Notez des films
Mon AlloCiné
    Blade Runner
    Bande-annonce Blade Runner
    15 septembre 1982 / 1h 57min / Science fiction
    De Ridley Scott
    Avec Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young
    Nationalité américain
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,8 5 critiques
    Spectateurs
    4,2 28687 notes dont 1469 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
    Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d'hommes et de femmes partent à la conquête de l'espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d'esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l'être humain. Los Angeles, 2019. Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d'un vaisseau, les répliquants de type Nexus 6, le modèle le plus perfectionné, sont désormais déclarés "hors la loi". Quatre d'entre eux parviennent cependant à s'échapper et à s'introduire dans Los Angeles. Un agent d'une unité spéciale, un blade-runner, est chargé de les éliminer. Selon la terminologie officielle, on ne parle pas d'exécution, mais de retrait...
    Distributeur Warner Bros. France
    Récompenses 3 prix et 10 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 1982
    Date de sortie DVD 27/08/1997
    Date de sortie Blu-ray 12/12/2007
    Date de sortie VOD 20/12/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 30 anecdotes
    Box Office France 2 132 201 entrées
    Budget 28 000 000 $
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 56 146

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming
    • Netflix Abonnement
    Voir toutes les offres de streaming
    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    Orange Location dès 1,00 €
    Canal VOD Location dès 3,99 €
    UniversCiné Location dès 3,99 €
    LaCinetek Location dès 2,00 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    Blade Runner Bande-annonce ressortie 2015 VOST 1:32
    Blade Runner Bande-annonce ressortie 2015 VOST
    161135 vues

    Interview, making-of et extrait

    La Minute N°26 - Monday 06 August 2007 3:44
    La Minute N°26 - Monday 06 August 2007
    99719 vues
    Game in Ciné N°65 - Spéciale Gamescom 2012 9:49
    Game in Ciné N°65 - Spéciale Gamescom 2012
    189018 vues
    Merci Qui? N°82 - "Blade runner" 2:50
    Merci Qui? N°82 - "Blade runner"
    34355 vues
    13 vidéos

    Acteurs et actrices

    Harrison Ford
    Rôle : Rick Deckard
    Rutger Hauer
    Rôle : Roy Batty
    Sean Young
    Rôle : Rachel
    Daryl Hannah
    Rôle : Pris
    Casting complet et équipe technique

    Critique Presse

    • Libération
    • Télérama
    • Cahiers du Cinéma
    • Positif
    • La Croix

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    5 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    Roy Batty
    Roy Batty

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 215 critiques

    5,0
    Publiée le 24 septembre 2014
    "Blade Runner" est mon film préféré, un chef-d'oeuvre absolu, le plus grand film de science-fiction de tous les temps, une source d'inspiration constante depuis sa sortie pour d'autres films du genre ... Bref, j'ai tout un tas de superlatifs qui me viennent à l'esprit quand je pense à cette oeuvre. Le scénario du film, dans lequel on suit la traque d'androïdes (les répliquants) par un homme seul et déterminé (le blade runner), nous ...
    Lire plus
    Nexus6
    Nexus6

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 46 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2012
    De quoi parle le film, qu'est-ce qui est dit; symbolisme religieux, le cogito de René Descartes, les stéréotype féminins, les Origamis, et enfin d’eugénisme. La vie serait-elle à ce point injuste au point de faire disparaître à jamais le vécu? L'histoire "synop"; un polar futuriste qui suit 6 répliquants, qui reviennent sur terre pour avoir des réponses face à la mort, et son en quête de leur créateur. Mais le Blade Runner une ...
    Lire plus
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2051 abonnés Lire ses 3 132 critiques

    5,0
    Publiée le 16 novembre 2015
    Le thème du robot est probablement celui qui plait le plus au romancier Philip K. Dick. Il faut reconnaître qu’il permet des réflexions assez vertigineuses sur la nature humaine, et ce « Blade Runner » en est la plus belle des illustrations. Ce qui me bluffe le plus face à ce film, c’est que j’ai l’impression qu’il ne vieillit jamais. Je le revois régulièrement : il est juste irréprochable. Qu’il s’agisse de la créativité ...
    Lire plus
    Shaigan
    Shaigan

