Mon compte
    Les Contes de la lune vague après la pluie
    note moyenne
    4,3
    647 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Les Contes de la lune vague après la pluie ?

    66 critiques spectateurs

    5
    25 critiques
    4
    32 critiques
    3
    3 critiques
    2
    4 critiques
    1
    2 critiques
    0
    0 critique
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 8 janvier 2014
    Magnifique adaptation d'un recueil de nouvelles... tout aussi magnifique.
    jm.lefort@laposte.net
    jm.lefort@laposte.net

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mai 2014
    La 8e merveille du monde
    Magique, tout les cinémas sont dans ce film. Action, poésie, fantastique

    La 8e merveille du monde
    Magique, tout les cinémas sont dans ce film. Action, poésie, fantastique
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1 555 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mars 2013
    Il y a des films comme ça qui ont l'ambition de raconter une histoire de manière universelle afin de toucher au plus près du genre humain. "Les contes de la lune vague après la pluie" est de ces films-là. En parlant de la guerre, de la bêtise qu'elle entraîne et des victimes qu'elle laisse derrière son sillage, Mizoguchi montre l'être humain dans toute sa vérité, capable du pire comme du meilleur. L'homme peut bafouer la femme qu'il aime, la quitter pour rejoindre l'armée, la femme peut se prostituer pour gagner sa vie mais ils sont aussi capables d'aimer et de pardonner. L'histoire est non seulement passionnante mais elle est aussi universelle et mise en scène avec un talent qui n'est pas à démentir (certaines scènes sont magnifiques). Et si le film a pris un léger coup de vieux, il n'en reste pas moins superbe.
    Appeal
    Appeal

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 569 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2013
    Je ne peux parler du cinéma de Mizoguchi, c'est mon premier film de ce réalisateur (et probablement pas le dernier, puisque l'expérience est concluante), ni du théâtre Kabuki dont je ne connais rien, ni même des sources d'inspirations du réalisateur, apparemment il y a du Maupassant pas loin, dont je n'ai pas connaissance. Je me limiterai à mon ressenti, à ce que j'en ai tiré, simplement, sans préalable.

    Les contes de la lune vague après la pluie (remarquez tout d'abord ce magnifique titre) n'est pas un film facile d'accès. Peut-être comme un premier Kurosawa où le jeu de Toshiro Mifune peut surprendre, il en va de même pour ce film où l'on ne décèle, pour le coup, absolument rien d'occidental. Difficile d'entrer en immersion totale dans cette culture, dans ces jeux d'acteurs, dans ces histoires -puisqu'elles sont au nombre de trois- qui nous parlent de fantômes, d'ombres, de samouraïs. Je pense de ce fait que ce film de Mizoguchi nécessite un "entrainement", qui passe par la case Kurosawa par exemple, plus soft pour s'habituer au cinéma japonnais, qui est ici, je pense, dans toute son expression singulière.

    C'est donc deux histoires qui se déroulent simultanément, ou plutôt on suit trois personnages différends, tout d'abord réunis ensemble, puis séparés; deux hommes et leurs deux femmes, mais le récit se concentre principalement sur l'histoire des deux hommes. Chacun est motivé par un désir finalement proche, l'argent ou le pouvoir (militaire en l'occurence), et chacun va trahir ses valeurs morales pour atteindre son objectif. Les deux hommes vont réussir à combler leurs désirs, mais dans une illusion, une sorte de rêve réel bancal, qui ne tient pas, et qui comme un château de carte s'effondre à la moindre brise venue. Retrouvant la vue, après la cécité du fantasme, les deux hommes constatent, impuissant, tout le mal qu'ils ont produit et tout ce qu'ils ont perdus.

    Il y a plusieurs éléments intéressants dans ce film, qui dépassent largement le simple topo du "prenez garde à vos désirs". Il faut situer le film dans son pays d'origine, le Japon, à la moralité si particulière. Tout d'abord, comme pour Le Chateau de l'Araignée ou Rashomon chez Kurosawa, Mizoguchi trifouille la question de l'honneur. Mizoguchi critique l'utilisation faite de l'honneur : valeur vite oubliée quand il s'agis d'assouvir ses désirs, mais aussi instrument d'humiliation, plus particulièrement pour les femmes, déshonorées pour rendre service aux hommes. Mizoguchi s'inscrit dans cette lignée que l'honneur ne doit être rien d'autre que l'honneur du juste, qu'on ne peut trafiquer celui-ci pour ses intérêts, qu'on doit toujours s'y soumettre au nom justement de cette fameuse justice. Outre cela, les femmes jouent également un rôle important dans le film, où elles sont finalement les plus raisonnée, les plus mesurées, face à des hommes qui se trahissent eux mêmes et font le mal autour d'eux; mais tout autant, celles-ci peuvent être des motrices, ou plutôt des étincelles qui peuvent bercer l'homme d'illusion : l'homme comme la femme se doivent de prendre garde. Enfin, d'autres critiques peuvent être décelés, comme l'hypocrisie de l'armée miltaire, les crises que la guerre provoque inutilement, l'individualisme forcené contre une nouvelle fois tout esprit de justice ou plus simplement d'humanité, etc.

