Mon compte
    Les Contes de la lune vague après la pluie
    note moyenne
    4,3
    632 notes dont 66 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 66 critiques par note
    25 critiques
    32 critiques
    3 critiques
    4 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Les Contes de la lune vague après la pluie ?

    66 critiques spectateurs

    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 3 170 critiques

    2,0
    Publiée le 27 mai 2021
    Inspirée d'un classique de la littérature japonaise, une fable cruelle sur la folie des hommes, mais qui parait un peu désuète et manquant d'émotions pour la rendre poignante.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 417 critiques

    4,5
    Publiée le 13 août 2018
    C'est un très beau film des années cinquante. C'est filmé juste après la seconde guerre mondiale, l'empire japonais vaincu et dans un japon moderne géré par l'Amérique. Là les décors sont soignés et l'ambiance de la fin du moyen âge au Japon parait crédible. Une bonne ambiance de village médiévale. Plusieurs histoires imbriquées les unes aux autres. Les scènes sont longues, plus de dix secondes par scènes. Les histoires personnelles sont intéressantes.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 621 abonnés Lire ses 3 630 critiques

    5,0
    Publiée le 5 janvier 2017
    "Conte de la lune vague après la pluie" est sans doute le film le plus connu de Kenji Mizoguchi, Lion d'argent à Venise en 1952, où pour la première fois sans doute le style du réalisateur emprunte au lyrisme et recourt au gros plan qu'il avait jusqu'alors tenu à distance de sa caméra. Visuellement somptueux, le film scénarisé par Yoshikata Yoda son fidèle collaborateur depuis "L'élégie d'Osaka" (1936) et par son ami d'enfance Matsutara Kawaguchi (déjà réunis pour "Conte des chrysanthèmes tardives" en 1939) opère la jonction de deux nouvelles d'Akinari Ueda. Dans un Japon médiéval tourmenté, quatre personnages, deux sœurs et leurs maris, vont voir leurs destins bousculés par les tourments de la guerre qui dévoile la véritable nature de chacun. Genjuro (Masayuki Mori) artisan-potier entend profiter de l'occasion pour accroître sa richesse alors que son beau-frère Tobie (Sakae Ozawa) rêve de devenir samouraï. Leur cupidité et leur ambition démesurée sera tout à la fois source d'apprentissage mais aussi générateur de malheur pour leurs épouses à travers la prostitution et la mort. Encore une fois Mizoguchi expose la différence de statut entre les hommes et les femmes au Japon où ces dernières subissent, le plus souvent à leur détriment, les foucades des hommes de leur entourage proche. Dans ce Japon encore obscurantiste du XVIème siècle, Mizoguchi convoque les fantômes du spectacle nô pour nous immerger dans une atmosphère d'irréalité envoûtante qui n'entrave en rien sa volonté de creuser toujours un peu plus profond le même sillon de l'injustice faite au cours des siècles à celle qui a le pouvoir de donner la vie et qui le paie décidemment bien cher. Parvenu au sommet de son art, Mizoguchi montre enfin que filmer au plus près ne lui fait pas peur quand il estime que le sujet s'y prête. Ici un contexte tourmenté où toutes les prévenances sont abolies par le chaos de la guerre qui réveille les fantômes.
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 801 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juin 2015
    Un film vaporeux au mystère permanent et à la morale puissante. Mizoguchi débarque donc en ce début des années 50 au festival de Berlin avec une œuvre puissante et purement japonaise. On est tout de suite happé et dépaysé par tant de singularité. On perd vite ses repères au milieu de cet environnement si finement ciselé et à la fois brutal. Le scénario est extraordinaire, la mise en scène éthérée et délicate, le tout me faisant parfois penser à Mulholland Drive. Sublime.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1530 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mars 2013
    Il y a des films comme ça qui ont l'ambition de raconter une histoire de manière universelle afin de toucher au plus près du genre humain. "Les contes de la lune vague après la pluie" est de ces films-là. En parlant de la guerre, de la bêtise qu'elle entraîne et des victimes qu'elle laisse derrière son sillage, Mizoguchi montre l'être humain dans toute sa vérité, capable du pire comme du meilleur. L'homme peut bafouer la femme qu'il aime, la quitter pour rejoindre l'armée, la femme peut se prostituer pour gagner sa vie mais ils sont aussi capables d'aimer et de pardonner. L'histoire est non seulement passionnante mais elle est aussi universelle et mise en scène avec un talent qui n'est pas à démentir (certaines scènes sont magnifiques). Et si le film a pris un léger coup de vieux, il n'en reste pas moins superbe.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 363 abonnés Lire ses 1 474 critiques

