Mon compte
    Goyôkin
    note moyenne
    4,0
    98 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Goyôkin ?

    24 critiques spectateurs

    5
    10 critiques
    4
    9 critiques
    3
    1 critique
    2
    3 critiques
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 16 février 2010
    Un excellent film!
    Dans la lignée des films japonais qui rayonnent dans le monde entier.
    guillaume_tauveron
    guillaume_tauveron

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 83 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Trois ans auparavant, par fidélité envers son clan, Magobei a laissé le massacre d’un village entier avoir lieu. Depuis ce souvenir le hante. Devenu samouraï sans maître, il erre comme un fantôme, sans buts et sans parvenir à oublier. Jusqu’au jour où des samouraïs de son ancien clan tentent de le tuer. Un nouveau massacre est planifié. C’est enfin l’occasion pour Magobei de se racheter… Et pour Gosha Hideo de nous offrir un très grand film. Action, héros charismatiques, esthétisme de qualité, paysages aussi glacés que magnifiques, originalité… Ce ne sont pas les qualités qui manquent à ce film dont chacune semble s’accentuer alors que le film avance. La scène du duel final rythmée au son du taïko (sorte de tambour japonais) est un pur bijou. Autre qualité, et non des moindres, le film refuse tout manichéisme. Ainsi Magobei possède une aura de héros entaché par un crime auquel il a participé, alors que son ennemi, celui qui a organisé les deux massacres, est loin d’être tout noir. Il cherche avant tout a épargné la vie de Magobei, et ses actes, aussi affreux soient-ils, ne sont guidés que par son désir de protéger les siens. Le réel ennemi ici, est finalement le gouvernement du shogounat dont la politique est à l’origine de tels drames tout en se tenant à l’écart, bien à l’abri dans sa bulle. Il ne manquait que ce brin de critique social, facilement applicable à la société actuelle, pour faire de Goyokin un très grand film.(+de critiques sur http://www.guillaumetauveron.com/Textes/chroniques_films.htm)
    Khris T
    Khris T

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 37 critiques

    4,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    Très bon film de sabre, avec des plans magnifiques et des acteurs charismatiques.Bien que réalisé après le sabre de la bête, je l'ai trouvé malgré tout moins moderne dans ses thèmes et la façon de les traiter. Un excellent moment cinématographique quand même.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 30 août 2012
    Nouveau film de chevet pour moi !! Une réalisation parfaite , un scénario certes classique mais très efficace. Long métrage dur et violent. Un western italien japonais, cet effet se fait ressentir de part la musique et certains cadrage, un ambiance glaciale mais tellement belle. Les acteurs sont tous magnifiques, Tatsuya Nakadai en impose grace à une prestation hors du commun.
    Je suis heureux d'avoir acheté ce film, un classique du cinéma japonais.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un des fleurons du chambara valant surtout pour son rhytme décousu et prenant, tatsuya nakadai éctoplasmique et plus charismatique que jamais, des décors enneigés sublimes, une atmosphere fantastique et une grande maitrise de l'image.

    Encore meilleur apres chaque visionnage!
    OldBoy
    OldBoy

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 518 critiques

    5,0
    Publiée le 21 septembre 2021
    Goyôkin est un chef d'œuvre du chanbara.
    Réalisé par le grand Hideo Gosha, le film met en scène Tatsuya Nakadai dans le rôle d'un ronin hanté par le souvenir d'un massacre perpétré par son clan qu'il n'a pu empêcher.
    Se déroulant dans des paysages enneigés et baignant dans une ambiance funèbre, ce film sombre et désabusé montre une vision désacralisée de la figure du samouraï, loin du grand héros habituel.
    Nakadai fait des merveilles dans une interprétation intense du personnage de Magobei, Tetsurō Tanba est toujours aussi classe dans le rôle du "méchant" de service, ancien frère d'armes devenus ennemis, les décors naturels sont splendides et la photographie est magnifique, participant a l'atmosphère particulière du film.
    Goyôkin a servi d'inspiration pour l'excellent Ninja Scroll de Kawajiri.
    Crépusculaire, violent et cruel, Goyôkin est un film qui mérite largement d'être redécouvert.
    Dahrar
    Dahrar

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 82 critiques

    2,0
    Publiée le 29 mai 2013
    Ce film dénote par rapport à d'autres chambara, puisque Hideo Gosha a fait le choix de la couleur, alors que les classiques du genre ont souvent été tournés en noir et blanc. J'avoue m'être ennuyé franchement et avoir regardé une partie du film en accéléré. Les jolies couleurs et les cadres sont soignés, mais le rythme est laborieux et le montage assez maladroit. Le scénario reste très bateau pour le genre et manque d'envergure, en particulier au niveau des personnages qui laissent assez indifférents. Dans une interview, l'excellent Nakadai avouait ne plus se souvenir ce dont parlait "Goyôkin", je le comprends...
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 9 octobre 2006
    Nous avons là, un nouveau tournant du film de sabre ; à la fois Technique, Politique et référentiel.
    Techniquement, Goyokin fut le premier film Japonais (prévu à l’origine en 70 mm), qui fut uniquement diffusé en 35 mm -, l’importance de ce choix sur la mise en scène fut déterminante: la taille plus réduite des caméras Panavision permettait ainsi aux opérateurs de manœuvrer plus facilement dans des décors ; De plus, les nouvelles lentilles autorisaient l’usage du zoom.
    C’est également la première fois qu’un ‘film historique’ – de la Toho était filmé à Tokyo, le lieu de tournage habituel étant Kyoto.

    On a souvent comparé le chambara traditionnel au western hollywoodien classique, et il est vrai que les deux genres ont plus d’un point commun, et que l’un a souvent pu influencer l’autre.
    Il est saisissant de constater comment le Film de sabre a pu évoluer dans le même sens que le western classique a évolué vers une vison plus violente, contestataire et désenchantée : Le western spaghetti, puis d’autres œuvres comme celles de Clint Eastwood plus tard.
    Difficile de ne pas penser, à la vision de ce Goyokin au « Grand Silence » de Corbucci, deux films, du reste, tournés la même année: même décor neigeux, même noirceur dans les rapports humains, même violence désespérée ; de même, toutes ces boueuses qu’emprunte Magobei ne sont pas sans rappeller le « Django » du même Corbucci ; jusqu’aux accents très Morriconniens de la musique.
    On notera aussi la séquence d’ouverture, la découverte du village dénué de ses habitants et envahi par les corbeaux, si cette scène renvoie rapidement aux « Oiseaux » d’Hitchcock, elle évoque également le Mario Bava de « Opération Peur » ou de « la fille qui en savait trop ».

    Très intéressant aussi de voir comment le mythe du samouraï est maintenant ouvertement critiqué, détruit ; si Kurosawa , Kihachi Okamoto ( Le sabre du mal ), et Kobayashi Masaki ( son « Hara-Kiri de 1962 » relança le genre , Evincé pendant l’après-guerre par le gouv
    Ozomatli
    Ozomatli

    Suivre son activité Lire ses 31 critiques

    4,0
    Publiée le 21 août 2020
    Un classique du film de sabre japonais, sans concession sur la nature humaine et porté par une ambiance crépusculaire, une belle musique et une mise en scène dynamique (pour l'époque) et soigné.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top