Mon compte
    Princesse Mononoké
    note moyenne
    4,4
    36272 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Princesse Mononoké ?

    839 critiques spectateurs

    5
    578 critiques
    4
    163 critiques
    3
    47 critiques
    2
    26 critiques
    1
    16 critiques
    0
    9 critiques
    Mr. Renton
    Mr. Renton

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 95 critiques

    5,0
    Publiée le 11 avril 2017
    Princesse Mononoké raconte l'histoire d'un jeune prince qui pour défendre son village dont il héritera, tue un dieu de la forêt devenu fou. Il va être maudit par ce dieu, son bras est gangrené par un mal qui le ronge et le tuera dans quelques jours. La chamane du village lui apprend que pour accomplir son destin, il doit aller a l'Ouest. Là bas, le prince rencontrera des hommes et des dieux, des samouraïs comme des ouvriers, des esprits comme des animaux et plus encore... Une guerre se prépare et rien ne pourra empêcher ça.

    Voici la base de l'histoire. Le combat entre l'homme et la nature. Mais cette guerre est avant tout psychologique car la principale force de Mononoké, c'est ses personnages.

    Tout d'abord on a donc le jeune prince Ashitaka, courageux, généreux, respectueux, poli, réfléchi, bref pas grand chose a lui reprocher. Il pourrait être un personnage parfait et par conséquent agaçant ou inintéressant. Sauf que non. Car ce qui fait le charme de ce personnage outre ses qualités, c'est sa faiblesse. Il se bat bien, est très agile etc. mais c'est un être humain, il saigne, se fatigue, se blesse et j'en passe. Il est attachant! On a peur pour lui car il est condamné mais surtout il semble être le seul personnage lucide parmi toute cette folie autour de la guerre. Sans lui, humains et dieux s'affronteraient de manière incessante. On a donc envie de le voir triompher mais on a également peur pour lui.

    Vient ensuite le personnage de San (Mononoké étant le nom donné par les humains). Elle est toute aussi attachante. C'est une femme forte et faible. Instable sentimentalement mais forte, prête à attaquer l'ennemi sur le front avec seulement un couteau! Son histoire d'amour avec Ashitaka est très touchante et très mignonne, ils s'aiment mais ne peuvent vivre ensemble. Cette relation est donc également tragique même si elle se termine relativement bien.

    Pour le reste, les personnages font partis de deux groupes: les humains ou les dieux et la nature. Le seul personnage important "externe" est Ashitaka qui est neutre et souhaite empêcher toute forme de conflit. D'un côté il y a les humains: dirigeant une fonderie, ils coupent des arbres pour agrandir leur civilisation. De l'autre, la nature, des dieux et animaux géants pour la plupart qui veulent défendre leurs territoires. Tout le génie de ce film, c'est qu'il n'y a aucun réel antagoniste car tout le monde a raison mais tout le monde a tort. Le film exploite parfaitement cette idée, l'équilibrage est génial, un personnage peut sembler être horrible dans une scène puis très différent dans une autre sans changement brutal. Les deux groupes s'autodétruisent mutuellement.

    Grâce a ses personnages, son originalité et ses thématiques, l'histoire est toujours passionnante. Elle est extrêmement bien écrite.

    En terme d'animation c'est juste parfait. La symbolique des couleurs, les mouvements, les expressions faciales, tout est propre et agréable a l'oeil. Les effets de vents, de flammes, d'eau... tout est minutieusement dessiné pour un résultat incroyable! L'univers est riche, la mythologie développée est sublime et les designs des personnages comme des animaux sont magnifiques! Les visuels de Princesse Mononoké sont identifiables sur n'importe quelle image du film.

    La mise en scène est d'ailleurs impressionnante, certains plans rappellent fortement les films de Kurosawa, surtout les plans fixes filmant une bataille même si celles ci sont très dynamiques. La "caméra" bouge beaucoup, elle s'autorise des long panoramiques, des zooms, des travellings et plus encore. Ça donne un côté très vivant au film.

    La musique fait également partie de cette ambiance magique, très présente elle fait ressentir des émotions variés mais le plus souvent elle accompagne des scènes de batailles ou des scènes tragiques qui en deviennent larmoyantes!

