Mon AlloCiné
    Princesse Mononoké
    note moyenne
    4,4
    33834 notes dont 822 critiques
    répartition des 822 critiques par note
    573 critiques
    156 critiques
    43 critiques
    25 critiques
    16 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Princesse Mononoké ?

    822 critiques spectateurs

    Chevalier du cinéma
    Chevalier du cinéma

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 338 critiques

    5,0
    Publiée le 25 octobre 2013
    Quand Hayao Miyazaki rencontre Akira Kurosawa cela donne Princesse Mononoké un chef d’œuvre à la fois poétique et spectaculaire et qui prouve que le monde de l’animation n’est pas simplement pour les plus jeunes mais aussi pour les plus grands et que c’est du véritable cinéma. Au XVème siècle, durant l’ère Muromachi, la forêt japonaise, jadis protégée par des animaux géants et autres dieux, se dépeuple à cause de la venue de l’homme. Un jour un sanglier possédé par un démon sort de la forêt qui entoure le village du prince Ashikata, le futur chef du clan Emishi. Touché par le sanglier durant leur affrontement, le prince se retrouve maudit et est contraint de quitté son clan pour trouve le dieu Cerf, gardien de la forêt, pour lever sa malédiction qui lui gangrène le bras. Sorti en 1997, seize ans plus tard, Princesse Mononoké est une œuvre de l’animation japonaise culte dans le monde entier, adulée par tous les fans d’Hayao Miyazaki et par de nombreux cinéphiles et est un chef d’œuvre inoubliable. En plaçant son histoire dans le Japon féodal avec des guerres, des samouraïs et un conflit interne entre des clans ennemis Hayao Miyazaki file droit vers l’univers d’un des plus grands cinéastes du Septième Art : Akira Kurosawa, réalisateur de deux grandes épopées que sont Kagemusha, l’Ombre du Guerrier et Ran ainsi que du classique et populaire Les Sept Samouraïs. Princesse Mononoké c’est en partie un film de Kurosawa avec son ton épique et guerrier mais il reste avant tout un pur film de Miyazaki, l’un des plus célèbres réalisateurs du monde de l’animation. On retrouve tout le style du réalisateur à savoir de la féerie, de la poésie, une animation magnifique, des personnages complexes et fascinants et une histoire incroyablement prenante et intelligente. Le scénario de Princesse Mononoké se situe entre la fable écologique et le film fantastico-médiéval prenant place pendant le Japon féodal. En effet en livrant une réflexion sur la destruction des forêts par l’homme et de « l’invasion » du lieu de vie des animaux, Miyazaki montre l’homme comme un destructeur de la nature et se sert de ce thème pour parler écologie et de la notion de « il ne faut pas détruire les forêts ». Thème très bien abordé, le film ne parle pas que d’écologie, il nous raconte une fabuleuse histoire où une jeune fille élevée par une déesse de la nature se bat contre les hommes qui détruisent petit à petit la forêt tandis qu’un jeune prince maudit par un démon cherche le dieu Cerf afin qu’il le libère de son maléfice. Nos deux personnages se rencontre pour permettre à l’intrigue de s’enrichir en enjeux face à l’ennemi incarné par le clan de Dame Eboshi et ses femmes armées jusqu’au dents. Une guerre entre les habitants de la forêt et les hommes détruit tout sur son passage et nos deux héros tentent une paix impossible. Parfois violent, le film de Miyazaki se révèle être plus mature que certaines autres de ses œuvres comme Mon Voisin Totoro qui est plus enfantin, ici Princesse Mononoké est plus adulte, plus complexe et plus spectaculaire que ce qu’on avait vu avant et avec ce film le réalisateur japonais prouve que l’animation EST du véritable cinéma et parfois d’auteur. Accompagné d’une musique sublime et d’une morale sur la destruction des forêts très intéressante et qui sonne vrai aujourd’hui, possédant une animation à couper le souffle et une beauté incarné par son style, Princesse Mononoké est un chef d’œuvre et peut-être le meilleur film d’Hayao Miyazaki avec entre autre Mon Voisin Totoro et Le Voyage de Chihiro.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 2 783 critiques

