Notez des films
Mon AlloCiné
    Croix de fer
    note moyenne
    3,9
    762 notes dont 117 critiques
    répartition des 117 critiques par note
    46 critiques
    45 critiques
    14 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Croix de fer ?

    117 critiques spectateurs

    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    2,5
    Publiée le 26 novembre 2008
    Un vrai scénario, un message fort, pas de concession avec la nature humaine, le thème de l'homosexualité dans l'armée qui est évoqué ce qui est rare, James Coburn en guest star. Mais... des longueurs, des images d'archives incrustées dans les images du film mais le décalage visuel est flagrant donc ridicule, on tombe dans le manichéisme avec le méchant officier homophobe et nazi contre le sergent humain et incorruptible. Du coup, le sentiment final est mitigé.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 3 482 critiques

    3,5
    Publiée le 27 octobre 2015
    Même si un coup de vieux est à noter sur la réalisation, la photographie et le jeu d'acteurs pour la plupart des personnages, on a ici un pamphlet anti-guerre très acéré et qui prend la dimension psychologique du conflit, et cela côté allemand. Intéressant, libre et dur.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    1,0
    Publiée le 16 juillet 2008
    C'est long et parfois ennuyeux, mais ce film s'interroge sur le point de vue des militaires allemands pendant la seconde guerre mondiale, du moins pour le côté guerrier, car les horreurs du régime nazi sont quasiment absentes.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 416 abonnés Lire ses 4 151 critiques

    3,5
    Publiée le 5 novembre 2014
    Il y a de bonnes scènes de combat et de réflexion à l'ancienne dans le film. Du début à la fin, c'est ce que j'ai apprécié. spoiler: Notamment la scène avec les femmes russes soldats dont d'ordinaire on n'entend jamais parler. Les mines posées sur les chenilles du char ; le soldat russe qui n'est qu'un enfant
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 2 593 critiques

    3,0
    Publiée le 4 mars 2014
    La retraite de Russie de l'armée allemande, vue par Peckinpah comme un chaos, qui oppose deux incarnations de la violence : le capitaine Stransky, ambitieux et lâche, venu sur le front russe pour y décrocher la Croix de fer (quitte à s'octroyer les faits d'armes d'un autre), et l'héroïque caporal Steiner (magnifique James Coburn), écœuré par la bêtise galonnée mais qui aime se battre. Un film de guerre impitoyable, assez inégal dans l’ensemble, mais la fin, mémorable, est folle.
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 194 abonnés Lire ses 3 537 critiques

    4,5
    Publiée le 19 avril 2017
    Un film assez unique, tout d'abord car il montre la seconde guerre mondiale du point de vue des soldats allemands coincés sur le front de l'est. Le film montre des soldats que l'on pourrait finalement retrouver dans le camps d'en face, se battant juste pour sauver leur peau, sombrant peu à peu dans la folie alors que leur quotidien est la mort. Le film montre aussi le côté chair à canon du soldat de base qui ne semble être la que pour satisfaire la soif de gloire de ses supérieurs. On ne voit pratiquement chez aucun d'eux d'aspect idéologique par rapport au régime nazi mais plus envers leur pays. C'est un aspect que l'on a rarement vu au cinéma et un point de vue très intéressant. Les scènes de batailles n'ont pas trop mal vieillies et on retrouve la maîtrise de Peckinpah qui montre la violence crûment. Un film à voir absolument.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 996 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2020
    Quelques scènes un peu confuses, d’autres un peu trop étirées, une perte de rythme dans le suspense ici et là, pourtant ce film de guerre reste du très bon Peckinpah, avec toujours cette stylisation extraordinaire de la violence. Dans « Iron Cross », cette stylisation devient un réquisitoire anti-militariste. Les dialogues et les réflexions qui en émanent semblent fidèles à la thématique et aux préoccupations de l’auteur allemand Willi Heinrich lorsqu’il écrivit son roman dont est inspiré le film. L’Allemagne au bord du précipice que représente la déroute se regarde enfin en face par le biais d’une confrontation entre trois partis. Celui des partisans du nazisme, encore sincères mais emplis de désillusion, l’aristocratie allemande nostalgique de son passé prestigieux et prête à toutes les bassesses pour redorer son blason, montrant fidélité à Hitler par opportunisme forcené, et enfin la classe des éternels récalcitrants allemands au nazisme qui, quoique ne s’étant pas toujours rebellés n’en exécraient pas moins les valeurs et méfaits du Fürher. Erreur impardonnable du site Allo Ciné : avoir omis dans la distribution de mentionner la superbe actrice allemande, Senta Berger, qui jouait un rôle important : celui de l’infirmière.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 475 abonnés Lire ses 3 446 critiques