    Je ne voit pas quoi ajouter, ce film est une merveille, un classique, une grande fresque magnifique, il faut le voir AU MOINS 1 fois dans sa vie! Bien plus qu'un grand film d'animation un grand film tout court. Des films comme Princesse Mononoké, d'une telle puissance, d'une telle poésie on en fait pas beaucoup. Un pur Chef d'Oeuvre.

    Mononoké/5
    kumbaya
    kumbaya

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 236 critiques

    5,0
    Publiée le 18 août 2010
    Le plus accompli des Myazaki, quel que soit vos goûts et autant méprisable soit les mangas, ce film d'animation est un pur chef d'oeuvre
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 26 janvier 2012
    Un film d'animation d'un souffle rare.
    L'écologie et la folie de l'homme à vivre contre la nature et non à ses côtés en la respectant, sont les thèmes centraux de cette épopée épique qui mêle féérie et aventure.
    Lightning_Mc_Queen
    Lightning_Mc_Queen

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 280 critiques

    5,0
    Publiée le 14 octobre 2006
    Jamais Hayao Miyazaki n'aura aussi bien mis en évidence les paradoxes qui séparent et unissent les progès technologiques et les éléments naturels , la tradition et la modernité , la contemplation et la barbarie , la sagesse et la folie , la vie et la mort , le passé et le futur...Une claque enragée , un sommet de furie épique qui ne tape jamais dans la surenchère mais trouve toutes ses justifications dans un symbolisme et une beauté visuelle que seul le grand réalisateur japonais pouvait insuffler. Dévastateur , puissant , tragique et , au final , sublime.
    Ghibliste
    Ghibliste

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 577 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mars 2015
    "Princesse Mononoké" semble être pour beaucoup le meilleur Miyazaki, mais malgré ses très nombreuses grandes qualités, c'est loin d'être mon avis. Il faut dire qu'un élément de l'entrée en matière a de quoi laisser dubitatif : les flèches tirées par Ashitaka coupent net des membres ou décapitent ? Je veux bien avoir de l'imagination mais c'est quand même une très mauvaise idée, une idée qui enlève d'entrée de jeu de la crédibilité et qui n'a pas vraiment d'intérêt en soi. Et puisque j'y suis, je me débarrasse de ce qui m'a le moins plu dans ce film : le héros est un peu trop parfait, sans véritables aspérités, je lui ai trouvé peu de personnalité finalement ; la BO n'a franchement rien d'exceptionnel ; enfin, je ne suis pas fan de la représentation du "Faiseur de Montagnes". Mais attention, pour le reste c'est du grand art : des scènes cultes en veux-tu en voilà spoiler: (combat Mononoké vs Dame Eboshi vs Ashitaka ; les peaux de sangliers qui rampent ; les apparitions telles des miracles du Dieu Cerf)
    , une animation excellente, beaucoup de poésie, notamment grâce à ces petits Sylvains trop mignons. De plus, le film n'est pas manichéen pour un yen : chacun a les raisons de faire ce qu'il fait, tout est une question de point de vue finalement, comme Dame Eboshi passant beaucoup de son temps à soigner et à aider les lépreux mais n'hésitant pas à brûler les forêts et leurs habitants... Un autre thème cher à Miyazaki : le féminisme, au coeur des Forges, est un bel exemple de réhabilitation (les femmes sont d'anciennes prostituées !). Au final, "Princesse Mononoké" est un film d'animation plutôt sombre mais vraiment passionnant, grâce à un scénario extrêmement riche et un final époustouflant, mais tout de même loin d'être parfait, de mon point de vue. ;)
    heathledgerdu62
    heathledgerdu62

    Suivre son activité 119 abonnés Lire ses 1 613 critiques

    5,0
    Publiée le 23 octobre 2013
    Le chef d'oeuvre de Hayao Miyazaki !!! Un hymne à la paix et à la nature !!! Avec les voix américaines de Gillian Anderson, Claire Danes, Pamela Aldon, Billy Crudup, Keith David , Jada Pankett Smith , Billy Bob Thornton !!!
    Sebi Spilbeurg
    Sebi Spilbeurg

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 1 005 critiques

    4,5
    Publiée le 30 octobre 2013
    Si tout le monde connait aujourd’hui Hayao Miyazaki, il n’en a pas toujours ainsi. Et pour cause, le célèbre cofondateur des studios Ghibli n’a connu le succès en Occident qu’en 1999. Alors qu’il avait déjà à son actif Nausicaä, Le château dans le ciel, Mon voisin Totoro, Kiki la petite sorcière et Porco Rosso. Cette soudaine renommée, il le doit à Princesse Mononoké, qui a dû attendre 2 ans (sorti en 1997 au Japon) pour être reconnu par la Terre entière. Offrant à Miyazaki le titre de maître de l’animation mondial. Retour donc sur ce bijou qui traverse et traversera les âges.