    5,0
    Publiée le 30 juin 2007
    Certainement l'œuvre la plus sombre et la plus violente (elle n'est pas à conseiller aux enfants) du maître de l'animation japonaise, une fable écologique passionnante qui s'affranchit de la plupart des codes de la fantaisie et de tout manichéisme.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1878 abonnés Lire ses 3 800 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2006
    Mangifique, tout est dans la subtilité des personnages, dans la beauté des dessins. Le scénario peut sembler banal au premier abord, mais il se révelle riche et profond. Un des meilleur film du réalisateur, dont les preuves ne sont plus à faire.
    NoSerious M
    NoSerious M

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 178 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juillet 2019
    Ashitaka, jeune garçon prôneur de la paix, Ulysse de l'époque médiévale, se retrouve confronté à une terrible épreuve: vaincre la malédiction d'un Dieu sanglier devenu démon, dont la substance lui ronge le bras. Durant son périple vers une cité inconnue, le héros des héros croise la route de personnages hauts en couleur et aux buts différents, dont l'excentrique San, surnommée le Princesse Mononoké, vouant un mépris profond envers l'être humain. Comment parvenir à élever le louveteau mis bas par une nature dominée par la haine, quand on a été élevé comme Ash pour maintenir la paix ? Incroyable mais vrai: ce film, pourtant reconnu dans le monde comme l'un des plus grands films d'animation jamais créés, ne m'avait pas conquis à l'époque. C'est ce mercredi [30 mars 2016, j'avais alors quatorze ans, NDLR], alors que j'avais pour projet depuis un certain temps de revoir ce film, j'ai pris mon courage à deux mains quitte à définitivement tourner le dos à la note générale et je le revis aussitôt... Bien m'en a pris, je n'ai non pas trouvé le plaisir de rejoindre l'opinion général, encore mieux: j'ai quasiment découvert le film que je considère actuellement comme le plus grand dessin animé jamais réalisé. Pourquoi? Parce qu'il est parfait. "La Planète des Singes", "Le Seigneur des anneaux", "Danse avec les loups", "Le Livre de la jungle", "Tarzan", "Roméo et Juliette". Six mythes cinématographiques et ou ou littéraires revisités sous une vision moyenâgeuse par le Sensei Hayao Miyazaki ! Différents termes me viennent à l'esprit pour qualifier ce film: triste, émouvant, drôle, magnifique, horrible, beau, terrifiant, soigné, cradingue... Tant d'émotions que je ressens lors que je vois et revois de ce film merveilleux. L'histoire est belle, poétique, gracieuse, troublante, et au finale magique !
    Le film ne se résume pas à des scènes de combats à ne plus en finir mais c'est bel et bien la psychologie et l'émotion qui priment dans ce film contrairement à d'autres productions animées du genre ! Le récit est émouvant sans être tire-larmes et se conclut en une belle morale, ni niaise ni manichéenne. C'est un film qui montre la cruauté et la bêtise dont l'Homme est capable, qu'elle touche aussi bien physiquement que moralement. L'animation est éblouissante, les personnages très attachants (San dans mes bras ! Mais avant, pose ton couteau et essuie ce sang qui perle sur ton visage s'il te plaît ! ^^), la musique de Joe Hisaishi est sans hésitation sa meilleure, et la fin est absolument extraordinaire ! Jamais un dessin animé n'aura atteint un tel paroxysme dans la diffusion de ses idées, toutes en direction du coeur du spectateur. Nul ne pourra jamais faire mieux.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 8 septembre 2013
    Un conte écologique enivrant et parfaitement maitrisé. Le réalisateur parvient à construire sa propre mythologie à partir de résidus de la culture animiste japonaise pour concevoir un film universel, poétique et prenant. Un film remarquable, sans doute la plus belle réussite de l'auteur dont on regrette amèrement qu'il prenne sa retraite.
    MGM-ranger
    MGM-ranger

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 51 critiques

    5,0
    Publiée le 13 juin 2014
    Superbe graphismes, scénaristiquement sans égal. Pour moi, pas besoins de millions de critiques pour dire que ce film est tout simplement le plus grands film d'animation de tout les temps En un mot:"parfait" .
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 491 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2018
    Ce qui m'a souvent marqué dans l'univers d'Hayao Miyazaki, c'est sa capacité à jouer sur plusieurs tableaux différents, à créer un monde complexe qu'il peut rendre, à la fois, lyrique, drôle, sauvage, émouvant, intelligent ou encore d'une grande richesse visuelle.

