Mon compte
    Panic sur Florida Beach
    Note moyenne
    3,9
    555 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Panic sur Florida Beach ?

    84 critiques spectateurs

    5
    10 critiques
    4
    28 critiques
    3
    30 critiques
    2
    10 critiques
    1
    3 critiques
    0
    3 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Max Rss
    Max Rss

    181 abonnés 1 731 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2021
    Pas de doutes possibles : nous sommes bien chez Joe Dante. C'est original, décalé et surtout, bourré de références au cinéma B et Z des années 50 et 60. Ce "Panic sur Florida Beach", j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Il m'a fallu un boon quart d'heure avant de pouvoir m'intéresser à ce que je voyais. Après, je me suis laissé prendre au jeu. Je me suis laissé attacher à ses personnages décalés, à cette petite touche d'humour constante et à ces dialogues certes simples, mais bien souvent percutants. Ce que j'attendais de ce film, c'est d'y trouver le meilleur de son réalisateur, ce que je n'ai pas pu trouver. Et pour cause, le passage clé du film, celui sur lequel repose tout l'argument, c'est-à-dire spoiler: la projection du film d'horreur
    , est assez décousu à partir du moment où spoiler: l'ex-petit ami de Sherryl, déguisé en fourmi, sort de ses gonds et vient s'en prendre physiquement à Stan
    . Le pitch était porteur de plein de promesses, certaines sont tenues évidemment, mais comme pas mal de films de Dante, c'est inégal. Malgré tout, ça reste à voir car sortant de l'ordinaire, puis John Goodman s'y amuse comme un petit fou.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 septembre 2013
    Un beau film de Joe Dante qui rend hommage au cinéma d'horreur des années 50-60. Une histoire sincère qui se passe pendant la crise des missiles de cuba avec des personnages attachants sur la vie des ados avec leurs premiers amours, les nouveaux copains et les relations familiales. John Goodman livre une très bonne prestation dans le rôle du producteur et le reste du casting est excellent : Cathy Moriarty, Simon Fenton, Omri Katz, Lisa Jakub, Kellie Martin, Robert Picardo, Lucinda Jenney, Jesse Lee Soffer, Dick Miller et Naomi Watts dans l’une de ses toutes premières apparitions à l'écran.
    Michael R
    Michael R

    94 abonnés 1 200 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 7 octobre 2022
    J'étais passé à côté à l'époque et j'ai voulu me faire une séance de rattrapage étant fan absolu de Gremlins, le chef d'œuvre du réalisateur et c'est la douche froide. On sent l'amour du réalisateur pour le cinéma en y projetant ses souvenirs de gosse en les baignant dans une bleuette de gamins pendant la crise de Cuba. Il n'y a pas d'intrigue, c'est plus un film d'ambiance, peu captivant.
    The Claw
    The Claw

    60 abonnés 727 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 30 juin 2019
    Je suis toujours admiratif des films qui arrivent à retranscrire une époque, un peu comme si c'était une carte postale temporelle. Ici, c'est le cas : on se croirait vraiment en 1962, tout y est. Et là c'est d'autant plus le cas, que ce film peut-être considérée comme une simple chronique. Une semaine vécue par des adolescents en 1962, en pleine crise de Cuba et alors que tout le monde est effrayé par une possible guerre nucléaire. Les personnages joués par ces adolescents sont tous très convaincants, y compris les enfants. Et John Goodman, en réalisateur de films d'horreur prêt à tout pour terrifier son public, est excellent (comme à son habitude). J'ai bien aimé.
    Alain D.
    Alain D.

    535 abonnés 3 238 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 12 mars 2021
    Une bonne Comédie réalisée par Joe Dante, avec un excellent John Goodman. Avec de délicates références, il nous offre une belle reconstitution des années 60 américaines. L'action se déroule à Key West en Floride, dans un climat de guerre atomique imminente, avec la crise des missiles de Cuba qui ne se trouve qu'a 100 Kilomètres.
    Après une très longue introduction, façon bluette de Disney, l'histoire prend finalement de la consistance et la fiction se mêle à la réalité pour nous donner quelques sensations, un brin de poésie et une belle mesure de fantastique.
    Fabien S.
    Fabien S.

