Mon compte
    Les Contes de la lune vague après la pluie
    note moyenne
    4,3
    632 notes dont 66 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 66 critiques par note
    25 critiques
    32 critiques
    3 critiques
    4 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Les Contes de la lune vague après la pluie ?

    66 critiques spectateurs

    stans007
    stans007

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 906 critiques

    4,0
    Publiée le 15 octobre 2021
    Une immersion dans la culture japonaise et de la poésie avec ce conte fantastique dont l’intrigue se situe près du lac Biwa près de Kyoto, à la fin du XVIème. La photo est soignée et la mise en scène au cordeau, comme toujours avec Mizoguchi.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 499 abonnés Lire ses 1 358 critiques

    4,0
    Publiée le 14 septembre 2021
    La mise en ligne par Arte de plusieurs films de Mizugochi m’a permis de revoir son chef d’œuvre, Les contes de la lune vague après la pluie.

    Disons-le pour commencer, la mise en scène est sidérante de modernité et d’élégance. Les premières scènes sont à ce titre exemplaires : travelling délié, variété des plans, montage alerte.

    Le propos du film est également intemporel et parfaitement adapté à notre présent : ravages causés par la guerre, folie de l’ambition, violences faites aux femmes, distorsion de la réalité, irruption du fantastique dans une trame qui jusque-là était très réaliste.

    Il y a enfin dans le film une cruauté sèche qui ne déparerait pas dans le cinéma contemporain, si ce n’est qu’ici les scènes violentes ne font pas l’objet d’une exposition frontale (on coupe les têtes légèrement hors champ, les viols ne sont qu’évoqués et les lances ne percent pas vraiment les corps).

    Le film est enfin plastiquement très beau. La photographie est splendide et ménage quelques scènes d’anthologie, comme celle où on glisse dans la continuité du bain dans la source chaude à l’arbre en fleur. Le travail sur la musique est aussi très important, mêlant musique traditionnelle japonaise (lancinante, il faut le dire) et musique occidentale (qui peut parfois rappeler celle des westerns de la même époque).

    Un film remarquable qui peut éventuellement rebuter ou interloquer par son formalisme parfois un peu compassé, particulièrement sensible dans le jeu des acteurs. A revoir.
    Patjob
    Patjob

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 284 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2021
    Ce grand classique du cinéma Japonais, voire du cinéma mondial, est, comme son titre (magnifique) l’indique, un conte. Un conte moral, dans lequel Mizogushi montre et dénonce les illusoires aspirations des hommes, en opposition à la conscience de la réalité et de la valeur des choses simples souvent présentes chez les femmes. Les deux personnages masculins principaux, un potier et un paysan, vont en effet céder à leurs ambitions ou obsessions. La première ambition du premier est celle de faire fortune, grâce aux pots qu’il confectionne avec amour et savoir-faire. La seconde, inconsciente jusqu’à sa révélation, est d’être considéré comme un artiste (voir la formidable scène où il est considéré ainsi pour la première fois). Enfin la troisième, qui se révèle dans le contexte de l’éloignement de son foyer, est de rencontrer la femme « idéale », en fait la femme fantasmée, symbole culturel de la féminité, propice à la projection de tous les désirs imaginaires et fantasmes. Pour bien exprimer ce caractère fantasmatique, la femme idéalisée en question est présentée comme l’émanation d’un monde parallèle, celui des disparus ou celui du rêve. L’ambition du paysan est celle de devenir un samouraï, alors que, comme son épouse lui indique, il ne sait pas se battre. Cette ambition de gloire, d’image de puissance, apparaît comme une préoccupation de démonstration de virilité, vis-à-vis du monde mais surtout de son épouse. Ainsi les deux les psychismes des deux personnages impriment au film une forte dimension érotique et sexuelle. Victimes de ces comportements, les deux épouses rencontreront l’une la mort, l’autre la prostitution (formidable séquence du paysan devenu par un subterfuge « samouraï » découvrant sa femme dans un bordel). Dans ce grand film féministe, le propos du conte est universel : les véritables valeurs sont-elles dans la richesse, la gloire, la puissance et le plaisir ? Au service de ce propos, la forme peut désorienter le spectateur occidental. Les séquences de nature poétique sont admirables, mais le jeu sur-expressif des acteurs, certainement issu d’une tradition Japonaise, peut constituer un frein à l’adhésion totale. Peut-être aussi la mise en scène, exemplairement réfléchie et efficace, manque-t-elle un peu de personnalité, et le côté « moralisateur » est-il un peu appuyé…
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 3 170 critiques