    4,5
    Publiée le 12 juillet 2019
    Attention, cette critique dévoile des éléments essentiels de l'intrigue. Le trajet est simple et sa morale imparable : d'où vient alors l'émotion qui nous terrasse à la fin des "Contes de la lune vague après la pluie" ? La grande intelligence de Mizoguchi est de ne jamais surplomber ses personnages, de toujours les accompagner sans toutefois faire preuve d'empathie. Il use de la distance nécessaire avec eux parce que leur comportement est indéfendable, l'ambition les menant à leur perte. Ou plutôt, ce sont moins Genjuro et Tobei qui sont dévastés que leurs femmes, victimes directes d'un égoïsme finalement vain. Il va de soi que la volonté de Tobei de devenir samouraï est dérisoire : il est présenté comme un paysan sans valeurs et, pour parvenir à ses fins, il se rabaissera à une action ridicule. Tobei sera finalement puni dans une scène à la fois comique et terrible; alors que lui et ses hommes se rendent dans une maison close, Tobei se retrouve par hasard devant sa femme, devenue courtisane après qu'il l'a délaissée. Pour Genjuro, sur qui le film passe le plus de temps, il est séduit par une princesse énigmatique qui l’emmène dans son manoir; cette partie est la plus fascinante en ce que son orientation fantastique vient dire de façon à la fois littérale et métaphorique le passage de Genjuro dans un autre monde : il n'est plus ce potier qui exerce son art dans la misère mais devient un prince qui vit un rêve éveillé. La mise en scène de Mizoguchi est aussi pragmatique qu'inventive pour décrire cet univers onirique; que ce soit par le choix des costumes (la robe blanche de la princesse), la photographie qui devient subitement beaucoup plus lumineuse ou encore des panoramiques circulaires ingénieux qui permettent de changer de décor sans coupes afin d'assurer une continuité étrange, on est comme transporté dans un autre monde. Mais cette incursion fantastique n'a rien d'idéal, elle enferme au contraire Genjuro dans une folie qui ne s'estompe que dans les dernières minutes, au moment où il comprend que la femme qu'il retrouve au foyer n'est qu'une abstraction : il ne lui reste que son enfant qu'il devra élever seul. Par ses talents de conteur et la limpidité de sa mise en scène, Kenji Mizoguchi réalise une tragédie humaine poignante et emploie le fantastique non pas pour échapper au réel mais pour mieux le servir, pour en dévoiler toute la cruauté.
    Newstrum
    Newstrum

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 261 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mars 2018
    Un film sublime où Mizoguchi fait du conte japonais le cadre esthétique d'un récit de survie en temps de guerre. Son film illustre une vérité humaine : ce sont toujours les mêmes qui sont les premières victimes de la guerre. Mizoguchi filme ses personnages avec de doux travellings latéraux qui sont chez lui le contrepoint formel du tragique. Une rétrospective Mizoguchi s'est ouverte à la Cinémathèque française. L'occasion de voir ou revoir ses chefs-d'oeuvre, Voir ma critique complète sur mon site : newstrum.wordpress.com
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 800 critiques

