Mon AlloCiné
    L'Autre
    note moyenne
    3,6
    148 notes dont 24 critiques
    répartition des 24 critiques par note
    6 critiques
    11 critiques
    3 critiques
    3 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur L'Autre ?

    24 critiques spectateurs

    armenardo
    armenardo

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 322 critiques

    5,0
    Publiée le 3 octobre 2011
    Dans la lignée d'un Rosemary's baby, sauf que ce film n'a malheureusement pas la même notoriété: le film alterne l' ambiance malsaine,l'angoisse insidieuse ;avec des scènes chocs: pas d'effusion de sang pour autant puisque comme le film de Polanski tout repose sur l'intelligence du scénario et le travail d'orfèvre du réalisateur( hors-champs,ellipse...).Le film aborde de plus de nombreux sous-thèmes, tout parfaitement imbriqués: l'enfance face à la mort et l'innocence perdue( un des thèmes fétiches de Mulligan) l'amour perverti et destructeur...il y en a pleins d'autres mais difficle d'en dire plus sans spoiler.En tous cas pour ce qui est de la profondeur psychologique on aura rarement vu mieux,la fin du film est insupportable et le film prête à plusieures interprétations.Bref,un classique du
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6340 abonnés Lire ses 10 750 critiques

    4,0
    Publiée le 28 février 2010
    Oeuvre injustement mèconnue, "The Other" aborde le thème de la gèmellitè dans un film ètrange, à mi-chemin entre rêve et rèalitè! Niles, le jeune hèros de l'intrigue, a t'il vèritablement un frère jumeau responsable de tous les èvènements effroyables qui agitent sa communautè ? Ce double fantomatique n'est-il pas le produit de son imagination ? Le rèalisateur Robert Mulligan se refuse à toute explication logique pour laisser son film baigner dans l'irrationnel poètique! D'une exceptionnelle richesse et opposant la douceur des paysages au caractère traumatisant de l'action, liant l'imaginaire au rèel dans un jeu envoûtant d'interaction, "The Other" crèe un climat d'indicible horreur et de mystère non dissipè, qui laisse loin derrière tous les films d'èpouvante! Une rèhabilitation s'impose...
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 315 abonnés Lire ses 3 756 critiques

    2,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Je ne vois pas de quel suspense certains parlent..... Il ne se passe pas grand chose, et le sujet du film est dévoilé dans les 5 premières minutes quand on essaye de comprendre ce que veut dire "l'autre". C'est bavard et assez moyennement bien joué. Bref assez déçu.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 344 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    1,0
    Publiée le 24 décembre 2010
    Si l'immense majorité des très grands cinéastes ne s'est pas intéressée au film d'horreur fantastique,c'est qu'ils pensaient qu'il n' avait rien de bon à en sortir. Ce lui ci en est un magnifique exemple car Robert Mulligan,s'il n'est pas Murnau, Mizoguchi, Mac Carrey ou Minnelli pour rester dans les M est un excellent metteur en scène. Pour ma part ,je pense que ce genre est infaisable .En effet pour 25 minutes ce cinéma, il faut supporter 80 minutes de remplissage avec du grand n'importe quoi, plus une tripotée de cinglés qui ne seraient bien que dans un asile. Quand il n'y a rien à dire et rien à montrer ,il vaut mieux se taire. Tous les efforts des acteurs se retournant contre eux au point de les faire paraître grotesques. Un seul détail intelligent m'a amusé: Mulligan disposait de 2 frères pour faire les jumeaux et par honnêteté ,on ne les voit pourtant jamais ensemble. Il n'a nullement démérité dans mon esprit car c'était mission impossible avec un tel sujet que seul le livre peut rendre, puisque ce sont nous qui faisons alors notre cinéma dans nos têtes.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 789 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,5
    Publiée le 18 mars 2014
    Injustement méconnu malgré la pertinence avec laquelle il traite de la thématique du traumatisme de l’enfant en deuil, L’autre aura été l’unique l’incursion de Robert Mulligan (à qui l’on doit notamment l’exceptionnel Du silence et des ombres) dans le domaine du cinéma fantastique. L’intelligence du réalisateur est d’insuffler un sentiment de malaise chez le spectateur en lui faisant prendre le point de vue d’un jeune garçon inconscient du caractère hallucinatoire de ses conversations avec son frère, fraichement décédé, qui le pousse à commettre des actions néfastes. Flirtant entre le rêve et la réalité, une idée de mise en scène depuis souvent reprise dans le cinéma fantastique, le récit réussit à créer un doute profond autour des limites des responsabilités des personnages de ce drame familial, et à faire de ce cadre bucolique et isolé la source d’une tension psychologique intense menant vers une conclusion dotée d'un terrible suspense et d'une fin poignante. Les deux jeunes acteurs d’une dizaine d’années ne continueront pas leur carrière, et pourtant leur jeu plein de nuances aura été pour beaucoup dans la qualité de cette incursion dans l’un des recoins les plus inquiétants de l’imaginaire enfantin.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 417 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    4,0
    Publiée le 24 novembre 2016
    Doté d'une ambiance bien mystérieuse, ce long-métrage de Robert Mulligan peut se vanter d'être un des fleurons du cinéma fantastique américain des années 70. La réalisation est superbe, la prestation des deux enfants subtils (notamment en ce qui concerne Chris Udvarnosky qui est la véritable révélation du film) et le scénario d'une grande richesse. Une oeuvre que l'on prend plaisir à voir d'autant qu'elle possède des moments bien effrayants.
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 1 022 critiques

