Notez des films
Mon AlloCiné
    Croix de fer
    note moyenne
    3,9
    762 notes dont 117 critiques
    répartition des 117 critiques par note
    46 critiques
    45 critiques
    14 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Croix de fer ?

    117 critiques spectateurs

    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 359 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    4,5
    Publiée le 26 décembre 2010
    Pendant la dernière guerre, les armées allemandes perdent du terrain. Il y aura une lutte psychologique entre un officier allemand et certains de ses subordonnés... Pour son unique film de guerre, Sam Peckinpah ne fait pas dans le demi mesure. On y retrouve des corps déchiquetés et mutilés sur des séquences de batailles proprement bluffantes de réalisme ( la superbe photographie y est aussi pour beaucoup ) et qui s'avèrent donc bien souvent sanglants. Rarement un film de ce genre n'aura eu une approche aussi radicale de la guerre, et c'est grâce à cela si il s'avère aussi prenant et palpitant à suivre. Ajouter à cela une interprétation impressionnante de l'ensemble du casting - avec une mention spécial à James Coburn qui possède ici un de ses rôles les plus marquants - et un scénario très riche, ce qui fait que vous avez le droit de visionner sans doute la plus grande oeuvre du cinéaste.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 331 critiques

    5,0
    Publiée le 8 février 2009
    - Ne te réjouis d’avoir anéanti d’ordure, car la traînée qui l’a mis au monde est à nouveau en rut! - Cette phrase représente tout le film, la violence des combats, la dureté des hommes dans la guerre, les massacres, la haine. Ce film est probablement l’un des plus grand film de guerre de l’histoire du cinéma.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1961 abonnés Lire ses 5 631 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juillet 2010
    Drogué et alcoolique Peckinaph s'est acquis la réputation d'un réalisateur caractériel avec lequel il est difficile de mené un projet pourtant le bougre est toujours talentueux il ne le prouve encore une fois avec ce fabuleux film de guerre car Croix de fer est peut-être ce qui c'est fait de meilleur dans le genre. Se déroulant sur le front de l'Est alors que l'Allemagne est déjà en fâcheuse posture on voit l'affrontement de soldats blasés mais qui ne savent plus que se battre, Croix de fer c'est du cynisme à l'état pur et des scènes de combats d'une rage folle pleine de fureur et tellement puissantes.
    6nematod
    6nematod

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 461 critiques

    3,0
    Publiée le 23 juillet 2013
    Un film impitoyable, où le fond réside avant tout sur les idées plutôt que sur l'action.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1215 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juillet 2015
    Budget serré, tournage qui faillit être interrompu, "Croix de fer" ressemble à un nouveau chemin de croix pour Sam Peckinpah, déjà habitué à certains problèmes lors de la réalisation de ses films. Ici, il nous amène du côté allemand en 1943, sur le front Russe. C'est l'une des rares (mais tout de même pas la seule) fois où le cinéma américain s'aventure du côté de l'ennemi pour nous montrer un film de guerre qui prend aux tripes et qui décrit la réalité du front avec réalisme et violence. Face au sergent Steiner, baroudeur méprisant les nazis et les officiers mais faisant son devoir se trouve le capitaine Stransky, aristocrate prussien prêt à tout pour avoir la Croix de Fer mais qui n'est qu'un lâche. La confrontation de deux idéaux dans ce contexte violent où les Allemands envisageaient la défaite est passionnant et ne manque pas de donner à ce film une certaine beauté mélancolique malgré toute la violence qu'il recèle. Parmi ce casting impressionnant (Maximilian Schell, James Mason, David Warner), on retiendra surtout James Coburn, dont la gueule buriné fatiguée n'est pas prêt de se laisser oublier.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 2 213 critiques

    5,0
    Publiée le 4 avril 2013
    Unique film de guerre du grand Sam Peckinpah que l'on connaît surtout pour ses westerns, Croix de fer est un film marquant à plus d'un titre. Déjà par sa genèse. Peu de moyens, scénario maintes fois remanié, tournage en Yougoslavie, Peckinpah est, en outre, à la fin de sa carrière, rongé par la drogue et la colère. Pour le film, le cinéaste de la violence n'a pas usurpé son titre. Les balles pleuvent, les corps tombent, même des enfants sont abattus. Nulle complaisance de la part de Peckinpah qui filme la guerre comme elle l'est : boue des tranchées, corps qui finissent dans des barbelés, écrasés par des tanks, crasse, maladie, diarhée, peur, solitude, viols. Et de manière étonnamment authentique (des armes d'époque ont été utilisées, pareil pour les chars) et moderne pour un film datant de 1978, tourné souvent caméra à l'épaule. Et toujours les fameux ralentis durant les scènes d'actions, le sang qui gicle, procédé que reprendra Kubrick 10 ans plus tard pour Full Métal Jacket. Donc au vu de cette violence présente dans tout l'ensemble de l’œuvre de Peckinpah, d'ailleurs Croix de fer est sans doute le plus violent de ses films, on pourrait penser que le cinéaste était en faveur de la guerre. Et non, c'est tout le contraire. Conscient que les premières victimes sont les soldats et les populations, à travers du chef de peloton Steiner (James Coburn), il en dresse toute l'absurdité : des soldats n'en ayant plus rien à faire du führer mais se battant pour leurs survies ou pour gagner une récompense. Croix de fer est un grand film de guerre, violent, éprouvant, sale, d'une qualité qui va de pair avec la dureté du film.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 1 416 critiques

