna0510

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 119 critiques

    3,0
    Publiée le 12 mars 2013
    L’imbécilité de la guerre en ex-Yougoslavie
    Un mélange intelligent entre comédie (amère) et drame
    Se sentir totalement impuissant devant la fin (absurde!)
    L’impuissance de l’ONU et la petitesse des médias face à la situation…
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top