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 131 critiques

    5,0
    Publiée le 24 mars 2014
    Pourquoi Blade Runner est-il mon film préféré ? Parce qu’il est le film parfait. Perfection tant sur la forme (beauté des images, inventivité visuelle, atmosphère unique, musique superbe) que sur le fond (sujet profond et philosophique sur ce qu’est la définition de l’humanité, traité avec brio et sans jamais être rébarbatif). Parce que certains de ses personnages font partie des plus charismatiques de l’histoire du cinéma (je ...
    Lire plus
    1469 Critiques Spectateurs

    Photos

    37 Photos

    Secret de tournage

    Un film, cinq versions !

    Il existe pas moins de cinq versions du films. La première qui est la version qui servit pour la projection-test aux spectateurs, est devenue rarissime. Puis vient la copie sortie en 1982. C'est la version la plus controversée et incriminée, puisqu'elle correspond au montage voulu par la Warner, au détriment de la vision de Ridley Scott. La version européenne du premier montage est (très) sensiblement différente. Elle rajoute notamment plusieurs... Lire plus

    Genèse d'un projet

    A l'origine, c'est l'acteur Hampton Fancher qui acquiert les droits de l'oeuvre de Philip K. Dick, pour une somme modeste. Projettant un temps de mettre lui-même en chantier le film, il présente le script au producteur Michael Deeley, encore auréolé des 5 d'Oscars de Voyage au bout de l'enfer. La SF a alors le vent en poupe, comme en témoigne les immenses succès au box-office de Star Wars en 1977 et Alien. Michael Deeley pense alors à Ridley Scot... Lire plus

    L'influence du Film Noir

    "Deckard, c'est Philip Marlowe" déclara Ridley Scott. Une référence plus qu'explicite au personnage créé par Raymond Chandler, et immortalisé à l'écran par Humphrey Bogart dans Le Grand sommeil (Howard Hawks, 1946). Scott intègre dans son film de nombreux codes du Film Noir, dont l'incontournable imperméable porté col relevé, la pluie, la saleté, la nuit, le cynisme des personnages...Même la voix off, qui au départ ne devait pas envahir... Lire plus

    Dernières news

    Projections tests : quels impacts ont-elles vraiment sur les films ?
    NEWS - Culture ciné
    samedi 12 septembre 2020
    Les projections tests de films sont toujours un moment de tension et de stress pour l'équipe d'un film, réalisateur en tête,...
    Les 20 fins de films les plus hallucinantes vues au cinéma
    NEWS - Culture ciné
    dimanche 21 juin 2020
    Retour sur les fins de films les plus hallucinantes vues sur grand écran. Votez pour votre préférée ! ATTENTION, SPOILERS...
    103 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1982, Les meilleurs films Science fiction, Meilleurs films Science fiction en 1982.