    Un film très complet en sommes, aux portraits touchants, auxquels s'ajoutent une très belle technique, de beaux plans, et une véritable japan touch de l'absurde et de la folie. Difficile d'accès cependant, il me faudra le voir une seconde fois, et je ne le conseil pas comme premier film japonnais, en dépit des commentaires élogieux de la presse, qui le considère comme le meilleur film de l'archipel avec le Voyage à Tokyo d'Ozu.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 février 2013
    Les films japonais des années ont vraiment une aura bien à eux: pour commencer on retrouve les thèmes de l'après seconde guerre mondiale, tout ce qu'elle a engendré placé ici dans le monde féodal, pendant une guerre civile. On retrouve quatre personnages principaux (Teibo, Mikiyashi, et deux autres) qui vont se séparer soit par pure envie égoïste ou alors par choix et obligation. Ils vont se perdre et choisir des routes bien différentes: prostituée, martyrs, samouraï ou encore prince fou tous deviennent des fantômes de leur passé. Et les transitions nous montrant des ombres sur le mur du Manoir de Katikio ne sont pas la pour contredire. La musique change aussi de style durant l'aventure. Tranquille et douce au début, elle devient de plus en plus dure et effrayante, jusqu'à atteindre un certain point. Ce chef-d'oeuvre mériterait une ressortir DVD, car il est magnifique et bien plus explicatif que la plupart des récits récents. Et toute les coutumes japonaises, avec ses geishas, palais, traditions, bref respect total de la tradition.
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 52 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 4 décembre 2012
    Le premier Mizogushi que je vois m'a permit de voir une autre facette du cinéma japonais, à la fois réalisme social et fantastique. Il met en oeuvre l'illusion du désir recherché qui ne correspond pas à la réalité d'où les dangers qui se profilent à l'horizon. On a l'influence du théâtre du Nô avec des visages particuliers, le mélange réalité/fantastique et l'utilisation du son. Quelques petits bémols : un peu de longueur et que la fin ne soit pas celle voulue par le réalisateur mais cette oeuvre d'une certaine beauté est à voir pour tout cinéphile qui se respecte.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 202 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 1 février 2012
    Une oeuvre fascinante, il faut bien le dire. Et Kenji Mizoguchi fait tout pour cela. D'abord par l'aspect technique, la photographie est impeccable, les plans très soigneusement composés et les mouvements de caméra longs et très discrets. Ensuite par l'histoire car le réalisateur donne à celle-ci un côté fantastique très surprenant car souvent on ne se rend compte qu'après coup de l'aspect surnaturel d'une séquence. Que dire de plus ??? Ah oui, qu'on a le droit à une belle tension lors de la scène de l'envahissement du village. Bon je suis très loin d'avoir vu les près de cent oeuvres du cinéaste mais il est certain qu'on a affaire à un des sommets de sa carrière.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 840 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 24 décembre 2011
    Le drame de ces deux amis rendus fous par leurs déceptions et par leur deuil est très dur. Je n’y ai pas vu de splendide mise en scène dans cette image très sobre et pleine de classicisme que nous donne Mizoguchi du Japon du 16ème siècle. J’ai davantage apprécié son histoire qui s’avère être à la fois l’adaptation d’anciennes nouvelles nipponnes et du roman « La décoration », faisant de cette œuvre l’apothéose de l’ouverture vers l’occident de la culture japonaise de l’après guerre.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 169 abonnés Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 20 décembre 2011
    Œuvre incontournable en raison du subtil mélange qu'elle opère entre la tradition japonaise et la culture européenne. Kenji Mizoguchi exploite en effet l'univers des ombres et de l'outre-monde, typique du pays du soleil levant, tout en s'inspirant des nouvelles de Maupassant dans lesquelles la chute retourne le lecteur. De cette façon, il illustre bien l'ouverture culturelle qui s'amorce avec l'ère Meiji, période lors de laquelle l'intrigue prend place. Mais hisser "Les contes de la lune vague après la pluie" au rang de chef-d’œuvre me semble bien exagéré. L'histoire est loin d'être palpitante, surtout au début. Les longueurs sont légion. Le jeu des acteurs surtout frise le ridicule. Grimaces, grands mouvements, longues tirades pleines d'emphase, ...on évolue plus dans l'univers du théâtre que celui du cinéma, de même on est bien plus proche du comique que du tragique. Par exemple, l'attaque de la femme du héros par la bande de mercenaires. Elle donne presque envie de rire tellement elle est ridicule. Un film qui ne répond plus du tout aux canons modernes du cinéma.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 370 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 20 novembre 2011
    Une merveille,à voir,revoir,montrer. Il existe peu de tels films qui touchent à ce point la profondeur de l'être humain qui a eu la chance et le goût de se cultiver auprès des grands esprits passés de ce monde. Leurs lectures me semblent indispensables pour ressentir au mieux tout ce que ce film contient. Il y a hélas forcement la guerre qui la pire des choses, sommet de la bêtise humaine. Ici elle est ici sans pitié, d'une banalité confondante, elle frappe d’abord les plus innocents ou les plus bêtes. Il y a aussi nécessairement l'amour, la cupidité,l'orgueil et bien sur cela va sans dire une mise en scène d'une beauté sans pareille. Par rapport aux autres Mizoguchi celui ci est plus remuant, il se passe sans cesse quelque chose . Ce n'est pas mon préféré qui reste ''les amants crucifiés '' mais c'est sans doute le plus parfait, le plus ''cinématographique'' à cause de toute la partie onirique. Mizoguchi fait parti des 5 plus grands cinéastes ayant existé et il n'est pas prêt à être détrôné.
    Caroline C
    Caroline C