    4,0
    Publiée le 22 décembre 2019
    Les contes de la lune vague après la pluie est un des films les plus chers produits en 1953. Kenji Mizoguchi recrute un casting composé des plus grandes stars du cinéma japonais de l’époque. Il s’entoure des meilleurs techniciens dont le chef opérateur Kazuo Miyagawa, un des plus grands formalistes des jeux de lumières (et d’ombres). Si ce film est l’un des plus courts de son auteur, il fait partie aussi des films les plus aboutis réalisés par Mizoguchi qui remporta avec ce film un Lion d’argent à la Mostra de Venise. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com/festivals/la-rochelle/2019-2/
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,5
    Publiée le 2 décembre 2010
    L’assimilation du théâtre kabuki à l’art cinématographique a produit quelques unes des merveilles du cinéma japonais. « Les contes de la lune vague après la pluie » en est un beau spécimen. Le film est à la fois une fiction historique, un récit initiatique, un conte moral et fantastique. On est admiratif de la manière dont le glissement d’un registre à l’autre s’opère simplement avec le changement du rythme de la narration (plus lent, plus suspendu, avec la rupture fantastique), l’apparition de gestuelles stylisées, de maquillages… tout en subtilité. L’histoire en elle-même n’évite pas toujours l’écueil du moralisme (qui commande pratiquement aux pauvres de se résigner à leur condition) mais elle est souvent d’une vérité poignante, en toute simplicité. Tout particulièrement lorsque sont évoqués les menaces et les horreurs de la guerre, ou bien l’amour et les chagrins conjugaux. Eric Rohmer a pu apercevoir dans le film les mythes de l’Odyssée et de Lancelot.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 22 mai 2010
    J'ai eu la chance de voir divers films japonais de diverses époques avant de voir ce film de Mizoguchi. C'est donc sans aucun apriori que je l'ai vu. Bien que moins spectaculaire qu'un Kurosawa qui apporta une dimension véritablement épique aux films d'époques, ce film de Mizoguchi reste tout à fait intéressant. J'ai été particulièrement sensible au personnage de Genjuro et à son aveuglement par son désir de réussite pour assurer un meilleur niveau de vie à sa famille, ainsi qu'au paradoxe que cela implique : tenter d'améliorer leur niveau de vie, au détriment même de la famille. De plus, il est de notoriété publique que Mizoguchi portait un regard tout à fait particulier sur les femmes, dans la vie et dans ses films. Un regard presque bienveillant. Ainsi, il va réaliser plusieurs films dont l'intérêt se porte essentiellement sur les femmes. Dans cette lignée, nous pouvons citer Les soeurs de Gion. Ce qui intéresse Mizoguchi, c'est leur position sociale, leur différence entre elles et les hommes, ainsi que les rapports complexes qu'elles entretiennent avec l'amour. C'est justement ce que l'on retrouve dans Les contes de la lune vague après la pluie. La femme de Genjuro, ainsi que le fantôme de la princesse, sont très proches. Proches dans le sens où toutes les deux sont mortes en « poursuivant » l'amour. Donc l'esprit de la princesse n'est pas à mettre en opposition avec l'épouse de Genjuro, mais en parallèle. Au niveau de la forme à présent, on remarque que les plans de Mizoguchi sont plus ou moins longs. Certaines séquences sont filmés en plan séquence, et des scènes rapides en un seul plan. Il s'agit là d'une des particularités du réalisateurs, qui allait d'ailleurs un peu à contre courant des productions cinématographiques de son temps. Nous noterons aussi un certain travail au niveau du maquillage, qui n'est pas sans rappeler, surtout pour le fantôme de la princesse, les masques du théâtre traditionnel japonais. Bref, film à voir et revoir !
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 1 405 critiques