    Commentaires

    • Jeckxdeel
      A ce point-là?!
    • Le Clown Dansant
      je like ce commentaire.
    • Le Clown Dansant
      Ca n'a rien à voir. Si tu regardes mon profil tu constateras que je regarde de vieux films , voire même très vieux. Je trouve juste ce film très surestimé. Il se repose uniquement sur son univers noir et cyberpunk. Mais en dehors de ça c'est vide et plutôt mal joué
    • jereffuse
      La musique arabe si t'as pas compris au moment de l'action, je te conseil de regarder fast and furious, c'est mieux pour toi......
    • Chaney1925
      tout ce qu'il y a de plus beau !
    • The world is yours
      C’est pas grave ^^
    • Netsuko T.
      Et bien encore une fois je ne suis pas d’accord avec toi. :pLa réflexion philosophique ne m’intéresse absolument pas dans Blade Runner, ce qui m’intéresse c’est ce que le réal en fait. « La réflexion philosophique » ne casse pas trois pattes à un canard, ou alors pour un ado qui n’a jamais rien lu de sa vie.(Je ne dis pas que le sens du film importe peu, je dis que la réal est le plus grand interêt)Un peu comme les gens qui considèrent que « 2001 l’odyssée de l’espace est « philosophiquement interessant » ... pitié.
    • The world is yours
      Pas tout le monde est capable de bien percevoir ce film.Fast and Furious est peut-être plus approprié pour les personnes n’ayant aucune maîtrise de la réflexion philosophique.
    • The world is yours
      Blade Runner c’est de la vraie SF,un rêve,de la poésie,des beaux messages...existentialisme et humanisme.
    • Jeckxdeel
      Pourtant, BLADE RUNNER enterre sans problème ton assommant SOCIAL NETWORK!
    • Anthony B
      La génération actuelle ....
    • Cebagg
      Pareil que vous ! j'en baille encore ^^
    • Cebagg
      La première fois que je l'ai vu, je me suis endormi, sans doute fatigué d'une journée de travail, je me suis récemment dit qu'il fallait que je lui donne une autre chance et ce fut le cas aujourd'hui, mais j'ai trouvé le film ennuyeux, les décors affreux, le scénario chiant... bref je ne suis pas du tout rentré dans ce film alors que d'habitude j'adore la SF.
    • palatine chénat
      c'est quand même assez suicidaire d'envoyer un homme seul comme une escouade d’androïdes rebelles.
    • L'ours à lunettes
      Je parlais de l'expression qui est utilisée de façon générale par la presse et les critiques sous de nombreux prétextes. Pour ce qui est d'un avis, chacun à le sien, et c'est plutôt paradoxale de dire que si la presse n'est pas de mon avis c'est qu'elle à tord alors qu'elle nous balance constamment le même son de cloche. Quoi qu'il en soit je n'ai pas aimé ce film, culte ou non.
    • tylercross
      La presse bien pensante et nombreux spectateurs. Donc ne pas être de ton avis c'est être bien pensant ou un mouton...étrange façon de penser...Il faut déjà commencer par remettre la sortie du film dans son contexte, nous étions en 1980, comparons donc ce qui se faisaient à cet époque...ensuite Je t'invite à voir l'ouvrage les cultes médiatiques du chercheur paul leguern qui y donne sa définition, ou bien même d'autres définitions: l'oeuvre de Ridley Scott s'y inscrit parfaitement .
    • L'ours à lunettes
      L'expression est certes utilisée à tord et à outrance dans le langage courant, mais je ne fait que reprendre les dires de la presse bien-pensante et des nombreux spectateurs, avis que je ne partage pas. Je ne ne comprend pas la note et tout ce tapage fait autour de ce film dit culte. Et de bien d'autres.
    • tylercross
      Il est bon avant de balancer culteou oeuvre culte à tire larigot d'en donner la définition, tout du moins SA définition. Pour ma part il n y a pas d'oeuvre culte, il n y a que le culte des oeuvres.
    • Le Clown Dansant