    497 abonnés 4 150 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 1 novembre 2021
    Une très bonne parodie de Joe Dante sur les films de monstres avec John Goodman. Une très bonne pépite.
    Shawn777
    Shawn777

    512 abonnés 3 395 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 4 juin 2020
    Ce film, réalisé par Joe Dante et sorti en 1993, n'est pas mal même si j'avoue que je ne m'attendais pas vraiment à ça. Enfin réellement, comme je ne lis jamais de synopsis ni ne regarde de bande-annonce (qui en disent souvent bien trop sur le film), je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre du tout. C'est donc l'histoire ici d'une séance de cinéma aux multiples rebondissements. Bon, c'est très grossièrement résumé et le scénario n'a pas l'air folichon dit comme ça mais il est important de replacer l'histoire dans son contexte. L'histoire prend place effectivement en 1962 lors de la crise des missiles de Cuba. Rien à voir avec le synopsis vous allez me dire mais c'est pourtant très important car le réalisateur va chercher à nous prouver que le film de genre, et plus particulièrement ici d'horreur, est important en ce qui concerne le divertissement, même en cas de crise. Enfin c'est comme ça en tout cas que je perçois un des messages que veut faire passer le réalisateur car ils sont en réalité nombreux et peuvent d'ailleurs être interprétés de multiples façons. Le réalisateur en profite d'ailleurs pour nous montrer son amour du cinéma, et plus précisément des séries B des années cinquante. Ainsi, nous ne regardons pas que le film principal mais également celui qui est dans le film, c'est-à-dire "Mant" qui raconte l'histoire d'un homme se transformant en fourmis géante (tout à fait le genre de scénario que l'on pouvait trouver à cette époque). Le film est d'ailleurs très méta car si les deux films se répondent, ils interagissent également avec le spectateur et je pense d'ailleurs que le voir au cinéma doit être une expérience assez intéressante et parlante. Bon évidemment, il faut rentrer dans ce délire un peu particulier et surtout peu commun pour adhérer. Dante ne cherche pas ici à faire un film de genre familial et tout public mais à nous faire passer sa passion cinéphilique, tout simplement. Le film aborde également la paranoïa qui résidait durant cette crise et envers le nucléaire et le communisme en général. Du côté des acteurs, nous retrouvons principalement John Goodman, très bon dans ce genre de personnage et le reste du casting joue également très bien. "Panic sur Florida Beach" n'est donc pas le meilleur du réalisateur mais reste sûrement le plus personnel.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 14 novembre 2018
    Une chouette comédie, la mise en scène se situe autour d’une société des années 60, une histoire de guerre froide où tout n’était pas parfaite, j’ai apprécié en un déclic de génie, faisant ressentir de l’émotion et faire jaillir une véritable panique dans les salles obscures, atomisant pour le rire et au plaisir.
    konika0
    konika0

    25 abonnés 778 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 7 mars 2017
    Un film en vrombirama ! Quelques années après Gremlins 2, énorme succès, Joe Dante se tourne vers ses souvenirs de jeune cinéphile. Le pitch en gros : On est en pleine guerre froide et l'URSS installe ses missiles à Cuba. Vu de Floride, c'est un peu comme si Satan avait installé un camp de vacances dans le bungalow d'à-coté. Panique à bord. Pendant ce temps-là, un producteur fauché mais plein d'idées compte bien tirer profit de l'angoisse atomique pour promouvoir son dernier film, un thriller sur un gars qui se transforme en fourmi et terrorise la ville. Ça commence très fort par une séquence rétro en forme de bande-annonce pour « Mant », le film cité plus haut. On fait ensuite connaissance avec le héros, un ado fan de films d'horreur. Le rythme est enlevé et l'humour omniprésent. Au fond, Dante nous raconte à la fois le cinéma qu'il aime et son enfance. Et cet amour transparaît tout au long du film. Il se moque gentiment de ses personnages et des clichés des films à la Ed Wood. Il relativise aussi la peur en mettant en parallèle l'angoisse de la bombe et la frayeur provoquée par son film d'horreur. Spécialiste lui-même du genre, il pose un regard sur son propre cinéma, effrayant, drôle et toujours politisé. Le climax du film c'est cette scène géniale dans laquelle réalité et fiction se confondent, où le film parle directement au spectateur dans la salle et aussi à nous qui regardons cette salle et son écran. Une vraie mise en abîme qui fini par l'explosion de l'écran qui laisse apparaître le champignon atomique. Un vrai bijou ! Tout en finesse, Dante livre là son film le plus personnel, vaguement nostalgique. Hélas, c'est un échec commercial (ironie du sort) … et le début d'une longue traversée du désert.
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    264 abonnés 2 854 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 19 juin 2014
    Hommage aux séries B des années 50, "Panic sur Florida Beach" peut être considéré comme un film culte, aux références multiples. Sur fond de comédie, on a un film sur une Amérique paranoïaque, en proie à ses peurs dues à la période de la guerre froide. Mais aussi un hommage tendre et affectueux en direction des productions indépendantes des années 50 en même temps qu'un film sur l'émergence du cinéma fantastique/horrifique dans les salles américaines. On a peu de moments réellement hilarants, mais le côté loufoque et barré de l'ensemble donne un dynamisme certain au film.
    willnot94
    willnot94