    4,5
    Publiée le 18 mai 2015
    Un an après avoir obtenu une reconnaissance internationale en étant couronné à Venise pour La Vie d'Oharu femme galante (1952), Kenji Mizoguchi confirmait dans ce même festival en décrochant un Lion d'argent pour Les Contes de la lune vague après la pluie. Voilà qui permit de consacrer, en Europe, le talent du cinéaste. Un peu tardivement hélas : Mizoguchi décédera peu de temps après, en 1956, laissant derrière lui pas moins de 85 films (!), en partie disparus aujourd'hui. Cette reconnaissance permit aussi de faire découvrir de nouveaux pans d'un cinéma asiatique fécond, alors bien mal connu.
    Les Contes de la lune vague après la pluie demeurent l'oeuvre la plus célèbre de Mizoguchi en "Occident", souvent citée parmi les meilleurs films de l'histoire du cinéma. Le scénario est né d'un curieux croisement de deux oeuvres littéraires : celle d'Ueda Akinari et celle de Guy de Maupassant. Féru de littérature (et ayant eu accès dès son enfance à des romans étrangers), le cinéaste et ses deux scénaristes (Yoshikata Yoda, Matsutarô Kawaguchi) se sont inspirés de plusieurs contes de ces deux auteurs pour donner naissance à cette fable morale qui développe la thématique de l'illusion et de la désillusion, entre réalisme et fantastique. Sujets aux illusions de toutes sortes (rêves de gloires, amours fantômes, etc.), les hommes en prennent ici pour leur grade : ils sont belliqueux, cupides, orgueilleux, égoïstes... Leurs folies et leurs faiblesses sont destructrices. À l'inverse, la gent féminine est célébrée (comme toujours dans l'oeuvre du cinéaste) pour sa lucidité, son courage, son amour, ses sacrifices. Les femmes apparaissent à la fois comme les victimes et les vecteurs de rédemption d'une humanité perdue. Cette opposition confère au film une tonalité unique, mélange de violence et de douceur, de trouble et de sérénité, entre cruauté et pardon. Tout cela s'exprime à l'écran dans un noir et blanc superbement contrasté, esthétique propice à la confusion fantastique entre deux mondes, à la frontière indistincte de la lumière et de l'ombre, du visible et de l'invisible, des vivants et des morts. La réalisation et le cadrage, rigoureux et "carrés", laissent s'infiltrer naturellement le mystère. Cela donne quelques grands moments de poésie sombre (la scène nocturne et brumeuse à bord d'une barque) ou d'amour magique (la scène de pique-nique entre la princesse et le potier). La séquence finale est également nimbée d'une émouvante beauté mystérieuse. Mizoguchi avait initialement envisagé un dénouement moins moral, plus noir, sans retour ni repentance. Aurait-il été plus beau ?
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 507 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 19 mars 2016
    Cela fait maintenant quelques semaines que j'explore le cinéma asiatique, continuant d'approfondir certains metteurs en scène et en découvrant d'autres, c'est au tour de Kenji Mizoguchi avec Les Contes de la lune vague après la pluie qu'il réalise en 1953 alors qu'il avait déjà plus de 30 années de carrière derrière lui et plus que 3 devant...

    Ici il nous emmène dans le Japon du XVIème siècle où la guerre civile bat son plein pour y suivre deux villageois, un potier et un paysan, qui vont partir en ville pour espérer y trouver richesse et/ou réaliser leurs rêves. Adapté de plusieurs histoires écrites par Ueda Akinari, on va y suivre le parcours de ces deux hommes attirés par l'argent et la grandeur au point de leur faire perdre le sens des réalités et de les entrainer dans une chute inévitable où, que ce soit eux ou leurs proches, ils n'en ressortiront pas indemnes.

    Il se sert du contexte de la guerre qui offre quelques opportunités pour dresser un portrait peu tendre de l'être humain où la cupidité et l'égoïsme peuvent primer sur le reste. C'est avec intelligence et surtout puissance qu'il montre les conséquences des actes des deux villageois, où Mizoguchi les entraine dans une terrible descente en enfer. Le récit est passionnant et très bien exploité, le cinéaste japonais y inclut quelques touches surnaturelles qu'il maitrise avec brio et joue avec la frontière entre le rêve et le réel, tant dans l'esthétisme que dans l'avancement de l'histoire.

    Si l'écriture est déjà de qualité, elle bénéficie surtout d'une mise en scène qui en est à la hauteur où Kenji Mizoguchi met en place une ambiance sombre et fascinante, proche du surnaturel. Se montrant brillant derrière la caméra (mouvement, plans etc), plusieurs séquences sont magistralement orchestrées tandis qu'il capte à merveille les sentiments et sensations des personnages. Il arrive à faire ressortir toute le force et la richesse de son récit, montrant certains aspects abjects de l'humain avec intelligence mais aussi certains points comme le pardon et l'amour.