    Princesse Mononoké est un parfait représentant de cela, il lui faut peu de temps pour mettre en place son univers ainsi que de rendre le protagoniste attachant, tissant autour de lui des liens avec des personnages pouvant être complexes, attachants ou encore intrigants, et ce, que ce soit des humains ou non. On se retrouve plongé dans cette aventure nous emmenant au cœur d'une forêt magique et mystérieuse, où l'on ressent toute la force de la mythologie créée par Miyazaki, avec autant d'intelligence que de passion et finesse.

    C'est dans le manga Mononoke Hime, écrit par Miyazaki lui-même en 1980, qu'il va trouver son inspiration, il sera un immense succès, notamment au Japon, et sera la première pierre à une reconnaissance internationale, confirmée quelques années plus tard par Le Voyage de Chihiro. Rappelant sur plusieurs points Nausicaa, notamment dans les thématiques et la vision de l'humain, Princesse Mononoké a tout pour être l'oeuvre ultime de Miyazaki, un film qu'il a longtemps pensé, réunissant ses réflexions, sa vision de la vie ou les figures qui lui sont propres, et ce avec une créativité et imagination qui n'ont pas de limite.

    Tout ici semble parfait, que ce soit dans l'évolution des personnages, le rythme, la place laissée à la magie ou encore l'ambiance, parfois sombre, souvent aventureuse, fascinante aussi et rendant le spectateur émerveillé. Il parvient aussi à faire passer des messages simples mais puissants sans que jamais cela ne nuise au récit, c'est avant tout par le prisme des personnages qu'il va dénoncer le comportement humain ou encore la non prise de conscience de ceux-ci pour le respect et la sauvegarde de la nature, et ce que la Terre était avant que l'humain ne se l'approprie.

    Ce qu'il y a de remarquable dans l'univers de Miyazaki, et ici en particulier, c'est la façon dont on se passionne très vite pour les personnages, on s'y attache, on peut les détester ou tout simplement être intrigué, mais ils ne laissent jamais indifférents. C'est un jeune prince maudit que l'on va aimer, ainsi que celle qu'il rencontrera dans la forêt, une princesse élevée par les loups, alors que face à eux se dresseront ceux voulant exploiter la Terre, et ce n'est jamais manichéen, ils sont tous soignés, avec des buts différents et des dilemmes intérieurs. Miyazaki n'en oublie pas non plus les rôles plus mineurs, sachant apporter une touche plus légère, à l'image des femmes au village des forges.

    J'ai découvert assez tard l'univers d'Hayao Miyazaki et ce qui m'a mis très vite une claque, c'est l'aspect visuel, tout simplement magnifique et stimulant l'imagination du spectateur. Les dessins sont sublimes et inventifs, l'animation parfaite, et retranscrivant à merveille l'ambiance magique et complexe qui traverse l'oeuvre. Il y a une tension qui se dégage du récit, qui parvient à alterner les moments calmes et ceux d'opposition, et l'alchimie avec la poésie est parfaite, le tout étant sublimé par la somptueuse bande-originale de Joe Hisaishi.

    L'histoire se déroule durant l'ère Japon médiéval, et Miyazaki parvient à sublimer ce contexte, ainsi qu'à le mêler à toute une passionnante mythologie, avec des guerriers, une princesse, les esprits, des bêtes intelligentes, les séduisantes figures du mal ou encore les démons industriels. Ce ne sont plus des personnages mais des mythes et symboles, et ils prennent place dans une magnifique suite de tableaux formant une épopée épique et bouleversante.