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 386 critiques

    2,0
    Publiée le 26 août 2011
    J'ai vu ce film au cinéma grâce au ciné-club de ma ville. Sinon pour être honnête, je crois que je n'aurai jamais eu l'occasion ni l'envie de le voir. Disons que l'opportunité d'élargir ma culture cinéma me pousse un peu à découvrir des œuvres qui ne m'attirent a priori pas trop... bref, me voilà donc devant ce film japonais de 1953. Le début me surprend dans le bon sens : il y a une histoire intéressante, des personnages bien construits, et un rythme presque trépidant ! Hélas, le film s'englue soudain dans une histoire de fantôme, et à partir de là, ça tourne à 2 à l'heure, voilà exactement ce que je craignais. C'est souvent le cas, il faut le dire, avec les films asiatiques ! Ajoutons à cela une musique stressante et grinçante, c'est pas de tout repos de parfaire sa culture ciné ! A retenir tout de même la photographie superbe, en noir et blanc, et la belle morale distillée par ces contes, où les femmes possèdent sagesse et intelligence, face à des hommes ne rêvant que de gloire et de richesse. Rien ne change en ce monde ...
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 689 critiques

    5,0
    Publiée le 19 août 2011
    Chef d'oeuvre incontestable de l'histoire du cinéma.
    betty63
    betty63

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 428 critiques

    4,0
    Publiée le 14 août 2011
    Film intemporel porté des acteurs talentueux et une histoire du patrimoine littéraire japonais fabuleusement bien mis en scène. Un bijou ! Arigato !
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 25 février 2011
    Un film magnifique, passionnant, poétique, fantastique (dans les deux sens du terme). Mizoguchi était un incroyable metteur en scène, si bien qu'on oublie la différence de culture et le poids des années pour se laisser embarquer dans une histoire simple, adaptée d'un chef d'oeuvre de la littérature japonaise, et pourtant universelle, la quête démesurée de l'argent et du pouvoir pouvant détruire des vies aujourd'hui comme hier. Un film fascinant.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 457 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2011
    Dans le Japon du XVIème siècle, deux beaux-frêres tentent d'améliorer leur quotidien via leurs passions respectives. L'un est potier, l'autre rêve de devenir samourai, mais les deux vont vivre une grande histoire qui va mettre a mal leur couple... Réalisé par Kenji Mizoguchi, ce long métrage japonais est bien passionnant à visionner du début jusqu'à une fin, il faut le dire, bien déchirante en tout point. Cette histoire dramatique, qui mélange avec une grande intelligence le réel et le surnaturel, se suit avec un grand intêret grâce à une mise en scène, certes lente, mais qui à le mérite de faire preuve d'une grande minutie sur certaines séquences. En plus, l'interprétation du casting est excellente et bien émouvante, en particulier concernant les prestations de Masayuki Mori dans le rôle du potier et de Machiko Kyo à travers son troublant personnage, Wakasa. Une oeuvre qui fait preuve d'une très grande humilité et qui se visionne avec étonnement, grâce également à une superbe photographie en noir et blanc qui offre le raffinement que le récit mérite. Un excellent moment de cinéma qui obtiendra le Lion d'Argent à la Mostra de Venise en 1953.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top