Mon AlloCiné
    Auto Focus
    note moyenne
    3,3
    94 notes dont 26 critiques
    répartition des 26 critiques par note
    4 critiques
    5 critiques
    9 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Auto Focus ?

    26 critiques spectateurs

    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    1,0
    Publiée le 31 janvier 2013
    Porter la vie de bob Crane à l'écran était ce une chose nécessaire?Car une fois encore on nous montre la face caché du personnage quand les projecteurs se sont éteints,de manière simpliste.Ce film n'a certainement vu le jour que parce que les producteurs ou le réalisateur ont eu vent du projet de film sur la vie de perte Sellers.On nous raconte la vie de bob Crane,un acteur célèbre prisonnier de son rôle dans papa schultz,accroc au sexe dans une Amérique puritaine,tout ça est présenté de façon ridicule.A quoi sert ce genre de biopic ci ce n'est à descendre l'image d'un acteur auprès des spectateurs.C'est aussi lamentable que la fin que connaitra ce pauvre bob Crane.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2023 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 3 juin 2011
    Il était sympa, il était talentueux mais c'était un véritable obsédé sexuel. Voilà comment pourrait se résumer la vie du comédien Bob Crane qui est un exemple terrible de comment une trop grande obsession peut détruire une existence. En fait, c'est l'occasion surtout pour Paul Schrader de montrer une Amérique qui derrière une façade lisse cache ses démons à travers le portrait d'un de ces insatisfaits que le réalisateur-scénariste "affectionne" tant. D'ailleurs c'est ce que démontre très bien le cinéaste avec un esthétisme très léché avant de virer volontairement dans le poisseux. On peut regretter parfois une mise en scène qui aurait gagné en sobriété (la séquence du délire avec Klink et Schultz, était-ce vraiment utile ???) et le fait que Schrader n'ait pas eu l'audace d'utiliser vraiment tout au long du film la voix-off du point de vue de Bob Crane décédé (à la façon du personnage de William Holden dans "Boulevard du crépuscule"!!!). Greg Kinnear, malgré le fait que j'ai beaucoup regardé "Papa Schultz" et donc connais bien le véritable Bob Crane, a réussi à pleinement me convraincre tout comme Willem Dafoe qui traduit parfaitement l'aspect inquiétant de son personnage. Une oeuvre qui ne laisse pas indifférent.
    DarioFulci
    DarioFulci

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 1 408 critiques

    3,5
    Publiée le 21 juin 2012
    Le portrait au vitriol d'un acteur télé célébrissime dans les années 60 et de son amitié tumultueuse avec John Carpenter, un technicien spécialiste de la vidéo. Où comment une addiction au sexe, partagée et assumée, ronge une personnalité qui ne peut exister de cette façon dans une Amérique triomphante et puritaine. Une histoire incroyable de débauche en plein dérapage et d'une amitié sincère mais destructrice. Paul Schrader est un excellent cinéaste, doublé d'un brillant scénariste, qui pose un regard torve sur la société US des Trente Glorieuses. Un héros propre sur lui et adulé qui mène une vie de débauche sans prendre la mesure de ces excès. C'est à la fois fascinant et abject, démesuré et névrosé. Une ambivalence qui définit plutôt bien l'American Way of Life en somme.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    3,5
    Publiée le 3 octobre 2010
    P. Schroder est issu d’une famille protestante américaine ultra-puritaine et il a vécu les années de libération sexuelle. Presque tous ses films portent cette problématique du puritanisme et de la hantise du sexe qui semble bien rejoindre un paradoxe clé de la civilisation des Etats-Unis, pays du refoulement puritain et de la pornographie industrielle. « Auto focus » évoque la vie d’un comédien et homme de média à la dérive, prisonnier de ses pulsions compulsives vers les coucheries, et de son plus étrange besoin de conserver photos de ses conquêtes et films de ses ébats. C’est-ce dernier aspect le plus intéressant, qui fait échapper le film au banal moralisme pudibond. Autant qu’un sex-addict, Crane est une sorte de victime du spectacle, matérialisation du mal narcissique. W. Dafoe incarne une sorte de Méphistophélès, technicien fournissant le matériel nécessaire au vice de Crane-Faust. « Auto focus » est à la fois drôle, par le délire qu’il introduit en jouant de la technique du montage alterné, et inquiétant par ce qu’il dévoile de maléfique dans le spectacle. C’est aussi une réflexion sur l’histoire occulte et marginale du cinéma, sur le rôle du développement de la vidéo dans la naissance du genre pornographique.
    VeganForAnimalRights
    VeganForAnimalRights