    Hayao Miyazaki signe avec Princesse Mononoké une oeuvre d'art épique, bouleversante, sous tension ou encore passionnante, créant une véritable mythologie ainsi que des figures fortes, complexes et attachantes, rythmée par une partition lyrique et magnifique, ainsi qu'une créativité sans limite.
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 226 critiques

    5,0
    Publiée le 2 janvier 2017
    Wouah, wouah, wouah....woauh !! Rares sont les bons souvenirs que je garde de mes sorties ciné à l'époque de l'école primaire qui généralement m'ont laissées de marbre (étant donné qu'à ce moment, j'étais peut apte à m'ouvrir au vaste monde de la cinéphilie). Mais il y eu quand même quelques exceptions et pas des moindres puisque c'est lors d'une de mes années à l'école primaire, je devais avoir dans les 8-9 ans que j'ai découvert "Princesse Mononoké" et ainsi fait la rencontre du cinéma du maître Hayao Miyazaki dans toute sa splendeur. Bien entendu à l'époque, j'étais trop jeune pour comprendre une telle oeuvre, j'étais encore bien loin d'être intéressé par le monde de la culture Nippone, je ne m'attendais absolument pas cette histoire d'amour que je vit aujourd'hui avec l'univers des mangas ect qui a fait de moi "l'Otaku" que je suis aujourd'hui. On dit souvent et j'en suis d'accord que les films d'animation du Studio Ghibli sont destinés plus aux jeunes adolescent à cause du profond niveau de lecture qu'aborde certaines oeuvres; pourtant je ne saurais trop l'expliqué mais du haut de mes 9 ans, ce film m'avait d'ors et déjà collé une claque ! Claque qui avec les années qui ont passées n'a fait que se confirmer, se renforcer au fur et à mesure que mon amour pour les mangas et films d'animations grandissait. Pourquoi je dis tout ça ? Parce que je pense qu'il est important de préciser le contexte de découverte d'une oeuvre comme celle ci et que chacun a une vision subjective du chef d'oeuvre qu'il visionne.
    Bon, Princesse Mononoké, "Mononoké Hime" de son titre original....comment suis je supposé garder mon calme ? Comment décrire ce qui après pratiquement 20 ans est une oeuvre si solidement inscrite dans la roche des chefs d'oeuvre cinématographique ?!! Comment apporter mon propre regard et réussir à décortiquer un film aussi culte qui à lui seul pourrait être donner une véritable thèse tant il y aurait à disserter !^^
    Cela doit être mon cinquième ou sixième visionnage du film et je n'ai plus aucun doute quand au fait que ce film est un pur chef d'oeuvre méritant bien tous les éloges du monde.
    Princesse Mononoké, 10 ème film d'animation du studio Ghibli sorti en 1997 et réalisé par Hayao Miyazaki (qui nous livre ici son chef d'oeuvre !) nous plonge en plein Japon médiéval au XVème siècle. En ce temps ou hommes et démon cohabitent, Ashitaka un jeune guerrier, est contraint de quitter son village après avoir tué un sanglier rongé par la folie des démons. Ayant reçu la malédiction du démon via sa blessure au bras laissée par la créature au cours du combat, Ashitaka décide de partir à la recherche du légendaire Dieu-Cerf, dieu tout puissant de la forêt dont lui seul serait capable de guérir le maléfice rongeant la vie du guerrier. Au cour de son voyage, Ashitaka croisera sur son chemin le village des forges dirigée par Dame Eboshi, femme de caractère prête à tout pour reprendre la forêt des mains des esprits. Mais le destin d'Ashitaka lui fera aussi faire la rencontre de San, jeune fille sauvage surnommée la "Princesse Mononoké" élevée par les loups et désireuse de chasser les hommes qui souillent la forêt.
    Voilà pour le pitch global.
    Est ce que j'ai vraiment besoin de dire pourquoi ce film est génial srx ?! ^^ Bluffant, époustouflant, incroyable...!! On pourrait continuer encore longtemps l'énumération tant les adjectifs qualificatifs pour désigner cet OVNI du cinéma ne manquent pas !
    Princesse Mononoké, Miyazaki nous livre avec ce joyaux brut un travail de roi inégalé ! Mélangeant animation, fantastique, drame, guerre, historique...ce maître tel le Walt Disney du Japon nous livre ici une saisissante fable écologique violente et extrêmement psychologique !
    La première chose qui nous frappe ici et la dimension écologique de l'oeuvre; (avec la guerre, l'un des thèmes chers au réalisateur). Ici, tout le scénario du film tourne autour de la thématique "L'Homme et la Nature", thématique qui, jamais avant le passage d'Hayao Miyazaki n'avait bénéficié d'une telle profondeur. Pour le coup, le thème de la Nature est fouillée de fond en comble, ainsi, sont posées de profondes et solides bases d'un propos réflexif hautement philosophique: L'homme est t-il une simple créature dans la Nature ou bien la domine t-elle ? La Nature et l'Homme peuvent ils arrivés ensemble à une certaine harmonie ? L'Homme corrompt-il la Nature ou bien la Nature est elle une force qui corrompt l'homme ? Qui sont finalement les vrais démons, les monstres ou bien les hommes et leur coeur plein de haine ?
    Tout le film est orchestré autour de ce face à face au sommet, nimbé d'écologie et de spiritualité dans le respect des traditions ancestrales d'Orient.
    Le récit sur 2h et quelques prend le temps de poser les bases d'un regard sur la guerre à travers cette quête épique, histoire de rédemption avec le but de purification. Princesse Mononoké, c'est aussi et surtout des scènes de batailles vraiment saisissantes ! De l'action et de la violence brutale, du sang et des larmes (on hésite pas à nous montrer des têtes coupées, membres arrachés, des personnages se vider de leur sang, des cadavres par dizaines dans la poussières...), de la badassitude sans censure qui permet vraiment d'éprouver un torrent d'émotion devant un spectacle qui nous laisse bouche bée ! Un chaos désordonné : Hommes vs démons, Hommes vs Hommes, démons vs démons sur fond d'enjeux politico-militaires et écologiques.