    2,0
    Publiée le 27 mai 2021
    Inspirée d'un classique de la littérature japonaise, une fable cruelle sur la folie des hommes, mais qui parait un peu désuète et manquant d'émotions pour la rendre poignante.
    Y Leca
    Y Leca

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 458 critiques

    2,5
    Publiée le 11 février 2021
    Conte moral à la limite du fantastique moquant la bêtise des hommes et glorifiant la sagesse et la résilience des femmes. La photographie est belle, mais il faut aimer les outrances du théâtre japonais ( grimaces, acteurs qui surjouent ) en plus des kimonos et des soieries.
    LDN®
    LDN®

    Suivre son activité Lire ses 35 critiques

    5,0
    Publiée le 24 novembre 2020
    Meilleur Mizoguchi, meilleur film de contes japonais, meilleur film japonais? Peut-être... D'une beauté toujours aussi intacte plus de 50 ans plus tard... À noter que Kobayashi en réalise un remake, ou une revisite, non sans intérêt (Kwaidan)
    jroux86
    jroux86

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 31 critiques

    4,0
    Publiée le 22 novembre 2020
    En quête d’opulence et de gloire, les hommes sont partis. Si ces contes ont bien une morale, les femmes en sont les victimes magnifiques.
    Xavier C.
    Xavier C.

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    5,0
    Publiée le 20 octobre 2020
    Au XVIème siècle en pleine période de guerre civile au Japon, deux hommes quittent leur foyer : l'un, Genjuro pour devenir un riche et célèbre potier et l'autre, Tobéi un grand samouraï...
    Tiré de plusieurs extraits des "Histoires de pluie et de lune "de Ueda Akinai, les Contes... a émerveillé le festival de Venise 1953 (lion d'argent) grâce au dépaysement procuré aux occidentaux qui pour beaucoup découvraient le cinéma asiatique ou presque (Rashomon avait été apprécié en 1950) et le génie de Mizoguchi qui avait déjà une immense carrière au Japon avec 70 films et qui ne réalisera plus que 7 films dont certains présentés à Venise (L’intendant Sansho lion d’argent 1954, La rue de la honte 1956).
    En effet, le film est une merveille visuellement d'abord. Sens plastique éblouissant (chacun des plans est composé comme un tableau, chaque séquence comme une mélodie). Technique très fluide : lents mouvements d'appareil balaient le paysage et cadrent à distance les personnages notamment dans les situations dramatiques car la caméra pudique accentue la sympathie à l'égard des personnages.
    Fable dramatique raconte le destin de ses deux hommes qui comprendront leur folie en rencontrant le malheur et découvriront trop tard que seul l'amour offre une chance de salut dans ce monde impitoyable. Pour donner cette leçon de sagesse bouddhiste, il oscille entre la crudité réaliste et la poésie fantastique, la séparation entre les deux mondes a lieu lors de la traversée du lac Biwa dans une brume irréelle aux sons sourds du "taiko" (sorte de tambour japonais), tout en rendant un incessant et vibrant hommage aux femmes (thème majeur du maître) qui savent le prix du sacrifice comme l'art du pardon.
    Criticman17
    Criticman17

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 125 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mai 2020
    Très beau film de Mizoguchi avec une belle touche artistique. Histoire poétique simple avec un beau final. Film a découvrir absolument pour son caractère du réalisme appuyé.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 800 critiques

    4,0
    Publiée le 22 décembre 2019
    Les contes de la lune vague après la pluie est un des films les plus chers produits en 1953. Kenji Mizoguchi recrute un casting composé des plus grandes stars du cinéma japonais de l’époque. Il s’entoure des meilleurs techniciens dont le chef opérateur Kazuo Miyagawa, un des plus grands formalistes des jeux de lumières (et d’ombres). Si ce film est l’un des plus courts de son auteur, il fait partie aussi des films les plus aboutis réalisés par Mizoguchi qui remporta avec ce film un Lion d’argent à la Mostra de Venise. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com/festivals/la-rochelle/2019-2/
    Frédéric P
    Frédéric P

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 183 critiques

    4,5
    Publiée le 18 août 2019
    Un potier et un paysan pris par l'avidité et la gloire délaissent leurs épouses pour respectivement faire des affaires grâce à la guerre et devenir Samouraï .
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 363 abonnés Lire ses 1 474 critiques