    Pour ce dessin animé, Hayao Miyazaki nous plonge dans le Japon médiéval. Où l’on suit le parcours d’Ashitaka, un prince qui, après avoir battu un démon, se retrouve rongé par celui-ci et se doit de partir en quête de guérison. Sur le chemin, il va être le témoin de diverses batailles, qui voient affronter les hommes et la nature (représentée par des animaux de taille assez gigantesque). Et surtout, son destin va croiser celui de San, une jeune fille élevée parmi les loups et qui voue une haine sans pareil à l’humanité.

    Une simple histoire de princesse, ponctuée par un amour entre Roméo et Juliette (2 clans : les humains et la nature), sur fond de batailles pour juste relever un peu le niveau du divertissement ? Sur le papier de n’importe quel dessin animé, peut-être. Mais là, ce n’est pas un quelconque film d’animation ! Pour ceux qui connaissent bien l’œuvre de Miyazaki, ils savent bien que le réalisateur ne fait pas dans la simplicité. Et en voyant Princesse Mononoké, vous verrez qu’un dessin animé peut se montrer amplement supérieur à un film classique. Aussi bien dans le fond que sur la forme !

    Dire qu’il a fallu à Miyazaki d’une visite dans l’ancienne forêt de Yakushima pour avoir l’inspiration. Une idée qui donnera naissance à l’un des scripts les plus travaillés de tous les temps ! Un scénario bâti sur une métaphore. Celle du combat entre l’Homme et la Nature, qui continue encore de nos jours, et de plus belle ! Et pour cela, Miyazaki met en valeur les tenions entre chaque clans : la Nature se révoltant contre les hommes qui détruisent les forêts (pour agrandir les cités et permettre l’amélioration de leur mode de vie), ces derniers se faisant sauvagement attaqués et qui décident donc de contre-attaquer. Sans réellement prendre parti : d’un côté les animaux qui tombent sous les tirs d’armes à feu reflétant la modernité (l’évolution de l’homme sur la Nature), de l’autre des humains qui subissent de lourds dommages collatéraux qui n’ont pas grand-chose à voir avec les conflits qui sévissent.

    Mais tout de même, tout porte à croire que Miyazaki reste en faveur de la Nature. En insistant bien sur le fait qu’ici, les animaux en question (des loups, des sangliers, des orangs-outans) ne sont pas de vulgaire êtres vivants mais bien des dieux. Des personnages divins qui savent parler et faire preuve d’honneur qui perdent peu à peu leur puissance (symbolisé par ces animaux qui rapetissent au fil des années). Et cela se confirme via les explications de l’attaque au début du film. Celle où un sanglier démoniaque fonce sur le village d’Ashitaka. Une créature dont le côté obscure (ne voyez rien en là une référence à Star Wars) est d’origine humaine (du moins, l’acte qui en est à l’origine, mais je n’en dirai pas plus !). Dès lors, il est certain que Miyazaki a pris parti et nous le partage pour nous faire prendre son point de vue.

    Se penchant pour la Nature est également exprimé via les décors et l’ambiance qui se dégage de Princesse Mononoké. Il n’y a pas photos, avec des forêts verdoyantes, la douceur des lieux (les cours d’eau et les oiseaux qui chantent), une petite part ténébreuse pour renforcer la puissance décrite plus haut, des êtres divins organisés et respectueux, la Nature à tout pour plaire ! Tandis que les humains vivent dans des paysages déserts (vides de toute nature) et gris (synonyme du feu, ennemi de la végétation), ils sont désorganisés n’arrêtent pas de « taper dessus » (les femmes qui parlent aux hommes comme des chiens, les villageois repoussant l’attaque de samouraïs dont le but d’affronter la Nature est pourtant identique…). Sans compter cette poésie qui règne du côté de la Nature. Une ambiance unique mis en valeur par des dessins somptueux (quelques effets numériques à compter tout de même) et une bande son de toute beauté (les musiques sont tout simplement irrésistibles !). On ne peut que tomber sous le charme !