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 197 critiques

    3,5
    Publiée le 26 décembre 2011
    Un bon film, bien interprété et bien réalisé, en dépit d'un sexisme affirmé (mais le sujet et la personnalité de l'antihéros l'exigeaient peut-être, puisque après tout nous sommes conviés à partager la vie et l'imaginaire de Bob Crane).
    Ou comment le machisme et l'obsession sexuelle conduisent certains hommes à leur perte.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 23 février 2012
    Quelle histoire horrible. Une histoire vraie, qui montre bien les dérives du sexe, de l'argent et du pouvoir. Les 3 liés est une alchimie explosive. Effrayant de voir ce genre de dérive, et à quel point un mec peu devenir timbré, accroc au cul ! A voir sérieux.
    cris11
    cris11

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 970 critiques

    4,0
    Publiée le 4 janvier 2014
    Auto focus est un très bon biopic qui nous fait vivre la descente aux enfers du très sympathique (à première vue) acteur vedette de papa Schultz, à savoir Bob Crane. La mise en scène est remarquable et j'ai bien aimé le fait que plus le film avance, plus l'image, l'ambiance et les musiques deviennent sombre. Les acteurs sont excellents. Un film à voir pour les fans de papa schultz et les curieux, même s'il écorne un peu l'image de l'acteur.
    jamesluctor
    jamesluctor

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 1 704 critiques

    4,5
    Publiée le 6 février 2013
    Biopic aussi brillamment dirigé que mis en scène (éclairage, photographie, reconstitution d'époque... tout est parfait), Auto Focus cerne son message sur la sexualité envahissante avec une justesse rare, qu'il appose parfaitement sur la vie de Bob Crane, animateur radio apprécié qui se lança dans la populaire série Papa Schultz. Campé par des acteurs magnifiques, c'est un chef d'oeuvre inattendu qui avec le Shame de Steve McQueen se révèle être l'un des meilleurs films traitant de ce tabou. On n'en attendait pas moins de Paul Schrader !
    Jean-philippe N.
    Jean-philippe N.

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 925 critiques

    3,5
    Publiée le 10 février 2014
    Film intéressant à deux niveaux. le premier raconte l'ascension puis la déchéance d'un acteur connu et adulé à la fin des années soixante, début des soixante dix, l'autre l'avènement de la vidéo et de ce qui a fait son succès par la suite auprès du grand public. Comme quoi, le sexe vecteur de progrès, mène le monde et l'homme à sa perte! A l'heure ou l'on peut envoyer une vidéo instantanément sur le net grâce à un simple téléphone, la forme et la taille des premières caméras et des premiers magnétoscopes ont de quoi faire rêver...
    Tupois Blagueur
    Tupois Blagueur

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 162 critiques

    2,0
    Publiée le 13 février 2015
    C'est vrai que ce Bob Crane nous apparaît tout de suite comme un bellâtre nombriliste quand on commence à regarder "Auto Focus". Cette sorte de biopic sur l'acteur célèbre de "Papa Schultz" le décrit avant sa rencontre avec John Carpenter comme quelqu'un de fidèle et de raisonnable puis après comme un addict au sexe (il le pratique et il se fait filmer !) et narcissique tentant de survivre tant bien que mal. Concrètement, le film de Paul Schrader suit le schéma classique des biographies cinématographiques des stars du show-business, à savoir l'ascension vers la gloire, la lutte pour rester un moment au sommet avant la descente en enfers progressive et qui conclut, en règle générale, de manière tragique le long-métrage. Et devinez quoi, ça en devient lassant...Sans compter le défaut d'écriture de certains dialogues (à mettre à la poubelle) et des scènes qui manquent de temps en temps de peps...Heureusement que le casting est à la hauteur : Greg Kinnear et Willem Dafoe, aidés par des seconds rôles féminins solides, font bien leur boulot. Mais cela reste insuffisant pour sauver les meubles... Décevant.
    xavierch
    xavierch

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 167 critiques

    2,5
    Publiée le 12 octobre 2012
    Que ce type a eu une vie de débauche ! Cette obsession du sexe l'a détruit, alors qu'il était au départ une célébrité. La première partie du film n'est pas inintéressante mais la seconde devient ennuyeuse. Un film moyen dans son ensemble.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 573 abonnés Lire ses 3 559 critiques

