Mon compte
    Enquête sur la sexualité
    note moyenne
    3,7
    40 notes dont 5 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 5 critiques par note
    1 critique
    2 critiques
    2 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Enquête sur la sexualité ?

    5 critiques spectateurs

    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 694 critiques

    5,0
    Publiée le 21 janvier 2009
    Lorsque Pier Paolo Pasolini décida en 1964 de réaliser "Comizi d'amore" (dont le titre original correspond plus à l'esprit de son auteur), le sexe était tabou (aujourd'hui encore vous me direz, mais à un degré moindre quand même !) en Italie. Sur ce principe, le cinéaste devenu pour l'occasion documentariste parcourut l'ensemble du territoire transalpin dans le but de recueillir les impressions de l'ensemble des habitants de la botte à propos de la sexualité et des petits tracas que cette dernière pourra engendrer chez les uns comme chez les autres. Avec la volonté de braver les interdits et de faire parler explicitement le peuple sur un sujet que le pouvoir avait boycotté, Pasolini enchaîna donc des micros-trottoirs très instructifs remontés pour former un film cohérent d'une heure et demie. Au fur et à mesure que son enquête avance, il nous livre ses impressions, commente les réactions face auxquelles il a dû faire face et fait intervenir quelques célèbres penseurs Italiens (comme Moravia par exemple) afin que ceux-ci analysent un peu plus profondément et avec une dimension à la foi philosophique et psychologique l'ensemble des réponses que l'on voit défiler à l'écran. Le grand mérite de P.P.P. est de s'en être tenu à un point de vue la plupart du temps objectif, préférant livrer un témoignage gravé à un instant T de l'Histoire plutôt que de présenter sa vision personnelle de la société Italienne de l'époque. Dans une démarche hyper-démocratique, il cherche à comprendre ce que pensent les uns et les autres en s'attachant à les faire s'exprimer le plus possible sans pour autant tenter de les déstabiliser ou les mettre mal à l'aise en jouant au plus malin (ce que certains auraient fait). On pourra reprocher à son film de parfois se situer à la limite de la caricature, voire de la démagogie (les prolétaires disent ci, les bourgeois ça ; le Nord fonctionne comme ceci, le Sud comme cela). Pourtant, la pertinence de son propos interloque encore aujourd'hui. Surprenant.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1967 abonnés Lire ses 3 824 critiques

    3,5
    Publiée le 31 janvier 2012
    C'est très dur de suivre un documentaire de Pasolini, parce que si la forme pourrait sembler très commune, on pose des question comme dans n'importe quel reportage télé, là ça n'arrête pas, pendant une heure trente, on parle, parle, sans s'arrêter, et chaque réponse apporte quelque chose, une précision, il n'y a pas de voix off qui vient dire ce qu'il faut penser de ce qui vient d'être dit.
    Cependant on peut voir que le film est très structuré, Pasolini a un protocole et l'adapte au fur et à mesure qu'il se rend compte que ses questions n'ont pas la réponse qu'il espérait. Il est dans une sorte d'expérimentation, il va même jusqu'à user de stratégies détournées, dans le final par exemple pour faire parler les gens. Ainsi les italiens interviewés se trouvent plus enclins à parler de sexe lorsqu'il s'agit des maisons closes, que lorsque l'on leur pose la question directement.
    Et le film est très pasolinien, il faut se l'avouer, j'aurai pu dire avant de voir le film ce dont il serait question, ce sexe, inhibé par la société bourgeoise, par la religion chrétienne, par la tradition. D'ailleurs il y a des réflexions assez intéressantes là dessus.
    Les thématiques de Pasolini sont là, seulement je le préfère en cinéaste de fiction, excepté son documentaire sur L'orestie africaine, que j'avais adoré, parce que justement il se plaçait dans une fiction potentielle, j'ai un peu de mal avec ses documentaires, enfin toute proportion gardée, parce que je les aime quand même, que je les trouve intéressants etc, parce qu'il n'y a pas la mise en scène de Pasolini, là par exemple la caméra ne semble pas forcément vouloir capter l'âme des gens interviewés, il n'y a pas cette dimension que j'adore chez lui de la beauté brute, sans retouche, captée ma une caméra.
    C'est un film qui reste intéressant par sa démarche, la réflexion qu'il y a derrière, mais je ne peux cacher une petite déception.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 194 critiques

    3,5
    Publiée le 17 décembre 2012
    Comizi d'amore.

    Est un documentaire réalisé par Pasolini sur la sexualité dans la société Italienne des années 60.

    Des questions et des réflexions intéressantes.
    Ce qui est très intéressant ce sont les réponses des gens

    On regarde avec amusement les gens qui disent que c'était mieux avant, comme quoi il y en a à chaque époque.

    Une admirable initiative de Pasolini qui donne la parole à tout le monde ( Ouvrier, étudiant, adolescent, Philosophe, poète, jeune et vieux)

    Et qui révèle les mentalités à cette époque et à quel point la question du sexe est importante.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 716 critiques

    4,0
    Publiée le 19 mai 2007
    Un film/documentaire intéressant sur la sexualité sous toutes ses formes (attention, ça date d'avant mai 68, quand même...), qui a du marquer en son temps, mais a un petit peu vieilli. Néanmoins, un bon Pasolini.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 15 septembre 2010
    Une enquête intéressante même 4 décennies plus tard car elle permet de se rendre compte des mentalités de l'époque et de les comparer avec celles d'aujourd'hui.

    Pasoloni pose toujours les bonnes questions, à la fois simples, claires et directes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top