    5,0
    Publiée le 1 décembre 2012
    Je met chef d'oeuvre car ce film fantastique mérite amplement d'être plus connu tant il déborde de qualités. Je n'avais pas ressenti autant d'angoisse depuis "Les innocents" de Clayton. On a donc affaire ici à un film intelligent qui aborde le thème du double, le gosse souffrant de ce qu'on peut appeller schizophrénie aujourd'hui car il ne sait pas que c'est lui qui perpétue les actes horribles. D'ailleurs il est incroyable dans le film, un démon au visage d'ange qui joue de façon déconcertante. Il y a la mise en scène, la construction (on découvre petit à petit les éléments du puzzle), le suspense quasi insoutenable avec la scène du bébé volé...le fait d'avoir situé l'action en un seul endroit aussi. Vraiment à ranger parmi les plus grands films fantastiques, on peut même à un moment y voir l'influence qu'il a eu sur le réalisateur de Sixieme Sens.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 369 abonnés Lire ses 3 609 critiques

    4,0
    Publiée le 6 novembre 2016
    1972!?! Pas d'effet spécial, pas de monstre (quoique), pas de jump scare... Mais quelle flippe. La tension monte au fur et à mesure et atteint son paroxysme à la toute fin. Un film que je ne connaissais pas du tout et que je suis très content d'avoir découvert, vous aussi, faites le.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 571 abonnés Lire ses 3 555 critiques