    132 abonnés 276 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 3 avril 2008
    Panic sur Florida Beach (Matinee) est mon film préféré actuel du trublion Joe Dante. Un véritable bijou sur la parano américaine lors de la période de la crise des missiles communistes à Cuba et surtout une déclaration d'amour au cinéma bis, aux séries Z des années 50-60, et à la magie du cinéma tout court. De plus l'intrigue adolescente est attachante. Magique, drôle, passionnant, ce film est l'archétype du long-métrage subtil de chez Joe Dante, cinglant pour son pays tout en gardant le côté de pur divertissement. Et avec un "énorme" John Goodman. Une friandise à savourer sans modération.
    heathledgerdu62
    heathledgerdu62

    144 abonnés 1 613 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 avril 2014
    Une excellente comédie d'horreur qui nous plonge dans les années 60 en pleine crise des missiles nucléaires de Cuba. Avec le grand John Goodman qui est le réalisateur fictif Lawrence Woosley qui réalise des films de séries B en noir et en blanc comme Ed Wood. Un bel hommage aux années 60 et aux films à ce genre si unique et si marrant. Joe Dante , le père des "Gremlins" nous réalise un bel hommage à ce genre de films si particulier et si bizarre.
    Jahro
    Jahro

    49 abonnés 684 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 17 mai 2014
    De retour après la période SF fastueuse qui l’a rendu célèbre, Joe Dante s’offre une pause douce-amère sous le soleil de Floride. Cette fois le fantastique est restreint à la toile d’un ciné de quartier, où l’énorme producteur John Goodman vient présenter sa dernière série B à peine sortie de la chaîne. Alors que derrière grondent les pressions de la guerre froide, les gens préfèrent dompter leur peur en s’aidant d’un professionnel. Le créateur des Gremlins semble se remémorer des années lointaines où il était incollable sur les films d’épouvante et voguait d’une avant-première à l’autre, espérant voir en vrai les héros affichés sur les murs de sa chambre. Son hommage au cinéma bis a la candeur d’un vrai fan, il respire la nostalgie d’un fondement ancré. Panic sur Florida Beach, titre au franglais douloureux, c’est une sorte d’Ed Wood joyeux, pas autant fignolé certes, mais qui n’en reste pas moins sympathique. Pas forcément matière à discussions enfumées au fond d’un café philo, mais sympathique. Depuis lors, le réalisateur n’a plus hélas fait grand-chose pour le grand écran, comme si la boucle était bouclée – mais il a continué à tourner, comme s’il fallait manger. Un peu comme Woolsey finalement. N’est-ce pas vertigineux ?
    Pascal
    Pascal

    140 abonnés 1 500 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 3 août 2022
    La ressortie de plusieurs des films de Joe Dante, permet de revisiter sa filmographie. On sait que dans les années 80, le cinéaste était considéré comme étant dans le même registre que celui de john Carpenter : les films grands publics d'épouvante inventifs et ingénieux réalisés à peu de frais.

    Aujourd'hui Dante n'a pas la même réputation que celle de Carpenter dont la filmographie est plus accomplie. Il ne faut toutefois pas dédaigner Dante et la cinémathèque française ne s'y ait pas trompé et lui a rendu un hommage mérité.

    " panique sur Florida beach" ne rentre pas dans la catégorie de prédilection de Dante. C'est un hommage au cinéma fantastique à travers l'histoire de jeunes cinéphiles qui rencontrent un petit producteur, sur fond de crise des missiles à Cuba en 1962.

    Charmant et réussi, sans beaucoup de temps mort, " panique..." est dominé par John Goodman, absolument remarquable ( comme toujours).

    " panique..." trouve des points de comparaison avec " ed wood" de Tim Burton et avec " cinéma paraiso" de Tornatore.

    Sans arriver et de loin à la hauteur de l'opus de Tim Burton, il est vrai une de ses meilleures réussites, " panique..." vaut le coup d'oeil pour son casting , sa direction d'acteurs ( les jeunes adolescents sont tous formidables) et son hommage émouvant au cinéma grand public de distraction.

    Une très bonne surprise pour un film qui ne figure pas parmi les titres les plus couramment cités du realisateur. C'est un tort, car c'est sans doute une de ses meilleures réussites.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 8 juin 2012
    Sympathique hommage aux séries B et Z des années 50-60, "Panic sur Florida Beach" ne manque pas de rappeler un vrai film de fourmis géantes sur fond de retombées atomiques, "Them ! " de Gordon Douglas. C'était à prendre au douzième degré, et on sent la passion certaine de Dante pour ce genre de cinéma bis dont les moyens dérisoires n'empêchaient pas de bonnes idées. Mais Dante ne se contente pas de ça et décide de mettre l'action de son film en relation avec la crise des missiles de 1962, tournant gentiment en dérision la peur de ces concitoyens à cette époque de la guerre froide. C'est plutôt fin, bien fichu, bien joué (John Goodman, à qui le gros cigare de producteur allait déjà très bien avant "The Artist"). Mais peut-être aussi un peu trop gentillet, si bien que "Panic sur Florida Beach" ne dépasse pas vraiment son statut d'oeuvre de divertissement pop-corn pour ados.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top