    Mais aussi, Miyazaki se permet d’enfreindre quelques clichés via les personnages. Ashitaka est un prince moraliste, mélancolique et réfléchi qui se retrouve maudit bêtement (juste en défendant son village) et non gai et insouciant comme nous avons l’habitude de voir. San dite Princesse Mononoké (« des esprits vengeurs »), une jeune femme combattante et prête à mettre l’amour de côté pour défendre les siens quitte à se sacrifier au lieu d’une fille à papa en détresse. Dame Eboshi, une femme en guise de leader qui dirige toute une armée d’hommes, sûre d’elle, ambitieuse (prête à se sacrifier, elle et ses hommes, pour atteindre son idéal, allant même jusqu’à refusé l’autorité de l’Empereur, point de vue révolutionnaire pour l’époque) et ayant une forte personnalité (faisant croire à un lourd passé qui ne sera jamais révélé) plutôt qu’une mégère grande gueule en tant que personnage secondaire inutile. Et enfin Jiko Bou, un protagoniste secondaire fort complexe qui cumule les rôles de ninja, d’espion de l’Empereur, de membre d’un groupe religieux et de quelqu’un de bien au lieu d’un second couteau qui aurait apporté une touche comique à l’ensemble. Alors, quand des personnages sont aussi intéressants que cela, aucune raison de ne pas être intrigué par leur destin respectif et donc par l’histoire générale.

    Quelque peu déçu par un générique de fin qui arrive de manière brusque (laissant quelques personnages sur le banc de touche, sans que l’on sache ce qu’ils vont devenir), Princesse Mononoké n’est « entâché » (terme un peu fort, je le reconnais) que par ses 2 dernières minutes qui concluent l’ensemble un peu trop facilement. Mais que l’on fasse l’impasse ou pas sur ce défaut, il n’y a rien à redire : le dessin animé d’Hayao Miyazaki livre un chef-d’œuvre majestueux et poétique incontestable. Sans hésitation l’un des meilleurs films d’animation qui puissent exister ! Pas étonnant que la sortie d’un long-métrage des studios Ghibli soit toujours une interminable attente !
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 744 abonnés Lire ses 11 201 critiques

    3,5
    Publiée le 6 octobre 2016
    La magie de Miyazaki! Une aventure dans le plus politique des pays imaginaires du monde de l'animation qui nous emporte dans un monde fantastique! Au Japon, la fin c'est le commencement de quelque chose d'autre avec un monde qui se renouvelle perpètuellement! Chaque personnage dans le film a tort et raison à la fois parce qu'il se bat pour dèfendre son honneur et sa vision du monde! Ashitaka se dit victime d'un malèfice mais en fait c'est ce monde qui est malèfique. "Princesse Mononokè" ne surpasse pas les chefs d'oeuvre que sont "Le Château dans le ciel" (1986) ou "Le Voyage de Chihiro" (2001) mais n'en demeure pas moins un très bel hymne à la nature dont les sens sont mis à l'èpreuve! Avec de l'animation à la main et non sur ordinateur comme 90% des films d'aujourd'hui! Tout a un sens, tout est tracè, tout est choisi que ce soient les couleurs ou les personnages, avec de grands moments comme ce grand esprit de la forêt qui change d'aspect! Beaucoup y verront une fresque à la Kurosawa mais le film est avant tout une oeuvre sur les rapports de l'homme et de la nature! Porter sur le monde un regard sans haine tel est le constat de "Princesse Mononokè"...
    C.Dervaux
    C.Dervaux

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 1 765 critiques

    3,0
    Publiée le 18 mai 2012
    Princesse Mononoké est un film utile, enrichissant en plus d'être particulièrement soigné. Le cinéma de Hayao Miyazaki est particulièrement ludique et réussit à alterner avec efficacité humour et scènes d'action spectaculaires. Sans en faire trop, le réalisateur propose une histoire simple mais d'une profondeur surprenante.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 786 abonnés Lire ses 2 232 critiques