    les personnages du film sont des plus intéressants, dotés d'une immense complexité psychologique à saisir, ni entièrement bons, ni entièrement mauvais, c'est par instinct qu'il agissent; tout du long le récit met en avant leur propre dualité, la folie qui les guette et leurs pulsions meurtrières.Toute cette fable retranscrit la folie humaine, les personnages sont humains mais c'est justement parce qu'ils sont humains et agissent en humain qu'ils peuvent êtres effroyables.
    Pour les personnages: Ashitaka, guerrier solitaire maudit par un démon et cherchant à purifier son coeur de toute haine, le personnage est profond car il apprend à reconsidérer le monde corrompu par la guerre et la folie des grandeurs des humains, c'est par son regard que nous découvrons nous même le monde fictif du film d'animation et surtout le plus épique c'est que ce personnage, spoiler: pourtant condamner par le maléfice du démon-sanglier,
    tente au coeur d'un conflit qui le dépasse de lutter contre son propre destin. Et c'est vraiment une bonne chose d'oser enfin montrer un héros qui malgré sa neutralité et son pacifisme, ne parvient pas à apaiser les tensions entre les 2 camps.
    San, humaine mais élevée par des loups; d'abord présentée comme un monstre, on comprend ensuite qu'elle renie son identité humaine. La Belle ou la Bête ?? Elle est un peu les deux à la fois XD ^^, sauvage, fougueuse, elle agit comme une bête mais sans être dépourvue d'intelligence humaine, néanmoins (si on adopte un point de vue exclusivement psychologique), le film nous montre bien les conséquences de sa séparation avec son milieu d'origine.
    Ensuite, Dame Eboshi; Chef du village de Forgerons, personnage très complexe, nous apparaissant d'abord de manière évidente comme celle qui a le rôle de la méchante, ses motivations restent compréhensibles. De plus le personnage constitue une bonne figure féministe (illustré par le fait de recueillir et de protéger les femmes à qui elle donne un toit et un travail).
    Chose capital, un autre axe essentiel dans Princesse Mononoké est le fait que 75 % de personnages soient des femmes. Ici Miyazaki rend justice aux femmes opprimées à cette époque féodale en faisant des villageoises des soldats armés et même, rien que le fait que les 2 héroïnes soient aussi badasses et aient un caractère acharné bien trempé comme ça, ça suscite l'admiration !
    Les autres personnages sont assez sympa sans être tout aussi profond, comme le bonze Jiko.
    On aurait peu pointer du doigt comme pouvant être le seul micro défaut potentiel mais que nenni ! Même au bout de pratiquement 20 années les dessins n'ont pas prit de rides. Les couleurs permettent de mettre en valeur la flore et la faune surnaturelle,comprendre la forêt et ses états d'âme; tantôt clair, fleurie et verdoyante avec ses mangroves et les rayons de soleil qui la traverse, tout en lyrisme et en poésie, un cadre calme et apaisé tout en pouvant à d'autres reprises basculer visuellement dans un triste décor glauque sinistre et désolé illustrant l'angoisse et la détresse. Limite la forêt dans ce film, tellement centrale est elle qu'elle peut à elle seule être un personnage à part entière (plus seulement le cadre de l'action).
    En extrapolant, peut être (à moins que je sois définitivement parti trop loin^^) dresser la comparaison entre la forêt de ce film et le jardin d'Eden, le fait que les hommes souhaitent ici chasser les esprit pourrait peut être renvoyer à l'idée d'une vengeance contre les dieux^^ et finalement, l'idée qu'il faut retenir c'est que l'homme peut parvenir à vivre en harmonie avec la Nature si et seulement si il parvient à "coordonner" son esprit à celui de la Nature. On va s'arrêté là, je suis sur qu'il y a tellement à dire encore qu'on pourrait dresser une thèse rien qu'avec ce film.
    Bref, Princesse Mononoké, "Mononoké Hime" c'est une des plus grandes claques cinématographiques qu'il m'ai été donné de prendre, le genre de film dont on ressortira marqué, changé, loin de demeurer indifférent. Un duel au sommet entre L'Homme et la Nature dans un Japon Féodal au temps des dieux et des démons, Danse (sanglante) avec les loups !! Le genre de film d'animation à voir impérativement au moins une fois dans sa vie, il vous FAUT visionner ce chef d'oeuvre d'urgence et ce même si vous n'êtes pas fan de Japanimation !! 20/20
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 5 janvier 2014
    "Princesse Mononoké" est l'un des plus grands films d'animation de tous les temps. Avec ce film, Hayao Miyazaki confirme une nouvelle fois qu'il est un immense cinéaste. En mêlant images somptueuses, superbe musique et personnages attachants dans un univers unique, Miyazaki signe ici peut-être son meilleur film. Le genre de film qu'il faut montrer à ses enfants pour qu'ils puissent grandir avec, comme la totalité de la filmographie de Miyazaki (bien que ce film soit le plus violent de Miyazaki). A la fois sombre et magnifique, touchant et poignant, "Princesse Mononoké" est une fable écologique aux pensées universelles, et qui montre comme aucun autre film, la folie des hommes et notre place en ce monde par rapport à la nature. Un chef-d'oeuvre !
    Morgane B
    Morgane B