    4,5
    Publiée le 12 juillet 2019
    Attention, cette critique dévoile des éléments essentiels de l'intrigue. Le trajet est simple et sa morale imparable : d'où vient alors l'émotion qui nous terrasse à la fin des "Contes de la lune vague après la pluie" ? La grande intelligence de Mizoguchi est de ne jamais surplomber ses personnages, de toujours les accompagner sans toutefois faire preuve d'empathie. Il use de la distance nécessaire avec eux parce que leur comportement est indéfendable, l'ambition les menant à leur perte. Ou plutôt, ce sont moins Genjuro et Tobei qui sont dévastés que leurs femmes, victimes directes d'un égoïsme finalement vain. Il va de soi que la volonté de Tobei de devenir samouraï est dérisoire : il est présenté comme un paysan sans valeurs et, pour parvenir à ses fins, il se rabaissera à une action ridicule. Tobei sera finalement puni dans une scène à la fois comique et terrible; alors que lui et ses hommes se rendent dans une maison close, Tobei se retrouve par hasard devant sa femme, devenue courtisane après qu'il l'a délaissée. Pour Genjuro, sur qui le film passe le plus de temps, il est séduit par une princesse énigmatique qui l’emmène dans son manoir; cette partie est la plus fascinante en ce que son orientation fantastique vient dire de façon à la fois littérale et métaphorique le passage de Genjuro dans un autre monde : il n'est plus ce potier qui exerce son art dans la misère mais devient un prince qui vit un rêve éveillé. La mise en scène de Mizoguchi est aussi pragmatique qu'inventive pour décrire cet univers onirique; que ce soit par le choix des costumes (la robe blanche de la princesse), la photographie qui devient subitement beaucoup plus lumineuse ou encore des panoramiques circulaires ingénieux qui permettent de changer de décor sans coupes afin d'assurer une continuité étrange, on est comme transporté dans un autre monde. Mais cette incursion fantastique n'a rien d'idéal, elle enferme au contraire Genjuro dans une folie qui ne s'estompe que dans les dernières minutes, au moment où il comprend que la femme qu'il retrouve au foyer n'est qu'une abstraction : il ne lui reste que son enfant qu'il devra élever seul. Par ses talents de conteur et la limpidité de sa mise en scène, Kenji Mizoguchi réalise une tragédie humaine poignante et emploie le fantastique non pas pour échapper au réel mais pour mieux le servir, pour en dévoiler toute la cruauté.
    konika0
    konika0

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 659 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2019
    Retour aux sources.
    Ce film serait un des premiers kaidan au cinéma. Il raconte l’histoire d’un potier qui vit dans un petit village. La guerre est annoncée mais ça n’empêche pas notre gars d’aller vendre ses créations à la ville. En vrai, il rêve de gloire et de richesse. Alors que son village subit les outrages d’une armée de crevards, il se rend chez une riche cliente qui veut lui acheter son stock et peut-être son âme. Ça commence comme une comédie et on rit de bon cœur devant des personnages un brin caricaturaux et surtout inconscients de leur ridicule. Les femmes sont ici la raison et la sagesse, c’est certain. On continue dans un registre qui est plutôt celui de la comédie de mœurs. Notre campagnard se laisse séduire par les atours de la noblesse dans ce qu’elle a de plus séduisant. Mais comme en vrai, la noblesse ne donne pas gratuitement et celui qui croit la berner est le dindon de la farce. Le vrai visage de cette cliente fortunée sera peu reluisant et nous fera basculer dans l’ambiance fantastique. La morale de cette histoire ? Au gré de quelques plans de toute beauté (la traversée du lac), Mizogushi nous plonge dans une farce féroce et trépidante. A recommander.
    atxest
    atxest

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 18 novembre 2018
    Un film totalement maitrisé. Il y a tout dans ce film, une superbe photographie, un superbe scenario, et des acteurs tout en maitrise. A cette perfection technique s'ajoute la perfection scénaristique. C'est un film sur la cupidité de l'homme tel qu'oin la voit maintenant et tel qu'elle a toujours été. Un film universel donc. CHEF D'OEUVRE
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 417 critiques

    4,5
    Publiée le 13 août 2018
    C'est un très beau film des années cinquante. C'est filmé juste après la seconde guerre mondiale, l'empire japonais vaincu et dans un japon moderne géré par l'Amérique. Là les décors sont soignés et l'ambiance de la fin du moyen âge au Japon parait crédible. Une bonne ambiance de village médiévale. Plusieurs histoires imbriquées les unes aux autres. Les scènes sont longues, plus de dix secondes par scènes. Les histoires personnelles sont intéressantes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top