    3,5
    Publiée le 30 avril 2018
    Le cinéma de Sam Peckinpah a toujours été misanthrope : les hommes sont insauvables et la guerre devient alors pour le cinéaste le terrain idéal pour les mettre en scène. Le film intéresse moins par l'opposition entre d'un côté le soldat désabusé qui fait la guerre par défaut et de l'autre l'officier lâche et prêt à tout pour recevoir la fameuse croix de fer que par la puissance d'une mise en scène qui donne à voir comme rarement au cinéma la violence des champs de bataille (corps écrasés, saleté des corps, etc) tout en stylisant ses scènes d'action, toutes au ralenti. "Croix de fer" est d'ailleurs moins à l'aise dans la caractérisation des personnages – les moments plus narratifs sont d'ailleurs les temps faibles du film – que dans la création de purs moments de bravoure, comme l'attaque sauvage et dérangeante des femmes soviétiques. Épouser la folie de ses personnages, comme lors du passage de Steiner (James Coburn) à l'hôpital, et s'en distancier est le double mouvement opéré par Peckinpah, qui finit même par se désintéresser de leur destin dans un final à moitié filmé. Ce geste radical est aussi fascinant que limite puisqu'il signale de manière définitive l'absence de contrôle des hommes sur une guerre qui de toute manière les anéantira en même temps qu'il est cinématographiquement démissionnaire – la musique pour enfants écrasant l'image de personnages envoyés à la boucherie représente sans aucun doute le rire désabusé d'un cinéaste qui atteint ici un point de non-retour en précipitant son générique de fin. Inégal mais passionnant, un film-choc d'un réalisateur important.
    Béatrice G.
    Béatrice G.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 458 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2014
    En bon film de guerre digne de ce nom, on ne nous épargne pas les images chocs -mais attention: réalisées de main de maître- ça tire, ça explose, ça charge, ça poignarde, bref c'est violent, brut, fort et les amateurs de bidoches saignantes apprécieront, mais ce n'est pas gratuit. En effet, Croix de Fer offre un message, une idée se demarquant par sa pertinence et son originalité et c'est bien là toute sa force. Alors oui, on critique l'absurdité et l'horreur de la guerre et de ses exactions (enrôlement d'enfants, massacres de prisonniers, viols des femmes,...): à l'Est rien de nouveau -quoique ça a sans doute rarement été fait avec un tel pessimisme voire nihilisme! Déjà il faut noter qu'ici les "gentils" ce sont les allemands, chose assez rare, et on en profite donc pour établir au passage qu'apparemment tous les soldats de l'armée allemande (du trouffion de base à l'officier supérieur) n'étaient pas de vils nazillons zélés (dingue hein?!). Mais bien sûr ce qui occupe le centre des débats c'est cette opposition formidable entre un officier aussi ambitieux que pleutre et un sous-officier désillusionné presqu'anarchiste, compétent et respecté de ses hommes, opposition qui donne une dimension plus personnelle, sorte de petite histoire dans la grande Histoire, même si sa portée transcende à n'en pas douter aussi bien les frontières que les époques (car malheureusement le supérieur hierarchique incompétent est universel). Croix De Fer c'est donc un grand casting, un grand réalisateur, un grand film.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 12 septembre 2014
    Le capitaine Stransky (Maximilien Schell) est un officier de l'aristocratie allemande, muté à sa demande sur le front russe. Son arrogance et son ambition sont démesurées. Son autorité n'a d'égal que sa vanité. Son seul souci est de gagner la croix de fer et il s'attire vite l'animosité de ses hommes, en particulier, celle du caporal Steiner (James Coburn). Voilà deux hommes que tout oppose, un vrai soldat expérimenté au caractère bien trempé mais humain (Steiner) face à un officier présomptueux aux principes rigides. Sam Peckinpah est un habitué des confrontations musclées avec quelques mises en scènes violentes comme l'attaque des russes sur le retranchement allemand. Il ne faut pas s'attendre à du grand spectacle avec des batailles impressionnantes, le scénario reposant principalement sur le comportement d'un combattant courageux. Le devoir et le patriotisme n'ont pas le même sens selon les individus. Peckinpah s'attache à montrer également le désarroi des hommes dans des conditions inhumaines. Citons James Mason dans un rôle secondaire, mais non négligeable, en incarnant un colonel juste mais aux ordres. Excellent film.
    Buzz063
    Buzz063