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 96 critiques

    5,0
    Publiée le 14 août 2013
    Une histoire prenante, une réalisation sans failles, de fabuleux décors du japon médiéval , accompagné d'une superbe fable écologiste avec de superbes dessins, des moments de bravoure, de la poésie et des personnages hors du commun... Ce film fait parti de mes préférés du maître Miyazaki, c'est un mythe à l'état pur, quelle puissance, c'est que du bonheur, j'en ai encore des frissons ! (Mention spéciale à la B.O composée par Joe Hisaishi : sans aucun doute la plus aboutie de l'histoire du cinéma d'animation).
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1812 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    5,0
    Publiée le 13 janvier 2013
    S'il ne fallait en garder qu'un,ce serait celui-là."Princesse Mononoké"(1997)est tout simplement le meilleur film d'animation jamais conçu.Il survole la catégorie,de par sa richesse thématique,ses visuels époustouflants,ses personnages complets et son message inestimable sur la cohabitation impossible entre l'Homme et la nature.Hayao Miyazaki parvient à sensibiliser son auditoire dans cette fable médievale et métaphorique,qui se renouvelle sans cesse,en adoptant un ton sombre et réaliste,mais aussi parfois enchanteur,lors des retrouvailles dans la forêt japonaise entre les dieux-animaux et les esprits des bois.Un jeune cavalier soit déjouer une malédiction qui lui empoisonne le bras.Une sauvageonne doit reprendre contact avec l'humanité,tout en protégeant sa mère-louve.Une matronne construit des canons pour exploiter la nature et s'enrichir.Un samouraï vend ses services au plus offrant.Des loups opposent leur sagesse aux cochons,plus impulsifs.Enfin,un esprit à tête de cerf grossit jusqu'à éclatement.Les yeux sont émerveillés,les larmes coulent,la beauté hérétique des images miyazakiennes saisissent.Cette ère féodale,qui marque la fin des croyances envers les créatures magiques et folkloriques,est aussi celle du début de la civilisation destructrice et irrationnelle.Tout cela laisse songeur et le souffle coupé.
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 663 abonnés Lire ses 3 207 critiques