    4,5
    Publiée le 10 mai 2020
    En 1977, Sam Peckinpah est au plus mal avec les studios hollywoodiens et il éprouve de plus en plus de difficultés à monter ses projets. Il ne lui reste que deux films à réaliser et sa santé est déjà très chancelante. C'est donc un homme amer et en révolte qui s'envole avec son équipe de tournage en Yougoslavie pour cette "Croix de fer" qui fera la somme de toutes ses préoccupations . Si son cinéma est réputé violent, Peckinpah est viscéralement contre la guerre qui est la pire invention de l'homme. Il va l'illustrer brillamment malgré le peu de moyens dont il dispose en se plaçant délibérément du côté des vaincus, ce qui reflète sans doute son état d'esprit du moment alors même que son combat contre les moguls l'a rendu presque exsangue. Dans le bourbier du front russe qui sonne le glas de la macabre aventure nazie, pendant que chacun lutte pied à pied pour sa vie , certains continuent à mener des combats personnels. A travers ce paradoxe, Peckinpah résume toute la vacuité de l'âme humaine qui spoiler: conduit un capitaine à venir sur un front qui s'écroule pour récolter la "Croix de fer" qui lui permettra de rentrer dans sa famille d'aristocrates la tête haute. S'engage alors entre le Sergent Steiner (James Coburn) et le capitaine Stansky (Maximilien Schell) une opposition qui traduit toute l'immensité du gouffre qui sépare la classe dirigeante des classes laborieuses. Steiner peu convaincu de l'idéal nazi, tente au-delà de sa propre survie de préserver celles des hommes dont on lui a confié le commandement, mais la guerre et l'aura qu'elle lui procure lui font repousser les limites de son humanité . Stansky lui aussi assez éloigné de la doctrine et persuadé de la supériorité de sa condition fait peu de cas du sort des hommes de troupes au nom de sa quête inutile. Peckinpah n'oublie rien de tous les sentiments qui peuvent animer les hommes en temps de guerre, des plus nobles aux plus vils. Eloigné du front pour blessure, Steiner n'a plus d'autre horizon que celui du front où sont encore ses hommes et la belle Santa Berger ne pourra rien faire pour le retenir. Ce désarroi des hommes au retour du front aura été souvent décrit par la suite dans les films évoquant la déroute yankee au Vietnam. On ne fait jamais la guerre pour de bonnes raisons c'est la leçon tirée par Peckinpah. Le grand réalisateur illustre son propos par la vision de la chute des corps au ralenti selon le procédé qu'il inaugura avec "La horde sauvage". La démonstration avait déjà commencé dès le générique avec le contraste saisissant des images d'archives sur fond de comptine enfantine montrant les dignitaires nazis en parade face au résultat morbide de leur politique. Au combat les barrières sociales finissent par tomber, c'est par cette maxime que Peckinpah conclut son film en laissant ses deux héros partir ensemble vers la mort pour chercher cette fameuse "croix de fer" dérisoire. Les acteurs sont tous sublimes au service du maître, de James Coburn minéral à souhait en passant par James Mason en colonel pétri de l'honneur prussien jusqu'au sublime Maximilien Schell jouant merveilleusement ce capitaine de pacotille à l'homosexualité refoulée, sans parler de la très sensuelle Santa Berger qui ne parviendra pas à raisonner le sous-officier démobilisé.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 3 087 critiques