    C'est au coeur du Japon du XVIème siècle que je découvre le cinéma de Kenji Mizoguchi avec Les Contes de la lune vague après la pluie et c'est avec force, intelligence et talent qu'il étudie l'humain à travers une descente aux enfers aussi terrible qu'effrayante.
    Spiriel
    Spiriel

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 318 critiques

    2,5
    Publiée le 11 février 2008
    Film le plus côté de Mizoguchi, c'est pourtant le moins bon de la dernière période de sa carrière, le seul parmi la grosse dizaine que j'ai vus qui présente quelques défauts. Si le lyrisme, le cadrage, la lumière sont toujours au paroxysme propre au réalisateur, et que le début (jusqu'à la séparation) est impeccable scénaristiquement, la suite alterne les scènes magiques (la romance avec le fantôme, symbole de l'illusion type feu-follet) et quelques facilités incompréhensibles de la part de l'auteur de L'intendant Sansho, Les amants sacrifiés ou encore La rue de la honte. Il fait preuve d'un optimisme nouveau, qui permet aux personnages de réparer leurs erreurs et revenir au point de départ, alors que l'irréversibilité des actes a toujours tenu une place centrale dans le cinéma de Mizoguchi. Pourtant, certaines scènes restent extrèmement puissantes, comme celle où un des personnages accomplit son "acte d'héroïsme", lacheté suprême, ou encore la mort de la femme laissée sur la côte au début, peut-être la plus stupide, mais aussi terriblement "humaine" que le cinéma a offerte. Bon film, mais très dispensable dans la filmographie de l'auteur, même si c'est lui qui l'a fait connaître en Occident.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 février 2013
    Les films japonais des années ont vraiment une aura bien à eux: pour commencer on retrouve les thèmes de l'après seconde guerre mondiale, tout ce qu'elle a engendré placé ici dans le monde féodal, pendant une guerre civile. On retrouve quatre personnages principaux (Teibo, Mikiyashi, et deux autres) qui vont se séparer soit par pure envie égoïste ou alors par choix et obligation. Ils vont se perdre et choisir des routes bien différentes: prostituée, martyrs, samouraï ou encore prince fou tous deviennent des fantômes de leur passé. Et les transitions nous montrant des ombres sur le mur du Manoir de Katikio ne sont pas la pour contredire. La musique change aussi de style durant l'aventure. Tranquille et douce au début, elle devient de plus en plus dure et effrayante, jusqu'à atteindre un certain point. Ce chef-d'oeuvre mériterait une ressortir DVD, car il est magnifique et bien plus explicatif que la plupart des récits récents. Et toute les coutumes japonaises, avec ses geishas, palais, traditions, bref respect total de la tradition.
    konika0
    konika0

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 659 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2019
    Retour aux sources.
    Ce film serait un des premiers kaidan au cinéma. Il raconte l’histoire d’un potier qui vit dans un petit village. La guerre est annoncée mais ça n’empêche pas notre gars d’aller vendre ses créations à la ville. En vrai, il rêve de gloire et de richesse. Alors que son village subit les outrages d’une armée de crevards, il se rend chez une riche cliente qui veut lui acheter son stock et peut-être son âme. Ça commence comme une comédie et on rit de bon cœur devant des personnages un brin caricaturaux et surtout inconscients de leur ridicule. Les femmes sont ici la raison et la sagesse, c’est certain. On continue dans un registre qui est plutôt celui de la comédie de mœurs. Notre campagnard se laisse séduire par les atours de la noblesse dans ce qu’elle a de plus séduisant. Mais comme en vrai, la noblesse ne donne pas gratuitement et celui qui croit la berner est le dindon de la farce. Le vrai visage de cette cliente fortunée sera peu reluisant et nous fera basculer dans l’ambiance fantastique. La morale de cette histoire ? Au gré de quelques plans de toute beauté (la traversée du lac), Mizogushi nous plonge dans une farce féroce et trépidante. A recommander.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top