    4,5
    Publiée le 17 février 2017
    Avec le temps, la filmographie de Robert Mulligan s'est vue nettement réévaluée grâce à la redécouverte de films comme "L'autre", "Un été en Louisiane" ou "L'homme sauvage". Sensiblement de la même génération que des cinéastes comme Martin Ritt, Stanley Kramer, Sidney Lumet ou John Frankenheimer, Robert Mulligan n'aura pas su ou voulu faire preuve d'un opportunisme suffisant pour s'adapter aux évolutions des méthodes de production au sein de la Mecque du cinéma au cours des années soixante. Comme Sidney Lumet avec "Douze hommes en colère" (1957), il aura marqué ses premiers pas d'un film référence devenu presque immédiatement culte aux Etats-Unis. " Du silence et des ombres", sorti en 1962 qui aborde le problème du racisme de manière subtile et non manichéenne, montre déjà le goût prononcé de Mulligan pour l'onirisme associé à la période de la préadolescence. Artichus Finch l'avocat humaniste qui élève seul ses enfants joué par Gregory Peck vaut à l'acteur son seul et unique oscar et est inscrit dans l'inconscient collectif américain comme l'archétype du héros pacifiste, loyal et courageux. Mais Mulligan d'un tempérament réservé et peu enclin à jouer le jeu de l'entertainment a préféré continuer d'évoluer au sein de la petite structure montée autour de lui par Alan J. Pakula alors producteur et qui fera office de réceptacle pour les douze premiers films d'une œuvre qui ne compte que vingt chapitres. En 1971, il sort à nouveau de l'ombre grâce à "Un été 42 ", film romantique narrant l'éveil à la sexualité d'un adolescent de quinze ans par une jeune veuve (Jennifer O'Neill) de militaire. Ce succès d'estime lui permet de postuler pour la mise en scène du roman à succès de Tom Tryon ("Le visage de l'autre"), ancien acteur chez Otto Preminger ("Le cardinal" en 1963) reconverti à l'écriture. Cette histoire de schizophrénie autour du phénomène de la gémellité précède de peu la vague horrifique qui va débarquer un an plus tard avec le choc provoqué par "L'exorciste" de William Friedkin. Vague aussitôt prolongée par "La malédiction" de Richard Donner en 1976 et qui évoluera très rapidement vers la mise en vedette du tueur en série avec la création d'un genre nouveau très codifié nommé slasher sous l'impulsion du séminal "Halloween" de John Carpenter (1978) qui tournera en boucle dans les années 80. Aucun recours au moindre procédé horrifique ou appel aux forces du mal pour mettre en tension le spectateur chez Robert Mulligan qui s'évertue à montrer que la pulsion de meurtre chez un enfant revêt plus aisément les rituels du jeu. La perte d'un jumeau est un phénomène troublant qui amène quelquefois une surprotection compensatoire qui dans le cas présent s'avèrera dévastatrice. Comme on dit communément : "l'enfer est souvent pavé de bonnes intentions". En 1935, dans une Amérique de la Dépression, le jeune Niles (Chris Udvanoky) et son frère jumeau Holland (Martin Udvanoky) sont élevés par leur grand-mère Ada (Uta Hagen) au sein d'une petite communauté agricole du Connecticut. Des accidents mortels commencent à se produire en présence des deux jumeaux. Le "grand jeu" inventé par Ada qui invite régulièrement Niles à s'identifier à un être ou à un animal qui lui fait face pour prendre mentalement sa place, pose question sur la nature exacte de la relation entre les deux frères. L'ambiance se fait plus sombre à mesure que le film avance et les flashbacks proposés par Mulligan éclairent progressivement l'effet toxique du "grand jeu" initié par la grand-mère. Mulligan qui a eu l'idée de génie de faire jouer deux réels jumeaux plutôt qu'un seul acteur comme c'est souvent le cas pour des raisons pratiques de mise en scène, place le spectateur à la hauteur du regard de Niles, nous rappelant qu'à cet âge la perspective et la perception des choses ne sont pas les mêmes que celles des adultes. L'horrible n'a ainsi pas la même signification et toute la force du film réside dans sa capacité à nous imprégner de la terrible banalité que peut revêtir le fait criminel quand il s'inscrit dans l'insouciance du quotidien d'un enfant. "L'autre" reçut un accueil correct notamment grâce au succès du roman qui l'avait précédé mais il ne fait aucun doute que l'absence d'une explication surnaturelle rassurante aux agissements des deux jumeaux a nui à sa popularité. Mais comme souvent le temps qui passe rend justice à la simplicité qui finit toujours pas triompher des effets de mode.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2003 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    2,0
    Publiée le 21 décembre 2012
    Voir du réalisateur d'"Un Été 42" et de "Du Silence et des Ombres" un film d'horreur, il y a de quoi être surpris, et pourtant... Toujours est-il qu'il choisit comme atmosphère à son histoire la même que pour ses autres films à savoir un lieu paisible et bucolique, et c'est sûrement cela qui donne un peu d'intérêt à ce film. Seulement "un peu d'intérêt" parce que bon Mulligan nous fait tourner en rond pendant un peu plus d'une heure sur un truc qu'on devine au bout de trois minutes et nous épargne pas sa lenteur habituelle, qui est intéressant dans la plupart de ses œuvres mais qui est là plutôt agaçant. Ce qui fait que pour chaque 10 minutes, on en a 8 d'ennui et 2 qui sont au contraire magistrales ; ces dernières concernent les instants où ça se lâche comme la séquence de vision aérienne qui se termine par un accident (ou un meurtre ???), où on est vraiment de plein fouet avec le sujet. Pour la fin, je m'attendais à quelque chose d'atroce ; à ce niveau-là je n'ai pas été déçu car elle est certainement mille fois plus horrible, plus effrayante, que la scène le plus "hémoglobineuse" du film le plus "hémoglobineux" de tous les temps. Je pense qu'il est inutile de préciser qu'elle fait partie des deux minutes.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 13 septembre 2012
    Une certaine poésie qui évidemment ne vieillit pas mais le réalisation elle a pris un sacré coup de vieux.
    Wolvy  .
    Wolvy .