    5,0
    Publiée le 28 décembre 2016
    Unique film de guerre de S. Peckinpah, Croix de fer est une œuvre crépusculaire, pessimiste, sauvage et propose une vraie réflexion sur la violence et l'héroïsme. Faisant partie de la glorieuse décennie de son auteur, la vision d'un conflit armé par S. Peckinpah est bien plus qu'un film de genre, c'est la vision d'un conflit dans toute son horreur, violent, sans concession, d'une noirceur à faire déprimer Mickey et Minnie, n'épargnant personne et surtout pas son héros. Le scénario alterne scènes psychologiques développant les personnages, nous permettant de nous attacher à eux (bien qu'ils soient nazis, enfin allemands plutôt, d'ailleurs le film est en anglais et ça ne l'empêche pas d'être un chef d'œuvre donc il faut arrêter avec ce genre de critique pour les films contemporains) et des scènes de guerre très spectaculaires (et pourtant le film a rencontré de nombreuse difficultés dont un budget trop court), le tout bénéficiant de la mise en scène magistrale de Peckinpah, avec ses ralentis somptueux, sa brutalité sèche et sa démesure, un style qui a influencé Hong Kong notamment (J. Woo le cite régulièrement comme influence majeure). Signalons aussi un casting d'enfer, rempli de gueules de cinéma, dominé par un J. Coburn impérial ou encore un J. Mason impeccable ou un M. Schell tout en perversité sournoise. Un grand classique, un grand film, bouleversant, un choc visuel d'une intensité rarement atteinte depuis. D'autres critiques sur
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 décembre 2010
    Sans doute loin d'être parfait le film propose une atmosphère particulière, on aime ou on aime pas.
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 585 critiques

    2,5
    Publiée le 13 décembre 2010
    Un film de guerre réalisé par Sam Peckinpah ça donne un film d'une rare violence. Croix de fer montre des soldats allemands ne croyant plus en Hitler et dénonce la stupidité de la guerre. James Coburn (acteur trop peu reconnu à mon gout) interprète parfaitement son personnage rebelle. Un film ambiguë et intéressant, sans plus.
    kibruk
    kibruk

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 874 critiques

    4,5
    Publiée le 30 mars 2012
    "Croix de fer" m'avait fait très forte impression quand je l'avais découvert il y a quelques années. Sa trame narrative est passionnante. Elle oppose des soldats démoralisés d'une armée en pleine débâcle et ne cherchant plus qu'à sauver leur peau, à un officier lâche voulant trouver la gloire personnelle dans tout ce cahot, quitte à l'usurper. Excellentes aussi certaines scènes qui restent gravées dans les mémoires (et ont sans doute fortement inspirées des films plus récents comme "Il faut sauver le soldat Ryan"), comme celle de l'attaque des chars, ou celle plus troublante de la "rencontre" avec des femmes soldats russes. Le propos est donc très riche, surtout pour un film de guerre pur et dur qui laisse une place très conséquente aux scènes de combats. Comme à son habitude, Peckinpah fait un film très violent, surtout pour l'époque, et cette violence est représentée de façon très réaliste mais aussi très graphique avec bon nombre de ralentis. Et cette façon de réaliser, qui a ouvert des portes au début des années soixante dix, se révèle quelques années plus tard quelque peu vieillotte et dépassée (pour mémoire "Apocalypse Now" est sorti en salle l'année suivante), donnant le sentiment de voir un film daté.
    SHWARZIE
    SHWARZIE

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 607 critiques

    3,0
    Publiée le 29 mai 2011
    Sur le front russe en 43 un capitaine allemand veut la croix de fer mais ses supérieurs et subordonnés et notamment un sergent sont désabusés et savent que cette guerre est perdu mais tente de sauver leur peau alors que les russes les fracassent; un bon petit film de guerre avec un regard original et un scénar sympa.
    Serge Riaboukine
    Serge Riaboukine

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 946 critiques

    1,0
    Publiée le 31 juillet 2009
    Pour la vision côté allemand, pour les acteurs plutôt bien dans leurs bottes, (sans jeu de mot...) et les bons moments du film : une étoile. Mais ils sont trop rares, ces bons moments et on somnole, réveillé par une explosion par-ci, par-là... La réalisation est inégale, tantôt originale, (pour l'époque) tantôt hasbeen, proche du mauvais goût. Je n'ai pas vu beaucoup de films de S. Peckinpah mais je suis déçu. Après "Les chiens de paille" , dur dur de voir "Junior Bonner" puis "Croix de fer" ...
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 2 566 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mars 2010
    Encore valable: les longs-plans séquences stigmatisant l'inertie bienvenue, l'inquiétude des classes moyennes et surtout la collaboration de la jeunesse aisée à l'égard de la milice vaut tous les discours malgré la scène de souffrance de l'enfant russe, difficilement soutenable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top