      [Ma critique] Avec SpoilersSi la version 2049 de ce Blade Runner m'est jusque la toujours inconnu, celle entreprise par Ridley Scott ne l'es désormais plu.Même si tout n'avais pas démarré comme prévu avec un développement du projet et un tournage difficile qui a vu sa fin modifiée. Ridley Scott,fort de son gros succès avec Alien a le vent en poupe au moment de la sortie de Blade RunnerCôté casting, auréolé de son succès un an auparavant avec Indiana Jones, on retrouve un acteur qui a lui aussi le vent en poupe, Harrison Ford.Pourvu,en plus, d'un budget qui avoisine celui de L'empire contre attaque, tout porte à croire que cette adaptation libre du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? va pulvériser le box office Américain.Raté. Tout comme le modèle pour lequel il s'inspire directement à savoir Métropolis De Fritz Lang, il se vautre. Il se rattrapera toutefois en réalisant un assez bon score à l'étranger.Encore comme son grand frère, il a traversé les années d'abord en se faisant zigouiller par la critique puis au fil du temps il est devenu une oeuvre majeur du cinéma de science-fiction. Certains le considérant même comme le meilleur film du genre.La ville a d'ailleurs de nombreuses similitudes avec celle de son aîné. Gargantuesque, avec des grattes-ciels dont on n'en voit pas le bout, elle a en son giron un immense complexe pyramidal lui aussi, une sorte de temple maya futuriste.En parlant des décors (et de son univers,; plus largement) car c'est le point central de ce film, plus encore que son intrigue, nombreux sont ceux à s'être esbaudis devant cette fresque nantie d'un style cyberpunk à l'atmosphère lourde et dark. Ce ne fût pas mon cas.J'ai trouvé les décors assez laids (Question de goûts), ce n'est pas une critique envers le cinéaste, mais une opinion purement personnelle. J'ai également eu la sensation que son design n'était pas totalement assumé, a en être presque pédants. J'ai jamais réussi à entrer en immersion dans ce Los Angeles 2019, comme si l'on m'en empêchait, comme si on me le refusait.J'aurais aimé voyager plus à travers les différentes ruelles de ce microcosme dystopique, j'aurais aimé que Scott nous entraîne caméra à la main aux détours des sentiers, des longues avenues et boulevards de cet enfer sinistre dépourvu de verdure. J'aurais aimé qu'avec son Spinner, Rick Deckard nous emmène serpenter ces hauts buildings d'aciers. A la place, je me contenterais simplement d'une ambiance de fond manquant d'implication pour que je réussisse à m'y plonger totalement.En ce qui concerne l'interprète du blade Runner, c'est encore une fois une déception. Tout Harrison Ford qu'il est, il ne m'a pas convaincu dans ce rôle. J'ai toujours eu une certaine sympathie pour cet acteur au sourire chafouin et attendrissant mais sans pour autant réellement le trouver incroyable. Il a une gueule qui me revient bien, mais je trouve qu'il joue parfois à côté. Il surjoue beaucoup dans les scènes d'actions, vraiment beaucoup ... Et malgré sa gueule d'amour et l'affection que je lui porte je trouve qu'il n'était pas un bon choix pour ce rôle.Pour le scénario, le metteur en scène se content du minimum syndical, avec toutefois une pointe de satisfaction pour ce final (dans sa version director's cut) avec cet origami laissé en plein milieu du couloir laissant penser que Rick Deckard est un répliquant Et la, attention, le gros, l'énorme, l'abyssal, le démentiel point faible du film : ses longueurs interminables.Si j'ai adoré voir Chaplin bringuebaler sa démarche à un rythme accéléré en 16 images par seconde, je ne peux pas en dire de même pour la version Slow Motion de Blade Runner.Et je parle la aussi bien de la lenteur de ses scènes que de la soporifique gestuelle de ses protagonistes. A trop vouloir jouer sur la gravité il s'y perd.Ce qu'il se passe au final c'est qu'il en ressort tous le contraire de ce qui était recherché afin de véhiculer des émotions et de rajouter de l'intensité aux personnages et au contexte. Ca en devient presque parodique, et surtout monstrueusement chiant.J'ai un peu lu les commentaires, il en ressort que ce film divise. Certains condamnent les spectateurs qui lui ont reproché tout comme moi son extrême lenteur et de ne pas savoir apprécier ce genre de films étant formatés aux blockbusters bourrins Hollywoodien, comme Marvel par exemple.Je corrobore certains propos sur le fait qu'il est tout à fait possible de prendre son pied devant un film bourré d'actions et pour autant s'émerveiller devant un film volontairement mou, mais pour cela encore faut-il avoir des choses à raconter. Ce n'est pas le cas de Blade RunnerMa note : 0,5/5
    • Le Clown Dansant