    4,5
    Publiée le 28 avril 2013
    Fort de sa filmographie déjà impressionnante, Hayao Miyazaki persévère dans l'originalité et la variété de ses œuvres et signe à la fin des années 90 un nouveau chef-d'œuvre renouant avec ses débuts. Basé sur les légendes ancestrales typiquement japonaises, Princesse Mononoké nous transporte dans le Japon féodal, aux temps des samouraïs, de la venue des armes à feu dans le pays et des croyances anciennes. Le scénario, riche et captivant, nous entraine donc à travers le Japon de l'ère Muromachi, au XVe siècle. Un jeune prince au grand cœur défend son village d'un phacochère dégénéré au péril de son destin. Possédé par un mal inconnu, il va devoir entreprendre une dangereuse quête afin de découvrir d'où vient ce déchaînement de Dame Nature et par la même occasion détruire ce maléfice qui le ronge de plus en plus. Il va sur sa route rencontre la sauvage San, élevée par des loups, et se joindre à eux pour lutter contre la dangereuse Dame Eboshi et le Seigneur Hasano, ennemis dont l'issue de leur affrontement nuira à la prospérité de la forêt. Miyazaki offre donc l'un de ses scénarios les plus complexes et les plus aboutis, traitant forcément de l'écologie mais d'une façon épique, fantasque et passionnante, pleine d'action et d'émotion. Long, terriblement complet et entrainant, Princesse Mononoké nous plonge dans un univers où démons et merveilles rejoignent la folie des hommes qui, derrière l'image de ces guerriers ancestraux, nous renvoient aux destructeurs de la planète actuelle. Une œuvre violente, visuellement magnifique et indéniablement culte, Miyazaki frappant très fort pour son septième long-métrage. Indispensable.
    Space Jockey
    Space Jockey

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 29 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mars 2013
    Le 12 juillet 1997, Hayao Miyazaki atteignait le sommet de son art dans ce film d'une rare maîtrise. Lorsque l'on lit des critiques de membres de la communauté Allociné, si désobligeants avec ce bijou on ne peut que monter au créneau pour le défendre. Si le maître de l'animation japonaise n'est plus à présenter depuis son entrée fracassante dans le monde du cinéma en 1984 avec "Nausicaä de la vallée du vent", son deuxième film et son premier chef-d'oeuvre, il est indispensable de rappeler à ceux qui ose mettre moins de 3 étoiles à "Princesse Mononoké" que certains critiques ont vu dans ce film ''un renouveau mondial du cinéma d'animation'', ce qui se comprend tant la mise en scène et le dessin sont éblouissants. A tous les amateurs de fresques épiques, d'animation, d'histoire d'amour et de fantastique, ne passez pas à coté de cette merveille !
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 235 abonnés Lire ses 576 critiques

    4,0
    Publiée le 1 novembre 2013
    Je ne connaissais pas Miyazaki avant ce film et maintenant, je regrette de ne pas l'avoir connu plus tôt. Ce film est d'une très grande beauté, les dessins sont vraiment supers bien réussis. L'univers fantastique de ce film est très étonnant mais pas compliqué. La visée écologique n'est pas du tout caché et c'est tant mieux. On passe un super moment pendant lequel on est face à de magnifiques images.
    ER  9395
    ER 9395

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 337 critiques

    3,0
    Publiée le 5 juillet 2016
    Une oeuvre du réalisateur Hayao Miyazaki qui peut surprendre car ce n'est avant tout pas trop conseillé aux enfants , ce comte philosophique , son univers fantastique et une animation toujours aussi soignée se regarde avec plaisir .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top