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 234 critiques

    5,0
    Publiée le 29 novembre 2010
    Robert Mulligan, avec sa mise en scène à la fois sobre et on ne peut plus efficace, plonge le spectateur dans un univers doux, paisible et, surtout, des plus réaliste avec "seulement" quelques touches de fantastique - ce qui fait la force du film ! Intriguant à souhait - le superbe score et autres effets sonores y étant également pour beaucoup -, THE OTHER est l'un des plus beaux films du genre que l'on puisse voir. À conseiller.
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    3,5
    Publiée le 20 novembre 2013
    Je dois dire que je suis surpris d'avoir découvert le "truc" au bout de seulement 5 minutes, ( non mais vraiment 5 minutes je déconne pas ), j'ai directement su de quoi il en retournait et a mes yeux le film n'offre pas de vraie surprise .
    Ceci est du au fait qu'il use de ficelles trop classique pour essayer de surprendre, des ficelles grossières, prévisible, dépassées ou encore trop tape a l'oeil, je pourrais bien donner un film très connu comme exemple mais ce serait un spoiler indirect .

    Peut être que ce sont les années passés qui font que le film n'est plus surprenant ou totalement original ( il garde une part d'originalité ) mais on devine tout rapidement, même les petites choses se devinent rapidement et c'est bien dommage .

    Malgré le fait d'avoir deviné la chose au bout de 5 minutes le film reste captivant grâce a son ambiance oppressant et glaçante .
    Les morts et les malheurs s'accumulent dans cette petite bourgade et le mystère est bien plus effrayant grâce a son final vraiment sympathique .

    L'ambiance est bien le principal atout du film, pas vraiment effrayant certes mais grâce a des acteurs qui maitrisent leur rôles on a un film qui offre de bons moments mais qui ne surprend jamais .
    Freaks101
    Freaks101

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 619 critiques

    4,0
    Publiée le 21 octobre 2007
    Un beau film hélas méconnu, dont on retrouve pourtant des traces d’influences chez des cinéastes aussi divers et talentueux que M. Night Shyamalan ou encore Shinya Tsukamoto auquel son très étrange « Gemini » ressemble beaucoup.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3556 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    4,0
    Publiée le 6 août 2007
    Un film qui ne ressemble à aucun autre, disposant d'une atmosphère remarquablement rendue par la mise en scène de Mulligan. Et c'est rapidement un sentiment de malaise qui nous envahit, car l'on ne sait quoi penser de cette étrange histoire, qui nous emmène dans des contrées rarement explorées. Certaines scènes sont superbes, notamment celles de l'imaginaire de l'enfant. De plus, l'ensemble se révèle être très intelligent, du fait qu'il se place systématiquement du point de vue de l'enfant. Bref, un film étonnant, qui nous propose une relecture de l'affrontement du Bien et du Mal, très loin d'être manichéenne. Une réussite du genre.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top