      [Ma critique] Avec SpoilersSi la version 2049 de ce Blade Runner m'est jusque la toujours inconnu, celle entreprise par Ridley Scott ne l'es désormais plu.Même si tout n'avais pas démarré comme prévu avec un développement du projet et un tournage difficile qui a vu sa fin modifiée. Ridley Scott,fort de son gros succès avec Alien a le vent en poupe au moment de la sortie de Blade RunnerCôté casting, auréolé de son succès un an auparavant avec Indiana Jones, on retrouve un acteur qui a lui aussi le vent en poupe, Harrison Ford. Pourvu en plus d'un budget qui avoisine celui de L'empire contre attaque, tout porte à croire que cette adaptation libre du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? va pulvériser le box office Américain.Raté. Tout comme le modèle pour lequel il s'inspire directement à savoir Métropolis De Fritz Lang, il fait tout comme son grand frère en se vautrant. Il se rattrapera toutefois en réalisant un assez bon score à l'étranger. Tout comme son modèle également, il a traversé les années d'abord en se faisant zigouillé par la critique puis au fil du temps il est devenu une oeuvre majeur du cinéma de science-fiction. Certains le considérant même comme le meilleur film du genre.La ville a d'ailleurs de nombreuses similitudes avec celle de son aîné. Gargantuesque, avec des grattes-ciels dont on n'en voit pas le bout, elle a en son giron un immense complexe pyramidal lui aussi, une sorte de temple maya futuriste. En parlant des décors (et de son univers,; plus largement) car c'est le point central de ce film, plus encore que son intrigue, nombreux sont ceux à s'être esbaudis devant cette fresque nantie d'un style cyberpunk à l'atmosphère lourde et dark. Ce ne fût pas mon cas.J'ai trouvé les décors assez laids (Question de goûts), ce n'est pas une critique envers le cinéaste, mais une opinion purement personnelle, j'ai également eu la sensation que son design n'était pas totalement assumé, a en être presque pédants. J'ai jamais réussi à entrer en immersion dans ce Los Angeles 2019, comme si l'on m'en empêchait, comme si on me le refusait. J'aurais aimé voyager plus à travers les différentes ruelles de ce microcosme dystopique, j'aurais aimé que Scott nous entraîne caméra à la main aux détours des sentiers, des longues avenues et boulevards de cet enfer sinistre dépourvu de verdure. J'aurais aimé qu'avec son Spinner, Rick Deckard nous emmène serpenter ces hauts buildings d'aciers. A la place, je me contenterais simplement d'une ambiance de fond manquant d'implication pour que je réussisse à m'y plonger totalement.En ce qui concerne l'interprète du blade Runner, c'est encore une fois une déception. Tout Harrison Ford qu'il est, il ne m'a pas convaincu dans ce rôle. J'ai toujours eu une certaine sympathie pour cet acteur au sourire chafouin et attendrissant mais sans pour autant réellement le trouver incroyable. Il a une gueule qui me revient bien, mais je trouve qu'il joue parfois à côté. Il surjoue beaucoup dans les scènes d'actions, vraiment beaucoup ... Et malgré sa gueule d'amour et l'affection que je lui porte je trouve qu'il n'était pas un bon choix pour ce rôle.Pour le scénario, le metteur en scène se content du minimum syndical, avec toutefois une pointe de satisfaction pour ce final (dans sa version director's cut)Et la, attention, le gros, l'énorme, l'abyssal, le démentiel point faible du film : ses longueurs interminables. Si j'ai adoré voir Chaplin bringuebaler sa démarche à un rythme accéléré en 16 images par seconde, je ne peux pas en dire de même pour la version Slow Motion de Blade Runner. Et je parle la aussi bien de la lenteur de ses scènes que de la soporifique gestuelle de ses protagonistes. A trop vouloir jouer sur la gravité il s'y perd. ce qu'il se passe au final c'est qu'il en ressort tous le contraire de ce qui était recherché afin de véhiculer des émotions et de rajouter de l'intensité aux personnages et au contexte. Ca en devient presque parodique, et surtout monstrueusement chiant.J'ai un peu lu les commentaires, il en ressort que ce film divise. Certains condamnent les spectateurs qui lui ont reproché son extrême lenteur et de ne pas savoir apprécier ce genre de films étant formatés aux blockbusters bourrins Hollywoodien, comme Marvel par exemple. Je corrobore certains propos sur le fait qu'il n'est pas impossible de prendre son pied devant un film bourré d'actions et pour autant s'émerveiller devant un film volontairement mou, mais pour cela encore faut-il avoir des choses à raconter. Ce n'est pas le cas de Blade RunnerJ'ai absolument rien aimé de ce film : 0,5/5
    Voir les commentaires
    Back to Top