    4,5
    Publiée le 24 février 2014
    Princesse Mononoké : Encore une œuvre fantastique et spirituelle signée par le maitre du genre. Hayao Miyazaki nous réalise une fable sombre et violente (tête qui vole, bras coupé…) sous fonds de message écologique. Je déconseille ce dessin animé aux jeunes publics car il est vraiment complexe et mature : loin des Disney, Pixar, Dreamworks… Mais, c’est ça aussi qui fait sa grande force. Car, on ne voit que ce genre de film d’animation chez Hayao Miyazaki : toujours très poétique, symbolique, avec un coté fantastique ce qui permet d’avoir une aventure unique. De plus, l’histoire est originale et captivant et l’univers incroyable. Entre ce coté Japonais médiéval et ce coté fantastique naturelle avec les dieux animaux… Car l’histoire : c’est la nature est tué par les Hommes. Donc, les dieux et les démons la protègent. Et c’est un jeune guerrier qui après avoir protégé son village contre un démon va être maudit et donc va droit vers une mort prochaine. Mais pour sauver sa vie, il doit sauver la nature pour la paix. Donc voila, histoire envoutante remplit de personnages attachantes. Ainsi que de scène d’action et de bataille. Donc voila, ce dessin animé ne fait vraiment pas comme les autres et ça, c’est bien. Et puis, la réalisation et la mise en scène est juste fabuleuse, tout l’imagination de Hayao Miyazaki déborde dans cette œuvre tout simplement sublime.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 625 critiques

    5,0
    Publiée le 11 août 2017
    « Princesse Mononoké » couronne la carrière d'Hayao Miyazaki par bien des aspects. Peut-être son film le plus riche et le plus complexe, c'est également l'un des plus accomplis formellement, utilisant à merveille les possibilités de l'art du dessin animé fait main, avec un soupçon d'images de synthèse uniquement quand le besoin se fait sentir, pour ne pas rompre l'équilibre de la façon de faire typiquement artisanale du fameux studio Ghibli. Je ne m'attarderai pas sur la richesse de l'univers miyazakien, sur l'abondance des kamis et autres êtres fantastiques qui font tout le charme du long métrage, et plus généralement de l’œuvre même de Miyazaki. Je fais en revanche le choix de me pencher sur « l'infrastructure » de ce film, à savoir ses 3 dimensions (me semble-t-il) : sociologique, poétique et épique.

    Sociologique, tout d'abord, car le grand « thème » si j'ose dire de « Princesse Mononoké », c'est l'antagonisme entre tradition et modernité. Deux esprits s'affrontent : celui des anciens, du culte des divinités shintoïstes, du respect de l'Autre et de la nature ; et celui des modernes, de l'emprise sur la nature, mais aussi de la rupture avec les traditions asservissantes, d'une liberté chèrement gagnée. Deux figures s'opposent ainsi dans ce long métrage : San, la princesse Mononoké, c'est-à-dire des esprits vengeurs (si j'en crois Wikipédia), qui vit auprès des animaux-dieux de la forêt magique (une déesse louve l'a recueillie à la mort de ses parents et en a fait sa fille adoptive), et pour qui l'homme est un monstre cupide et violent, qui ne pense qu'à tuer et détruire, notamment la nature ; et de l'autre côté Dame Eboshi, mystérieuse aventurière qui règne en maître sur des forges rougeoyantes, d'où est extrait le métal utilisé par les armes à feu qui ravagent les animaux divins. Ce personnage est particulièrement réussi, car s'il a un côté obscur, du fait de son avidité et de son absence de scrupules, c'est également quelqu'un qui vit aux côté des lépreux, et qui a redonné une fierté et une dignité aux ex-prostituées qu'elle emploie dans ses forges. C'est le personnage moderne par excellence, du fait de son audace (elle ose rien moins que s'attaquer en personne à des dieux), mais aussi du fait de son féminisme : qu'une femme dirige un village, une entreprise industrielle mais aussi une armée d'hommes, qu'elle aille aux devants des combats, qu'elle ait la maîtrise de sa destinée et de celle de ses sujets, c'est bien évidemment une invention de Miyazaki, mais qui dit tout de ce que peut représenter l'émancipation de la femme dans un Japon très codifié (cf. les films de Masaki Kobayashi des années 60). Au milieu de ces deux personnages se trouve Ashitaka (alter-ego de Miyazaki ?), jeune prince qui veut porter un regard sans haine sur le monde qui l'entoure. Véritable médiateur, s'il veut stopper la folie meurtrière des hommes, et intimer à Dame Eboshi de respecter la nature et ses divinités, il ne peut se résoudre à tourner le dos à son humanité, et fait tout pour que San redevienne humaine, mais aussi pour que les gens de Dame Eboshi (et elle-même) ne subissent pas la fureur des dieux de la forêt. Plus complexe qu'il en a l'air, c'est l'un des rares héros masculins de la filmographie de Miyazaki, et c'est véritablement la clé de ce film. Car la grande force de ce long métrage, c'est que Miyazaki ne juge pas ses personnages, et ainsi ne porte pas de jugement sur le passage de la tradition à la modernité : l'ancien temps n'est pas le Bien et le nouveau le Mal. La modernité succède à la tradition, et pour cela la détruit de l'intérieur. Un monde nouveau naît alors, un monde ou la nature n'a plus rien d'enchanteresse, où les animaux ne parlent plus. Un monde domestiqué, où l'homme règne en maître, un monde en 3 dimensions – celui que nous connaissons – où le sacré est absent (la 4ème dimension de ce film). D'autres de ses films viendront souligner combien tout n'est pas rose dans ce nouveau monde (« Le Voyage de Chihiro » pour ne citer que lui), et tout ce qu'il a perdu de l'ancien. D'ailleurs l'Esprit de la forêt est tellement beau qu'on comprend aisément combien une part de Miyazaki regrette le Japon de la tradition. Mais pour certains de ses aspects seulement ! Notamment le culte du respect.