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 919 critiques

    4,0
    Publiée le 22 décembre 2010
    Compte tenu du pessimisme de Peckinpah et de sa description continue de la part de violence hinérente à l'homme, il n'est pas surprenant que le metteur en scène se frotte au film de guerre. Film ambitieux, nihiliste et brûlot antimilitariste, le film suit une unité de l'arméé allemande sur le front russe en 1943. Le fait qu'aucun des personnages ne soit américain est d'ailleurs exeptionnel dans un film de guerre US. Le personnage principal, campé par un imposant James Coburn, est interessant par sa psycholgie complexe. Désabusé, il méprise ses supérieurs hiérarchiques sans s'en cacher et ne peut pourtant s'empêcher, par devoir envers ses hommes, de retourner au front après un séjour dans un hôîtal militaire. Sa rivalité avec son supérieur, officier issu de l'aristocratie, prêt à toutes les bassesses pour obtenir la croix de fer que Coburn, pourtant simple segent, a obtenu, rend le film passionant. Peckinpah offre des séquences de combats très réalistes par leur violence et leur cruauté et dont la force est amplifiée par la mise en scène du réalisateur qui filme au plus près de ses personnages, parfois même caméra à l'épaule. Le cinéaste capte quelques images inoubliables par leur puissance visuelle, et la dernière scène du film reste encore aujourd'hui la meilleure description de l'absurdité de la guerre qu'on est eu l'occasion de voir au cinéma.
    carbone144
    carbone144

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 615 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2014
    Un très bon film de guerre d'un point de vue assez rare (allemand). Le style Peckinpah est toujours présent, notamment avec ses ralentis, l'abondance de violence et de mort qui rôde dans ces films, une noirceur impressionnante. Il n'est question ici que de psychologie humaine à travers la boucherie de front de l'ouest ce qui diffère des films de guerre-histoire racontant diverses batailles, que l'on retrouve encore jusqu'à cette époque.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 13 novembre 2013
    Un film de guerre américain racontant le quotidien du sergent Steiner(James Coburn) et de ses hommes lors de la retraite de la péninsule de Kouban après la bataille de stalingrad. Les héros sont ici allemands pour changer. Mais comme le réalisateur de ce film est Sam peckinpah, "Croix de fer" ne peut être un film ordinaire. Le réalisme des scènes ainsi que leur violence tranchent avec la mélancolie et la lassitude que ressentent les soldats au cours de leur périple alors qu'ils savent déjà que l'issue du conflit leur sera défavorable. Ici la guerre révèle les âmes. C'est donc bien un film à part. Croix de bois, Croix de fer si je mens je vais en enfer.
    Labouene
    Labouene

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 169 critiques

    5,0
    Publiée le 29 mars 2011
    Certainement le meilleur film du genre que j'ai eu l'occasion de voir,supérieur aux full metal jacket, apocalypse now, platoon, voyage au bout de l'enfer et la ligne rouge! dénonciation de l'absurdité des conflits, une oeuvre déshumanisante, nous ne sommes rien de plus qu'un "bout de chair destiné à se diviser"...Trés trés grand film de Sam Peckinpah et james Coburn, désabusé et sublime. Satire sociale sous jacente entre l'aristocrate Prussien venu pour sa gloriole et le Sergent Steiner, icone de la rébellion d'une société ne jouissant plus d'aucune autodétermination.
    trinitron
    trinitron

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 296 critiques

    5,0
    Publiée le 17 janvier 2016
    Un must, un des trois ou 4 films qu'ils faut avoir vu sur la seconde guerre mondiale. Pas du tout dans l'esprit hollywoodien des films actuels. blood and guts !
    Vareche
    Vareche

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 188 critiques

    4,0
    Publiée le 6 juin 2008
    Le film s'abstrait de tout prosaïsme historique. Recelant une grande part d'incohérence, la mise en scène et le récit se dirigent tout droit vers la barbarie la plus radicale. On est en précense d'un des rares films de guerre baroque du cinéma américain.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top