Mon compte
    Panic sur Florida Beach
    Note moyenne
    3,9
    555 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Panic sur Florida Beach ?

    84 critiques spectateurs

    5
    10 critiques
    4
    28 critiques
    3
    30 critiques
    2
    10 critiques
    1
    3 critiques
    0
    3 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Legion666
    Legion666

    23 abonnés 350 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 5 août 2011
    Il arrive parfois qu'on achète un film et lorsqu'on le regarde, ça n'est vraiment pas le film auquel on s'attendait! Je pensais voir un petit film d'horreur et j'ai vu un très belle hommage aux 60's...
    John Goodman est excellent et avec Gremlins, ce film est tout simplement le meilleur de Joe Dante!
    Plume231
    Plume231

    3 660 abonnés 4 639 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 23 septembre 2011
    Un hommage parodique mais sincère et affectueux au cinéma horrifique de série B des Roger Corman et des William Castle sur fond de paranoïa de nucléaire et du charme rétro des années 60 par le réalisateur de "Gremlins". L'ensemble est inégal, surtout sur le plan du rythme, mais les références cinéphiliques citées ci-dessus, quelques répliques franchement hilarantes (surtout dans les films d'horreur projetés, géniale la réplique du général sur le vendeur de chaussures !!!), des scènes amusantes, des personnages attachants et la bonhomie de John Goodman rendent cette oeuvre inclassable malgré tout très sympathique et même émouvante d'autant plus que l'on sent que c'est avec le regard d'un enfant que le cinéaste a réalisé cela.
    sword-man
    sword-man

    78 abonnés 1 017 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 9 juillet 2012
    "Panic sur florida beach" rend nostalgique d'une époque que l'on a pas connu. Hommage à la série B horrifique des années 50, et même à la magie d'une salle de cinéma, ce film très personnel de Joe Dante, rit également de la paranoia qui régnait aux états unis à cette époque, et plus particulièrement de la crise des missies de Cuba. Bien qu'il soit sorti au début des années 90, "Panic sur florida beach" a tout du film produit par Spielberg et sa société Amblin' dans les années 80 ou l'imaginaire est maître, et nécessaire au passage à l'age adulte. Bon ici il n'y a pas de monstres qui aident le héros à devenir un homme, mais il y a un côté teen movie ou les adolescents connaissent leur premier émoi amoureux. Joe Dante, signe ici un oeuvre sincère et touchante, délirante, une belle déclaration d'amour au cinéma.
    Serge Riaboukine
    Serge Riaboukine

    45 abonnés 946 critiques Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 15 septembre 2010
    Je m'attendais à autre chose. Il faut supprimer ce film de la catégorie "épouvante - horreur" ! J'imaginais voir fiction et réalité, humour et horreur se confondre... Il faudra se contenter d'une petite comédie dont l'intérêt baisse du début à la fin.
    chrischambers86
    chrischambers86

    12 747 abonnés 12 271 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 28 juillet 2011
    Comme son hèros, Joe Dante ètait adolescent au moment de l'affaire de la baie des Cochons et il raffolait des films d'horreur! il a donc largement puisè dans ses souvenirs pour tourner cette comèdie nostalgique en forme d'hommage qui raconte les premiers èmois amoureux d'un jeune garçon et la panique de toute une ville lors d'une folklorique sèance de cinèma! Avec humour et tendresse, Dante accumule les mini-catastrophes autour de l'avant-première de "Mant", modeste film d'èpouvante sur les mèsaventures d'un homme fourmi! Montrant comment dègènèrent les artifices mis en place dans la salle par John Goodman, artifices destinès à pimenter la projection, il ètablit un parallèle entre les innocents frissons suscitès par le cinèma et la peur rèelle d'un bombardement atomique! Une vision cinèphile de l'apocalypse dans une comèdie sixties survoltèe...
    Eselce
    Eselce

    1 280 abonnés 4 238 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 2 mai 2017
    Bof. En dehors de la séance de cinéma avec la fourmis, que j'ai trouvé bien réalisée et distrayante, il n'y a pas grand chose à voir. Le contexte des missiles de Cuba est exploité pour le cinéma d'horreur et témoigner des dangers du nucléaire sans plus de conviction. En dehors de John Goodman plus que convaincant, les acteurs sont très moyens et peu amusants. Pas terrible !
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    706 abonnés 3 323 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 29 juin 2014
    Pas l’œuvre la plus connue dans la filmographie de Joe Dante, mais cela n’empêche pas "Panic sur Florida Beach" d’être un très bon divertissement, bien au contraire. John Goodman s’avère excellent dans le rôle de ce réalisateur de film d’horreur qui veut montrer, dans une bourgade de Floride, un nouveau système de projection de films appelé le Rumble Rama (qui consiste notamment à faire trembler les fauteuils de la salle durant les scènes clés du film), alors quand même temps les américains viennent tout juste de découvrir des missiles nucléaires soviétiques à Cuba. On est en présence d’un vibrant hommage au cinéma des années 50-60 et l’on sent que Joe Dante s’est fait plaisir durant le tournage. Sa mise en scène est amusante, il y a des répliques bien rigolotes et le casting s’en donne à cœur joie. Un long-métrage qui est bien sympathique à visionner et qui mériterait d’être un peu plus reconnu par le grand-public.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 18 juin 2007
    Si vous vous attendez à un film d’horreur, n’allez surtout pas le voir. Par contre, si vous aimez les fourmis géantes qui pincent les fesses des femmes et le principe du film dans le film, n’hésitez pas. Pour résumer, un film assez mou, interdit au plus de 12 ans.
    Régis L.
    Régis L.