    J'en viens à l'aspect poétique de ce long métrage. Ce qui est évident, comme je le disais, c'est que l'ancien monde a son charme, et même beaucoup de charme, à travers les yeux de Miyazaki. Les nombreux kamis, et notamment les amusants sylvains, font tout le sel de « Princesse Mononoké », sans parler bien évidemment de l'Esprit de la forêt, au visage (car c'est plus un visage humain qu'animal) étonnamment beau et apaisant. La forêt est magnifiée, sorte de monde primitif et vierge de toute emprise humaine, espace foisonnant qui abrite toutes sortes d'êtres, des humains aux animaux en passant par les dieux et déesses qui protègent cet endroit sacré. Difficile de ne pas succomber à cette vision paradisiaque de la nature. Mais ce qui est très fort dans ce film, c'est que ce n'est pas forcément un but en soi, c'est une sorte de fond aux aventures des personnages, et notamment de l'histoire d'amour qui unit Ashitaka à San. San est pleine de rage, elle en veut aux humains de détruire son monde merveilleux, de fouler au pied un univers qu'ils ne cherchent même pas à comprendre. C'est pour cela que dans un premier temps elle est hostile à Ashitaka, qui incarne le genre humain à lui seul. Mais elle va comprendre toute la bonté de cet être, qui au-delà de porter un regard dénué d'animosité, porte un véritable regard d'amour sur ceux qui l'entourent. Il aime profondément San, mais il aime aussi Dame Eboshi et ses gens, en tant qu'êtres humains méritant eux-aussi son respect. Car la c'est là la condition de l'homme, soumettre la nature (dans une certaine mesure) pour pouvoir y vivre. San a oublié que c'était à elle aussi sa condition, et Ashitaka tente de lui faire entendre raison, non pas pour soumettre à son tour la nature et ceux qui l'ont recueillie, mais pour ré-apprendre à aimer les humains, qui s'ils cherchent à maîtriser la nature le font non pas par plaisir finalement, mais parce qu'il en va de leur survie. « Princesse Mononoké » est donc également une très belle histoire d'amour... impossible. Les scènes « d'affrontement » entre Ashitaka et San sont à ce titre très belles et émouvantes. Il y a beaucoup de poésie chez Miyazaki dans les relations humaines, c'est l'un des rares créateurs contemporains à encore croire en l'amour, ce qu'il a illustré à plusieurs reprises tout au long de sa filmographie, et une fois encore, de façon originale, ici.