    3,0
    Publiée le 30 décembre 2012
    Paul Schrader n'aime rien tant que narrer les descentes aux enfers de personnages masculins qui souvent après avoir tutoyé le succès et la gloire doivent en payer le prix. "La dernière tentation du Christ", " American Gigolo", "Raging Bull", "City Hall" ou encore "Mishima" ressassent tous ce même thème qui fait office de credo pour Schrader qu'il soit derrière la caméra ou simplement à l'écriture du scénario. Schrader profondément croyant, issu d'une famille calviniste s'est souvent vu reprocher une forme de rigorisme obsessionnel qui le pousse à punir ses personnages après qu'il aient enfreint les règles de bonne conduite. Le cas de Bob Crane acteur de télévision surtout connu aux Etats-Unis pour avoir été le colonel Hogan dans la série "Hogan's Heroes" plus connue en France sous les nom de "Papa Schulz" ne pouvait que permettre à Paul Schrader de revisiter ses obsessions sur la déchéance provoquée par le succès. Bob Crane est au départ un bon époux dont la vie est régie par les préceptes religieux, lui et sa femme étant des pratiquants réguliers. Il faudra l'arrivée du succès et la rencontre avec un mauvais génie, le tout encadré par le progrès technologique qui pervertit tout pour que notre brave Crane bascule dans le stupre qui va devenir progressivement sa seule raison d'être. Cette addiction au sexe nous fait penser un peu à celle de notre DSK national qui lui aussi a connu une chute brutale (c'est Schrader qui doit être content !). Quand le pauvre bougre devenu l'ombre de lui-même voudra retrouver un peu de de sa dignité c'est de la main même de celui qui l'a perverti qu'il sera puni pour tous ses pêchés. Le film est habilement mené avec une direction d'acteurs au cordeau mais le propos est une fois de plus trop manichéen et moraliste pour emporter l'adhésion d'un spectateur qui attend que le réalisateur pose des questions plutôt qu'il n'assène son point de vue. Schrader a tellement model& la biographie de Crane à son propos que les enfants de celui-ci ont fait valoir leur version de la vie de leur père à la sortie du film. Une fois de plus Schrader aura provoqué la polémique. Reste les performances de Greg Kennear et de William Dafoe proprement bluffantes; Dafoe dont le talent protéiforme lui permet de changer constamment avec ses rôles tout en leur imprimant un style tout à fait identifiable. On ne refera pas Schrader , il est désormais trop tard.
    Nicolas M
    Nicolas M

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 185 critiques

    0,5
    Publiée le 7 janvier 2011
    un film qui n'avait pas lieu d'être car se biopic fait dans le sensationnalisme primaire et ne porte par sur le bob crane qui fut le colonel hogan dans la série a succès papa schultz. ce film ne nous montre d'ailleurs qu'une seule des deux vie de cet acteur si controversé et si Schader avait eu a coeur de nous raconter l'histoire de Crane il n'aurait pas hommis de montrer le père aimant et attentionné que décrivent ses enfants, Karen , Bob Jr et Scottie.
    Bob Crane menait une double vie et le film de schrder ne nous montre que la plus controversé. S'intéressé à la personnalité de Crane ne l'intéressait pas et dans ce cas à quoi bon en faire un film.

    On ne peut juger Bob Crane ni qui que ce soit car personne ne sais ce qui se passe dans la tête d'une tiers personne.

    Je me demande Quand Hollywood apprendra le respect envers les défunt.

    Laisser Bob Crane reposé en paix à point c'est tout!
    Flowcoast
    Flowcoast

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 199 critiques

    3,5
    Publiée le 18 septembre 2010
    Film agrèable , Auto focus remonte un fait du journaliste Bob Crane , qui petit à petit connaîtra la célébrité , à la radio , à la télévision . Mais , ses fréquentations et ses excès vont le faire tomber dans un cercle vicieux insurmontable . L'histoire vraie se résume à ça . Dans le film , tout le film est cette histoire , mais surtout , la mise en scène fait penser à une comédie . Loin de penser que le film est en fait assez aéré dans le thriller , Auto Focus est un film sans complexe , décontracté , avec des bons acteurs . En général , les biopics sont sérieux , là , Auto Focus l'est beaucoup moins . Et c'est ça qui montre l'originalité d'une biographie tragique .
    adam-kesher
    adam-kesher

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 282 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Cousin du Confessions d'un homme dangereux de Clooney, Auto focus incrit son histoire dans la même époque, et dégage cette même ambiance un peu flottante. Surprenant, déroutant, réussi. A voir.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top