    9 abonnés 163 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 10 octobre 2015
    Un chef d'oeuvre. Joe Dante, le réalisateur des Gremlins met en dérision la crise de Cuba en 1963. John Goodman interprète très bien un réalisateur de films de série b ou z qui veut faire oublier la bombe atomique le temps d'un film d'horreur.
    Acidus
    Acidus

    665 abonnés 3 682 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 5 avril 2022
    Joe Dante aime le cinéma et lui a maintes fois rendu hommage dans ses films comme c'est le cas avec "Panic sur Florida Beach". Ce dernier n'est pas un coup de coeur pour ma part ni le film le plus connu de son réalisateur. Il mérite pourtant le détour. Outre la qualité de la mise en scène, "Panic sur Florida Beach" dégage de bonnes vibrations malgré le contexte de son histoire (la crise des missiles de Cuba). Les acteurs se donnent corps et âme (mention spéciale à John Goodman) dans cette production typique des années 90. Le long métrage conserve une certaine fraicheur malgré un scénario pas toujours convaincant.
    Hotinhere
    Hotinhere

    475 abonnés 4 839 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 27 janvier 2022
    Joe Dante rend hommage aux series Z de son enfance, à travers cette comédie parodique réjouissante, à l'ambiance sixties très réussie, portée par un John Goodman toujours aussi bon.
    3,25
    Santu2b
    Santu2b

    231 abonnés 1 785 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 8 janvier 2022
    Sorti en 1993, "Panic sur Florida Beach" est le long-métrage le plus attachant du non moins attachant Joe Dante. Après l'échec commercial de la suite de "Gremlins", le cinéaste signe son film le plus intimiste, situé dans un petit cinéma de Floride durant la crise des missiles cubains. Un hommage vibrant aux productions de série B sur fond de panique nucléaire. Un film porté magistralement par John Goodman, en esthète de la salle, dont les tirades sur l'expérience cinématographique font encore frissonner. Une vraie déclaration d'amour à la salle de cinéma.
    Artriste
    Artriste

    97 abonnés 1 907 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 14 octobre 2023
    Comédie, réalisée par Joe Dante, Panic Sur Florida Beach est un long-métrage plutôt moyen. L'histoire se déroule en octobre 1962, et nous fait suivre deux jeunes frères vivant avec leur maman, fraîchement arrivés dans une nouvelle ville dû au travail de leur père en mission à bord d'un sous-marin de l'US Navy au large de Cuba. C'est alors que le président Kennedy annonce à la télévision la présence de missiles russes à Cuba, faisant craindre le pire à Key West. Alors que toute la ville tombe dans la paranoïa, un producteur vient y présenter son nouveau film d'horreur et profite de la panique générale pour faire sa promotion. Le jeune Gene, passionné d'horreur, se rend avec son petit frère et de nombreux habitants à cette séance d'un nouveau genre. Ce scénario d'une grande richesse au niveau de ses thématiques abordées, nous plonge dans une mise en abyme hélas peu passionnante pendant un peu plus d'une heure et demie. L'intrigue met beaucoup trop de temps avant de réellement décoller. En effet, il faut attendre la dernière demi-heure pour qu'il se passe enfin quelque chose de croustillant. Pourtant, les sujets traités sont nombreux comme la crainte d'un conflit armé, l'absence paternelle, les relations amoureuses adolescentes, sans compter le véritable hommage rendu au cinéma de série B à travers de nombreuses références. Mais tout cela ne parvient pas à toucher. Cela est notamment dû à un ton ne provocant ni tristesse, ni rires. L'humour arrache à peine quelques sourires. La faute à peu de situations propices à exalter les sentiments et à des personnages pas assez approfondis. Si les protagonistes sont tout de même appréciables, ils ne sont pas assez développés pour qu'on s'attache à eux. Les différents rôles sont quand même bien interprétés par une distribution agréable entre John Goodman, Cathy Moriarty, Simon Fenton, Omri Katz, Lisa Jakub, Jesse Lee Soffer, Lucinda Jenney ou encore Robert Picardo, sans oublier l'habituelle présence de Dick Miller. Malheureusement, les échanges entretenus par tous ces individus manquent d'émotions. La faute également à des dialogues peu marquants et pas assez amusants. Si le fond n'est pas très passionnant, la forme est comme toujours de bonne facture avec Joe Dante. Sa réalisation est soignée et créative. De plus, sa mise en scène évolue dans un cadre sympathique et l'époque est parfaitement retranscrite à l'écran. Ce joli visuel est en plus accompagné par une b.o. de qualité signée Jerry Goldsmith, mêlant compositions personnelles et titres originaux se fondant à ravir dans cette période révolue. Cette projection avant-gardiste s'achève sur une fin convenable, venant mettre un terme à Panic Sur Florida Beach, qui, en conclusion, est un film décevant vu la filmographie du cinéaste qui nous à habitués à bien mieux.
    Zoumir
    Zoumir