    Enfin, le registre épique. « Princesse Mononoké » est un grand voyage initiatique, notamment pour Ashitaka. En effet, s'il ne va pas forcément se révéler à lui-même, car il fait preuve dès le début d'une très grande maturité et d'un calme olympien, il va devoir conserver sa retenue, sa maîtrise de soi, face au mal qui le ronge et à la bêtise des hommes. Maudit par un dieu devenu démoniaque, qu'il a tué pour sauver son village d'origine, Ashitaka n'a d'autre choix que de quitter les siens pour s'aventurer à la recherche d'un remède. A de nombreuses reprises, il va devoir faire taire sa colère, pour ne pas qu'elle se transforme en haine et le tue de l'intérieur. Il aura bien des raisons de le faire, mais à chaque fois il saura se contenir, non sans que se matérialise ce combat intérieur, par ce bras traversé par cette cicatrice maudite. Signe de ce que la haine est un vrai poison pour l'homme ! Ashitaka le médiateur, mais aussi la première victime de ce combat entre tradition et modernité, va non seulement devoir affronter mais aussi absorber toute cette haine, et la transformer en amour et en sagesse. C'est probablement le personnage le plus « fort » de ce film, fort au sens où il se relèvera toujours de ses épreuves et saura se montrer exemplaire, tout comme Nausicaä dans la bande dessinée et le film éponymes, malgré toutes ses responsabilités. « Princesse Mononoké » est ainsi le récit de cette quête vers la guérison, qui ne sera possible qu'en détruisant la haine de ce monde. C'est aussi une authentique épopée en ce qu'elle rend compte des exploits des héros et des héroïnes de cette histoire. Entre batailles rangées et conflits intérieurs, Miyazaki illustre avec sa maestria habituelle les remous de l'Histoire, de cette transition entre deux mondes, entre des personnages aux visées contraires, mais aussi des drames intimes qui se nouent, et de la difficulté pour San et Ahsitaka d'accepter que leur monde change à jamais.

    Il y a beaucoup de nostalgie dans ce long métrage mais aussi une certaine espérance. L'ancien monde a changé à jamais, tout retour en arrière sera impossible (et pas forcément souhaitable), c'est ce que Miyazaki nous montre par le simple biais d'images, à la fin de son film, non sans une certaine tristesse. En quelques plans, par cette herbe familière qui remplace la forêt sauvage et majestueuse, Miyazaki nous dit tout de ce passage d'une époque à une autre. Riche de thèmes et de personnages, illustré avec un talent inégalé, « Princesse Mononoké » n'est pas forcément son plus grand film à mon sens (la faute à un très relatif académisme), mais c'est indéniablement le plus représentatif de son talent. D'une profondeur que plusieurs visionnages n'ont jusqu'à présent pas entamée.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 24 février 2013
    Si vous aimez la nature, les loups qui parlent, les lépreux, les sangliers géants, les esprits maléfiques, les héros au Grand Coeur et les gens qui se battent pour un monde meilleur, alors ce Chef d'Oeuvre est fait pour vous.
    Toto INF
    Toto INF

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 555 critiques

    3,5
    Publiée le 14 septembre 2016
    Souvent présenté comme le film d'animation japonais à voir dans sa vie, j'ai finalement été quelque peu déçu.
    Certes l'animation, les images, les dessins, et l'univers est très soigné (quoique le délire japonais avec les tentacules est ultra présent). L'histoire sur fond de pseudo écologie se laisse regarder, et surprend souvent son spectateur par tant de what the fuckerie (je vais pas dire JAPON !, mais je le pense très fort). Le doublage français fait le travail sans être de qualité, la musique sait être présente au bon moment, et on est malgré tout transporté dans cet univers quelque peu décalé.

    Un dépaysement cinématographique sans aucun doute, qui avance des idées intéressantes, mais qui reste malgré tout très atypique. Clairement pas pour tout le monde.
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 341 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mars 2017
    Les dessins de Hayao Miyazaki sont toujours aussi beaux, et révèlent une certaine poésie, et surtout lorsqu'ils sont accompagnés d'une belle atmosphère musicale. Le fond de l’histoire de "Princesse Mononoké" est captivant et plein de bonnes intentions, mais ce côté absurde renforcé, et couplé à une certaine niaiserie (notamment dans les dernières minutes) enlèveront pas mal de charme au projet qui s’annonçait pourtant comme prometteur. "Princesse Mononoké" peut donner l'envie à certains de se pencher sur les travaux d'Hayao Miyazaki, tout comme il pourra provoquer l'effet inverse chez d'autres.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1 670 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 16 octobre 2011
    Le génie de l'animation japonaise signe ici un film envoûtant, poétique, fascinant, rempli de violence, de magie et de lyrisme. L'animation est superbe et l'intrigue est fouillée, comportant son lot de personnages et de rebondissements. Un pur bonheur.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top