    64 abonnés 1 035 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 5 novembre 2017
    Joe Dante est un de ses réalisateurs à avoir visuellement marqué mon enfance avec Gremlins (I et II) et l'Aventure intérieure, trois films qui m'ont fasciné et terrifié à un âge où les limites du possible ne se cantonnent pas à la toile blanche d'une salle de cinéma et où le 4ème mur n'existe pas.
    Panic sur Florida Beach (Matinee) est tombé récemment par hasard devant mes yeux. La dernière fois que j'avais atterri devant un film du réalisateur de Piranha et Hurlements (toujours pas vus à ce jour), c'était pour Small Soldiers. Echec.
    Au visionnage, j'ignorais tout de la date de sortie de cette étrange série B/Z et il faut reconnaître que le réalisateur colle parfaitement aux années 60.
    Sur fond de crise cubaine, dans le climat de tension nucléaire entre les Etats-Unis et l'URSS, John Goodman incarne un réalisateur excentrique et ingénieux, faiseur de nanars en tout genre dont le dernier en date, Mant, coup de génie et mot-valise pour désigné un homme/man qui mute en fourmi/ant, doit être présenté en sa présence dans la petite ville de Key West.
    Rien de bien transcendant sur le papier et c'est là que survient le déchirement à critiquer cet objet singulier.
    Si Panic sur Florida Beach se regarde avec une pointe d'ennui, il n'en reste pas moins un formidable hommage du réalisateur aux films de monstres des années 50. On devine sans mal d'où vient l'amour de Dante pour le cinéma à travers les gamins du film, prêts à s'extasier devant l'improbable créature imaginée par le fantasque Lawrence Woolsey/John Goodman.
    La salle aux sièges de velours rouge prend ici des allures de temple du divertissement, véritable machine à émotions lorsque les lumières s'éteignent pour laisser la bobine se dérouler.
    Mais c'est pourtant ce qui fait défaut au film, des émotions. Malgré quelques sourires arrachés par des dialogues parfois savoureux d'ironie et de second degré, on ne ressent que peu de choses pour ces hommes et ces femmes et on se contente de remarquer toute la technique narrative du réalisateur pour pointer du doigt certaines réalités. La crise de Cuba bien sûr, mais au delà, Dante confrontait déjà le réel et l'imaginaire, faisant un pied de nez avant l'heure à tous ceux qui accusent encore le cinéma et autres jeux-vidéos de susciter la violence quand celle-ci n'a définitivement pas besoin d'inspiration pour atteindre des sommets. Et si il est indéniable dans le contexte du film que le cinéma constitue une échappatoire jouissive, Dante va jusqu'à faire fondre la frontière entre réel et imaginaire pour très justement rappeler que l'image n'est pas exempte d'interprétations aux répercussions parfois malheureuses et inattendues.
    Bref, c'est là toute la difficulté pour moi de critiquer ce film qui ne réussit pas à me faire ressentir l'amour qui y est dépeint pour le 7ème art alors que la technique au pinceau est absolument bluffante.
    Roub E.
    Roub E.

    822 abonnés 4 915 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 21 novembre 2021
    Superbe déclaration d’amour au cinéma de genre des années 50 60 dont on devine qu’il a bercé l’enfance et d’adolescence de Joe Dante (le faux film est une petite merveille), Panic sur Florida Beach est aussi une déclaration d’amour au cinéma tout court, montré ici comme une magnifique attraction qui procure des sensations qu’on ne peut retrouver nul par ailleurs. En situant son action pendant la crise des missiles de Cuba, il reprend aussi les codes du cinéma paranoïaque américain, mais bien sûr avec le ton légèrement décalé propre au film de Joe Dante. La troupe d’acteur John Goodman en tête s’amuse beaucoup et les jeunes acteurs ne sont pas en reste. Si Joe Dante est un réalisateur sous estimé ce film fait clairement parti de ceux qui sont à découvrir.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top